café pipe

Café-croissant ou café-pipe ?

Le café-pipe pourrait s’installer à Genève d’ici la fin de l’année, sous l’impulsion d’un entrepreneur audacieux orienté sur l’érotisme. Là où certains trouvent cela amusant, d’autres crient au scandale, choqués par une trop large ouverture des mœurs.

L’idée n’est pas vraiment nouvelle, puisqu’on trouve en Thaïlande, depuis plus de 20 ans, des cafés de ce type avec une fille sous la table.

Le Glory hole est également ancien, cette installation constituée d’une paroi percée de trous pour y passer son pénis afin qu’il soit manipulé par une inconnue se trouvant de l’autre côté du mur. Si on y servait le café, nous serions quasiment au café-pipe.

Les variantes de ces pratiques ne manquent pas, comme l’atteste le café-branlette déjà présent à Hong Kong dans les années 60 ou les repas orgiaques des XIVe et XVe siècles dans la haute bourgeoisie italienne, qui mettaient déjà en scène de jeunes esclaves nus s’affairant sous la table pour égayer les convives. Certains papes y on d’ailleurs participé, en particulier Alexandre VI qui était grand amateur du genre.

Tout ça pour dire que si les meurs fluctuent, les fantasmes restent assez semblables au fil du temps.

Le café-pipe pour tous

Ce qui est nouveau tient peut-être de la popularisation du phénomène et c’est sans doute ce qui peut faire peur à certains. Le développement du porno sur le Web et la diffusion banalisée de pratiques sexuelles hors norme bousculent indéniablement nos références en la matière.

Les gadgets high-tech accompagnent souvent ce mouvement et le Café-pipe mettra à disposition un iPad pour choisir sa boisson et la fille qui viendra s’agenouiller derrière le bar. Un petite touche de virtuel qui devrait plaire aux geeks et assurer une distance bienvenue pour les clients plus timides.

Cinq à dix minutes, c’est le temps habituel pour boire son café avant qu’il ne refroidisse. Il n’en faudra pas plus pour régler l’affaire qui se déroule au niveau de la braguette. Celui qui prendra encore une pâtisserie ou un sandwich aura peut-être besoin de quelques minutes supplémentaires.

Alors que le cours standard de la fellation se situe autour des CHF 50.- , le café-pipe prévu à CHF 60.- se tiendra donc dans les tarifs habituels (de la pipe, pas du café). Mais sachant qu’un homme travaille bien mieux avec le gland détendu, certains employeurs pourraient être enclins à subventionner ce café du matin. Vous pourrez toujours tenter de négocier ça avec votre patron…

Le café-pipe en toute légalité

Trêve de plaisanteries, le moralisme de notre temps ne permet pas ce genre de commerce partout. Ce qui est relaté ici est envisageable en Suisse, pays de la libre entreprise par excellence, mais serait totalement impensable en France ou dans de nombreux autres pays d’Europe. Alors… veinards, les genevois ?

La législation suisse interdit le proxénétisme, mais pas la prostitution. Dans le cadre des règles établies, les filles inscrites en tant que prostituées auprès des offices de police concernés peuvent exercer leur profession librement. Quant à l’établissement qui accueille de telles prestations, il reçoit les autorisations de police en tant que « Salon de massage ».

C’est ainsi que le café-pipe devrait voir le jour à Genève dans quelques mois et d’aucun craignent une affluence de client français. Mais le tourisme sexuel lui non plus n’est pas nouveau.

Le Café-pipe sera peut-être suivi ultérieurement par un café-cunni destiné aux femmes, mais ça c’est encore une autre histoire…

Le café-pipe : liberté ou perversion ?

Les mœurs sexuelles évoluent. Qu’on s’en réjouisse ou qu’on s’en inquiète ne changera rien à cela. En abordant les changements de société sans à-priori, avec lucidité et bienveillance, il sera toujours plus aisé d’identifier les comportements bénéfiques et ceux qui ne le sont pas.

Le fantasme de la gâterie reçue sous la table, dans un endroit publique au su ou à l’insu des autres, est un classique qui fait rêver bien des hommes. Ce rêve de toute puissance sexuelle est d’ailleurs ce qui donne tant de pouvoir à la femme, car au final, c’est elle qui le rend possible. Feignant la soumission, c’est bien la femme qui tient son homme par les …ouilles.

Selon leur manière d’interagir et d’assumer leurs rôles l’un envers l’autre, les deux partenaires trouveront ainsi la complémentarité de leur plaisir. La seule question qui demeure est de savoir s’il faut ou non réaliser ses fantasmes. Et si oui, à quelles conditions.

Car on ne peut nier l’implication de l’autre et la nécessité de vérifier que cet autre (ou plutôt cette autre, en l’occurrence sous la table) soit bien là de son plein gré.

Pour autant que ce soit le cas et que les risques sanitaires ne soient pas négligés, tout sera bien pour les uns et les autres.

Qu’est-ce qui fait que le même acte peut être vécu par certains comme une liberté alors qu’il sera ressenti par d’autres comme une perversion ? Vous êtes libre de vous exprimer à ce sujet dans l’espace « Commentaires » ci-dessous et de nous dire ce que vous pensez du café-pipe.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Une réflexion au sujet de « Café-croissant ou café-pipe ? »

  1. Café-pipe pourquoi pas si c’est ok pour tout le monde. Mais je me demande comment gérer ça dans le cadre du couple: Jardin secret ou pratique avouée? Messieurs à vos plumes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *