Archives de catégorie : Glossaire sexe&amour

Glossaire sexe & amour : lettre K

De Kama-sutra à kundalini, en passant par les exercices de Kegel… nous poursuivons l’exploration des termes du sexe et de l’amour en étudiant la lettre K.

Glossaire sexe & amour : lettre K

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées et les plus savoureuses de nos ébats.


Kama-sutra : Le Kama-sutra a été écrit vers le IVe siècle par un brahmane de l’Inde. Ce livre volumineux était adressé en premier lieu aux gens riches et raffinés qui y trouvaient toutes les connaissances réunies au cours des siècles à propos de sexualité et d’amour. Les positions de l’amour y sont répertoriées, mais aussi toutes les règles de la bienséance amoureuse ainsi que les comportements sexuels censés porter les amoureux au paroxysme de l’épanouissement.

Kegel (exercices de) : Le gynécologue Arnold Kegel a mis au point au début du XXe siècle une série d’exercices pour renforcer les muscles du périnée afin de lutter contre l’incontinence urinaire. Les muscles pubococcygiens (muscles PC) se trouvent entre le pubis et le coccyx et sont également impliqués dans le contrôle des organes génitaux. Ainsi, la pratique des exercices de Kegel améliore la réponse sexuelle, le contrôle de l’érection et de l’éjaculation chez les hommes et l’accès au plaisir orgasmique chez les femmes.

Képi : accessoire apprécié dans certains jeux de rôle sexuel, le képi a une forte valeur symbolique de domination du supérieur sur son subordonné. Il peut aussi représenter l’appétit sexuel du militaire qui revient au foyer après une longue période d’abstinence.

Kermesse : la kermesse réunit les foules sous forme de fête en plein air, telle qu’elle se vit parfois dans les villages ou plus primitivement dans les fêtes païennes. On utilise parfois ce terme pour définir des orgies festives qui réunissent un grand nombre de libertins.

Kilos : nombreux sont les amoureux qui prennent quelques kilos superflus lorsqu’il se mettent en couple. Entre les repas toujours plus ou moins festifs et arrosés et la sensation d’avoir moins de raisons de séduire, les conjoints s’accordent souvent plus de largesses en ce qui concerne leur gourmandise. Un peu d’embonpoint ne saurait nuire à ses amoureux qui apprécient la bonne chère et les caresses. Ils parlent souvent des « kilos du bonheur ».

Kundalini : dans la philosophie hindoue, la kundalini représente l’énergie vitale qui prend source dans le chakra-racine, c’est-à-dire dans la zone sexuelle. La kundalini est symbolisée par un serpent lové au niveau du sacrum. Lorsque cette énergie, à la fois sexuelle et divine, est réveillée, elle se déroule le long de la colonne vertébrale, activant tous les chakras et emportant le sujet vers les plus hauts niveaux de conscience de soi. L’éveil de la kundalini est traditionnellement lié à l’accession au Nirvana, qu’elle passe par une sexualité vivante ou transcendée.

À suivre dans un mois avec la lettre L

Langue – lap dance – lascif – lavement – lécher – lesbianisme – lèvres – levrette – libertinage – libidineux – libidirêve – libido – lingam – lingerie – live show – lolicon – lotions – lubrifiants – lubrification – luxure.

Donnez votre avis

De Kama-sutra à Kundalini, en passant par les exercices de Kegel… vous voilà au courant de tous les termes en K concernant le sexe et l’amour.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Vous êtes libre de partager vos ressentis et de donner votre avis dans les commentaires ci-dessous… Vous participerez ainsi à enrichir le Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

Recherches utilisées pour trouver cet articlelettre dun couple amoureux

Glossaire sexe & amour : lettre J

De Jalousie à Jouissance, en passant par les Jeux sexuels… nous poursuivons l’exploration des termes du sexe et de l’amour en étudiant la lettre J.

Glossaire sexe & amour : lettre J

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.


Jacuzzi : grand bassin d’eau chaude agrémenté d’une production de bulles pour le massage et la détente du corps. Depuis quelques années, le jacuzzi est passé dans les accessoires de plaisirs sexuels, particulièrement prisé dans l’approche érotique des clubs échangistes.

Que l’on se trouve en club ou en privé, la proximité charnelle que procure le jacuzzi suscite l’éveil des sens. Nombreux sont ceux que cet environnement émoustille. Il faut toutefois tenir compte de quelques particularités inhérentes au monde aquatique, comme je l’explique dans l’article « Faire l’amour dans l’eau ».

Jalousie : la jalousie est un sentiment très répandu. Elle révèle plutôt un manque de confiance en soi qu’un manque de confiance en l’autre. À un stade primaire, la jalousie marque une intention de possession et est souvent considérée comme une preuve d’amour. Ainsi, elle sert à se rassurer sur les sentiments de l’autre à son égard.

Hélas, la jalousie se fait souvent oppressive et se montre parfois destructive lorsqu’elle tombe dans l’excès. Les souffrances peuvent alors être très fortes pour la personne jalouse autant que pour son/sa partenaire. Retrouver ou développer sa confiance en soi reste le seul moyen de se libérer de la jalousie et d’offrir à son couple une relation équilibrée.

Jambes : les jambes des femmes représentent une attraction érotique potentiellement intense. La mode les met en scène d’innombrable manières pour attirer le regard des hommes. Les jupes, les bas et, à plus forte raison, les dessous affriolants mettent en valeur ces fuseaux de chair qui font tourner les têtes en servant d’écrin à la rencontre charnelle.

Peut-être ces jambes féminines sont-elles gravées à jamais dans le souvenir des premiers instants qui nous ont vu venir au monde. L’acte amoureux, entre les jambes d’une compagne, pourrait ainsi être comme un « retour aux sources ».

Jeunesse : voilà un état que l’on voudrait voir durer, tant il est lié à la vitalité, à la séduction et à la sexualité. Bien que l’on ne puisse éviter de perdre la jeunesse de son corps (au mieux, on peut la faire durer plus longtemps), il est à remarquer que la jeunesse d’esprit est bien plus importante dans l’épanouissement du couple.

Nombreux sont ceux qui ont démontré que la sexualité épanouie n’a pas d’âge et que l’on peut s’éclater au lit jusqu’à la fin de ses jours. Le symbole de la jeunesse, ainsi que son enthousiasme débordant, pourra toujours être mis en œuvre dans la rencontre érotique.

Jeux sexuels : les jeux sexuels offrent un espace de fantaisie propice à l’enrichissement de l’intimité du couple. L’érotisme faisant partie intégrante de la sexualité humaine, les jeux sexuels s’installent naturellement entre les amants libérés.

Ces jeux peuvent s’exprimer de multiples manières, faisant appel à des mises en scène plus ou moins alambiquée. Les vêtements et accessoires sexy se retrouveront souvent, comme les comportements de domination/soumission, le strip-tease, le fétichisme et toutes les interactions créatives avec des objets ou des contextes paraissant a priori incongrus.

Jill-off : terme issu de l’argot anglais, plutôt vulgaire, que l’on rencontre parfois chez nous, notamment dans l’univers pornographique. Le Jill-off définit la masturbation féminine, autrement dit le plaisir que l’on peut prendre à se caresser le minou.

Joli : bien que « joli garçon » soit moins utilisé que « jolie fille », ce qui est joli exerce toujours une attraction en ce qui concerne l’amour, l’érotisme et la sexualité.

La beauté est un des ingrédients majeurs de l’attirance sexuelle, que ce soit sur le plan physique (un mec mignon, un joli sourire, une jolie poitrine) ou sur le plan cosmétique (une jolie robe, un joli bijou, une jolie coiffure).

Jouir : au sommet de l’excitation et du plaisir, jouir est considéré comme une expérience extrême, un état d’euphorie qui envahit tout le corps lorsqu’on se laisse emporter par l’orgasme.

Les hormones produisent alors un cocktail de substances chimiques, endorphines et ocytocine notamment, qui font perdre la tête dans de délicieuses sensations. On dit aussi « prendre son pied ».

Jouissance : la jouissance est un plaisir intense qui peut être autant psychologique que physique. Parfois associée à l’orgasme, la jouissance englobe toutefois des sensations plus vastes, comme celles que l’on peut expérimenter à différents niveaux de l’extase sensuelle.

Jung-go parties : populaire dans le milieu gay aux États-Unis, cette fête privée permet aux participants de vivre une expérience sexuelle sans risque. Outre le préservatif, on y privilégie l’exhibitionnisme, le voyeurisme et la masturbation en commun, plutôt que les rapports sexuels directs.

À suivre dans un mois avec la lettre K

kama-sutra – Kegel (exercices de) – képi – kermesse – kundalini

Donnez votre avis

De Jalousie à Jouissance, en passant par les Jeux sexuels… vous voilà au courant de tous les termes en J concernant le sexe et l’amour.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Vous êtes libre de partager vos ressentis et de donner votre avis dans les commentaires ci-dessous… Vous participerez ainsi à enrichir le Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleerotic jouissance

Glossaire sexe & amour : lettre I

De Impuissance à IST (ou MST), en passant par Intensité érotique… nous poursuivons l’exploration des termes du sexe et de l’amour en étudiant la lettre I.

Glossaire sexe & amour : lettre I

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.


Identité de genre : Sentiment intime d’appartenir au genre féminin ou masculin, indépendamment de ses caractéristiques biologiques, telles que la production d’hormones ou la réalité de ses organes génitaux.

Le choix de l’orientation sexuelle (hétéro, homo, bis ou trans) n’est pas toujours en concordance avec l’identité de genre profondément ressentie. Ce décalage peut mener à un conflit intérieur difficile à assumer.

Imagination : L’imagination est nécessaire à la créativité. Dans le cadre de la relation de couple et de la sexualité, elle permet d’agrémenter le rapport amoureux d’une gamme infinie de fantaisies sensuelles et de variations érotiques.

À travers les fantasmes, l’imaginaire érotique nourrit le désir et entretient l’attraction des amants. En accueillant cet imaginaire et en le laissant s’exprimer librement, les partenaires pourront s’éclater au lit avec bonheur et cultiver leur plaisir sur la durée.

Impuissance : Dysfonctionnement sexuel masculin qui entraîne une incapacité à l’érection. L’impuissance est considérée comme une lourde perte de virilité et s’avère souvent pénible à vivre, tant pour celui qui y est sujet que pour sa compagne.

Les origines de l’impuissance peuvent être nombreuses et sont parfois difficiles à cerner. On distingue les causes physiques, dues à une grande fatigue, à une maladie cardio-vasculaire ou à un diabète par exemple, et les causes psychologiques, comme dans le cas de stress intense ou de traumatisme.

Voilà de quoi faire pâlir les mecs et les faire paniquer à la moindre panne. Mais il ne faut pas confondre l’impuissance et la défaillance temporaire. Celle-ci survient chez tous les hommes à un moment ou un autre et il n’y a pas lieu de s’en inquiéter. Généralement, après avoir pris du recul et un peu de repos tout rentre dans l’ordre.

Infantilisme : Fantasme sexuel basé sur la nostalgie de l’enfance ou de la petite enfance. Lorsque l’infantilisme est très marqué, la personne concernée peut avoir un dégoût de son corps d’adulte et une aversion pour les poils.

L’infantilisme mène parfois au fantasme des couches culottes ou à l’attrait pour les jeux de rôles qui mettent en scène l’allaitement et la toilette du nourrisson. Ces scénarios comportent souvent des éléments de domination qui produisent l’excitation sexuelle.

Initiation : Sorte de rituel érotique dans lequel une personne expérimentée guide le ou la partenaire novice dans une découverte sensuelle qui lui est inconnue. Dans ce contexte, l’un prend la responsabilité de transmettre son savoir et son expertise alors que l’autre fait preuve de curiosité, de confiance et parfois de soumission.

Cette situation place les amants dans un rapport de maître à disciple souvent vécue comme une relation de dominant à dominé, ce qui peut rendre l’expérience hautement érotique.

Innervé : Qualité d’un organe ou d’une partie du corps ayant des terminaisons nerveuses qui la rendent sensible au contact. Certaines zones des organes génitaux sont fortement innervées et permettent ainsi de ressentir beaucoup de plaisir lors des stimulations.

La partie du corps la plus innervée est la pulpe des doigts. Les caresses offrent ainsi tout autant de plaisir à la personne qui touche qu’à celle qui est touchée.

Les zones érogènes sont également riches en terminaisons nerveuses. Durant les préliminaires, on active spontanément la bouche, le cou, les seins, le ventre et les fesses, mais on oublie parfois de s’attarder sur les oreilles, le bas du dos, l’intérieure des cuisses, l’arrière des genoux et les pieds. Autant de parties sensibles à caresser avec délice…

Insertif : Se dit du partenaire qui introduit son pénis, ses doigts, sa langue ou un autre objet dans la bouche, le vagin ou l’anus de la personne avec qui il y a échange sexuel. Dans les rôles que prennent les amants, une personne est insertive alors que l’autre est réceptive. On utilise plus couramment les termes actif ou passif, mais ces termes sont trompeurs puisque la personne introduite peut aussi être active dans sa manière de recevoir.

Quoi qu’il en soit, les rôles ne sont pas forcément définis de manière immuable. Le couple épanoui pourra enrichir sa relation en explorant la fonction insertive de madame : langue, doigts et autres objets dans la bouche ou le rectum de son amoureux..

Instinct : Réflexe commun à tous les êtres vivants qui les pousse à satisfaire leurs besoins fondamentaux, comme manger, dormir ou se reproduire. L’instinct se loge dans le cerveau reptilien, mais les dernières études montrent que chez l’être humain, la pulsion sexuelle est secondaire par rapport à la motivation d’activer les zones neuronales du plaisir.

Le plaisir est donc majoritairement le fruit d’apprentissages inconscients. Il est issu d’un mélange de programmation culturelle et de besoins psychologiques. Les sentiments romantiques et les émotions font ainsi partie intégrante des liens amoureux qui se tissent dans la relation sexuelle.

Intensité émotionnelle : Sensation de proximité affective plus ou moins marquée qui lie les amoureux dans leur rapport romantique. C’est par une forte intensité émotionnelle que les amants maintiennent leur désir d’appartenance l’un envers l’autre et gardent leur motivation d’engagement.

L’intensité émotionnelle se révèle par une attitude tendre et bienveillante qui porte l’attention sur l’autre. Elle se cultive dans la confiance et dans l’échange de valeurs communes profondes.

Intensité érotique : Degré d’attraction sexuelle ressenti par les amants, qui puise largement sa force dans les fantasmes et la transgression des tabous. L’intensité érotique est renforcée par la complicité lors des jeux amoureux, lorsque chaque partenaire peut exprimer librement sa nature sexuée.

Les particularités des genres masculin et féminin, dans leurs différences et leur complémentarité, participent à l’augmentation de l’intensité érotique. Gestes, regards et allusions font de jeu de l’homme qui conquière et de la femme qui séduit. Les rôles de dominant et de soumis, de prédateur et de proie, sont de fort vecteurs d’intensité érotique.

Intimité : Espace réservé et protégé de toute intrusion extérieure. L’intimité peut être personnelle, garantissant l’intégrité de l’individu, ou appliquée au couple pour préserver un partage à caractère confidentiel.

L’intimité des amoureux est un des fondements du romantisme et de l’engagement sentimental. Elle concerne tant l’espace physique qu’émotionnel dans lesquels les partenaires se rejoignent pour tisser les liens qui les unissent.

Introduction : En sexualité, l’introduction désigne une pénétration, vaginale ou anale, avec le pénis, les doigts, la langue ou encore avec un objet comme un godemiché.

Intrusion : L’intrusion est une introduction soudaine et inattendue qui peut avoir une puissante connotation érotique dans le cadre de jeux sexuels complices. Le quickie (petit coup rapide) peut faire l’objet d’intrusions parfois vigoureuses portant une charge émotionnelle intense au profit des deux partenaires.

Lorsque le rapport n’est pas souhaité, l’intrusion est souvent douloureuse et s’apparente à une agression, voire à un viol. La personne soumise à une telle intrusion se sentira trahie, blessée et en gardera peut-être un traumatisme.

Intuition : Perception, réelle ou fantasmée, qui amène au sentiment de savoir à l’avance ce qui va se passer ou ce que l’autre ressent. Dans le domaine amoureux, suivre son intuition est utile parce que cela permet de ne rien regretter en cas d’échec, puisqu’on a suivi ce qui était important pour soi. Mais ceci exige une grande clairvoyance. Croire en son intuition peut aussi cacher des raisons inconscientes plus troubles, ce qui peut s’avérer destructeur.

Personne ne peut prétendre être devin. L’intuition c’est bien joli, mais rien ne remplace la communication pour partager ses ressentis avec l’autre ou pour prendre position en toute connaissance de cause. On ne le répétera jamais trop : les couples qui vont bien sont des couples qui se parlent.

Irrumation : Pratique qui consiste à pénétrer de son pénis la bouche de sa partenaire jusqu’à éjaculation. À la différence de la « pipe royale », gâterie librement prodiguée pour aboutir au même résultat, l’irrumation est imposée par l’homme contre la volonté de la personne qui reçoit. Elle a de ce fait une valeur d’humiliation.

IST (ou MST) : L’IST est une infection sexuellement transmissible. On parle aussi de MST pour maladie sexuellement transmissible, populairement appelées « maladies vénériennes ». IST et MST sont des termes plus ou moins interchangeables, du moins dans le langage courant. Mais les infections ne se transforment pas toujours en maladies, dieu merci.

Les principales infections se transmettent par contact entre les muqueuses sexuelles ou par le sang. C’est essentiellement ainsi que se propagent les bactéries, les champignons et les virus, dont le tristement célèbre VIH, responsable du SIDA.

Bien qu’on en parle moins dans les médias depuis quelques temps, le SIDA est encore bien présent et continue de contaminer le monde. Sachez intégrer le préservatif dans vos jeux amoureux lors de vos rencontres sexuelles.

À suivre dans un mois avec la lettre J

jacuzzi – jalousie – jambes – jeunesse – jeux sexuels – jill-off – joli – jouir – jouissance – jung-go parties

Donnez votre avis

De Impuissance à IST (ou MST), en passant par Intensité érotique… vous voilà au courant de tous les termes en I concernant le sexe et l’amour.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Envie de partager vos ressentis ou vos expériences ? Vous êtes libre de donner votre avis dans les commentaires ci-dessous… et de participer ainsi à enrichir le Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

Glossaire sexe & amour : lettre H

Glossaire sexe & amour : lettre H

De Hard à Hypersexualité, en passant par Hermaphrodisme… découvrez tous les termes en H concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.


Halètement : Fait de haleter. Le halètement est une respiration particulière que l’on retrouve dans toute activité physique intense. Dans le cadre des ébats amoureux, le halètement accompagne le rythme cardiaque et respiratoire de plus en plus rapide de l’excitation sexuelle. C’est le mode d’expression naturelle des amants qui prennent leur pied.

Précédé par les gémissements lascifs des préliminaires, le halètement marque la montée de la tension sexuelle et l’accrochage aux rideaux… Le halètement se maintient souvent jusqu’à l’orgasme, où il laisse place aux cris, aux pleurs ou aux rires.

Hard : Terme anglais qui signifie dur. Il est vrai qu’une certaine dureté érectile est nécessaire à l’acte amoureux, ce qui met parfois Monsieur sous pression…

Mais ce terme est surtout utilisé dans l’univers du porno pour signifier le caractère « sans retenue » des ébats présentés. Le monde du X a tendance à offrir à ses consommateurs un contenu de plus en plus « hard » afin de garantir une excitation maximum… et aussi de juteux bénéfices.

Hardeur : Ce terme, dont le féminin est « hardeuse », désigne l’acteur ou l’actrice porno, professionnel de l’univers du X. Les hardeurs possèdent des qualités ou des particularités physiques qui en font soit des idoles du sexe (plastique parfaite), soit des curiosités intrigantes (anormalités). Les hardeurs sont des spécialistes qui maîtrisent parfaitement leurs performances sexuelles.

Hermaphrodisme : État dans lequel un individu réunit les attributs et les caractéristiques mâles et femelles. À titre symbolique, l’hermaphrodisme désigne une ambiguïté sexuelle. Mais quelques rares cas présentent effectivement les deux sexes sur la même personne.

Hétérosexualité : Orientation sexuelle qui pousse une personne à avoir des attirances physiques pour l’autre sexe. L’hétérosexualité étant nécessaire à la reproduction, elle est considérée comme naturelle et s’impose comme le fondement de nos sociétés. Pourtant, d’autres attirances érotiques peuvent exister en marge de cette normalité.

Homme : L’homme, dans le sens de l’être humain mâle, et le complément naturel de la femme dans l’union du couple hétérosexuel. On utilise aussi ce terme comme synonyme de conjoint ou d’époux dans l’expression : « c’est mon homme ».

Homophobie : Rejet violent et incontrôlé de la réalité homosexuelle. L’homophobie provoque des réactions hostiles et parfois violentes à l’encontre des homosexuels.

Homosexualité : Orientation sexuelle qui suscite le désir, l’amour et l’attirance sexuelle pour une personne du même sexe. L’homosexualité a fini par gagner une certaine reconnaissance en Occident durant ces 50 dernières années. Aujourd’hui, certains pays reconnaissent le mariage ou l’union civile entre personnes du même sexe.

Au fil de l’histoire et selon les cultures, l’homosexualité a été plus ou moins tolérée ou réprimée. Alors que dans la Grèce antique l’homosexualité masculine procédait d’une initiation raffinée, elle est actuellement poursuivie dans un grand nombre de pays, avec des peines plus ou moins lourdes allant parfois jusqu’à la peine de mort.

Ces très grandes différences de jugement par rapport à l’homosexualité montrent à quel point celle-ci reste un sujet controversé et questionnant pour la plupart d’entre nous.

L’inconfort face aux homosexuels a abouti à de nombreuses railleries et à l’utilisation d’une foule de termes argot, tels que : fiotte, folle, lopette, pédale, pédé, phoque, tafiole, tantouze, tapette, tarlouze.

Horizontale : Terme populaire ancien qui désignait une courtisane ou une prostituée avec un certain dédain. Ce mot, fort de sens métaphorique, reste néanmoins assez charmant.

Huile : Produits pouvant accompagner les jeux amoureux. Les huiles permettent d’augmenter les sensations de volupté grâce au glissement soyeux qu’elles confèrent à la peau.

Utilisées lors des massages sensuels, les huiles sont appréciées pour la chaleur qu’elle dégage ou la fraîcheur qu’elles font ressentir, pour leur parfum ou pour leur goût. Certaines ont des vertus aphrodisiaques, mais c’est surtout la subtilité des gestes qui les accompagnent qui leur donneront tout leur sens.

Hygiène : Ensemble des pratiques que l’on destine à prévenir les infections et à éviter les effets inconvenants produits par les sécrétions corporelles et l’accumulation de saleté. D’un point de vue érotique, le manque d’hygiène est rédhibitoire et constitue sans aucun doute le premier tue l’amour.

Bien que certains apprécient la présence d’odeurs corporelles brutes, un minimum d’hygiène est absolument nécessaire pour ne pas puer de la gueule… ou d’ailleurs !

Hygiène sexuelle : L’hygiène sexuelle révèle l’importance qu’un individu accorde à son sexe et, par extension, à sa sexualité. Les habitudes à ce sujet, qu’elles soient éducatives ou culturelles, peuvent varier de manière significative.

Il n’en reste pas moins qu’une personne consciente de son identité sexuelle et ouverte aux plaisirs charnels saura prendre soin de ses parties génitales. Se laver régulièrement et consciencieusement est une preuve de respect pour soi-même qui constitue aussi une délicatesse à offrir à son partenaire.

Hymen : Fine membrane qui obstrue l’entrée du vagin chez la jeune fille vierge. L’hymen a longtemps représenté la pureté de la virginité. Dans certaines cultures, la chasteté des femmes avant le mariage garde encore aujourd’hui une très grande valeur.

La défloraisons, ou dépucelage, désigne la première pénétration vaginale qui est sensée rompre l’hymen. Mais, contrairement aux idées reçues, toutes les femmes ne possèdent pas forcément un hymen. De plus, lorsqu’il existe, il peut se détendre plutôt que se rompre ou encore avoir été déchiré lors de l’utilisation de tampons menstruels.

Hypersexualité : Particularité d’une personne sexuellement insatiable et qui souffre d’un besoin obsessionnel de satisfaire ses pulsions. L’hypersexualité pousse à orienter toutes son existence en faveur d’expériences sexuelles potentielles. Elle peut aboutir à des comportements extrêmes comme des violences infligées à soi-même ou à autrui.

À suivre dans un mois avec la lettre I

identité de genre – imagination – impuissance – infantilisme – initiation – innervé – insertif – instinct – intimité – introduction – intrusion – irrumation – IST (ou MST)

Donnez votre avis

De Hard à Hypersexualité, en passant par Hermaphrodisme… vous voilà au fait des termes en H concernant le sexe et l’amour.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez maintenant votre avis dans les commentaires ci-dessous. Et construisons ensemble ce Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

Glossaire sexe & amour : lettre G

Glossaire sexe & amour : lettre G

De Gang bang à G spot (point G), en passant par godemiché… découvrez tous les termes en G concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.


Gamète : Le gamète (nom masculin) désigne la cellule reproductrice, c’est-à-dire les spermatozoïdes de l’homme et les ovules de la femme. Les gamètes sont produits par les testicules ou par les ovaires. La rencontre d’un gamète mâle et d’un gamète femelle forme la première cellule d’un futur embryon est donc le début potentiel de la vie d’un nouvel être humain.

Gang bang : Activité sexuelle dans laquelle une personne, le plus souvent une femme, est l’objet de rapports sexuels variés avec plusieurs hommes. Le gang bang véhicule l’idée de performance, voire de record, impliquant une femme avec le plus grand nombre d’hommes possibles.

Les gangs bang sont organisés dans la plus grande discrétion, la plupart du temps sur Internet, soit par petites annonces, soit sur des sites spécialisés. Généralement, ils regroupent 12 à 20 personnes. Mais le Championnat du Monde de Partouze de Varsovie, en 2004, a vu décerner le record incontesté à Lisa Sparks, avec 919 hommes !

De quoi en faire rêver certains et en dégoûter d’autres…

Gaule : La gaule étant une grande perche ou un bâton, il n’en fallait pas plus pour que l’argot s’empare du terme afin de désigner le pénis en érection. Avoir la gaule au réveil et quelque chose de tout à fait naturel pour un homme. Maintenant, que dire des gaulois ? Je vous laisse y songer…

Gémir : Manifestation vocales du plaisir lors de l’activité sexuelle afin de partager avec le ou la partenaire la montée du désir et l’accession à l’orgasme. Gémir fait partie intégrante du rapport sexuel et stimule fortement les deux partenaires.

Gémissements : Vocalisations copulatoires émises par la personne qui éprouve du plaisir durant le rapport sexuel. Ces lamentations tendres et sensuelles indiquent souvent au partenaire les gestes et mouvements appréciés afin de l’encourager à poursuivre.

Les gémissements peuvent être ténus ou plus marqués, allant parfois jusqu’aux cris, aux rires ou aux pleurs, selon la personnalité de chacun et l’intensité de l’émotion ressentie. Ils font partie de la communication des amants… et peuvent à l’occasion rendre jaloux les voisins !

Gérontophilie : Attraction sexuelle pour les gens très âgés. La gérontophilie est une orientation sexuelle hors normes et socialement mal acceptée, bien qu’elle puisse être parfaitement respectable.

Gland : Le gland est l’extrémité arrondie du pénis ou du clitoris. Grâce aux nombreuses terminaisons nerveuses qui font sa sensibilité, le gland est directement liée à l’atteinte de l’orgasme. Les perceptions sont toutefois très variables d’une personne à l’autre, certaines appréciant les stimulations vigoureuses alors que d’autres préfèrent les effleurements délicats.

Glory hole : Paroi présentant des ouvertures placées à bonne hauteur afin d’y passer son pénis. Celui-ci est alors léché, sucé ou masturbé par une personne inconnue qui se tient de l’autre côté de la cloison. Généralement, il n’y a que le côté des hommes qui soit payant, mais chacune des deux faces possède ses amateurs et amatrices qui y trouvent une grande excitation.

Il en existe une version féminine : le Glory Pussy Hole. Dans ce cas, la paroi et percée d’ouvertures assez grandes pour y passer la moitié du corps. Des femmes sont installées pour ne laisser apparaître que leurs jambes et leur croupe d’un côté de la cloison. Elles seront léchées, doigtées et pénétrées par des inconnus, lesquels réalisent le grand fantasme de la toute-puissance sexuelle.

Gode : Mot courant et populaire pour désigner le godemiché et, par extension, tous les autres sex Toys et accessoires destinés à la stimulation des orifices sexuels.

Gode-ceinture : Accessoire sexuel constitué d’un pénis en latex monté sur une ceinture ajustable. Le gode-ceinture est généralement destiné aux femmes qui désirent pénétrer leur partenaire, qu’il soit homme ou femme, de manière anale ou vaginale.

Certains modèles ont été développé pour offrir une alternative aux hommes qui souffrent de troubles érectile ou qui ont un pénis sous dimensionné.

Godemiché : On peut aussi l’écrire godemichet, l’Académie française n’ayant pas statué sur son sort. Cet accessoire sexuel de forme phallique était déjà utilisé dans l’Antiquité sous le nom de « olisbos », mais on peut imaginer que les femmes ont exploré leur vagin depuis la nuit des temps au moyen de divers objets.

Aujourd’hui, on parle plus volontiers de dildos, mot chic pour désigner ce type de sex Toy. En principe, le godemiché n’est pas vibrant, mais les évolutions techniques le font souvent passer dans la catégorie des vibromasseurs. On le trouve dans tous les sex-shops dans une infinité de déclinaisons de formes, de couleurs, de textures et de dimensions.

Golden shower : Appelée aussi douche dorée, cette pratique sexuelle met en scène une ou plusieurs personnes qui urinent sur un même partenaire. L’attirance sexuelle pour l’urine s’appelle l’urophilie.

Gorge profonde : Pratique sexuelle qui consiste à engloutir complètement le sexe de l’homme durant la fellation. Assez difficile à réaliser, la « gorge profonde » est rarement pratiquée en dehors du monde de la pornographie.

La meilleure position pour y parvenir est d’étendre la femme sur le dos avec la tête renversée au bord du lit. L’homme se tient debout sur le sol et encadre le visage de sa partenaire avec ses jambes. Il peut ainsi la pénétrer jusqu’au fond de la gorge. La fille doit détendre son larynx et synchroniser sa respiration sur les mouvements de son compagnon pour éviter toutes nausées et vomissements.

Cela demande un certain entraînement et vous comprendrez que je ne le conseille pas après une fondue !

Comme dans toutes les pratiques extrêmes, il est nécessaire d’instaurer un code gestuel très clair pour signaler toute incommodité. Ceci implique de rester attentif et prévenant tout au long du processus.

Gouine : Terme qui désignait autrefois les lesbiennes de manière très péjorative. Aujourd’hui, le mot gouine a été intégré par les lesbiennes elles-mêmes qui l’utilisent de manière tout à fait naturelle.

Dans un autre registre, les hommes utilisent le mot gouine lorsqu’ils fantasment sur des allumeuses qui défient les mâles et qu’ils rêvent de pouvoir conquérir, soumettre et convertir à l’hétérosexualité par le seul éclat de leur virilité triomphante.

Griffures : Au même titre que les morsures, les griffures font partie de l’expression amoureuse dans le cadre des jeux sexuels. Simulées ou réelles, les griffures marquent plus ou moins fortement la peau du partenaire et signifient, consciemment ou inconsciemment, son appartenance ou sa soumission.

G spot (point G) : Le point G est une zone érogène importante chez la femme qui semble particulièrement impliquée dans l’accession à l’orgasme. Le G spot se situe sur la face antérieure du vagin à 2 ou 3 cm de son entrée. Cette zone est beaucoup plus innervée que le reste des parois vaginales. Elle peut être perçue au toucher comme un léger renflement qui pourrait se développer au fil des stimulations répétées.

L’activation du point G peut déclencher une émission de liquides, sécrétés par les glandes de Skene, et aboutir parfois à ce que l’on nomme l’éjaculation féminine. Les « femmes fontaines » peuvent facilement projeter un décilitre ou même plus lorsqu’elles atteignent l’orgasme.

Les positions sexuelles qui permettent de stimuler le point G sont celles dans lesquelles le pénis va fortement appuyer sur la partie antérieure du vagin : la femme qui chevauche l’homme en se penchant vers l’arrière, la levrette en jouant avec la hauteur du bassin, ou la femme sur le dos avec les jambes très relevées.

Si votre copine attrape ses chevilles pour tirer ses jambes au-dessus de sa tête, ce n’est pas parce qu’elle est contorsionniste, mais parce qu’elle s’éclate avec son point G. C’est peut-être à cause de cela qu’on dit : « prendre son pied… »

La quête des sensations que réserve le point G peut être une aventure très exaltante pour le couple. Mais il est bon de ne pas en faire une obsession, car un grand nombre de femmes n’arrive jamais à le localiser précisément, ce qui ne les empêche pas de ressentir de puissants orgasmes.

Guelette : Mot vaudois pour désigner le sexe masculin chez l’enfant, puis par extension chez l’homme adulte avec un brin de tendresse. « Vive la guelette et le pain bis » comme on dit chez nous !

Guiguenatsser : Encore un mot typique du pays de Vaud : guiguenatsser magnifie l’action de courtiser une femme à outrance, dans la seule intention d’obtenir ses faveurs sexuelles.

À suivre dans un mois avec la lettre H

halètement– hard – hardeur – hermaphrodisme – hétérosexualité – homme – homophobie – homosexualité – huile – hygiène sexuelle – hymen – hypersexualité

Donnez votre avis

De Gang bang à G spot (point G), en passant par godemiché… vous savez maintenant tout de la lettre G en amour et en sexualité.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez maintenant votre avis dans les commentaires ci-dessous. Et construisons ensemble ce Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

Glossaire sexe & amour : lettre F

Glossaire sexe & amour : lettre F

De fantasme à frigidité, en passant par fellation… découvrez tous les termes en F concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. De quoi donner au couple amoureux les moyens de développer ses connaissances et de cultiver sa complicité.

Les mots sont porteurs de nos idées, mais aussi de nos émotions. Grâce à eux nous pouvons communiquer le désir et les sensations subtiles de nos ébats. Les amoureux éclairés sauront trouver le mot juste pour se lier d’un amour aussi sincère que fripon.

Fantasme, frigidité, fellation

Face sitting : Variante de domination dans laquelle une personne est assise sur le visage de son ou sa partenaire. Le dominant peut ainsi imposer le type de stimulation qu’il préfère : cunnilingus, anulingus ou gobage de testicules. Il ou elle pourra répandre à son gré ses fluides, son sperme ou même son urine… chacun ses goûts.

Faire l’amour : Expression courante pour désigner la relation sexuelle. Faire l’amour implique souvent un lien affectif entre les partenaires ou du moins une intention d’union affective. La notion de « faire » l’amour suggère que le rapport sexuel pourrait effectivement produire ce lien, par le biais sans doute des hormones mises en jeu dans cette activité intime.

Le langage populaire est moins prosaïque et désigne l’acte sexuel sous de nombreux termes : baiser, bourrer, défourailler, fourrer, foutre, limer, mettre, niquer, sauter, se taper, tartiner, tirer, tringler, troncher, trouer, zober…

Fantasmes : Représentations érotiques imaginaires mettant en scène des situations particulièrement excitantes. Les scénarios imaginés sont plus ou moins obscènes et peuvent répondre à des désirs refoulés ou secrets éveillant parfois de la culpabilité.

Les fantasmes font partie de la créativité érotique naturelle de chacun. À ce titre, ils sont un stimulant essentiel pour le couple. Le fantasme active le désir et permet d’accéder à plus de plaisirs sexuels, pour autant que sa nature ne soit pas obsessionnelle ou nuisible à l’équilibre relationnel.

Fellation : Pratique sexuelle dans laquelle une personne prend le pénis de son partenaire en bouche pour lui prodiguer des caresses avec la langue et les lèvres. Le contact des dents avec le gland est à éviter absolument. La fellation s’accompagne souvent d’une stimulation manuelle du pénis.

Pour désigner cette pratique, on dit aussi : tailler une pipe, pomper, sucer, faire une gâterie, tailler une plume, faire un pompier, turluter.

Je ne résiste pas à vous rappeler la délicieuse chanson de Serge Gainsbourg « Les sucettes à l’anis », chantée en 1966 par la très naïve France Gall qui n’avait pas vu le rapport…

Femme : Le genre féminin a toujours inspiré les hommes en leur faisant plus ou moins perdre la tête. Par essence, la femme est porteuse de vie, elle allaite et materne ses petits. Pour cela, elle doit être fécondée par un homme, qu’elle attire par la séduction. La femme est donc aussi séductrice et sait user de ses charmes redoutables pour entraîner l’homme choisi dans son lit.

Ainsi, par un échange de bons procédés, l’homme jouit de la grâce de sa compagne en échange de son rôle de victime consentante. Bon, c’est plus complexe que ça, mais c’est la base.

Ce rapport des forces entre les sexes a amené les hommes à dévaluer les femmes pour se protéger de leur puissance (enfin c’est ce qu’ils croient!)

C’est sans doute dans cet esprit que des synonymes populaires plus ou moins vulgaires se sont imposés : belette, bombasse, bombe, bonne, caille, femelle, fente, frangine, gonze, gonzesse, greluche, grosse, louloute, meuf, nana, nénette, pisseuse, poule, poulette…

Femme-fontaine : Femme ayant la capacité de laisser surgir un liquide incolore et inodore en jet puissant lors de l’orgasme. L’éjaculation féminine est un phénomène qui à été peu étudié jusqu’à présent. On observe qu’il se produit chez certaines femmes à la suite de stimulations spécifiques qui sont variables d’une personne à l’autre. Le liquide, parfois abondant, est sécrété par les glandes de Skene.

Certaines femmes, dans l’intensité du plaisir, ressentent comme un besoin de faire pipi et retiennent ce flot qui n’est autre qu’orgasmique. Elles craignent de mouiller le lit et plus encore d’effrayer leur partenaire. Ce faisant, elles s’empêchent d’atteindre un orgasme complet. La complicité du couple est alors essentielle pour expérimenter à deux cette manifestation physiologique du plaisir.

Si vous sentez venir, lâchez tout, vous ne le regretterez pas !

Fessée : Jeu érotique faisant partie des pratiques sadomasochistes légères. La fessée met en évidence un rapport de domination entre les partenaires, l’un faisant figure d’autorité et l’autre de victime, naïve et sans défense. L’analogie avec la punition de parent à enfant n’est pas anodine et peut produire des réactions émotionnelles.

Pour de nombreux couples, la fessée est une pratique courante qui s’intègre parfaitement à la modulation des jeux amoureux et qui excite autant la personne qui la donne que celle qui la reçoit.

Fesses : Les fesses ne sont pas seulement faites pour s’asseoir ! Elles sont un des éléments essentiels de l’imagerie érotique et attirent autant le regard des hommes que celui des femmes.

Fétichisme : Le fétichisme est la sublimation sexuelle ou érotique d’un objet ou d’une partie du corps humain. L’excitation sexuelle peut être produite par la vue, le toucher, l’odeur ou le goût de l’objet ou de la partie corporelle qui émeut le fétichiste.

Les vêtements, gants, collants, chaussures, bottes, lingerie féminine par exemple, sont souvent liés à un certain fétichisme, de même que les mains, jambes, nez, tétons, nombril, anus, poils, etc..

Mais pour qui est sensible à ce type de représentations, l’étendue des objets fétiches n’a de limites que celles de son imagination.

Fille : Jeune femme ou femme encore célibataire. Le mot « fille » évoque une fraîcheur juvénile toujours très attractive aux yeux des hommes. La « fille de joie », indépendamment de son âge, incarne la vitalité érotique de la jeunesse.

Fion : Mot d’argot pour désigner l’orifice de défection, autrement dit l’anus ou le trou de balle.

Fisting : Appelé aussi fist-fucking, cette pratique sexuelle extrême est peu répandue. Elle consiste à introduire la main entière dans l’anus ou le vagin.

Dans le cas du fisting anal, l’intromission se fait avec les doigts tendus et groupés, de manière très lente et graduelle, en utilisant un lubrifiant en abondance. Une fois introduite dans le rectum, la main peut se resserrer pour former le poing. Chez les hommes adeptes de cette pratique, elle stimulera la prostate.

Fixette : État mental obsessionnel qui mène une personne à focaliser toute son attention et ses désirs sur un amour impossible. La fixette est très courante après une rupture amoureuse et peut durer plusieurs mois. Il arrive qu’elle perturbe encore plus longuement les amoureux platoniques soumis à leur rêve inaccessible.

Le seul moyen de sortir d’une fixette est de retrouver confiance en soi, de se changer les idées, de sortir et de reprendre le cours de sa vie.

Flagellation : Action de fouetter une personne ou soi-même dans un but d’excitation sexuelle. Aïe ! Dans les milieux sadomasochistes, la flagellation fait intervenir un dominant et une victime, tout deux consentants et au fait des limites de l’interaction.

Flirt : Jeu de séduction n’ayant pas forcément pour objectif la relation sexuelle. Le flirt peut être plus ou moins poussé, allant du simple échange de sourire aux attouchements intimes.

Fornication : Terme péjoratif qui désigne l’acte sexuel dans son aspect primaire et bestial. Traditionnellement, la fornication est liée au « péché de la chair » puisqu’elle définit un rapport sexuel entre un homme et une femme libres de tout lien, c’est-à-dire non mariés ni aucunement engagés. Faut-il souligner que c’est le cas de beaucoup d’entre-nous de nos jours ?

À notre époque, la morale impliquée dans la fornication n’a plus lieu d’être, bien qu’elle subsiste dans certaines religions.

Fougue : Dans le contexte sexuel, la fougue exprime la passion et l’ardeur que certains manifestent avec énergie durant le coït. La fougue peut être très appréciée ou au contraire vécue comme douloureuse, voire traumatique.

Foutre : Terme vulgaire pour désigner le sperme de l’homme. Par extension, foutre est aussi utilisé comme verbe et implique une relation sexuelle avec éjaculation. On l’emploie souvent avec une connotation dégradante, comme dans l’expression « Va te faire foutre ! »

French kiss : Baiser profond mettant en œuvre un voluptueux contact des langues. Au XIXe siècle, ce baiser amoureux était appelé « baiser florentin ». Comme quoi les français n’ont rien inventé en ce domaine.

L’union des bouches est une activité érotique qui déclenche, au niveau neurobiologique, des récompenses cérébrales provoquées par l’activation de zones érogènes. Le French kiss est reconnu de par le monde comme le baiser le plus voluptueux.

Fréquenter : Dans les termes d’usage vaudois (suisse), fréquenter signifie courtiser, séduire et finalement profiter des faveurs d’une femme.

Fricoter : Dans le langage populaire, fricoter désigne le fait d’avoir des relations complices, sentimentales ou sexuelles avec quelqu’un.

Frigidité : Déni du désir, incapacité à l’orgasme ou absence totale de plaisir, la frigidité est un état qui laisse les spécialistes perplexes. En effet, il est très difficile de cerner ses véritables causes et d’interpréter sa réelle nature. La frigidité est un grave problème pour les personnes qui en souffrent et nécessite une aide thérapeutique.

Frotteurisme : Fantaisie érotique déviante et abusive qui consiste à s’exciter en frottant son sexe contre une personne non consentante dans un lieu public. Le métro en est le théâtre idéal puisqu’il réunit les foules dans une promiscuité extrême, à la fois temporaire et anonyme. Attention à la fermeture des portières !

Frottis : Le frottis vaginal est un prélèvement de cellules au fond du vagin, sur le col de l’utérus, destiné à dépister les lésions pré-cancéreuses. Il s’effectue lors d’un examen gynécologique à titre de prévention. Il y a des trucs plus agréables, parait-il.

À suivre dans un mois avec la lettre G

Gamète – Gang bang – Gaule – Gémir – Gémissements – Gland – Glory hole – Gode – Gode-ceinture – Godemiché – Golden shower – Gorge profonde – Gouine – Griffures – G spot (point G) – Guelette – Guiguenatsser

Donnez votre avis

De fantasme à frigidité, en passant par fellation… voilà tous les mots que vous devez connaître sur la lettre F en amour et en sexualité.

La découverte de ces mots vous a choqué ou amusé ? Partagez vos idées, votre expérience et votre vécu avec nous. Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

 

Glossaire sexe & amour : lettre E

Glossaire sexe & amour : lettre E

D’échangisme à extase, en passant par éjaculation… découvrez tous les termes en E concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. En découvrant la définition de ces mots on s’offre aussi la possibilité d’aborder certains aspects de la sexualité avec plus de liberté.

Les mots du sexe et de l’amour accompagnent parfois nos fantasmes et nos ébats les plus délicieux. Le couple complice saura les utiliser dans des confidences aussi épicées que savoureuses.

Glossaire sexe & amour, lettre E

Ébats : Jeux amoureux ou sexuels auxquels s’adonnent les amants. Les ébats suggèrent une certaine dynamique de mouvement dans une joyeuse complicité.

Échangisme : En principe, cette expérience sexuelle consiste à échanger les partenaires entre deux ou plusieurs couples. Mais par extension, la pratique de l’échangisme regroupe l’exhibitionnisme, le voyeurisme, le triolisme et la « partouze ».

C’est souvent l’homme qui est demandeur, en réponse à ses fantasmes de relations multiples. On observe pourtant un nombre croissant de femmes intéressées par ce type d’exploration des sens. La plupart des adeptes de ces pratiques sont âgés d’une quarantaine d’années. Ce sont des hommes et des femmes qui recherchent la fantaisie afin de stimuler leur propre sexualité de couple.

Les clubs spécialisés offrent une grande liberté d’action. De nombreux partenaires et un anonymat garanti sont propices aux ébats sans retenue. Les clubs échangistes sont régis par des codes précis basés sur le respect mutuel et une liberté totale. Personne n’y est obligé à quoi que ce soit. Ces clubs font ainsi partie des endroits les plus sécurisants et bienveillants qui soient.

Les couples qui désirent s’initier à ces pratiques ont avantage à bien se préparer psychologiquement, car l’expérience peut être émotionnellement assez perturbante les premières fois. Les hommes y sont sensibles encore plus que les femmes et doivent assumer le fait de voir leur compagne avec un autre partenaire. Ils devront faire face à d’éventuels accès de possession ou de jalousie, ce qui demande une certaine maturité.

Effleurage : Caresses légères et subtiles, parfois à peine perceptibles, qui peuvent provoquer des frissons intenses et augmenter l’excitation jusqu’à son paroxysme. On pratique l’effleurage du bout des doigts, au moyen d’une plume, d’un foulard de soie ou d’un quelconque objet capable de glisser sur la peau de manière douce et légère. Agacer ainsi les sens de son/sa partenaire est une technique aussi très prisée dans les jeux de maître/esclave.

Éjaculation : Réaction physiologique provoquant l’émission de sperme chez l’homme qui atteint le point culminant de son excitation. L’éjaculation se produit par saccades en jets de volume, de puissance et de densité variables en fonction de l’individu et de son âge.

On parle aussi d’éjaculation féminine pour définir l’émission de liquide jaillissant du vagin lors d’une stimulation adaptée de la zone du point G chez certaines femmes. Ce liquide incolore et inodore est produit par les glandes de Skene et ne doit pas être confondu avec de l’urine. Les femmes-fontaines restent en petit nombre à cause de la méconnaissance du phénomène et des tabous qui l’entourent.

Éjaculation faciale : Pratique qui mène un homme à diriger ses jets de sperme sur le visage de sa partenaire. Popularisée parmi les standards le l’industrie pornographique, l’éjaculation faciale est considérée par de nombreuses personnes comme un acte humiliant.

Ceci me rappelle une ancienne vidéo mettant en scène des femmes de couleur soumises à cet exercice et dont l’argument de vente était : « Black souillées ». Ça me faisait penser aux Black Shoes, un groupe de musique, mais aussi qu’il faut bien peu d’égard pour l’amour à y voir le sperme comme une souillure.

Dans le cadre de jeux complices, certains couples trouvent dans l’éjaculation faciale un plaisir réciproque, surtout après que la femme ait eu sa part d’orgasme. Certes, il peut y avoir dominance, mais le dominé n’est pas toujours celui qui est à genoux ! Éviter toutefois les cheveux (ça colle) et les yeux (ça pique).

Éjaculation précoce : Appelée aussi éjaculation prématurée, elle est définie par les sexologues comme survenant systématiquement avant la pénétration ou dans la minute qui la suit. Mais l’évaluation d’une éjaculation trop rapide est tout à fait individuelle et les critères pour en juger varient fortement d’une personne à l’autre. Une femme peut trouver son partenaire trop rapide alors que lui n’en souffre pas, comme cela peut être le contraire.

Sur le plan physiologique, une éjaculation rapide est parfaitement normale. Le couple gagnera toutefois beaucoup en intimité et en sensualité en faisant durer ses ébats. L’homme pourra donner du plaisir à sa compagne de multiples manières sans utiliser son pénis. Mais il devra apprendre à mieux maîtriser son excitation s’il veut profiter d’un coït qui dure longtemps.

Pour juger d’une éjaculation précoce, certains comptent le nombre d’allées et venues, d’autre les minutes de pénétration ou encore le nombre d’orgasmes atteints par la dame. En définitive, il y a éjaculation précoce lorsque la maîtrise de l’excitation n’est pas suffisante pour que le coït permette aux deux partenaires d’avoir une relation sexuelle satisfaisante.

Éjaculer : Verbe qui décrit la réaction incontrôlée produisant, chez l’homme, les contractions des glandes séminales afin d’expulser le sperme à l’extérieur du pénis. On associe souvent le fait d’éjaculer avec l’orgasme, bien que les deux phénomènes soient distincts. Dans le langage courant, poétique ou grivois, on dit aussi : venir, jouir, gicler, décharger, découiller, se lâcher, envoyer la purée… Charmant, n’est-ce pas ?

Embrasser : Depuis la nuit des temps, embrasser revêt une symbolique d’amour profond largement idéalisée. Le baiser sur la bouche, avec les langues qui se goûtent mutuellement, est un prémisse aux jeux amoureux. L’art d’embrasser fait donc partie de l’art de l’amour, tant sur le plan sexuel que sur le plan affectif. En alternance entre roulage de pelle torride et doux baisers romantiques, embrasser est l’acte qui lie le couple de corps et de cœur.

Enculade : Action d’enculer, d’effectuer une sodomie. Pour les adeptes du plaisir annal, le terme enculade peut être assez excitant, voire charmant.

Enculer : Ce terme plutôt vulgaire est le synonyme de sodomiser, pratique sexuelle qui consiste à introduire le pénis dans l’anus. Particulièrement excitant pour la plupart des hommes dans leur fonction de pénétrant, cette pratique n’est pas appréciée par toutes les femmes. Elle nécessite une grande confiance, beaucoup de douceur lors de l’intromission et l’usage de lubrifiant. Une fois le sphincter dilaté, le pénétrant peut se diriger graduellement vers des mouvements plus vigoureux.

Le mauvais usage de cette pratique peut provoquer de fortes douleurs. D’autre part, la connotation « sale » de l’orifice de défécation charge le verbe enculer d’une notion perverse ou humiliante. C’est ainsi que le langage populaire a adopté le terme pour signifier une intention désobligeante, comme dans « va te faire enculer ! »

Éonisme : Attitude adoptée par un homme afin de se travestir, en portant des vêtements de femme et en se comportant comme l’une d’entre elles, notamment en ce qui concerne la séduction. Dans les milieux fétichistes, l’éonisme est considéré comme très excitant.

Épectase : En relation avec la sexualité, l’épectase est le fait de mourir lors de l’orgasme. Pas très cool pour le/la partenaire, mais pour un amateur de plaisirs charnels : de quelle plus belle mort pourrait-on rêver ?

Épilation : C’est une manière de se débarrasser des poils considérés comme disgracieux. En la matière, c’est surtout la mode qui dicte sa loi, poussant chacun à s’identifier à un groupe ou à une époque. Par exemple, jusque dans les années 70, les femmes gardaient leurs poils sous les bras, alors qu’aujourd’hui cela paraît du plus mauvais goût.

Dans la sexualité, les poils intimes ont encore leurs adeptes, qui apprécient le côté sauvage de la sensualité. Mais actuellement, la mode fait la part belle au raffinement d’une peau lisse et nette. La norme est donc plutôt à l’épilation, souvent sévère, voire totale, des parties génitales.

À la brucelles ou au laser, les femmes vont redessiner leur pubis, en ticket de métro ou en forme de cœur par exemple. Quant à la vulve, certaines pensent qu’elle doit être aussi nette que celle d’une petite fille… Elles appellent ça « faire le maillot » (entendez : de bain). De leur côté, de plus en plus d’hommes se rasent ou s’épilent le pénis et les testicules.

Les amateurs de plaisir annal se font souvent un anus tout net ! Pour celles et ceux qui ne sont pas contorsionnistes, de nombreux instituts de beauté offrent discrètement cette prestation.

Reste encore une question : quand on a enlevé toute pilosité, comment on fait pour se foutre à poils ?!

Érection : Réaction incontrôlée et naturelle du corps qui, par afflux sanguin, gonfle et durcit un organe. En présence de stimuli sexuels, la verge, le clitoris et les tétons se mettent en érection.

Érotisme : Terme générique qui regroupe toutes les notions de plaisir liées à la sexualité. L’érotisme fait appel autant aux facultés créatives de l’esprit qu’aux sensations du corps. Il se nourrit des archétypes universels, comme des fantasmes individuels.

L’érotisme révèle une esthétique du plaisir dans les attitudes personnelles, les relations sociales ou l’expression artistique. Il est présent dans toutes les manifestations humaines, dès le moment qu’une notion de charme y est rattachée.

Érotographie : Plaisir à écrire ses fantasmes, pulsions ou autres inspirations érotiques. L’érotographie peut prendre une forme littéraire ou se contenter de graffitis dans les toilettes.

Érotomanie : Obsession pathologique basée sur l’illusion d’être aimé par une personne, alors que cela n’est pas le cas. Dans l’érotomanie, les fantasmes focalisent l’imaginaire sexuel sur cet objet de désir, déniant toute autre réalité.

La plupart d’entre nous ont expérimenté une certaine érotomanie en faisant une « fixette » sur un/une ex-partenaire juste après une rupture, ou sur une conquête dont nous n’avons pas voulu accepter le rejet.

Esclavagisme : Pratique sexuelle de dominant-dominé dans laquelle un des deux partenaires choisit de prendre une position d’esclave alors que l’autre tient le rôle de maître. Le soumis accepte ainsi de se plier à tous les caprices et désirs sexuels du dominant.

Étalon : Dans une perspective érotique, un étalon est un homme particulièrement attirant ou sexuellement très actif.

Étreinte : L’étreinte réunit les partenaires de manière tendre et amoureuse. Un tel enlacement des corps, respectueux et plein d’amour, est souvent vécu spontanément par les jeunes amants. L’étreinte est valorisée dans des approches conscientes de la sexualité, comme le Tantra ou le Slow Sex.

Eunuque : Homme châtré chargé de surveiller les femmes dans les harems. Devenu infécond, l’eunuque gagnait en douceur tout en conservant ses attributs virils. C’est l’amant parfait, en somme, qui fait rêver les femmes et que les hommes envient.

Excitation : Processus psycho-sensoriel par lequel une personne accède au plaisir sexuel. L’excitation englobe toutes les perceptions de l’individu stimulé sexuellement, qu’elles soient physiques par des attouchements ou des caresses, ou mentales par des images ou des paroles.

Exhibitionnisme : Propension à prendre du plaisir en se montrant nu ou en dévoilant ses parties intimes à des inconnus. Certaines personnes trouvent un plaisir intense en ayant des relations sexuelles en publique ou en sachant que d’autres les regardent. L’exhibitionnisme s’est largement répandu ces dernières années grâces aux possibilités offertes par l’internet et les webcams.

Exotisme : Projection mentale qui laisse croire en l’existence de comportements plus attrayants que ceux qui nous sont propres. En sexualité, l’exotisme entretient le fantasme de contrées lointaines aux mœurs légères qui produit des hommes et des femmes à la libido débridée.

Les expériences sexuelles qui sortent du cadre des habitudes sont souvent qualifiées d’exotiques.

Extase : État psycho-émotionnel ressenti par une personne qui atteint l’ultime sommet du plaisir. Alors que l’extase peut se produire par le simple éveil de l’esprit, elle est le plus souvent obtenue dans l’exultation des sens. Le plaisir sexuel, lorsqu’il est accompagné d’un épanouissement émotionnel, mène à l’extase.

À suivre dans un mois avec la lettre F :

face sitting – faire l’amour – fantasme – fellation – femme – femme-fontaine – fessée – fesses – fétichisme – fille – fion – fisting – fixette – flagellation – flirt – fornication – fougue – foutre – French kiss – fréquenter – fricoter – frigidité – frotteurisme – frottis

Donnez votre avis

D’échangisme à extase, en passant par éjaculation… vous savez maintenant tout de la lettre E en amour et en sexualité.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

 

Glossaire sexe & amour : lettre D

Glossaire sexe & amour : lettre D

De débander à double pénétration, en passant par désir… découvrez tous les termes en D concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. En découvrant la définition de ces mots on s’offre aussi la possibilité d’aborder certains aspects de la sexualité avec plus de liberté.

Les mots du sexe et de l’amour accompagnent parfois nos fantasmes et parfois nos ébats les plus délicieux. Le couple complice saura les utiliser dans des confidences aussi épicées que savoureuses.

Débander, Double pénétration, Désir

Darder : En sexualité, le verbe darder est employé pour signifier l’érection du téton ou du clitoris. On l’utilise plus rarement pour parler de l’érection du pénis.

Darkroom : Aussi appelée Backroom, c’est la pièce sombre où toutes les options sexuelles sont possibles à l’arrière de certains clubs branchés.

Débander : Débander signifie perdre son érection. Alors que c’est tout à fait normal et naturel après l’éjaculation, le fait de débander peut être très mal vécu lorsque cela se produit avant. Le phénomène est alors assimilé à un manque de virilité, voire à de l’impuissance.

Diverses raisons psychologiques peuvent provoquer une réduction de l’excitation qui amène à débander. Il peut s’agir de fatigue, de soucis ou d’autres troubles touchant l’homme, mais cela peut aussi être l’effet de conflits plus ou moins déniés à l’intérieur de la relation.

Si le fait de débander est occasionnel, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mais si le phénomène persiste, il y a sans doute un problème sous-jacent à mettre à jour. Les thérapies que je propose peuvent vous aider à éviter de débander.

Décalotter : Action de découvrir le gland du pénis en ramenant le prépuce vers l’arrière. Au tout début de l’excitation, ce geste peut demander un peu de douceur, mais après deux ou trois mouvements successifs, la peau qui recouvre le gland est suffisamment assouplie pour apprécier les assauts vigoureux.

Déflorer : Acte sexuel par lequel un homme fait perdre sa virginité à une femme. Le terme implique généralement la rupture de l’hymen, cette membrane qui obstrue le vagin des vierges. Déflorer une jeune femme est un acte d’initiation qui devrait être l’objet de la plus grande et de la plus tendre attention.

Demi-molle : Érection partielle du pénis. Lorsque l’excitation n’est pas assez intense, il est normal de bander mou. Ceci peut se produire sous l’effet de l’alcool ou de drogues, ou encore lorsque des doutes surgissent en rapport avec la partenaire ou la situation.

Durant un rapport sexuel qui dure longtemps, par exemple une demie heure ou plus, l’excitation peut fluctuer et le pénis alterner entre une érection ferme et demi-molle. Les adeptes du Tantra se servent de ces fluctuations pour faire durer le plaisir très longtemps avant de s’élancer vers l’extase.

Déniaiser : Faire perdre sa virginité à un jeune homme ou à une jeune fille. Le terme est un peu péjoratif et laisse entendre un apprentissage conduit par une personne plus expérimentée. Cette initiation pourrait même être un peu forcée. Voir aussi dépucelage.

Dépendant : État psychologique de soumission affective touchant plus ou moins tous les amoureux. La dépendance affective et amoureuse est le propre des idéalistes fleur-bleues, alors que la co-dépendance marque les romantiques.

À partir de ces constructions mentales, certaines personnes peuvent se retrouver en dépendance sexuelle, surtout si le/la partenaire leur offre un plaisir charnel intense et complet, inconnu jusque là.

Dépucelage : Première expérience sexuelle complète, avec pénétration, qui amène les filles ou les garçons à perdre leur virginité. Le dépucelage est une étape importante de la vie qui marque le passage de l’enfance à l’état adulte.

Désir : Le désir sexuel est la réponse physiologique à une pulsion inconsciente. Cette pulsion est provoquée par les hormones ou par le besoin psychologique de se sentir en lien avec l’autre.

Le mécanisme du désir est extrêmement complexe et varie au fil de l’existence. Si les hormones sont très puissantes pour générer le désir chez les jeunes, c’est plutôt l’attrait du bien-être et de la complicité qui active le désir chez les amants plus mûrs.

Le désir sexuel répond à des critères inconscients très personnels et n’est pas forcément lié à des sentiments affectifs. Le corps exprime simplement une attirance et un besoin de plaisir charnel. Alors qu’il n’y a pas besoin d’aimer une personne pour la désirer, il est par contre nécessaire de cultiver le désir avec la personne qu’on aime. Parce que le désir est un des fondements de l’amour.

Détumescence : Période durant laquelle un organe érectile reprend sa forme initiale et ordinaire. On dit qu’il retrouve son état de flaccidité (état flasque).

Dévirginiser : Un autre synonyme pour signifier la perte de la virginité des garçons ou des filles. C’est fou ce qu’il y a comme mots pour nommer ce passage de l’enfant à l’adulte. Une véritable obsession culturelle !

Dilatation : État d’élargissement, naturel ou provoqué, d’un orifice sexuel. Ce sont en particulier le vagin ou l’anus qui sont amenés à se dilater pour permettre la pénétration. Les lubrifiants peuvent aider en cas de difficulté, mais c’est surtout la relaxation produite par le bien-être qui assure l’élargissement nécessaire à l’introduction.

Dans certaines pratiques extrêmes, des dilatations très élargies sont produites à grand renfort de lubrifiant en vue de pénétrations avec des objets surdimensionnés. Le fisting, ou fist fucking, consiste à introduire dans le vagin ou dans l’anus la main entière, ce qui nécessite une forte dilatation.

Dildo : C’est le nom chic pour godemiché, objet de forme phallique ou tout au moins allongé à usage de masturbation vaginale. À priori le dildo est inerte, contrairement au vibromasseur. Mais dans ce domaine, les appellations ont tendance à se mélanger.

Doigtage : Geste qui consiste à introduire un doigt dans le vagin ou l’anus pour le stimuler. C’est par le doigtage du vagin, sur la face antérieure, que l’on peut le plus facilement stimuler le point G.

Doigter : Action de stimuler un orifice sexuel, au niveau de son entrée ou de ses parois intérieures. Alors que le vagin est auto-lubrifiant, l’anus requière l’utilisation d’un produit complémentaire ou tout au moins un apport de salive.

Domination : Pratique sexuelle dans laquelle une personne exerce un pouvoir de dominant sur un ou plusieurs « soumis ». Dans ces jeux sexuels, le dominé tire son plaisir à se soumettre aux ordres de son maître et à assouvir tous ces désirs.

Donjon : Pour les adeptes du sadomasochisme, le donjon est une pièce aménagée en lieu de torture réservé à la domination et à la soumission. Les jeux qui s’y déroulent font appel à des accessoires classiques, comme la croix en X dite de St.André, les chaînes au mur, la table et la chaise de torture, fouets, menottes, bâillon, etc.

Dopamine : Hormone agissant comme neurotransmetteur, sécrétée par l’organisme durant les premiers mois d’une relation amoureuse. La dopamine fournit de l’adrénaline et de la noradrénaline en quantité, mettant les amants dans un état euphorique de désir constant. Du coup, ils baisent sans relâche et avec avidité, sans croire un instant que cela puisse se calmer.

Double pénétration : Assez rare dans la vraie vie, la double pénétration est un fantasme courant véhiculé par la pornographie. La double pénétration consiste à introduire deux pénis dans le vagin ou dans l’anus, ou simultanément un pénis dans le vagin et un autre dans l’anus.

La double pénétration n’est possible que dans certaines positions et implique que les deux hommes qui pénètrent synchronisent leurs mouvements. Pour expérimenter cela en couple sans inviter une tierce personne dans son lit, le second pénis peut être remplacé par un godemiché. L’expérience sera plus accessible tout en satisfaisant le fantasme.

Douches sexuelles : Pratiques dans lesquelles un sujet est aspergé par les émissions d’une ou plusieurs autres personnes. La douche blanche est une pluie de sperme. La douche dorée est une pluie d’urine. La douche brune implique la défécation. On trouve encore les douches de salive et celle de régurgitation… (bon appétit!)

Droit de cuissage : Coutume légendaire qui donnait à un seigneur le droit de copuler avec la femme d’un de ses sujets. Ce droit était pourtant limité à la première nuit des noces du vassal.

Dysérection : Trouble érectile à caractère récurrent. Des médicaments très à la mode offrent une solution de choc à ce problème. Mais les thérapies que je pratique, telles que l’hypnose, permettent d’améliorer, voire de régler la question de manière plus profonde, rendant ainsi à la personne toute son autonomie. Et de plus, sans effets secondaires.

Dysmorphobie : Dite aussi dysmorphophobie, c’est la crainte obsessionnelle d’imperfection de son propre corps. Notre époque moderne, avec sa profusion de technologies visuelles et son élitisme individualiste, met de plus en plus l’accent sur l’apparence. La comparaison avec des idoles retouchées sur logiciel informatique a tendance à accentuer les complexes imaginaires.

Dyspareunie : Douleurs ressenties par la femme durant les rapports sexuels. Souvent provoquée par une sécheresse vaginale, la dyspareunie peut aussi faire suite à un viol ou autre traumatisme sexuel. Dans un tel cas, seul un travail thérapeutique peut en venir à bout.

À suivre dans un mois avec la lettre E

ébats – échangisme – effleurage – éjaculation – éjaculation faciale – éjaculation précoce – éjaculer – embrasser – enculer – enculade – éonisme – épectase – épilation – érection – érotisme – érotographie – érotomanie – esclavagisme – étalon – étreinte – eunuque – excitation – exhibitionnisme – exotisme – extase –

Donnez votre avis

De débander à double pénétration, en passant par désir… vous savez maintenant tout de la lettre D en amour et en sexualité.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

 

Glossaire sexe & amour : lettre C

Glossaire sexe & amour : lettre C

De câlin à cybersexe, en passant par clitoridienne… découvrez tous les termes en C concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.

câlin-clitoridienne-cybersexe

Cage : Dans certaines pratiques sadomasochistes, la cage est utilisée pour tenir la personne soumise en captivité. Réduite ainsi à un rôle symbolique d’animal, la personne est à la merci des pulsions sexuelles de son maître.

La cage est aussi le nom donné à certains accessoires qui enserrent les organes génitaux masculins afin d’empêcher ou de limiter leur usage. Une sorte de ceinture de chasteté pour homme.

Cagoule : Accessoire courant des pratiques sadomasochistes. La cagoule peut être portée par le maître en signe de pouvoir absolu sur son esclave, soulignant le côté bourreau du dominant. Elle peut aussi être portée par le soumis en symbole de perte de son identité.

Callipyge : Adjectif qualifiant une personne qui possède de belles fesses, aux lignes harmonieuses et arrondies. Être callipyge signifie avoir un beau cul.

Câlin : Dans le contexte amoureux, ce terme suggère des caresses tendres et sensuelles. « Aller faire un câlin » signifie aller faire l’amour tendrement.

Capote : Préservatif masculin, appelé aussi condom ou capote anglaise. Le petit étui de latex destiné à recouvrir le phallus durant le coït était initialement contraceptif. Aujourd’hui il sert surtout à se prémunir contre les maladies sexuellement transmissibles.

Caresse : Effleurement charnel tendre et sensuel. Les caresses représentent le toucher amoureux et érotique qui lie les amants dans leur rapport physique.

Les femmes sont particulièrement sensibles aux caresses et les ressentent comme une démonstration d’amour et un hommage à leur corps. Pour l’homme, elles invitent à une plus grande perception sensuelle et à l’échange de plaisir.

Castration : Ablation chirurgicale ou destruction chimique des ovaires ou des testicules. La castration est irréversible et interrompt définitivement la sécrétion des hormones sexuelles. Le castrat, ou châtré, n’est plus apte à la relation sexuelle.

Chafouiner : Action de limer quelque chose. Par extension : faire la cour à une personne pour obtenir des faveurs sexuelles. Chafouiner désigne aussi la relation sexuelle.

Chapelet : Sex-toy constitué d’une série de petites boules de diamètre progressif, reliées entre elles par un fil de latex. Les boules sont insérées l’une après l’autre dans l’anus. Ensuite, on extrait le chapelet dans un mouvement continu. Le processus est répété plusieurs fois, produisant des sensations intenses qui varient entre l’introduction et le retrait du chapelet.

Chaud lapin : Terme populaire qui désigne un homme très porté sur le sexe. Son obsession le pousse à l’intrigue pour arriver à ses fins avec le plus de femmes possible.

Chaude-pisse : Mot populaire qui désigne la blennorragie, appelée aussi gonorrhée. Il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible, inflammatoire et infectieuse. Les symptômes sont un écoulement de liquide purulent au niveau de l’urètre et des brûlures intenses ressenties en urinant.

Diagnostiquée assez tôt, cette infection se soigne très bien par antibiotiques. En l’absence de traitement, elle peut aboutir à des complications, voire provoquer des troubles de la fertilité.

Circoncision : Ablation totale ou partielle du prépuce, ce repli de peau coulissant qui couvre plus ou moins le gland du pénis. Souvent pratiquée lors de rituels religieux, la circoncision touche encore un homme sur cinq dans le monde.

Le gland du circoncis n’étant plus protégé à l’état de repos, il a tendance à se kératiniser, c’est à dire à développer une peau plus dure et épaisse. Le gland perd alors en sensibilité, ce qui a longtemps laissé supposer qu’un homme circoncis peut plus facilement faire durer le rapport coïtal. Au final, ce n’est qu’un mythe et cette mutilation ne sert qu’à limiter le potentiel sensuel de l’homme.

Clitoridienne : Se dit d’une femme qui ne peut atteindre l’orgasme que par la stimulation du clitoris. La revendication psycho-féministe des années 70 l’oppose souvent à la femme dite « vaginale », laquelle atteint son orgasme par la pénétration. Les dernières études montrent que les deux types de plaisirs sont irrémédiablement liés et complémentaires.

La femme clitoridienne apprécie particulièrement les caresses de la vulve et du clitoris. Il peut lui être très difficile d’étendre son plaisir jusqu’à son vagin. Dès lors, il est fréquent que son partenaire ait de la peine à admettre que son seul pénis ne suffise pas à la satisfaire. La communication est alors importante pour que chacun comprenne le fonctionnement de l’autre et trouve son rôle dans l’échange sexuel.

Clitoris : Organe du plaisir chez la femme dont la partie érectile émerge à l’entrée de la vulve, à la jointure supérieure des petites lèvres. La plupart des femmes atteignent l’orgasme par la stimulation du clitoris, alors que seulement 30% d’entre elles jouissent en pratiquant le coït.

De récentes études scientifiques ont permis de décrire la partie cachée du clitoris comme un organe qui entoure de deux bras la partie antérieure du vagin et dont la base serait en relation directe avec le point G. De quoi réconcilier les clitoridiennes et les vaginales !

Cockring : Anneau qui serre la base du pénis afin de limiter le reflux sanguin. Comme le sang arrive par l’axe central du membre et s’évacue par la périphérie, le cockring permet d’obtenir des érections plus vigoureuses et qui durent plus longtemps. Les veines sont plus saillantes et le gland plus gonflé.

Un port prolongé peut toutefois présenter des risques de nécrose dus à l’effet garrot. Si vous voulez éviter l’amputation, n’attendez pas d’avoir la queue toute bleue pour enlever cet accessoire !

On place le cockring avant l’érection en y adjoignant ou non les testicules. Certains modèles à double anneaux (mes préférés) permettent de ligaturer indépendamment la base du phallus et les bourses.

Cocu(e) : Qualifie une personne dont le/la partenaire s’est adonné à l’infidélité sexuelle. Le terme est péjoratif et humiliant, comme si la personne trompée était responsable de la situation.

Coït : Acte sexuel impliquant la fonction intrusive du pénis. Lorsque le terme est utilisé sans autre précision, le coït fait en principe référence au coït vaginal. Mais on peut aussi parler de coït anal ou buccal, voire de coït entre les seins ou entre les fesses.

Coït interrompu : Méthode évidente et naturelle pour éviter une grossesse, le coït interrompu consiste à retirer le pénis du vagin juste avant l’éjaculation. Outre la frustration orgasmiques qu’il provoque, l’efficacité contraceptive est des plus aléatoires. Cette pratique s’est perdue de nos jours au profit des moyens moderne de contraception.

Commerce charnel : Terme employé par la religion des temps passés pour désigner l’activité « hautement condamnable » d’un rapport sexuel exclusivement dévolu au plaisir. Dieu merci, on n’en est plus là ! Du moins dans nos contrées…

Communication : Élément essentiel de l’entente des partenaires, la communication reste le lieu de nombreuses incompréhensions. Comme nul n’est télépathe, il est absolument nécessaire de dire à l’autre ses désirs et ses ressentis. Mais la timidité, la pudeur et la honte sapent la communication au point, parfois, de provoquer la mésentente sexuelle ou même la rupture.

Complicité : Équilibre relationnel subtil entre les partenaires, la complicité se forme d’un mélange de respect et de joie. C’est la base de l’harmonie sexuelle, une manière de partager les goûts et fantasmes de chacun dans un espace érotique commun.

Con : Du latin cunnus (sexe de la femme). Le mot a une connotation vulgaire lorsqu’il désigne les organes génitaux féminins. Dans la littérature ancienne, il a un côté charmant.

De nombreux dérivés se sont imposés dans le langage populaire : connard – connasse – connement – connerie – déconner – ducon – enconner – avoir l’air con – con comme la Lune – con comme ses pieds – con comme un balai – faire le con – jouer au con – piège à cons – roi des cons…

Le terme « con » est couramment utilisé dans le vocabulaire injurieux. Personnellement, j’ai mis longtemps à bannir ce mot de mes insultes. Comme j’aime le sexe de la femme, on peut dire que j’aime les cons… sans pour autant apprécier les crétins, les imbéciles et les malotrus !

Contraceptif : Élément chimique ou moyen pratique qui tend à rendre impossible la grossesse. Le contraceptif, popularisé au 20e siècle, a été déterminant dans l’émancipation de la femme. Celle-ci a pu grâce à lui se réapproprier son corps en se libérant de la peur d’une grossesse non désirée. Les contraceptifs chimiques notamment (pilule et autres apports hormonaux) ont contribué à la libération des mœurs et à une approche libérée de la sexualité.

Contraction : Crispation musculaire qui aboutit à de délicieuses sensations précédant ou accompagnant l’orgasme. Les contractions sont dirigées par l’inconscient et sont donc incontrôlables. Elles peuvent également apparaître sur simple suggestion de l’esprit, lors de fantasmes par exemple ou dans une situation ressentie comme excitante.

Coprophilie : Synonyme de scatologie, la coprophilie désigne le goût de mêler les excréments aux jeux sexuels. Bien que cette pratique provoque de la répulsion chez beaucoup, du moment que les partenaires sont consentants il ne s’agit que d’une fantaisie sexuelle et non d’une perversion.

Copulation : Accouplement du mâle et de la femelle en vue de la perpétuation de l’espèce, commun à tous les animaux. Parlant des humains, la copulation désigne l’acte sexuel vécu pour le seul plaisir et longtemps condamnée par la morale et la religion.

Couilles : Terme vulgaire pour désigner les testicules. Si l’homme est souvent fier de son pénis (surtout en érection), il l’est rarement de ses couilles, partie pendante de son anatomie. Pour les mettre en valeur, il peut être utile de les raser pour les débarrasser de leurs poils, ce qui les fait paraître plus vigoureuses.

L’expression « avoir des couilles » représente toute la puissance virile et l’audace masculine, à tel point qu’elle est même parfois utilisée pour une femme qui ferait preuve d’un courage ou d’une témérité hors norme. L’expression est si révélatrice qu’il suffit de la suggérer. On parle alors de quelqu’un « qui en a ».

Coup : Mot communément associé à la sexualité dans les expressions « tirer un coup », « être sur un coup » ou « être un bon coup ». Le coup représente ainsi l’acte sexuel en tant qu’objectif et possède une valeur qualitative.

Coup de foudre : Attraction instantanée entre deux personnes, qui les pousse l’une vers l’autre irrémédiablement. Cette énergie irrésistible est le fruit de la conjonction des hormones, des attentes romantiques et de la synchronicité de la rencontre.

Cravache : Accessoire emprunté à l’équitation pour servir dans les jeux sadomasochistes. Le dominant se sert de la cravache pour frapper son soumis dans un rituel symbolique de suprématie.

Creampie : Prononcer « crimpaï ». De l’anglais Cream (crème) et Pie (tarte). La « tarte à la crème » sexuelle désigne le sperme répandu sur le vagin ou sur l’anus après une éjaculation.

Cuir & latex : Matériaux souvent utilisés dans les jeux érotiques, le cuir et le latex servent dans la fabrication de tenues excitantes et d’accessoires coquins. Alors que chacun y est plus ou moins sensible, les fétichistes en raffolent.

Cuisse : Partie du corps humain extrêmement chargée de tension érotique. La cuisse de la femme, surtout sa zone intérieure, est particulièrement sensible. Peut-être rappelle-t-elle le premier contact charnel de la vie, lorsqu’on vient au monde ? La cuisse masculine est un symbole de puissance d’action tourné vers le futur, et donc de force d’engagement.

Cul : Mot vulgaire désignant le derrière, les fesses d’un humain. Par extension, le mot « cul » représente également l’anus (dit aussi trou du cul), le sexe en général (on parle des histoires de cul) et la pornographie (regarder des films de cul). Curieusement, l’argot associe ce terme à la chance dans l’expression « avoir du cul ».

Cunni : Nom familier pour cunnilingus, parfois aussi appelé « broute-minou ».

Cunnilingus : Désigne le rapport bucco-génital impliquant le sexe de la femme, autrement dit l’excitation avec la langue et les lèvres des organes génitaux féminins. En léchant la vulve et particulièrement le clitoris d’une femme, il est possible de l’amener à l’orgasme.

Le cunnilingus est très apprécié par la plupart des femmes pour le plaisir physique qu’il procure, mais aussi pour le contentement psychologique éprouvé dans l’abandon total de son intimité.

Cybersexe : Nouvel espace d’échange, d’expérimentation et de consommation du sexe via les médias informatisés. Discussions torrides entre internautes et exhibitions via webcams complètent l’offre de plus en plus prolifique des sites érotiques et pornographiques.

Le cybersexe est une tendance en constante évolution et les techniques modernes n’ont pas fini de nous étonner et de bousculer nos fonctionnements intimes.

Cyprine : Sécrétion vaginale résultant de l’excitation de la femme. Lorsqu’une femme « mouille », elle répand sa cyprine. Le terme est peu utilisé, mais c’est joli, non ?

00

À suivre dans un mois avec la lettre D

Darder – Darkroom – Décalotter – Déflorer – Demi-molle – Déniaiser – Dépendant – Dépucelage – Désir – Détumescence – Dévirginiser – Dilatation – Dildo – Doigtage – Domination – Donjon – Dopamine – Double pénétration – Douche sexuelle – Droit de cuissage – Dyspareunie

Donnez votre avis

De câlin à cybersexe, en passant par clitoridienne… vous savez maintenant tout de la lettre C en amour et en sexualité.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Retrouvez tous les mots de l’amour :

00

Glossaire sexe & amour : lettre B

Glossaire sexe & amour : lettre B

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.

Glossaire sexe & amour Lettre B

Bâillon-boule : Accessoire fétiche des séances sadomasochistes, le bâillon-boule permet de bâillonner une personne avec la bouche en position ouverte. L’objet n’est pas sans rappeler la muselière, qui empêche de mordre et rend ainsi inoffensif. Le bâillon-boule prive également le sujet soumis de sa parole, comme de son accès aux baisers.

Bain : Le bain peut prendre la forme d’un jeu particulièrement érotique, qu’on le prenne seul ou à deux. La chaleur, la nudité et le temps pris pour soi en sont les causes principales. En y ajoutant des bougies et de la musique douce, voire du champagne, le bain crée une ambiance aphrodisiaque propice à la complicité du couple. Surtout que les deux corps doivent trouver leur place, imbriqués de manière cocasse dans l’exiguïté la baignoire.

Baiser : Le baiser, comme nom masculin, exprime le sentiment d’affection, d’attachement et d’amour que l’on dépose des lèvres sur le corps de l’autre. Il est plus ou moins passionné, allant du simple bécot sec et rapide au roulage de pelle fougueux.

Le baiser amoureux met en jeu les lèvres, la langue, la salive et les dents. La bouche étant une des principales zones érogènes, le baiser est le premier contact de fusion intime et fait partie des préliminaires sexuels.

En tant que verbe, baiser signifie avoir des rapports sexuels. Dans le langage populaire, baiser a une connotation plus transgressive, érotique et passionnée que l’expression « faire l’amour. » C’est pourquoi certaines personnes rejettent ce terme dans le cadre d’une relation sincère et engagée. D’autres au contraire privilégient ce verbe qui souligne que leur passion ne s’érode pas malgré leur engagement.

Quelques synonymes argot pour Baiser : Bourrer, bourriner, coïter, défourailler, emmancher, fourrer, foutre, kéner, limer, mettre, niquer, piner, sauter, se taper, tartiner, tirer, tringler, troncher, trouer, zober… Pour définir la chose avec frivolité, y’a de quoi faire !

Baisodrome : Mot populaire pour désigner le lieu où se déroulent les ébats sexuels.

Baisoir : Chambre où l’on baise, le baisoir est un mot souvent associé aux maisons closes.

Bandeau : Le bandeau sur les yeux est un accessoire érotique très courant dans les jeux amoureux. Privé momentanément de la vue, le cerveau intensifie les perceptions des autres sens, offrant ainsi un champ expérimental différent.

Le bandeau active aussi le sentiment d’abandon à l’autre, ce qui peut être très excitant dans un cadre de confiance et de complicité.

Bander : Ce verbe exprime la mise en tension et le gonflement d’un muscle. Dans le cadre sexuel, il fait référence aux organes érectiles, le pénis et le clitoris en particulier, lorsque l’excitation les mets en état de tumescence.

Bander fait donc référence à l’érection chez les hommes et à l’excitation chez les femmes.

BDSM : Initiales reprenant les termes de Bondage, Domination, Soumission et SadoMasochisme. Sous cette appellation, on regroupe toutes les pratiques sexuelles spécifiques à ces domaines.

Bi : Abréviation de bisexuel, qui définit le comportement d’une personne ayant des relations sexuelles avec des partenaires des deux sexes.

Bi-curieux : Ce dit d’une personne qui n’est pas réellement bisexuelle, mais qui se laisse tenter par la bisexualité à l’occasion de circonstances particulières. Dans la sexualité de groupe, dans les clubs libertins ou échangistes, une personne peut facilement se sentir excitée par le contexte ambiant et s’abandonner à ce type d’expérience.

Bifle : Terme issu d’une contraction des mots bite et gifle qui désigne une « gifle » donnée avec la bite. Il faut pour cela que le membre soit en érection et que le visage à atteindre soit à portée, ce qui prédispose à la position donneur debout et receveur à genoux.

La bifle est apparue récemment et a fait couler un peu d’encre dans les médias, ses détracteurs outrés jugeant le geste humiliant, alors que les adeptes n’y voient qu’un jeu sans gravité.

Une occasion peut-être de rappeler qu’aucun geste n’est incongru entre partenaires consentants qui se respectent et qui s’amusent de leur complicité érotique. Comme dans toute pratique sexuelle, il n’y a que l’intention qui permet d’en évaluer le bien-fondé.

Bisexualité : C’est l’orientation sexuelle qui mène une personne à être attiré par les deux sexes et à avoir des relations intimes tant avec des hommes qu’avec des femmes.

Bite : Appellation populaire qui désigne le pénis. Ce mot est perçu comme plus ou moins vulgaire ou excitant selon les situations. Il est très utilisé dans le monde de la pornographie, comme symbole de puissance absolue.

Blennorragie : Infection sexuellement transmissible (IST) caractérisée par des écoulements purulents. On l’appelle aussi « chaude-pisse », puisqu’elle occasionne des brûlures en urinant. La blennorragie se traite facilement aux antibiotiques lorsqu’elle est diagnostiquée rapidement. Sans traitement, elle peut dégénérer en complications plus générales.

Bois bandé : Aphrodisiaque naturel provenant de l’écorce d’un arbre exotique. Ses effets vasodilatateurs favoriseraient l’érection de l’homme. Vendu en flacon, gélules ou décoction, il se prend par voie orale ou s’applique directement sur le sexe.

Aucune étude scientifique sérieuse n’a été faite sur cette substance et son utilisation reste donc hasardeuse. En matière d’érection, rien ne remplacera jamais l’excitation d’une joyeuse complicité érotique !

Bombe sexuelle : Appellation plus ou moins vulgaire qui désigne une amante particulièrement douée pour les plaisirs de la chair. Par extension, se dit aussi d’une femme très attirante qui suscite une forte attraction sexuelle.

Le mot anglais « sex bomb » a envahi les ondes avec la chanson de Tom Jones durant l’année 2000.

Bondage : Jeu érotique faisant appel à l’abandon et à la soumission qui consiste à ligoter une personne, plus ou moins déshabillée, dans un but esthétique d’excitation des sens. Les positions de dominant et de dominé sont librement consenties et sont excitantes pour les deux partenaires. Appelé aussi Shibari, le bondage est issu d’un art ancestral japonais.

Le bondage s’exécute traditionnellement au moyen de cordes, d’étoffes ou de lanières de cuir. Dans sa version plus hard, chaînes, bâillon ou même bande adhésive sont parfois utilisés.

Les techniques de bondage nécessitent des connaissances en anatomie et une formation sérieuse afin de préserver la santé de la personne entravée. En effet, une utilisation maladroite des liens peut aboutir à de graves lésions. Confiance, communication et paire de ciseaux pour une libération d’urgence sont de rigueur pour minimiser les risques.

Bordel : Mot populaire pour désigner un établissement où se pratique la prostitution. La loi Marthe Richard a fait fermer les maisons closes en France en 1946. Dans de nombreux pays d’Europe les bordels n’existent plus, la prostitution étant assimilée à une profession libérale.

Quelques synonymes pour Bordel : Abbaye des s’offre-à-tous – boxon – clandé – claque – foutoir – hôtel de passe – lupanar – maison de joie – maison de tolérance – maison d’abattage – maison publique…

Bouche glacée : Pratique raffinée qui consiste à prendre un glaçon dans la bouche, à le laisser fondre un instant, puis sans le retirer, de s’adonner au french-kiss, de sucer un sein, de faire une fellation ou un cunnilingus… Redoutable, selon certains !

Bougie : Les bougies sont un des éléments principaux du romantisme. Le repas aux chandelles ou les bougies disposées autour du lit font toujours leur petit effet, par la lumière chaude et tamisée qu’elles diffusent.

Mais la bougie prend une autre fonction dans certains jeux sadomasochistes. On l’utilise ici pour répandre de la cire chaude sur des parties du corps. Les adeptes de cette pratique trouvent ce « supplice » délicieux.

Boules de geishas : Sphères métalliques de 3,5 à 5 cm de diamètre dans lesquelles se trouve une bille. Elles sont généralement enrobées de latex ou de silicone et colorent les rayons des sex-shops. La plupart du temps réunies par paire au moyen d’une courte attache, elles s’introduisent dans le vagin ou dans l’anus pour procurer des sensations lors des déplacements.

Elles sont parfois conseillées en utilisation vaginale pour renforcer les muscles du périnée. Une femme ainsi entraînée profite de sensations plus intenses lors du coït. De plus, elle peut maîtriser ses contractions internes pour « masser » le pénis de son partenaire durant la pénétration.

Bourses : Les bourses, appelées aussi scrotum, sont l’enveloppe des testicules. Leur principale fonction est de protéger ceux-ci et de les maintenir à température idéale pour la production des spermatozoïdes. À noter que le testicule gauche est souvent plus bas que le droite.

Les bourses se dilatent avec la chaleur et se contractent à basse température. Elles remontent également vers le périnée lors de l’excitation sexuelle, en préparation au jet éjaculatoire. De ce fait, les tirer manuellement vers le bas peut retarder l’éjaculation.

Branler : Désigne l’action de masturber, le plus souvent manuellement, soi-même ou une autre personne. Dans le langage courant, les hommes parlent de « se branler » pour définir leur plaisirs solitaires. Par extension, branler son ou sa partenaire est tout aussi explicite.

Branlette : Pratique sexuelle qui consiste à se masturber ou à masturber le pénis de son partenaire. Les mouvements de va-et-vient sont exécutés avec la main. Autrefois utilisé exclusivement pour définir la masturbation masculine, ce terme s’applique aujourd’hui également à la masturbation féminine.

Branlette espagnole : Masturbation du pénis entre les seins d’une femme. Ceux-ci doivent avoir suffisamment de volume et la femme les serrera l’un contre l’autre avec ses mains, tandis que l’homme effectuera ses va-et-vient.

Branlette grecque : Masturbation du pénis entre les fesses sans aucune pénétration.

Branlette italienne : Masturbation du pénis entre les cuisses. Elle peut se réaliser de face ou par derrière.

Branlette thaïlandaise : Masturbation du pénis réalisée avec les pieds. Les fétichistes de cette partie du corps sont friands de cette pratique.

Branlade : Mot familier pour masturbation, synonyme de branlette.

Broute minou : Excitation buccale du clitoris et autres parties externe des organes génitaux de la femme. C’est un des synonymes populaires de cunnilingus.

Bukkake : Pratique sexuelle de groupe qui met en scène l’humiliation d’un sujet, généralement à genoux et parfois ligoté, qui est la cible de jets de sperme. Plusieurs hommes se masturbent autour de la personne jusqu’à éjaculer sur son corps et particulièrement sur son visage.

Apparue au japon dans les années 1990, cette pratique s’est rapidement répandue dans le monde de la pornographie pour en devenir un classique en guise de conclusion des films X. Le bukkake est une pratique à risque, les éléments pathogènes étant multipliés et pouvant potentiellement pénétrer l’organisme, en plus de la voie orale, par voie oculaire ou par lésions cutanées.

Donnez votre avis

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez votre avis, vos ressentis ou vos expériences dans les commentaires ci-dessous. Car c’est avec vous que je veux construire ce Glossaire sexe & amour.

Le Glossaire sexe & amour : lettre C

À suivre dans un mois avec

Cage – Cagoule – Câlin – Callipyge – Capote – Caresse – Castration – Chapelet – Chaud lapin – Chaude-pisse – Circoncision – Clitoridienne – Clitoris – Cockring – Cocu(e) – Coït – Coït interrompu – Communication – Complicité – Contraceptif – Contraction – Coprophilie – Copulation – Couilles – Coup de foudre – Cravache – Cuir & latex – Cuisse – Cunni – Cunnilingus – Cybersexe – Cyprine

00

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Retrouvez tous les mots de l’amour :

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleLES COUPLE MEC MUSCLE BAISE ET VERCE LE SPERME DANS LA NUSE DE SONT MEC,univers erotique