Archives de catégorie : Sexualité

Monotonie dans le couple : osez les jeux sexy

La sexualité apparaît de nos jours comme l’élément fondateur du couple. C’est pourquoi la plupart d’entre-nous attendent beaucoup de leur épanouissement sexuel. Mais il est bien connu qu’au bout d’un certain temps les amants sont confrontés à la monotonie dans le couple. Pour y remédier : osez les jeux sexy.

De nombreux couples cherchent à varier leurs ébats intimes pour leur donner un nouveau souffle. Ils utilisent des sex-toys, des gadgets ou encore des déguisements pour agrémenter leurs jeux complices. L’aspect exceptionnel des situations que cela provoque est souvent propice à une stimulation érotique intense.

Mais tout le monde n’est pas porté sur les accessoires sexuels. Certains d’entre nous ne voient aucun intérêt à intégrer des objets extérieurs dans leur intimité. Ils préfèrent une sexualité naturelle qui ne dépend de rien d’autre que de leur propre sensualité.

Il y a donc, comme toujours, différentes manières de voir les choses. Voilà pourquoi il est très important de parler en couple pour confier ses préférences. Les partenaires doivent trouver un espace érotique commun dans lequel ils pourront l’un et l’autre s’éclater au lit.

Les jeux sexy et leurs règles

Lorsqu’un couple entre dans l’univers fantasmatique des jeux sexy, il arrive qu’un des partenaires se lâche un peu « trop » et que l’autre n’apprécie pas totalement tous les détails de l’expérience. Le fait de prendre un rôle peut amener à des comportements spontanés parfois surprenants ou même incongrus.

Quand on met en scène une situation excitante ou que l’on « joue » la réalisation d’un fantasme, il faut garder à l’esprit que cela doit être agréable pour les deux. Il ne s’agit pas d’accepter tout et n’importe quoi sous prétexte que cela fait plaisir à l’autre.

En communiquant subtilement, de manière badine et avec un maximum d’humour, il faudra être assez explicite sur les expériences que le couple souhaite réaliser et sur celles qui restent absolument exclues.

Vous verrez que certaines idées se situeront entre les deux, provoquant quelques appréhensions, mais ne se révélant pas définitivement rejetées.

Les règles spécifiques au couple apparaîtront clairement lorsque chacun pourra mettre en mots les fantasmes qu’il a envie de vivre et les limites à ne pas dépasser. La vie sexuelle pourra ainsi être abordée à deux et s’orienter vers un accomplissement érotique aussi intense que complice.

Monotonie de couple : pimenter sa vie sexuelle

L’utilisation de sex-toys, godemichés et autres cockring, peut-être très intéressante, surtout si les objets ont été choisis à deux. Un petit tour en couple dans un sex-shop est toujours une occasion de développer sa connaissance de l’autre et des fantasmes qui lui sont secrets.

Mais les sex-toys s’intègrent souvent dans l’espace plus large des jeux sexy. Ces jeux d’adultes portent en eux tout l’érotisme du couple. Alors que les amants peuvent parfois délirer dans les fantasmes les plus osés, ils peuvent aussi se retrouver à d’autres moments d’une manière plus tendre et tranquille. C’est cette alternance qui est sans doute la base de toute variation érotique.

La monotonie qui menace les couples de longue durée n’est souvent que l’effet d’un manque de créativité. Les personnalités qui savent s’engager et se passionner dans les différents aspects de leur existence le feront également dans leur lit.

Si la monotonie vous guette, n’hésitez pas à réorienter votre attention sur ce qui vous amuse vraiment et faites-le.

Osez les jeux sexy

Le principe des jeux sexy est de s’accorder la liberté de jouer un autre rôle que celui de sa propre identité au quotidien. Il est même possible de s’imaginer dans la peau d’un ou d’une autre. Certains utilisent des déguisements pour se transformer en infirmière ou en policier… soubrette, pompier, fée clochette, Hulk… chacun son truc.

Affublées d’un déguisement, certaines personnes se permettent de lâcher prise totalement. Ceci leur donne la liberté de dépasser les tabous et les complexes qui autrement les limiteraient. Elles peuvent alors explorer des attitudes et des comportements refoulés qu’elles s’interdiraient normalement.

Les dessous affriolants sont une variante culturellement admise de déguisement sexy. La femme qui choisit une parure de charme active son propre potentiel de séduction tout en offrant à son partenaire le plaisir d’y succomber.

Mais avec ou sans déguisement on peut toujours amplifier le désir sexuel au moyen d’une petite mise en scène érotique ou fantasmatique.

On pourra jouer la jeune ado qui vient charmer son professeur pour obtenir une bonne note au lycée… Ou encore le plombier qui vient déboucher les conduits et vérifier le bon fonctionnement de la salle de bain…

L’imaginaire sexuel, si typique de l’espèce humaine, peut ainsi être activé pour nourrir le couple au cœur même de ce qui le lie. Les jeux sexy permettent de retrouver l’excitation et la passion des débuts.

Il se peut que cela demande un peu d’imagination et de créativité, mais c’est à la portée de tous ceux qui veulent pimenter leur vie sexuelle. C’est ainsi qu’on peut lutter contre la monotonie dans le couple et continuer à se nourrir de désir.

Chacun est libre de vivre sa sexualité comme il l’entend dans le respect de l’autre et de lui-même. Le dialogue et le consentement mutuel seront toujours les garants d’une sexualité réussie.

En communiquant sur ses besoins, ses désirs et ses limites, le couple pourra explorer en toute sécurité les expériences intimes qui feront son épanouissement.

Si vous pensez vous aussi que les jeux sexy et une certaine attitude érotique complice peuvent lutter contre la monotonie dans le couple, partagez cet article maintenant sur vos réseaux sociaux au moyen des boutons qui se trouvent sur la gauche.

Peut-être pourrez-vous ainsi diffuser un élan de créativité pour les amoureux et y trouver un nouvel élan pour votre couple.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Envie d’un plan Q ?

Qui n’a jamais eu envie d’un plan Q ? Les plans Q font toujours rêver, cultivant le désir charmant d’une sexualité éclatante sans serment ni prise de tête. Pourtant, le plan Q fait un peu peur, sans doute parce qu’on ne sait jamais comment on va « accrocher » dans cette relation sans lendemain.

Clairement, le plan Q n’est pas fait pour durer et c’est pourquoi les personnes trop émotives préfèrent s’en passer. Mais le plan Q réserve parfois des surprises à travers cette complicité charnelle, celle-ci étant capable de transformer des amants passionnés en couple engagé.

Envie d’un plan Q ?

On peut avoir envie d’un plan Q avec telle ou telle personne, mais il est impossible de véritablement le décider à l’avance. Ce truc se met en place tout seul ou non, selon la qualité de l’échange.

Si les plans Q vous intéressent, sachez tout d’abord que c’est OK, que vous avez tout à fait le droit d’explorer cette facette de la sexualité et que c’est parfaitement naturel pour beaucoup d’entre nous. Ceci est d’ailleurs un fait avéré autant pour les femmes que pour les hommes.

Oubliez l’idée que les femmes ont besoin de rencontrer le prince charmant pour avoir envie de sexe. C’est totalement faux ! Les femmes aiment le sexe autant que les hommes. Elles veulent juste un homme qui leur fait envie, le genre de mec fort, sûr de lui et qui assume ouvertement ses désirs érotiques.

Un homme n’a rien de spécial à dire ou à demander pour amener une fille à un plan Q. Il doit juste être suffisamment attirant pour qu’elle ait envie de coucher avec lui et n’a nul besoin de lui promettre la lune.

Ce qu’une femme a besoin pour avoir envie de faire l’amour et ensuite de recommencer, c’est :

1) que l’homme lui accorde son attention, qu’il l’écoute et qu’il s’intéresse vraiment à elle.

2) qu’elle ait du plaisir à être avec lui, qu’il l’amuse et qu’il lui donne des émotions positives, joie, intérêt, curiosité, surprise, etc…

3) qu’il soit bon amant, c’est à dire qu’il arrive à lui faire prendre son pied au lit.

Un fois qu’elles ont tout ça, la plupart des femmes seront heureuses de passer du temps avec un homme, pour sortir ou pour faire l’amour. Si le gars est bien clair avec elles, elles n’en demanderont pas plus et profiteront de chaque moment qu’ils auront à partager ensemble.

Un plan Q d’accord… et après ?

La première chose à faire avant d’aborder les plans Q (et d’ailleurs tous les types de relations) c’est de devenir soi-même.

Pour un homme, ce sera devenir le mec intègre et fort qui sommeille en lui pour gagner en assurance et assumer le fait d’être attirant. Pour une femme, ce sera développer son charme et sa féminité tout en cultivant son autonomie et ses objectifs personnels.

Ensuite, il faut sortir pour rencontrer des partenaires et les aimer. Quand je dis les aimer, je veux dire les baiser ET les respecter. C’est à dire les rencontrer amoureusement ET humainement.

Quand on en est là, on peut choisir ses relations. On fait des rencontres, on couche juste un soir… si c’est bien ça tourne en plan Q et un jour… on croise quelqu’un avec qui on a envie de plus. Ainsi va la vie.

Mais n’oubliez pas que le point de départ, c’est VOUS ! Tout part de vous, de l’homme ou de la femme que vous êtes capable de devenir. Le seul truc à faire, c’est de toujours continuer à apprendre pour s’améliorer. Et comme c’est ce que vous faites déjà, tout va bien…

Les gens qui sont capables de bien vivre un plan Q suscitent la controverse, sont parfois jugés ou même rejetés. Mais cette liberté sexuelle, assumée avec intégrité, est une des plus belles voies de découverte de soi.

Cette liberté est un des meilleurs moyens pour apprendre à être un bon coup et pour se préparer à rencontrer la personne de ses rêves. Alors, comment voyez-vous maintenant votre envie d’un plan Q ? Dites-le dans les commentaires en bas de cette page.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Comment bien vivre un plan Q ?

On me demande souvent comment bien vivre un plan Q. Est-ce que c’est normal ou pervers, risqué, dangereux ? On veut savoir si c’est bien ou mal, si c’est plutôt un truc de mec ou un truc d’ado, etc.

Avec le temps, j’ai accumulé une certaine expérience dans le domaine des relations intimes. Mes histoires ont parfois été scabreuses ou surprenantes, mais toujours très enrichissantes.

Entre les liaisons fugaces et les amours engagées, il s’agit moins de choisir que de se laisser emporter. C’est pourquoi je peux témoigner du grand intérêt des plans Q.

Comment bien vivre un plan Q ?

Lorsqu’on rencontre quelqu’un qui nous plaît et qu’on tombe sous son charme il se peut que le contact soit rapidement fluide et agréable. Quand c’est le cas, on va s’éclater comme des gamins toute la soirée et on finira sous la couette de manière naturelle et évidente.

Ceci n’est pas du libertinage et ce n’est pas non plus un plan Q. C’est juste une rencontre assez plaisante pour susciter un échange sexuel. Le lendemain, chacun reprend ses cliques et ses claques, on se fait un clin d’œil complice et on ne se reverra plus.

Ce scénario est assez courant chez les jeunes entre 20 et 30 ans, en tout cas chez ceux qui préfèrent explorer l’amour et les sens en s’amusant plutôt qu’en s’attachant à une promesse de couple. Évidemment, il y a aussi plein de jeunes qui vivent cela d’une autre manière… le monde est plein de possibles.

Lorsqu’une rencontre a lieu, il arrive que les partenaires se plaisent si bien sur le plan sexuel qu’ils ont envie de recommencer. La rencontre tourne alors en liaison. Et si l’un et l’autre n’ont pas envie de s’engager en couple, la relation devient un plan cul. On se verra pour baiser et rien de plus, juste parce que c’est particulièrement agréable.

Il arrive aussi parfois qu’on puisse développer un plan Q avec un ou une ex. On peut avoir rompu pour toutes sortes de raisons et redevenir amis une fois que chacun a repris sa route. Quand une rupture s’est bien déroulée, cela instaure des liens particulièrement complices.

Cette complicité peut faire ressurgir un attrait sexuel lorsque tout est bien clair entre les partenaires. Il se trouve qu’on fait toujours mieux l’amour avec une personne qu’on connaît bien, ce qui est souvent le cas avec les ex.

Dans tous les cas de figure, le plan Q est une amitié sexuée dans laquelle les partenaires se retrouvent complices.

Mais il faut admettre que les plans Q causent souvent des problèmes et provoquent le trouble chez les amants. La raison en est que chaque partenaire ne voit pas la relation de la même manière. L’un et l’autre n’en attendent pas la même chose.

Pour bien vivre un plan Q (d’ailleurs pour bien vivre en général), il faut deux choses essentielles :

  1. être au clair avec soi, ce qu’on veut, ce qu’on ne veut pas, savoir où on va…
  2. être intègre et honnête avec l’autre, donc accepter aussi le risque de ne pas être accueilli ou reconnu tel qu’on est.

Comment faire durer un plan Q ?

Le plan Q va réunir les amants sur une certaine durée. Même si les rencontres peuvent être sporadiques ou très espacées dans le temps, la particularité du plan Q est justement que ça n’est pas seulement pour une nuit.

Pour que cela soit possible il faut que les deux partenaires soient très clairs sur leurs attentes et leurs désirs. Le plan Q ne peut exister qu’à partir d’un accord lucide : on couche ensemble parce que ça nous fait du bien, mais il n’y a pas de projet commun et chacun reste libre.

Le plan Q met donc en jeu deux célibataires qui se retrouvent pour partager de la tendresse et du sexe, mais qui restent tout deux ouverts à d’autres liaisons et prêts à tout changement dans leur situation.

De fait, il est rare qu’un plan Q dure très longtemps. Les sentiments évoluent et il y a souvent un des deux partenaires qui commencent à s’attacher et à projeter quelques liens plus serrés sur l’autre.

Il est donc important de remettre régulièrement ses intentions au clair pour que les deux sex-friends gardent une bonne complicité et continuent à avoir du plaisir à se retrouver.

En ce qui me concerne, j’ai pu explorer la variété de ces diverses situations. C’était toujours cool et charmant, jusqu’à ce que cela perde de sens et s’effiloche naturellement. Mon observation est que les conditions nécessaires pour qu’un plan Q fonctionne sont nombreuses et rarement stables. Ainsi, les plans Q tels que je les décris ici ne sont pas si courants.

Il y a une chose dont il faut bien rester conscient, c’est que les plans Q ont toujours une fin. Soit ils s’essoufflent après quelques rencontres charnelles, soit ils mènent les amants vers un désir de couple.

Les plans Q… à quoi bon ?

Vivre un ou plusieurs plans Q peut être une très bonne manière d’exprimer sa sexualité et sa liberté, particulièrement dans les périodes de vie où l’on se trouve seul.

Le plan Q est souvent un plan B. C’est une relation d’intérim qui permet d’attendre la personne avec qui on aura envie de se lancer dans une aventure de couple.

Comme on l’a dit plus haut, un plan Q peut très bien évoluer vers un couple engagé lorsque les partenaires se rendent compte à quel point ils sont bien l’un avec l’autre.

Le sentiment de tenir l’un à l’autre s’impose parfois comme une révélation. Parce qu’il arrive que l’existence nous surprenne et qu’on se surprenne soi-même à y prendre un plaisir inattendu.

Quand vous êtes capable de bien vivre un plan Q, c’est que vous avez laissé tomber les attentes romantiques pour profiter de la réalité présente. Dans cette perspective, vous pouvez exprimer l’amour avec toujours plus de liberté et d’intensité, devenir meilleur amant et attirer à vous les personnes qui vous conviennent… jusqu’à, un jour peut-être, trouver la bonne.

Finalement, votre meilleur plan Q pourrait trouver une place à vos côtés et s’installer dans votre vie pour très longtemps.


Est-ce que cela vous est arrivé ? Croyez-vous cela possible ? Utilisez l’espace « Commentaires » ci-dessous  pour partager avec nous votre avis sur les plans Q.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Performance sexuelle : on se calme !

Vous arrive-t-il de rêver à améliorer vos performances sexuelles ? Est-ce que vous êtes un bon coup ? Être un bon coup, c’est quelque chose qui prend la tête à beaucoup de monde. J’ai moi aussi été confronté à ce type de préoccupation.

On peut avoir des doutes à ce sujet et nous allons voir quoi en faire dans un instant… c’est le but de cette vidéo.

La performance sexuelle n’a pas à nous soumettre à ses dogmes, mais seulement à nous inviter dans les zones les plus délicieuses du plaisir partagé.

Performance sexuelle : on se calme !

Qu’en pensez-vous ? Pour vos réactions et commentaires, faites défiler jusqu’à l’espace réservé en bas de page… et ne vous en privez pas.

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription ci-dessous


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.

Transcription texte de la vidéo

Performance sexuelle : on se calme !

Être un bon coup, c’est d’abord une histoire de comparaison. Pour savoir si je suis un bon coup, il faut que je me compare à d’autres, à ce que j’ai lu, à ce que j’ai vu ou à ce que j’ai entendu. Et pour bien comprendre cela, il faut replacer ça dans un contexte historique.

Mais avant d’aller plus loin, j’aimerais juste signaler que j’ai écrit un article sur le sujet de la performance sexuelle il y a une semaine et que j’avais envie d’ajouter quelques compléments d’information. C’est la raison de cette vidéo, un peu improvisée, dans laquelle je vais partager avec vous les réflexions qui m’ont habité ces derniers jours à propos de cette fameuse performance sexuelle.

Que peut-on en attendre, qu’est-on en droit d’attendre de la sexualité et à quoi faut-il se comparer ? Comment est-ce que je peux gérer cette sacrée histoire qui prend la tête beaucoup de monde ?

Pour aborder les choses sérieusement et replacer le contexte historique, il faut savoir que dans d’autres temps, un homme qui éjaculait rapidement était considéré comme un super amant, un super étalon. Cela voulait dire qu’il pouvait procréer facilement. Il éjaculait vite, donc il allait faire beaucoup d’enfants. Il était vu comme un homme fécond et viril. Aujourd’hui, c’est un peu différent comme vous le savez.

À l’époque, à moins d’être libertines ou filles de joie, les femmes n’avaient pas accès à leur jouissance ou à leur orgasme. On n’en parlait même pas parce que c’était quelque chose d’absolument incongru et rarissime d’avoir un orgasme pour une femme.

La femme passait à la casserole de temps en temps (en réalité à chaque fois que le mari en avait envie) et tout allait bien dans le meilleur des mondes parce qu’on ne se posait pas de questions à ce sujet.

Dans les années 50-60, le grand mouvement de libération de la femme, qui fut un mouvement de conscience, a envahi le monde occidental. Et les femmes ont commencé à revendiquer leur plaisir, leur droit à l’orgasme et à la jouissance. Elles ont accédé à un certain niveau de plaisir et ont rejoint la scène du désir et de l’orgasme.

Le mouvement hippie a été très important pour porter cela, mais ce n’est pas le seul, puisque le mouvement était véritablement général en termes de réflexion et de libération au sujet de la sexualité.

Les femmes étaient accompagnées par des hommes qui, eux aussi, étaient sensibles à cette question. Ils avaient envie d’avoir un plaisir plus rond, plus complet et plus entier, mais également que leur femme, leur copine, leur compagne ait aussi leur plaisir dans tout ça. C’était plutôt cool. Mais par contre, on a commencé à se comparer.

La performance sexuelle du porno

C’est à cette époque que s’est popularisé le film porno, tout d’abord avec les cassettes vidéo. Il y a une vingtaine d’années, la profusion du monde de l’Internet (dans lequel il suffit de se logger ici ou là en disant qu’on a 18 ans) a permis l’accès à toutes sortes d’images pornographiques.

Ces images véhiculent un message fort. Un message important sur le plaisir et sur l’idée qu’on se fait de l’excellence en matière de sexualité.

Dans cette représentation de l’acte amoureux, le mec a une bite « commak » et il va tringler sa copine, la buriner à fond pendant 15 minutes ou plus sans discontinuer, comme une machine. De son côté, la femme va se tortiller comme un vers en poussant des cris de hyène. Elle est super bien roulée, super canon avec les seins refaits et tout et tout…

Les deux porn-stars vont enchaîner les positions et collectionner toute sorte de fantaisies qui peuvent être élaborées autour de la sexualité. Les fantasmes et souvent les aspects pervers de la sexualité seront représentés. La fille va grimper aux rideaux alors que le gars va gicler comme un geyser.

Évidemment, quand on voit ça, on se dit que ça a l’air sympa et que « moi aussi j’en voudrais bien un peu ». On va donc commencer à se comparer… et à se rendre à l’évidence : « moi, je ne suis pas monté comme lui, je n’ai pas cette résistance ni cet entraînement ». Et la femme va se dire : « je ne suis pas aussi belle, pas aussi bien roulée, et je ne bouge pas de la même manière ».

On va donc se comparer et commencer à imaginer des niveaux de plaisir à atteindre. Mais ce sont des objectifs qui ne sont pas toujours réalistes parce qu’ils ne correspondent pas à ce qui existe dans la vraie vie. Donc, on se compare et on commence à ressentir un certain nombre de frustrations.

La performance sexuelle, c’est pas si simple

Il faut dire que ça n’est pas si simple. Pas si simple pour les hommes de se contrôler et de contrôler leur érection et leur éjaculation. Pas si simple d’arriver à maintenir excitation aussi forte pendant si longtemps. Pour les femmes, ça n’est pas si simple d’atteindre l’orgasme, pas si simple d’entrer complètement dans cette féminité sexuelle qui nous est présentée à outrance.

Plus simplement, il n’est pas si simple d’être un bon coup, et nombre d’hommes et de femmes, célibataires ou en couple, vont être un peu décontenancé par ces images, ces exemples, ces sortes d’idéaux qui nous mettent la pression de la performance sexuelle.

On se calme, on se relaxe, on respire par le nez et on va juste regarder les choses en face. C’est-à-dire telles qu’elles sont. Il suffit simplement de réorienter son attention vers ses propres valeurs personnelles, vers le plaisir de l’échange qu’on peut avoir dans le couple. C’est juste une alchimie et une complicité qui permet aux couples de se rencontrer dans le plaisir, dans le désir et les délices de l’orgasme.

Pour cela, il faut réorienter son attention et abandonner l’idée de la performance mécanique quasi sportive pour se tourner vers ce qui nous constitue complètement : physiquement, mentalement et émotionnellement.

Plutôt que de viser un exploit technique, il faut réorienter son attention sur ses cinq sens, sur l’attention que l’on porte à l’autre, sur la douceur, la créativité et la tendresse pour être dans une fantaisie et une générosité qui amène aussi à la gratitude. C’est la gratitude d’être avec l’autre, cet autre qui nous excite et nous entoure, qui nous enveloppe. C’est la gratitude d’être en communication avec soi au sens le plus profond du terme, comme on le vit dans le rapport amoureux. Voilà ce qu’est l’amour et comment il est possible de faire l’amour.

Pratiquement, comment faire si on est un peu trop exalté, un peu trop stimulé ou un peu trop excité ? Comment faire pour relâcher la pression ? Ou alors, comment faire si on n’est pas assez excité, si on n’a pas une érection suffisante ? Comment faire pour que la femme lâche prise afin qu’elle atteigne son orgasme ? On sait que la femme ne peut atteindre son orgasme que si elle se lâche complètement. Comment faire donc ?

Une autre performance : par la respiration

Le truc, c’est la respiration. La respiration contrôlée. Dès le moment où l’on contrôle sa respiration on commence à contrôler son corps. Pour contrôler sa respiration, il y a un tas de méthodes. Ce que je vous suggère ici, c’est d’essayer simplement un truc tout facile.

Prenez des inspirations profondes par le nez et expirez lentement par la bouche en serrant les lèvres. Inspirer et expirer plusieurs fois de cette manière. Cette respiration est appelée « respiration de la flûte » dans le Tantra. Elle permet d’activer les zones d’énergie et de rétablir les énergies dans le corps en les équilibrant. Cela va simplement stimuler les personnes qui manquent excitation et calmer celles qui en ont trop. C’est quelque chose de très intéressant.

Vous pouvez essayer de le faire et observer que cela va détourner votre attention de cette putin de performance que l’on croit devoir atteindre pour entrer juste dans le désir et le plaisir d’être avec soi et avec l’autre.

Évidemment, si vous êtes avec une personne pour la première fois, vous aurez peut-être un peu de peine à faire cela parce que c’est un peu bizarre et pas très normal de respirer comme ça. Mais vous pourrez toujours dire à la personne que vous venez de rencontrer que vous avez un secret incroyable pour arriver à faire l’amour d’une manière plus complète et plus vaste. Ainsi, la personne va tout à fait comprendre que vous respiriez un peu bizarrement par moments.

Et si vous êtes en couple, pourquoi ne pas inviter l’autre à respirer avec vous de cette manière-là dans les moments où il s’agit de calmer le jeu ou dans les moments où il s’agit de l’activer ? Vous pourriez intégrer cette respiration comme une nouvelle conscience de qui vous êtes en tant qu’amants tous les deux. Une nouvelle conscience de qui vous êtes, de comment vous êtes imbriqués l’un dans l’autre et liés l’un à l’autre, unit tout simplement.

En faisant ça, vous pourrez juste oublier l’histoire de la performance sexuelle et entrer plutôt dans une performance personnelle. Vous serez libérés de l’image que la société veut nous imposer et pourrez enfin correspondre à l’image de qui vous voulez être vraiment en tant qu’amants.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

L’art d’attraper sa femme par les cheveux

Attraper sa femme par les cheveux est un geste érotique un peu brut qui peut être mal interprété ou mal vécu s’il n’est pas bien compris par les deux partenaires. À l’inverse, lorsqu’il s’inscrit dans des jeux amoureux assumés et complices, un tel comportement est propice à une forte excitation et source de grands plaisirs.

Depuis la nuit des temps, la chevelure féminine exerce une véritable fascination sur l’homme, représentant à la fois la maternité et l’érotisme. La représentation de monsieur Cro-Magnon traînant sa femme par les cheveux est dénuée de fondement historique, mais révèle une certaine réalité quant au besoin de possession des hommes sur leur compagne.

Ainsi, ce geste pourrait être profondément ancré dans le cerveau reptilien, ce qui le rendrait hautement érotique dans le contexte amoureux.

Pourquoi attraper sa femme par les cheveux ?

Presque toutes les cultures et toutes les époques ont valorisé les cheveux longs chez la femme. Cette chevelure a été mise en valeur de façon parfois très sophistiquée ou au contraire tenue secrète, comme gardée de l’envie des hommes, sous une coiffe, un voile ou un turban. Mais dans tous les cas, l’intention était d’en attiser le désir.

De leur côté, les hommes se sont appliqués au port du cheveu court, craignant peut-être de se faire attraper eux-aussi et de perdre ainsi leur puissance.

Quoiqu’il en soit, ces dernières décennies ont modifié les rôles sociaux des femmes et des hommes en occident, sans pour autant établir d’alternative claire. La libération féminine des années 70 a produit de profonds bouleversements dans notre manière de concevoir les relations au profit d’une égalité bienvenue.

Pourtant, en coupant court leurs cheveux, les femmes ont parfois coupé court à leur féminité. Quant aux hommes, il leur arrive d’hésiter entre leur puissance et leur sensibilité fraîchement reconnue.

Je suis convaincu des bienfaits de cette évolution qui place hommes et femmes sur le même pied d’égalité en révélant leurs complémentarités. Le couple, la famille et, par extension, la société toute entière en profitent grandement.

Mais notre nature sexuée revendique le droit de se manifester, d’être reconnue et assumée. Les femmes n’auront jamais de pénis ni les hommes de vagin. Les énergies yin et yang continueront donc à se révéler au creux de nos draps.

Attraper sa femme par les cheveux est un comportement de possession qui appelle une soumission. Mais si l’on considère le plaisir que les deux partenaires peuvent y trouver, on se rend compte du pouvoir qu’exerce la femme sur son homme en se soumettant de bonne grâce. De même, on peut voir l’allégeance que l’homme rend à celle qui sait honorer sa force.

Comment attraper sa femme par les cheveux ?

Une fois qu’on a compris le bien-fondé des gestes qui expriment notre nature sexuée et qu’on a admis tout ce que cela a d’épanouissant pour le couple, il n’y a plus qu’à savoir comment s’y prendre et à découvrir comme améliorer l’expérience.

Comme nous l’avons déjà vu plus haut, attraper sa femme par les cheveux n’est pas un geste anodin. Ceci restera donc réservé à des situations de désir intense ou à des moments de partages torrides.

– Saisir la tête de sa compagne par les cheveux pour lui rouler une pelle inattendue peut être aussi malvenu qu’excitant. Cela dépend du rythme, de la manière et de la situation.

Par exemple, si elle est en train de faire sa toilette, de faire la cuisine ou de travailler à l’ordinateur, soyez fougueux (c’est le but de la manœuvre), mais pas irrespectueux. Tout est une question de mesure et d’intention.

D’une manière générale, si vous le faite avec amour, il y a peu de chance que cela soit mal perçu. Bien au contraire ! Vous risquez juste de finir emboîtés l’un dans l’autre sur le carrelage ou sur la moquette.

– Durant le rapport sexuel, attraper sa femme par les cheveux paraît plus naturel que dans la vie courante. L’excitation montante des deux partenaires justifie de telles expressions de désir et de possession. Il faut pourtant se trouver dans une position qui mette la chevelure à portée de mains.

Lorsque madame est couchée sur le dos, il est plus difficile d’attraper ses cheveux. Il faut d’abord lui soulever la tête pour les ramener d’un côté ou de l’autre.

Avec les doigts écartés enfilés dans la chevelure, on pourra masser le cuir chevelu et palper le crâne pour prodiguer de délicieuses sensations à sa compagne avant de l’empoigner avec enthousiasme.

– Réunir les cheveux en botte pour prendre le contrôle des mouvements de la tête de sa chérie, voilà un grand classique de la fellation.

Certains hésitent pourtant à le faire, craignant un trop fort sentiment de soumission de la part de la dame. Ici encore, tout est question d’intention. Laissez-la libre de ses mouvements et prenez-en possession, dans une subtile alternance.

– Une autre situation idéale pour attraper sa femme par les cheveux, c’est la position de la levrette. En ramenant ainsi sa tête vers l’arrière, vous l’inviterez à se cabrer fortement, ce qui permettra à votre pénis de prendre le bon angle pour stimuler son point G avec vigueur.

Un sentiment de chevauchée sauvage vous envahira tous deux et il ne restera qu’à gérer votre équilibre puisque vous n’aurez plus vos deux mains comme appui…

Attraper n’est pas tirer

Attraper sa femme par les cheveux est une pratique sensée donner du plaisir. Il ne s’agit pas de lui tirer les cheveux pour la violenter ou lui faire mal. Les femmes se plaignent parfois de la maladresse de leur amant à ce sujet, témoignant de petites douleurs qui les sortent de leur plaisir. Quelques principes sont donc à connaître pour que cela se passe bien pour elle.

Les racines de cheveux les plus délicates se situent à la base de la nuque et aux tempes. Souvenez-vous de ces vieux profs qui nous tiraient ces cheveux-là pour nos bêtises d’enfant à la récréation. À éviter donc.

D’autres sensations désagréables attendent votre compagne si vous tirez sur des mèches localisées ou si vous saisissez les cheveux par les bouts. Il y aura toujours des cheveux plus courts que les autres, qui se tendront et feront mal.

Pour bien attraper sa femme par les cheveux, il faut saisir toute la chevelure d’un coup, à plein main, et assez proche du crâne. Si les cheveux sont épais, vous pourrez les réunir en bouquet dans votre paume. S’il sont fins, tournez-les d’abord en spirale et faite une boucle entre vos doigts afin qu’ils ne glissent pas.

Évidemment, tout ceci va aussi dépendre de la longueur des cheveux de votre partenaire. Avec des cheveux longs et épais, c’est le plus facile. Mais les cheveux mi-longs, même fins, feront très bien l’affaire avec un peu d’entraînement. Pour les cheveux court, il va falloir ruser et saisir une touffe aussi large que possible à l’arrière du crâne.

Quant aux coiffures super courtes, même si cela peut être très joli, elles ne permettent pas cette pratique érotique. On attendra que ça repousse ou on attrapera sa femme par d’autres poils… mais ça, c’est une autre histoire.

L’art d’attraper sa femme par les cheveux

Faire l’amour avec talent est un art qui porte sur chaque action, sur chaque geste et chaque sensation. L’attention posée là-dessus mène à une grande présence à l’autre.

Lorsque cela est vécu de manière réciproque et dans la complicité, tout devient possible. On peut attraper sa femme par les cheveux, comme user d’autres pratiques érotiques et sensuelles pour nourrir le couple d’exaltation et d’amour.

Et vous ? Comment vivez-vous (ou pas) l’expérience érotique capillaire ? Vous adorez, vous détestez ? Sentez-vous libre de donner votre témoignage ou vos réactions dans l’espace « commentaires » ci-dessous. Et ne vous privez pas de partager…

00

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pourquoi êtes-vous satisfait (ou pas) de votre sexualité ?

Qui ne s’est jamais plaint de la routine dans son couple ? Être satisfait de sa sexualité est d’une grande importance pour le couple moderne. Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Dans les consultations en sexologie, 4 personnes sur 5 se disent insatisfaites sexuellement à cause de relations intimes trop « prévisibles ».

C’est ce que des chercheurs américains ont révélé au terme d’une étude¹ portant sur les comportements sexuels de plus de 38’700 hommes et femmes, âgés de 18 à 65 ans.

Certes, les statistiques sont toujours tendancieuses, mais elles permettent au moins de se poser des questions sur ses propres comportements… ce qui mène parfois à trouver quelques pistes d’amélioration.

Êtes-vous satisfait de votre sexualité ?

Avoir une vie sexuelle monotone et sans surprise angoisse donc pas mal d’entre-nous et génère des frustrations et des insatisfactions.

Mais quand on questionne les amants épanouis, on se rend compte qu’eux-aussi pensent avoir libido prévisible. C’est du moins le cas de 3 personnes sur 5 qui sont heureux en couple.

Une vie sexuelle épanouie ne doit donc pas obligatoirement s’exprimer à chaque fois de manière folle et déjantée. Par contre, une complicité tendre est essentielle à l’épanouissement des amants. Cette complicité, faite d’intimité et de confiance, est propice au lâcher-prise nécessaire à l’accès au plaisir.

L’appétit sexuel est très fort durant les six premiers mois de la relation. Ensuite, la nouveauté disparaît et nous fait découvrir l’autre sous un jour plus familier. Le couple voit alors sa sexualité s’apaiser et se modifier au profit d’une plus grande intimité.

Les amants qui savent garder un haut degré d’attraction sexuelle ont leurs petites recettes personnelles, mais globalement ils ont tous recours aux mêmes « ficelles » pour que leur routine reste excitante. C’est aussi ce que l’étude citée en référence révèle :

Ils font l’amour souvent, pratiquent couramment le sexe oral, varient les situations et les positions de l’amour et savent atteindre l’orgasme régulièrement pour contenter les deux partenaires. En outre, ils parlent ouvertement de leur sexualité.

Une sexualité épanouie sur la durée

Tout le monde s’accorde à penser qu’il est important d’avoir une vie sexuelle excitante. 9 hommes sur dix et 8 femmes sur dix l’expriment clairement. Ce qui change entre les personnes satisfaites et celles qui ne le sont pas en matière de sexualité, c’est leur manière de considérer la relation de couple.

Les insatisfaits regrettent la passion des débuts alors que si vous êtes satisfait de votre sexualité c’est que vous accordez plus d’importance à la communication dans le couple.

Beaucoup de personnes insatisfaites se plaignent d’une sexualité moins passionnante que dans les premiers mois de leur histoire. Elles focalisent leur attention sur le caractère intense de la rencontre et négligent la richesse qui peut se développer dans le couple une fois qu’on se connaît bien.

Si la passion diminue avec le temps, la complicité sexuelle la compense largement pour la plupart des couples. Pour se sentir épanoui sexuellement, il s’agit donc moins d’entretenir une sexualité débridée que de cultiver une sexualité pleinement partagée.

Avec le temps, le corps change

Certains regrettent également les effets de l’âge, ou plus simplement les changements dus aux habitudes du quotidien.

Il est vrai qu’on ne se comporte plus en couple comme quand on était célibataire. Les repas en amoureux nous font prendre quelques kilos et on ne se soigne plus autant que lorsqu’on cherchait à séduire pour trouver la personne de ses rêves.

Sans parler de celles et ceux qui se laissent carrément aller, on constate que dans le quotidien il faut faire un effort pour rester séduisant. Là encore, la complicité et la communication des amants les motivera à garder le cap pour maintenir une attirance physique l’un envers l’autre.

Mais de toute façon le temps fait son œuvre et à partir d’un certain âge, on voit le corps de l’autre (et le sien aussi d’ailleurs) perdre l’attrait de la jeunesse.

Les partenaires prennent des rondeurs et révèlent des affaissements qui peuvent nuire à l’attirance physique. Pourtant, certains ont la bonne idée de se laisser charmer par cette patine du temps qui ajoute à la beauté du corps toute la beauté de l’âme et de son vécu.

Car c’est bien le regard que l’on porte sur l’autre qui lui donne toute sa charge érotique. Au-delà de la forme et du galbe des courbes, c’est la manière d’utiliser son corps, d’en jouer avec esprit et liberté, qui le rend érotique, excitant et attirant.

Mieux communiquer pour mieux s’éclater

Presque toutes les personnes sexuellement épanouies disent se sentir à l’aise pour demander à leur partenaire ce qu’elles veulent au lit et la plupart d’entre elles sont satisfaites de la variété de leurs ébats amoureux.

Chez les insatisfaits, les frustrations viennent le plus souvent d’une incapacité à exprimer ses désirs et de la croyance que l’autre serait sensé les deviner tout seul. Face à ce manque de communication, les partenaires tentent en vain de se rapprocher et restent isolés dans leur mutisme.

Il est impossible de savoir comment exciter l’autre ou de l’accompagner dans son plaisir tant qu’il n’a pas exprimé ses désirs et ses préférences.

Les timides sont évidemment les plus touchés par cette situation, mais toutes les personnes victimes de tabous sur la sexualité éprouvent de la difficulté à énoncer leurs envies.

Il faut alors développer sa confiance en soi pour oser dire ce qui est important pour soi et pour oser la sensualité que l’on souhaite expérimenter.

Reste à savoir comment prendre confiance… Peut-être en commençant par accepter l’idée que la sexualité est une activité humaine normale, saine et épanouissante pour les deux partenaires.

Êtes-vous satisfait ou insatisfait de votre sexualité ? Nos considérations personnelles à propos du sexe déterminent notre épanouissement. N’hésitons pas à les remettre en question et à les adapter à l’autre pour qu’elles nous permettent d’accéder au bonheur que nous souhaitons vivre ensemble.

Si cela a du sens pour vous et que vous croyez que cela peut amener à plus de plaisir et de joie échangée dans le lit des amants : partagez cet article sur vos réseaux sociaux grâce aux boutons ci-contre.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

¹Étude nationale des États Unis
The Journal of Sex Research – David A. Frederick

00

Secrets d’alcôve partie 6 : le sens du sexe et de l’amour

Le sexe c’est bon, c’est sain, ça fait du bien et ça donne du sens à la relation des amoureux. Dans ce dernier épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve », je termine avec la chose qui est sans doute la plus importante pour le couple : le sens du sexe et de l’amour.

Secrets d’alcôve :
le sens du sexe et de l’amour

Lorsque tous les éléments sont réunis, quand l’échange physique fait partie des valeurs fondamentales du couple, les partenaires vivent une véritable union qui les lie profondément sur la durée.

Faire l’amour devient alors le moyen d’exprimer à la fois ses sentiments et sa pulsion, entre romantisme et animalité, dans un échange complet.

Une sexualité qui se révèle libre et intense devient précieuse pour les deux amants. C’est tout le sens du sexe et de l’amour qui permet de se sentir unis et complices face au monde.

épisode 6

Qu’en pensez-vous ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partagez sur vos réseaux sociaux au moyen des boutons ci-contre..

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.

Transcription texte de la vidéo

Le sens du sexe et de l’amour

Pour résumer tout ce qui a été dit : ce qui est important c’est avant tout cet état d’esprit qui permet de comprendre et d’admettre à quel point « j’aime le sexe » et de comprendre à quel point l’autre aussi aime le sexe. À quel point c’est sain, c’est bon, à quel point ça sert, à quel point c’est utile au couple. À quel point c’est merveilleux de pouvoir accueillir cette sexualité de manière complètement naturelle et libre.

Dans cet état d’esprit libre, il s’agit de varier les plaisirs, les situations et les positions pour augmenter la richesse de cet échange.

C’est important de prendre conscience à quel point on prend du plaisir au plaisir de l’autre et pas seulement à son propre plaisir. C’est véritablement un échange de plaisir. Et que le plaisir est dans l’échange. Il n’est pas seulement dans mon propre plaisir. Nous ne sommes pas deux personnes en train de se masturber ensemble, mais on est vraiment dans quelque chose qui nous unit.

Et pour bien vivre tout cela, il faut aussi un certain nombre de connaissances. C’est cela dont nous avons parlé ce soir. Il faut aussi une certaine expérience. Si on est complètement novice, s’il y a ce soir dans la salle une personne qui a peut-être 18 ans et qui n’a eu que deux ou trois amoureux, ou amoureuses, elle peut simplement se réjouir qu’avec le temps, l’expérience et la pratique, tout cela va se développer d’une manière absolument invraisemblable et magnifique.

Et pour que tout cela fonctionne vraiment bien il faut aussi que l’on accepte ce côté animal et en même temps ce côté romantique. Comme si on était construit de choses différentes qui ont, toutes, leur valeur. On peut avoir cette passion romantique qui nous amène à être si tendre avec l’autre, et cette sorte de pulsion animale qui nous amène parfois à être si « brutal ». Ici, je mets des guillemets, parce qu’il ne s’agit pas de frapper sa femme ou de griffer son mari jusqu’au sang… Mais c’est bien dans une espèce de violence érotique, de violence tendre, dans laquelle on peut laisser s’exprimer cette partie de nous, animale et reptilienne.

Et que c’est la variation de tous ces éléments qui va nous permettre d’entrer dans un échange complet. Et cet échange complet, il va être encore augmenté par une intensité émotionnelle, que l’on vit naturellement quand on est amoureux et qu’on vient de se rencontrer, parce que ce sont les hormones qui s’occupent de ça, mais qu’il va falloir créer à partir d’un certain moment, quand les hormones s’estompent et s’endorment peu et que le couple se confronte à sa propre durée dans le temps. Cette charge émotionnelle, cette intensité d’échange, il va falloir la créer…

Et comment est-ce que l’on crée ça ? On va créer ça simplement en ayant bien conscience de cet état érotique, de ce rôle érotique, de ce rôle sexué qu’on joue. On va créer ça par des gestes, par des mots, par des regards.

C’est le regard surtout qui va permettre de donner de l’intensité émotionnelle à nos rencontres sexuelles. Regardons-nous dans les yeux.

Regardons-nous dans les yeux quand on se déshabille, quand on s’embrasse, quand on se caresse. Regardons-nous dans les yeux quand on commence à se pénétrer… Et faisons attendre l’autre, laissons monter le désir en soutenant son regard.

Donnons de l’intensité aussi avec des mots. Soutenons cette intensité émotionnelle avec des mots, en osant les mots spontanés qui nous viennent. Parce que dans ce lâcher prise de la sexualité, dans cette immersion à l’intérieur de l’alcôve qu’on se réserve l’un à l’autre, on a le droit d’être spontané. On a le droit d’être soi.

Le sens du sexe et de l’amour

Voilà ce qui va vraiment créer cette complicité de couple. Et un couple comme ça, il va porter, au-delà de lui-même, au-delà du couple, une joie « érotique » qui sera visible de l’extérieur, qu’on va sentir et parfois même palper… et qui sera tout le sens de cet amour partagé.


Je crois que chacun d’entre nous recherche une telle intensité amoureuse et tente de comprendre le sens du sexe et de l’amour. Ceci requière une grande implication et beaucoup d’intégrité, mais aussi des connaissances qu’il s’agit d’acquérir et de cultiver sans cesse. Faisons-le ensemble.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Secrets d’alcôve partie 5 : les positions de l’amour

On nous parle toujours d’une multitude de positions possibles qu’il faudrait absolument pratiquer pour booster sa sexualité. Dans cet épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve », j’aborde les positions de l’amour qui sont les plus importantes et les plus épanouissantes pour le couple.

Secrets d’alcôve :
les positions de l’amour

Que l’on préfère les positions qui lient tendrement les amants ou que l’on privilégie celles qui permettent d’exprimer une certaine bestialité, tous les styles de positions sont à connaître pour pouvoir en faire profiter son couple au maximum.

Les possibilités de variations érotiques sont multiples pour les amants passionnés. Mais les positions de l’amour ne sont pas si nombreuses que ça. Les grands classiques reviennent sans cesse et ce n’est pas pour rien. Qu’en pensez-vous ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partager sur vos réseaux sociaux.

épisode 5

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour

Un dernier chapitre viendra s’ajouter prochainement.


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.

Transcription texte de la vidéo

Les positions de l’amour

Pour poursuivre cette exploration de tout ce qui se passe dans l’alcôve, dans l’intimité de la sexualité du couple, nous allons maintenant parler du coït. On va parler de la copulation. Bon… normalement on parle de copulation pour les animaux, mais il n’empêche que nous sommes aussi quelque part dans ce cadre-là.

C’est ce qu’on appelle faire l’amour. Faire l’amour, c’est large… faire l’amour, c’est merveilleux. Et nous abordons maintenant le coït, donc la pénétration.

En parlant de pénétration, j’aimerais donner quelques informations sur les positions de l’amour, du moins celles qui sont les plus importantes.

Alors, il y a le Kama-sutra, qui révèle… disons plus de 100 positions. Avec une fois le pied comme ça, ou alors avec le pied comme ceci. Bon… il faut pas déconner non plus ! Finalement, il y a cinq ou six positions… allez, disons peut-être 10 si vraiment va chercher dans les détails. Ensuite, ce sont des déclinaisons.

Je vais en citer cinq ou six, là, qui me paraissent les plus intéressantes et pourquoi elles me paraissent intéressantes.

La première chose qui est importante à dire, c’est qu’il est essentiel de varier tout de même les plaisirs. Surtout si on a envie que le couple dure, qu’il se maintienne sur la durée et qu’il garde son enthousiasme et son désir pendant longtemps. Il va donc faire savoir varier les plaisirs.

Varier les positions et les situations

Alors varier les positions, c’est une bonne chose. Néanmoins, dans la même relation sexuelle, dans la même soirée ou la même nuit, le même moment amoureux, vous n’allez pas faire cinq positions. Sinon après, ça va finir par être lassant ! Vous n’allez pas tout le temps changer.

Il faut avoir le temps. La plupart des femmes aiment avoir le temps de sentir la pénétration. Elles n’aiment pas tout le temps être dérangées par un gars qui sort à tout bout de champ pour changer. Donc, il est important de varier, mais je dirais pas plus de trois positions dans la même rencontre amoureuse. Ensuite… chacun fait ce qu’il veut bien sûr, mais je vous donne mon avis simplement.

Par contre, c’est important de varier d’une fois à l’autre. Varier la sexualité, c’est d’abord varier les positions bien sûr, mais c’est aussi varier les situations.

Une fois dans le lit, une fois sur la table de la cuisine, une fois dans la voiture, une fois sur le tapis du salon, une fois dans l’entrée parce qu’on ne peut plus attendre… une fois sur le bord du lit, fois sur la tête du lit, une fois à côté du lit, une fois contre l’armoire, une fois contre le mur… voilà.

Tout ça, ce sont des situations. Alors les situations, ce sont des lieux bien sûr, les lieux dans la maison, mais aussi à l’extérieur, lors d’un pique-nique, dans la forêt, etc. Mais alors attention ! Sur la voie publique, c’est carrément interdit. En fait, vous risquez la prison. Donc, il ne faut pas se faire choper et il faut vraiment faire ça discretos.

Et puis ensuite, varier les situations ce n’est pas varier que les lieux. Varier les situations c’est aussi varier les moments dans la journée et ne pas faire l’amour toujours le soir où toujours le même jour. Cela peut-être le matin, cela peut être à midi… ça peut être un petit coup à quatre heures avant que les enfants rentrent de l’école par exemple. En fait, il y a une foule de possibilité.

C’est ça que j’appelle varier les situations. Un moyen de créer des rencontres un peu particulières. On peut se donner rendez-vous, ou entrer dans des jeux de rôle. Par exemple, se payer une nuit à l’hôtel, alors que l’hôtel se trouve juste à 100 m de la maison.

Alors, cela semble complètement débile de prendre une chambre à l’hôtel, puisqu’on a une chambre ici, mais c’est vachement plus excitant parce que cela devient une situation érotique. Donc, cette variation du plaisir est très importante, particulièrement si on souhaite prendre soin de son couple.

Quand on vient de se rencontrer, on n’a pas besoin de varier parce que tout est nouveau. La peau, l’odeur, le goût, les bruits, les mots, etc.… tout est nouveau. Donc il n’y a pas besoin de varier. Mais à partir d’une certaine durée, ça devient important de pouvoir faire ces variations.

La position du missionnaire

En terme de positions donc, la première que je veux vous présenter, c’est la position du missionnaire.

Alors vous me direz peut-être : « bon, c’est un peu rébarbatif comme position ». Mais ça n’est pas pour rien que c’est la position la plus importante, en tout cas dans notre culture. Parce que c’est la position dans laquelle on se trouve le plus dans l’union.

C’est-à-dire que, dans cette position, Madame est complètement abandonnée. Elle se trouve sur le dos, jambes écartées, elle est ouverte et abandonnée. Monsieur va être dessus, mais il va être presque en position de prière. Il est à genoux et il y a une espèce de dévotion, que l’on pourrait imaginer symbolisée par cette posture.

Et surtout, il y a un contact général du corps. C’est-à-dire que l’homme va être sur sa partenaire, il va l’enrober, il va donner son poids. Quant à elle, elle va ressentir ce poids, cette puissance. Il va être aussi proche d’elle.

On peut s’embrasser, on peut s’en se regarder dans les yeux, on peut se dire des mots doux à l’oreille, on peut entendre la respiration de l’autre, parce qu’on est tout proche. On est collé avec les ventres, avec les poitrines, avec les bras.

Madame enrobe Monsieur avec ses cuisses, avec ses bras, avec son vagin. Il y a un accueil incroyable. En fait, elle est énorme cette position… elle est géniale. Moi, elle me fait toujours beaucoup d’effet à un niveau émotionnel profond. Et c’est pour ça que c’est une position qui est très très intéressante.

Par contre, elle ne permet pas des pénétrations très profondes. Donc c’est une bonne position pour commencer la relation amoureuse, entendez par là la relation sexuelle, et qui permet d’activer et d’augmenter l’intensité émotionnelle entre les amants. Ça, c’est vraiment très intéressant.

Pour des pénétrations plus profondes, c’est-à-dire à partir du moment où la tension sexuelle et l’excitation montent, au moment où il faudrait commencer à aller un peu plus profondément, avec le pénis bien au fond, de manière à faire monter l’orgasme, à ce moment-là, il faut une autre position, une position qui permette une pénétration plus profonde.

Mais avant de parler d’une autre position, j’aimerais juste signaler une variante de la position du missionnaire. C’est simplement, pour l’homme, de se relever un peu sur ses genoux et de prendre les jambes de sa partenaire sur ses épaules.

Du coup, le bassin de la femme va se renverser, va se trouver. Ainsi, Monsieur va pouvoir changer son angle de pénétration pour aller très profondément. Donc on est toujours dans la position du missionnaire, pas tout à fait en réalité puisqu’on appelle ça la position de l’enclume, mais peu importe. On est dans la même position en fait, mais avec une possibilité d’aller plus profondément. Voilà pour cette première position.

La position de la levrette

Une autre position… phare, on va dire : c’est la position de la levrette. Ici, Madame est à quatre pattes, Monsieur est à genoux derrière elle. Il la pénètre par l’arrière, j’entends par là dans le vagin, mais c’est aussi une bonne position pour les pénétrations anales, je reviendrai là-dessus un peu plus loin.

Voilà donc une position importante, qui va être très excitante pour la plupart des gens, hommes et femmes, parce que c’est une position plus animale. Déjà, on perd le contact visuel, donc on se trouve plus spécifiquement dans son propre plaisir que dans le partage. On est un peu dans une petite forme d’égoïsme. Un égoïsme temporaire dans lequel chacun va se concentrer sur son propre plaisir.

L’homme va profiter de cette croupe magnifique qu’il enfile avec joie. La femme va se sentir prise.

Il est temps ici de faire une petite parenthèse sur le rôle de l’homme et de la femme. Parce que cela va faire partie aussi de cette qualité d’intensité, qui va permettre de vraiment pouvoir s’éclater au lit.

Ce que je vais dire maintenant, n’est pas toujours bien entendu ou pas toujours bien vu. Mais je vais le dire quand même…

Assumer son rôle animal

L’homme va avoir le rôle de prendre les choses en main. Dans la relation sexuelle, c’est à l’homme de prendre les choses en main. Et à la femme de suivre ce mouvement. L’homme va prendre et imposer, il va imposer sa puissance, il va imposer son plaisir… quand je dis imposer, entendons-nous bien : il n’est pas en train de la violer puisqu’il lui fait l’amour. Mais pour bien lui faire l’amour, il faut que c’est énergie, un peu brute, un peu animale, fondamentale, reptilienne, soit présente. Donc l’homme va prendre ce rôle-là.

J’ai mis des années à oser. Je me disais : « non, mais je ne peux pas faire ça… je la respecte, c’est un être humain et tout et tout… j’osais pas lui mettre une claque sur les fesses, sinon mais pour qui est-ce que je me prends ? » Simplement : je n’étais pas mature sexuellement. J’avais trop de conditionnements, trop d’idéaux et j’étais trop dans cette histoire de la madone et de la salope.

Pour revenir sur cette histoire de maturité sexuelle, l’homme va donc prendre… et pourquoi va-t-il se permettre de prendre ? Simplement parce qu’il a conscience que la femme aime être prise.

L’homme va donner des ordres, la femme va obéir. Ceci ne veut pas dire que cela ne peut pas être l’inverse. Mais il y a cette énergie : je te prends / tu me prends. Et cette énergie ressort très fortement dans la position de la levrette.

Beaucoup de gens s’accordent cette énergie uniquement dans cette position-là. Parce qu’ils n’ont pas forcément fait cette réflexion, ils n’ont pas forcément bien intégré le fait que les rôles sont clairement posés.

Évidemment, dans la société, les hommes et femmes sont égaux en droit, en qualité, etc. Évidemment tout ça. Et moi-même, je suis le premier à être féministe et à croire qu’on a tous les mêmes droits.

Par contre, dans le lit, en terme d’énergie sexuelle, on a un rôle à tenir. Ce rôle est plus animal, plus reptilien. Ça ne veut pas dire que la femme va complètement devenir soumise. Ça veut dire simplement qu’elle aime être soumise. Ça veut dire qu’elle aime être prise. Ça veut dire qu’elle aime avoir ce sentiment qu’elles ne sort pas avec mollasson. Elle aime sentir qu’elle sort avec un type qui la chope, quoi. Et elle a plaisir à ça. C’est excitant, ça l’excite. Et c’est ça, l’attraction sexuelle.

Un homme doit apprendre à assumer cela pour que sa femme puisse continuer à avoir de l’attraction sexuelle pour lui.

Il y a plein de femmes qui ont un mari gentil, attentionné, sensible, et elle peut lui trouver toutes les qualités. Ce sera peut-être bon père, un bon mari, un bon « tout ce que vous voulez », mais ça ne sera pas un bon amant. On retrouve ici cette histoire de la madone la salope, comme toujours. Est-ce qu’il est possible d’être bon, gentil, généreux, bon mari et… bon amant ? Oui. C’est possible. Il suffit juste d’intégrer et de bien comprendre cette notion de maturité sexuelle. Et cette notion du rôle.

C’est dans la position de la levrette, qu’on va pouvoir le plus facilement ressentir cela. La femme va sentir : « Oh, putain, je suis en train de me faire prendre par derrière. » En plus, elle n’a pas besoin de regarder son mari, elle n’a pas besoin d’avoir honte, elle peut juste le vivre simplement, parce qu’elle vit en interne.

Elle ne va peut-être jamais le dire ou l’avouer, mais c’est ce qu’elle vit en interne. Donc, c’est une position qui est vraiment intéressante. Parce qu’elle permet de vivre ça. Après, quand on a bien intégré tout cela, on le vit encore mieux. Voilà pour la position de la levrette.

La position d’Andromaque

Positions suivantes : je vais parler de la position de l’Andromaque. Alors avec l’Andromaque, c’est Monsieur qui se repose. Monsieur est donc sur le dos et Madame grimpe sur lui. Alors là, c’est une position intéressante pour les deux partenaires. Ça n’est pas la position la plus excitante, et justement, c’est ça qui est intéressant.

Dans cette position, l’homme n’est pas soumis à toutes les tensions habituelles comme lorsque c’est lui qui est debout, accroupi ou au-dessus. Il n’a pas toutes ces tensions dans le corps et peut donc se relâcher. Du coup, il va faire plaisir à Jean-Yves Desjardins avec son sexocorporel, parce que dans cette position, il va pouvoir gérer son excitation.

C’est donc une position qui est bonne pour les hommes qui ont tendance à être rapides. La fille va donc lui monter dessus, et c’est elle qui va chercher les mouvements et lui, il va pouvoir se relâcher. Du coup, il sera moins soumis à l’éjaculation précoce.

En même temps, il aura beaucoup de plaisir parce qu’il aura devant lui cette paire de seins magnifiques qui dansent devant ses yeux. Cette femme qu’il aime, il pourra la toucher, toucher les hanches, les fesses, lui donner une petite claque si elle aime ça… enfin bref. C’est une belle position.

C’est une position aussi intéressant pour Madame, parce qu’elle va pouvoir gérer complètement ses mouvements. Ainsi, elle pourra varier les angles et les rotations. Elle va pouvoir chercher ses sensations parce que c’est elle qui s’empale. Ce n’est pas elle qui se fait mettre, c’est elle qui s’empale. C’est elle qui contrôle le truc. Ainsi, elle va pouvoir explorer son vagin avec cette position.

Évidemment, si le mec est trop relâché, qu’il n’a plus une érection très dure, à ce moment-là elle ne va plus rien sentir. Ce qu’il faut alors, c’est qu’elle se relève un peu pour que l’homme puisse avoir à nouveau un petit peu de mouvement… afin que ce soit l’homme qui vienne de nouveau chercher sa femme en donnant des coups par en-dessous. Cela va certainement lui redonner son érection, et ça redonnera de nouvelles possibilités. Cette position offre donc une exploration intéressante, exploration pour la femme, et relaxation pour l’homme.

Variante de cette position : la femme se tourne. C’est la même position, sauf que Madame est de dos cette fois-ci. Ici encore on perd le contact visuel. On est dans une expérience un peu plus intérieur, pour chacun des deux.

L’homme va avoir une vision sur le fessier de Madame, ce qui peut être très excitante pour certains, enfin… chacun son truc… Et de son côté, Madame va être peut-être un peu libérée du regard de son compagnon, afin de pouvoir mieux explorer son intérieur. Et surtout, compte tenu de la situation elle va aussi découvrir qu’il y a un deuxième deep spot de l’autre côté du col de l’utérus, du côté arrière. Mais je vous laisse explorer tout ça tranquillement…

La position du lotus

Troisième position importante, c’est la position du lotus. Position chère aux tantristes : Monsieur est assis en tailleur et Madame vient s’asseoir sur lui. C’est une position d’union aussi, très forte, comme dans le missionnaire. Une position qui peut être très tendre et unifiante.

C’est une position dans laquelle on se touche et où l’on peut s’enlacer l’un l’autre. Comme il n’y en a pas un qui est sur l’autre, cela peut être bien aussi pour les gens qui aiment l’union, mais où Monsieur est peut-être trop lourd ou Madame trop fine… enfin où le rapport poids et volume peut poser des problèmes avec le missionnaire.

Si Monsieur est trop lourd pour être sur Madame, la position du lotus est une très bonne position pour créer l’union d’une autre manière.

Pour ceux qui aiment les notions énergétiques, c’est une position qui est très intéressante, parce que les deux colonnes vertébrales sont parallèles et verticales. On peut ainsi s’amuser à inspirer lorsque l’autre expire, expirer quand l’autre inspire et faire ainsi tourner l’énergie. L’énergie de l’autre qui entre dans mon inspire… puis qui descend dans mes organes génitaux, puis qui part à l’expire dans les organes génitaux de l’autre… enfin il y a tout un truc tantrique là autour… mais ça pourrait faire l’objet d’une autre conférence…

Voilà donc pour cette position du lotus, qui est aussi une position très liante, très unifiante.

Position à plat ventre

Avant de citer la dernière position, j’ai envie d’en signaler une autre entre deux : c’est la position à plat ventre. Madame est allongée sur le ventre, Monsieur est à plat ventre sur elle. C’est comme le missionnaire, si Madame se tourne.

Voilà une position qui n’est pas très facile : il faut avoir une bonne érection et il faut être assez long. On peut écarter un peu les fesses pour avoir un meilleur accès… Mais la position fait que l’angle de pénétration du pénis est proche des 90°, il est très vertical. On n’aura pas une pénétration très profonde, par contre c’est une position qui va activer le point G au maximum. Ça va serrer, ça va appuyer à fond sur le point G. Et ça, ça peut aussi être très très intéressant.

Position des cuillères ou 99

Pour terminer cette liste des positions que j’ai choisies de vous présenter, la dernière sera la position des cuillères. Imaginez donc les cuillères, rangées dans un tiroir, comme ça… Comme souvent on s’endort le soir ou comme on peut se réveiller le matin, quand on dort ensemble.

On appelle aussi cette position-là : la position 99. Ce qui est intéressant là-dedans, c’est que c’est une position très tendre. Là aussi, Monsieur prend Madame par derrière. Il faut qui soit derrière, sinon si c’est elle qui est derrière, il ne se passerait rien… donc Monsieur derrière Madame. Et il va l’enlacer.

On se trouve ici dans une position très tendre, plus romantique. Et cela me fait penser que lorsqu’on parlait de variation et de ce terme d’animalité… que autant l’animalité est importante, à être présente dans la sexualité, autant la tendresse et la passion romantique doivent rester présent. Il y a donc cette variation aussi, cette allée et venue entre ces deux énergies : animale et romantique.

Et donc la position 99 est très bien adaptée pour explorer cette tendresse. Et dans cette pénétration beaucoup plus tendre et romantique, l’homme va enlacer sa partenaire, lui donner des bisous dans le cou et lui dire des mots doux à l’oreille. Il peut y avoir tout un langage amoureux qui se développe pendant qu’il peut caresser les seins, la taille, les hanches, et entrer de manière assez naturelle et facile par l’arrière, mais confortablement installé sur le côté.

C’est donc une position assez cool,une position relax pour les deux partenaires. Si, en fonction des corpulences, il y a difficulté d’entrer ou d’introduire le pénis dans le vagin avec cette position-là, il suffit juste pour l’homme de se dégager un peu vers l’arrière, pour amener les corps à être un peu plus écartés. De cette manière, le pénis pourra mieux glisser et entrer afin d’avoir vraiment quelque chose de très cool à partager.

C’est une position de pénétration très cool, qui peut durer longtemps, dans laquelle on ne va pas s’exciter. On est juste en train de se relaxer ensemble.

C’est aussi la position idéale pour les fois où on se réveille le matin avec une gaule d’enfer et que l’autre est juste là, à portée de sexe, on va dire… Dans cette position des cuillères, assez naturelle, il suffit parfois juste d’écarter une fesse pour donner un petit mouvement et prendre le temps d’entrer là-dedans, tout tranquillement, et de faire une pénétration toute douce, qui peut être matinale ou du soir… tout en tendresse.


Les possibilités de variations érotiques sont multiples, mais les positions de l’amour ne sont pas si nombreuses que ça. Alors vous, quelles sont vos préférées ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partagez sur vos réseaux sociaux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articlefilme position lamour par larrière,les photos de position pour faire l\amour

Comment faire pour être le mec nul au lit ?

Dans leurs rapports avec les femmes, un grand nombre d’hommes se sont spécialisés dans l’art de se tirer une balle dans le pied, pour ne pas dire ailleurs… là où ça fait encore plus mal !

Trêve de plaisanterie, quand il s’agit d’être le mec nul au lit, ces gars-là assurent comme des pros.

L’avantage, c’est qu’ils n’ont vraiment aucun effort à fournir et qu’ils peuvent toujours faire croire à leurs potes qu’ils assurent comme des stars du X : personne ne va venir contrôler.

La seule personne qui va s’en rendre compte, c’est la femme ou la copine en question. Mais là, il n’y a rien à craindre parce qu’on sait que les filles sont très discrètes à ce sujet.

Elles n’en sont pas très fières, il faut dire…

Comment faire pour être le mec nul au lit ?

Ça n’a l’air de rien, mais c’est tout un art de penser de manière adéquate et de faire ce qu’il faut pour dégoûter sa compagne de faire l’amour.

Pas si simple de provoquer et de cultiver chez elle la frustration et l’ennui. Cela requiert un grand nombre de compétences (ou d’incompétences) pour s’assurer d’être vraiment le mec nul au lit.

Voici donc quelques conseils pour saboter votre sexualité et faire foirer votre relation amoureuse. Avec ça, votre partenaire va s’ennuyer à mourir, elle va sans doute finir par vous tromper et va probablement vous quitter pour un autre…

Si c’est votre objectif, il vous suffit de continuer comme ça pendant quelques temps et vous êtes sûr d’y arriver.

1) Faire votre affaire à la va-vite

Ne perdez pas votre temps avec les préliminaires, elle pourrait aimer ça ! Faites plutôt preuve d’autonomie et ne vous préoccupez pas trop de votre partenaire. Il suffit de suivre votre instinct et vos désirs pour la choper quand bon vous semble.

Prenez-la par surprise et enfilez-la à la hussarde, ou profitez de votre gaule du petit matin pour un rapport « hygiénique » qui la laissera perplexe, mais vous donnera une impression de puissance et de profonde détente.

N’essayez pas de faire durer le plaisir : c’est le vôtre qui compte. Si vous pouvez gicler en quelques secondes, c’est parfait… Et vous endormir juste après, c’est encore mieux !

Au cas où vous seriez tenté par des ébats plus enrichissants et que vous ayez envie d’offrir à votre compagne une relation sexuelle digne de ce nom, vous pourriez faire durer le rapport plus longuement.

Mais si vous prenez votre temps, vous serez tout de suite moins nul au lit. Au cas où cela vous ferait flipper d’être un bon coup, sachez qu’il n’y a pas non plus besoin de limer pendant des heures. Ce sont surtout l’approche romantique, les préliminaires et les jeux amoureux qui font durer la relation sexuelle.

La plupart des femmes considèrent qu’au-delà de 15 minutes, le va-et-vient de pénétration devient « irritant », au sens propre comme au sens figuré.

Si vous assurez un quart d’heure de coït, c’est déjà un score tout à fait honorable. Mais pour rester nul au lit, il ne faudrait pas abuser…

Sinon, il y a aussi le quickie, ce petit coup rapide qui peut être si excitant. Le quickie est pratiqué de temps en temps par les hommes qui sont de bons coups. Le mec nul, lui, ne saura pas faire autre chose. Et en plus, il s’arrangera pour que ça ne soit même pas excitant.

2) Cultiver l’illusion qu’elle a des orgasmes

Mais non, elle ne simule pas ! Pas avec vous… d’ailleurs si elle gémit comme une folle c’est qu’elle enchaîne les orgasmes, non ?

Mais s’il faut voir les choses en face, la réalité est toute autre. La plupart du temps, lorsqu’elle crie et vous dis : « Vas-y ! Plus profond… » ce n’est pas parce qu’elle s’éclate, mais parce qu’elle commence à s’ennuyer et préfère que vous terminiez votre affaire.

La plupart des femmes simulent. Il suffit de lire les magazines féminins ou de consulter les forums de filles pour s’en rendre compte. Évidemment, elles ne simulent pas forcément à chaque fois, mais avec un mec nul au lit c’est plutôt fréquent.

Faire jouir une femme n’est pas si facile. Cela demande des connaissances techniques et un certain talent que les mecs nuls ne possèdent pas.

Évidemment, tout s’apprend. Mais si vous voulez que votre partenaire continue à s’ennuyer et à détester faire l’amour avec vous, gardez votre attention sur votre performance, ne tenez pas compte d’elle et continuez à croire qu’elle a des orgasmes.

3) Éviter l’intensité émotionnelle

L’intensité émotionnelle est une des choses les plus puissantes pour qu’une femme atteigne le sommet du plaisir. Cette intensité vient de l’attention à la fois romantique et érotique que les amants se portent l’un à l’autre.

L’intensité émotionnelle est provoquée par la surprise, l’humour, les variations érotiques et les mots que l’on échange dans l’intimité.

En faisant usage de regards entendus, de caresses dérobées ou de paroles suggestives, on peut activer d’intenses émotions dans le quotidien déjà.

Durant le rapport sexuel, les émotions pourront encore augmenter si on se montre très présent avec l’autre. Alternance de caresses lentes ou emportées, de baisers romantiques ou torrides, de mots tendres ou crus, l’émotion va s’amplifier grâce à la richesse de ces échanges.

En restant silencieux et prévisible, en faisant l’amour de manière mécanique, vous êtes sûr de ne pas éveiller une intensité émotionnelle qui pourrait la faire devenir folle de vous.

4) Ne pas assumer sa puissance

Si vous voulez dégoûter une femme de sa relation avec vous, comportez-vous comme une mauviette. Demandez-lui la permission pour la sauter et éprouvez de la gêne lorsqu’elle vous l’accorde…

Restez hésitant, maladroit et pas sûr de vous. Pensez que vous êtes nul et que vous ne la méritez pas.

Si vous lui offrez des fleurs, des cadeaux et des repas dans de grands restaurants pour obtenir ses faveurs, si vous dites oui à toutes ses propositions et que vous vous pliez toujours en quatre pour lui faire plaisir, vous verrez qu’elle se désintéressera et n’aura plus aucune attirance pour vous.

Quand vous faites l’amour avec elle, pensez à votre timidité ou à votre honte pour bien rester dans le cadre d’une sexualité moraliste. Gardez en tête que vous êtes un gentil garçon, que vous êtes à son service et que vous n’êtes surtout pas là pour la brusquer.

Peut-être auriez-vous envie d’exprimer votre virilité et même parfois une certaine brutalité qui vous fait fantasmer ? Mais si vous trouviez le courage d’exprimer cette puissance masculine, tout en restant tendre et aimant, il y a fort à parier qu’elle s’attache profondément à vous.

5) Privilégier la routine et l’ennui

La routine et l’ennui sont les meilleures qualités du mec qui veut rester nul au lit. Faire l’amour toujours le même jour, à la même heure et dans le même contexte est une bonne base en la matière.

Mais si en plus, la relation sexuelle se déroule toujours de la même manière, alors on est sûr que la tringle à rideaux ne risque rien parce que Madame ne va jamais s’y accrocher.

Varier les plaisirs est un truc réservé aux mecs qu’on appelle les bons coups. Ceux-ci utilisent leur créativité pour faire l’amour n’importe quand et dans toutes sortes d’endroits sans avoir l’impression de faire deux fois la même chose.

Pour autant que sa compagne le suive, le bon coup amène une énergie joyeuse et enthousiaste dans son couple. Voilà qui permet de s’éclater à deux et d’en profiter ensemble sur la durée.

Si ce scénario ne vous intéresse pas et que vous préférez rester nuls au lit, continuez à cultiver la routine et l’ennui.

6) Penser que le sexe ne l’intéresse pas

Il est vrai que votre partenaire n’est pas très demandeuse et qu’elle ne manifeste pas particulièrement d’intérêt pour le sexe. Peut-être vous dites-vous que c’est normal, que les femmes sont comme ça et que parmi toutes les filles que vous avez connues, aucune n’a fait exception.

Vous pouvez donc en conclure que le sexe ne l’intéresse pas… du moins avec VOUS !

Évidemment, si elle ne prend jamais son pied et que ça lui apparaît plutôt comme une corvée, elle ne va pas vous courir après pour demander un câlin.

Elle se montrera même plutôt agressive ou de mauvaise humeur lorsque vous l’approcherez. Mais si vous pensez que c’est dans la nature des femmes d’être toujours de mauvaise humeur, vous allez devoir réviser votre copie.

Comme n’importe qui, la femme sera réfractaire à ce qui l’agace ou l’ennuie… et en l’occurrence, il se pourrait que ce soit vous.

7) Ne pas chercher à s’améliorer

La plupart des mecs se braquent quand on s’intéresse à ce qu’il se passe dans leur slip ou qu’on remet en question leurs comportements au lit.

« On ne va tout de même pas m’apprendre à baiser ! Je sais comment ça va… je suis un mec, tout de même. »

C’est ainsi que la plupart des mecs nuls au lit restent désespérément nuls au lit.

La fierté, pour ne pas dire l’orgueil masculin, les empêche souvent de prendre conscience qu’ils pourraient devenir bien meilleurs, en changeant quelques petites choses ici et là… et en s’accordant simplement le droit d’évoluer. La gente féminine en serait ravie.

Il ne s’agit pas d’être parfait (et je peux confesser que je ne suis pas toujours au top non plus), mais il faut avoir conscience qu’on peut devenir un bon coup si on en a le désir.

Quand on s’intéresse aux relations humaines et aux principes de la sexualité, qu’on les étudie sincèrement et qu’on sait rester à l’écoute des besoins et des fonctionnements de l’autre, on découvre une foule de plaisirs à partager et un grand bonheur à vivre à deux.

Être un mec nul au lit
ou se bouger pour que ça change ?

Je parlais récemment des femmes qui savent ruiner leur sexualité avec leur homme. Et je vous laisse imaginer à quoi peuvent ressembler les ébats d’une telle femme avec un mec qui fait tout pour être nul pour lit.

Pas terrible, n’est-ce pas ? Qu’ils soient conscients ou non de leurs comportements, je ne donne pas cher de leur relation.

Heureusement, on peut toujours changer les choses pour s’améliorer et cela n’est pas forcément si difficile. Surtout lorsqu’il ne s’agit que d’ajustages et que ceux-ci permettent d’atteindre un plaisir beaucoup plus grand.

Prendre conscience de ses limitations est déjà un grand pas vers le changement. Mais c’est surtout en accordant son attention à l’autre et à la qualité de la relation qu’on va trouver les voies propices à un échange heureux.

Bien sûr, chacun a le droit de continuer à être le mec nul au lit. Mais si vous avez envie de connaître les délices d’une sexualité épanouie, il faudra remettre en question les habitudes tenaces ou les idées parasites qui vous en empêchent.


Peut-être aurez-vous envie d’exprimer votre avis sur les mecs nuls au lit ou d’attirer mon attention sur un point que j’ai pu oublier. Vous êtes libre de le faire dans l’espace commentaires qui se trouve un peu plus bas.

Et si cet article vous a plu, pensez à le diffuser sur vos réseaux sociaux au moyen des boutons que vous trouvez ici à gauche. Il est possible que cela serve à d’autres…

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Secrets d’alcôve Partie 4 : Cunnilingus et fellation

Tout savoir (ou presque) sur les stimulations sexuelles et le rapport bucco-génital. Voici le quatrième épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve ». C’est un grand atout pour les couples de maîtriser le cunnilingus et la fellation, car ces pratiques leur réservent de délicieux partages intimes.

Secrets d’alcôve :
cunnilingus et fellation

Dans cette vidéo, je témoigne de mon expérience et de mes observations pour un cunnilingus parfait et une fellation réussie. Ces gestes amoureux sont loin d’être secondaires et font partie intégrante de la relation sexuelle. Ils apportent beaucoup aux couples qui aiment s’éclater au lit.

épisode 4

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.

Transcription texte de la vidéo

Cunnilingus et fellation

Une fois qu’on a commencé à activer les différentes zones érogènes, qu’on a commencé à s’approcher, à se tripoter et à se déshabiller pour se réunir de manière plus en plus intime, on va effectivement s’orienter vers des gestes qui nécessitent un peu de technique ou quelques connaissances pour pouvoir en profiter au mieux.

Ces gestes sont des gestes sexuels. On va utiliser des stimulations sur les organes génitaux, une fois que les préliminaires ont bien activé et focalisé le désir. On va donc utiliser des stimulations qui vont être manuelles ou buccales.

Cunnilingus

Commençons par les stimulations sur Madame et les stimulations du clitoris d’abord. Parce que c’est là qu’on trouve l’accès le plus facile, à l’extérieur, le clitoris étant ce petit bouton rose que l’on connaît. Ce clitoris est plus ou moins facile à trouver selon les femmes. Des fois il est très saillant, parfois il faut un peu aller le chercher parce qu’il se cache derrière son petit capuchon.

La stimulation sera manuelle ou orale, les deux étant souvent présents dans le cunnilingus. On utilisera donc les lèvres, la langue ou même les dents. Mais alors là attention, parce qu’il faut y aller très délicatement avec les dents sur le clitoris. La stimulation aura donc lieu sur les lèvres, l’entrée du vagin et le vagin.

À propos du clitoris, ce que j’aimerais dire là-dessus, c’est que les femmes vont beaucoup apprécier qu’on s’en occupe, mais chacune aura son style. C’est-à-dire que nous aurons des femmes qui aimeront que l’on soit hyper délicat avec leur clitoris, d’autres qui aimeront qu’on y aille plus franchement (une fois qu’elles sont excitées, bien sûr).

Certaines aiment qu’on y aille lentement d’autres qu’on aille vite, ou encore que l’on soit très régulier ou plutôt que l’on change de rythme. Il faut vraiment chercher comment l’autre fonctionne. Dans ce domaine, il n’y a pas de règle absolue, la seule règle étant qu’il faut expérimenter et observer.

Stimulation du vagin et point G

La deuxième chose, c’est qu’à un moment donné on va pouvoir s’occuper de ce qui se passe à l’intérieur du vagin Madame.

À l’intérieur de ce vagin, on va trouver deux points intéressants à stimuler : c’est le point G qui se situe à l’entrée du vagin, à-peu-près à 2 cm de profonds, donc à plus ou moins un demi-doigt. Il se trouve sur la partie antérieure de la paroi vaginale, donc du côté du ventre.

On va trouver à cet endroit une petite zone, à-peu-près grande commune pièce d’un euro, légèrement allongée. C’est cette petite zone qu’on appelle le point G.

On reconnaît ce point G parce qu’il n’a pas la même texture que le reste des parois vaginales, qui sont plutôt lisses, alors que ce point est très légèrement rugueux, comme la texture d’une fraise ou la peau d’une orange. Ce qu’on peut observer à cet endroit c’est que c’est légèrement granuleux.

Il faut savoir, sans entrer dans un grand débat, que le point G ne fait pas l’unanimité. Il y a des gens qui ne jurent que par ça et d’autres qui disent que cela n’existe pas. Pourquoi ?

Parce que c’est une zone qui demande à être activée pour se développer. Si une femme n’a jamais eu l’occasion, grâce à ses partenaires ou elle-même de manière solitaires par la masturbation, qu’elle n’a donc pas eu l’occasion d’activer cette zone, celle-ci sera restée comme une zone endormie. De fait, lorsqu’on ira chercher à cet endroit, elle ne va rien sentir.

Au plus on ira activer cette zone et la stimuler, plus elle va se développer et devenir sensible. C’est la raison pour laquelle certaines femmes trouvent cette zone hyper importante alors que d’autres moins.

Mais cela vaut la peine d’aller explorer cette zone qui est sensée se développer et devenir de plus en plus sensible plus on ira la stimuler et l’entraîner.

Stimulation du deep spot

Il y a un deuxième point important qu’on appelle deep spot : le point profond. Il est situé sur la même ligne que le point G, dans la partie supérieure et antérieure du vagin. Mais le deep spot se trouve tout au fond, proche de l’utérus, dans le creux avant du col de l’utérus.

Ce deep spot n’est pas toujours très facile à atteindre parce qu’il peut être très profond. Cela dépendra également si vous avez des petits ou des grands doigts ou si la fille est plutôt grande ou petite, tout ceci étant également une question de proportions.

Mais c’est un point qui peut être intéressant d’aller stimuler et qui est source de grands plaisirs. C’est aussi un point qui va être particulièrement sollicité lors des pénétrations et notamment de la pénétration profonde.

C’est la raison pour laquelle il est important pour un homme d’être capable de garder son érection durant un certain temps, afin de pouvoir aller frapper au fond du vagin contre ce deep spot. Évidemment, le gars va pouvoir frapper où il veut, mais s’il vient frapper cet endroit-là, ce sera source de grands plaisirs et pourra déclencher l’orgasme.

Voilà donc pour ce qui est des femmes et du cunnilingus, cette approche buccale souvent accompagnée par des stimulations manuelles. Voyons maintenant le rapport bucco-génital du côté de l’homme, donc la fellation.

La fellation

La fellation est une pratique très appréciée des hommes et des femmes… qui aiment ça, évidemment !

À ce sujet, il y a différentes croyances, telles que je le disais au tout début de la conférence, lorsque j’abordais la question de la vision de la sexualité.

Différentes croyances qui amènent donc certaines femmes à penser que c’est un peu humiliant, voire un peu dégradant pour une femme de se tenir à genoux devant un homme. Mais je laisse ici à chacun le soin de se libérer de tous ses conditionnements pour atteindre sa propre liberté avec la fellation.

Il y a beaucoup de plaisir à trouver dans la fellation, pour autant qu’on sache comment s’y prendre. Et c’est là que j’aimerais relever quelques points importants.

Le pénis de Monsieur va fonctionner toujours de la même manière. Lorsqu’il est en érection, il y a une gaine de peau qui va coulisser le long du pénis pour couvrir et découvrir le gland.

Le gland est évidemment la partie la plus sensible, mais pas forcément la partie la plus agréable. Ce qui est agréable, ce qui est le plus agréable pour l’homme, et à cet endroit il est important de comprendre sa physiologie, c’est que lorsque le pénis entre dans le vagin, il entre pour faire un bébé !

Au départ, c’est ce qui prédomine dans notre cerveau reptilien. Ainsi, le maximum de plaisir est atteint lorsqu’on est au fond du vagin. C’est le moment où le pénis a le plus de chance de projeter des spermatozoïdes qui atteignent l’ovule. Ceci est vraiment très important à comprendre.

Voilà pourquoi les hommes aiment tellement la pénétration vaginale. Parce que c’est là qu’ils sont physiologiquement programmés pour la reproduction et c’est donc là qu’ils y trouvent le plus de plaisir. C’est le plaisir maximum de se sentir « au fond ».

Alors quand on est pas dans la pénétration vaginale, mais qu’on se trouve dans la stimulation manuelle ou buccale, c’est-à-dire la fellation, il s’agit, au moyen de la main ou de la bouche, de reproduire ce mouvement de retrait de la peau vers la base du pénis.

Quand le pénis pénètre dans le dans le vagin, qu’il est très au fond, la peau se tend et tire de plus en plus vers l’arrière.

Voilà donc ce qu’il est intéressant de reproduire. Avec les lèvres, vous aurez de la peine à tout prendre en bouche, mais avec la main c’est plus facile… ou encore avec l’utilisation des deux.

En résumé : si vous tirez la peau vers l’arrière, vous activez le plaisir. Si vous tirez la peau vers l’avant, vous ralentissez le plaisir. Dans ce dernier cas, c’est un peu la sensation de l’homme qui ressort du vagin.

Quand vous branlez un homme, vous n’êtes pas en train de traire une vache. C’est-à-dire que vous ne tirez pas à l’extérieur. Il ne s’agit pas de sortir le jus. Le jus sortira plutôt lorsque vous tirez la peau vers l’arrière, vers la base du pénis.

Une fois que vous aurez bien compris cela, vous allez comprendre tous les gestes qui vont en découler, que ce soit avec la bouche, avec la main, avec la langue ou avec les lèvres.

Petites astuces supplémentaires, qui peuvent être intéressantes à explorer : vous pouvez vous attarder avec votre langue sur le gland de votre amoureux et en parcourir la couronne. Vous pouvez également presser légèrement sur le gland pour ouvrir le petit orifice qui est au bout, un petit peu commun œil, c’est assez rigolo… et y enfiler le bout de votre langue. Ceci n’est pas forcément très excitant en terme de sensations, mais cela peut être très excitant en terme d’expérience et de variations.

Ou encore, vous pouvez déposer votre langue sur le gland et ramener la peau par-dessus de manière à ce que votre langue soit prise entre le gland et la peau. Vous pourrez alors tourner autour du gland tout en ayant la peau qui recouvre le parcours de votre langue.

Tout cela ajoute de nouvelles sensations et je vous laisse explorer les mille et une possibilités qui s’offrent à vous dès le moment que vous avez envie de jouer. Du moment que vous avez le bon état d’esprit, vous entrez dans le jeu et vous pourrez vous amuser avec ça.

Rappelez-vous donc bien, surtout vous Mesdames, ce fameux phénomène d’excitation du retrait de la peau vers l’arrière, vers la base du pénis.

Évidemment il va de soi que c’est à pratiquer sans les dents… parce que ça, c’est un véritable tue-l’amour comme chacun le sait.

Pipe royale

À propos de fellation, il me reste à parler de ce qu’on appelle la « pipe royale », c’est-à-dire le fait de pratiquer une pipe à un homme jusqu’à ce qu’il éjacule dans la bouche.

Ceci peut être une expérience magnifique et très chouette à vivre pour les deux partenaires. Il faut seulement avoir bien conscience que cela doit être voulu par les deux, puisque dès le moment que l’éjaculation aura eu lieu, l’énergie de Monsieur va tomber à plat et le rapport va s’arrêter net.

Avec cette pratique, nous ne nous trouvons plus dans les préliminaires. Ceci est déjà du rapport amoureux, une véritable relation sexuelle dans laquelle les deux partenaires peuvent trouver beaucoup de plaisir. Même si n’est pas un coït, que ça n’est pas une véritable pénétration, il s’agit pourtant d’un véritable rapport amoureux.

On peut considérer que ceci est une bonne relation sexuelle de type « Amazone ». C’est-a-dire que vous pouvez le faire partout, dans une voiture, lors d’un pique-nique, dans une forêt… parce que c’est un truc qui ne nécessite pas de se déshabiller.

Cela peut se passer partout, et à ce titre chacun aura ses fantasmes. Certains iront dans les chiottes d’un restaurant par exemple ou sur un banc public retiré, peu importe. Disons que c’est un truc relativement « vite fait » qui n’implique pas forcément la femme dans son désir, mais dans lequel elle pourra aussi trouver un très grand plaisir.

On pourrait penser à priori, que la femme pourrait être frustrée parce qu’elle n’y trouve pas son orgasme. Mais elle peut trouver une grande excitation à donner du plaisir à l’autre, à se sentir également maître de la situation et à rendre fou son homme. C’est une manière de soumettre son homme, quelque part…


Il y a tant de délices à partager entre personnes qui se désirent que parfois elles en arrivent à s’aimer. Le cunnilingus et la fellation font partie de ces délices intimes. Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous dans les « Commentaires » ci-dessous et/ou partagez sur les réseaux sociaux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleexpérience cunnilingus