» Bon Noël érotique ! « 

Pourquoi un Noël érotique ?

Je me demande parfois quelle était la vie sexuelle de Jésus ? Personne n’en sait rien. Toutes traces ont été pudiquement couvertes sous le vernis craquelé d’une icône de perfection. Mais si Jésus faisait l’amour (avec Marie-Madeleine peut-être) on l’imagine volontiers libre de ses émotions et de ses mouvements. Le genre d’amant qui sait équilibrer l’âme et le corps, l’intensité du lien et l’exultation des sens.

regard complice

Quand nous étions enfants, Noël sentait les épices et les aiguilles de sapin. Le grand arbre pointu trônait dans le salon, paré de bougies et de boules scintillantes. À son pied : de mirobolants cadeaux au milieux desquels était placée bien en évidence la crèche et le petit Jésus de faïence. Ce Jésus énigmatique n’était pas le fils de Joseph nous disait-on, mais bien celui de Dieu, engendré par l’esprit-même du Tout-Puissant. Bonjour pour la libido du couple parental ! Mais on ne le comprenait pas encore…

Si Noël est bien la fête de la famille, alors elle devrait faire une place d’honneur au couple qui en est la source et à son énergie érotique. Sans couple et sans sexualité : pas de famille. L’exception qui confirme la règle, c’est cette Sainte Naissance que nous fêtons dans la nuit du 24 décembre.

La virginité de Marie

L’histoire de la virginité de Marie vient de saint Épiphane qui l’a proposée comme symbole de foi en 374. Elle a été ratifiée en tant que dogme par l’Église en l’an 553. Autant dire qu’on n’a pas demandé aux personnes concernées ce qu’elles en pensaient ! Ce mythe devait évidemment servir la cause de l’Église. Avec la virginité de Marie, Jésus n’était pas seulement d’essence divine, comme un demi-dieu à la Grecque, mais carrément le fils de Dieu, genre son incarnation sur terre. Et pourtant il était homme, nous dit-on. Joli tour de passe-passe pour embrouiller tout le monde et pour que chacun culpabilise : cet homme était génial et nous on est nul !

Finalement c’est assez confortable de voir la naissance de Jésus comme un miracle. Pourquoi devrions-nous suivre ses conseils et son exemple alors que, comme nous ne sommes pas des dieux, nous savons par avance que nous n’y arriveront pas ? Comment pourrions-nous atteindre son niveau de sagesse puisqu’il avait quelque chose que nous n’avons pas ? En fait on se sent un peu arnaqué. Forcément : c’est trop facile quand on est Dieu !

Eh bien moi, je dis que tout ça c’est des craques ! Jésus était un type comme vous et moi et j’imagine volontiers que Marie et Joseph se sont bien éclaté au lit quand ils l’ont conçu. Les enfants de l’amour démarrent toujours dans la vie avec un bon potentiel. Certes, il a atteint des sommets de sagesse. C’était un humain éclairé d’une grande conscience, comme il y en a parfois. Un mystique sans aucun doute qui a si bien perçu l’essence de la vie qu’il a pu la révéler aux autres.

Voir Jésus comme un des nôtres nous invite réellement à suivre ses pas pour réaliser le divin en nous. Mais ça, ce n’est pas ce que les religions souhaitent, parce que sinon on n’aurait plus besoin d’elles. Il faut donc sortir de l’image moraliste qu’on nous a montré de lui : un cliché aussi ennuyeux qu’irréaliste.

Spiritualité et érotisme

On ne m’ôtera pas de l’idée qu’un homme si sage devait être profondément joyeux et avait sans doute un sacré sens de l’humour pour transcender le monde dans lequel il était. Il vivait assurément avec intensité et je le vois bien jouir autant des plaisirs de sa vie terrestre que de son existence spirituelle.

« Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et inversement » disait Hermès Trismégiste, un autre sage plus ancien encore. Une allusion peut-être à l’érection et à la débandade ?… Mais non, je rigole ! Relier les opposés pourrait bien être le boulot de l’humain, comme d’ailleurs de toute la création. Et il me semble que cela passe par l’amour, particulièrement par cet amour amoureux qui nous relie jusque dans la matière et jusque dans les corps.

Toutes les occasions sont bonnes pour rassembler les morceaux de l’univers et ça commence par le fait de se relier les uns aux autres. Réunir spiritualité et érotisme est à mon sens le défi le plus subtil que nous puissions relever. La naissance de Jésus de Nazareth, avec toutes les folles croyances qui y sont rattachées, nous offre l’opportunité de réfléchir au sens de l’amour, mais aussi au sens de la sexualité, du couple et de la famille.

noël sexyL’érotisme n’est donc pas absent des fêtes de Noël. Et pas seulement comme la cerise sur le gâteau réservée aux gourmands ! Je vois l’érotisme comme l’énergie qui nous lie d’un amour joyeux, comme une exaltation qui nous unit au plus profond de notre humanité. Et j’imagine l’ami Jésus sourire d’un regard bienveillant en observant la Mère Noël (ou peut-être est-ce sa fille) nous montrer la voie dans sa petite tenue rouge et sexy…

Un bon Noël érotique à tous !

e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *