Être ami avec ses parties génitales

L’histoire de se sentir bien avec ses parties génitales remonte à loin ! Quand nous étions bébé et que notre maman nous langeait, était-elle joyeuse et heureuse ou faisait-elle la grimace ? Était-elle à l’aise avec notre popotin ou se sentait-elle plutôt gênée ?

En tant que petits enfants, et en véritables éponges émotionnelles, nous avons intégré ces impressions !

Les parties génitales du couple

Reconsidérer ses parties génitales

Si notre mère considérait les parties génitales comme naturelles et saines ou, à l’inverse, si elle les voyait comme sales et honteuses, il est indéniable que nous l’avons senti et intégré en tant que vérité absolue. Je vous laisse imaginer l’héritage émotionnel à ce sujet !

Il ne s’agit pas de juger ce que nos parents nous ont légué : ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes. On peut toutefois prendre conscience que le rapport à son propre corps en est conditionné.

Par la suite, se sont ajoutées nos propres expériences sexuelles, avec leur lot de maladresses et d’incompréhensions face à nos partenaires.

Arrivé à l’âge adulte, on se pose des questions sur son genre, sur son corps et sur son sexe. Et on n’est pas toujours cool avec ça.

Suis-je un gentil gars, une bonne fille ? Suis-je normal ? Suis-je un bon coup ? Un grand nombre d’interrogations et de doutes vont nous motiver à rechercher qui nous sommes vraiment.

Pour peu qu’on soit d’accord de travailler sur soi, il devient possible de sortir des conditionnements de l’enfance et de choisir soi-même le regard que l’on porte sur son corps et sur son propre sexe.

Que l’on soit garçon ou fille, les particularités physiques des uns et des autres sont à la une des préoccupations tant qu’on n’a pas réussi à être à l’aise avec son corps. Pour cela, il faut apprendre à se connaître.

Mesurer son érection

L’obsession de la grosse bite a la vie dure ! Les hommes restent préoccupés par une question récurrente : mon sexe est-il assez gros pour épater les filles ? Avant de se prendre la tête avec la taille de son pénis sans savoir vraiment de quoi on parle, il faut le mesurer.

Allez, les gars ! Encouragez-vous et sortez le double-mètre pour en avoir le cœur net ! Si vous êtes en couple, profitez-en pour faire cette mesure avec votre compagne. Ce sera une excellente occasion de parler de vos ressentis et de vos préférences, comme d’améliorer votre connaissance l’un de l’autre. Faites-le avec malice, comme un jeu amoureux.

Voici la procédure : arrangez-vous pour obtenir une érection bien ferme, en position debout, et redressez le pénis s’il est arqué. Utilisez une règle rigide dont l’extrémité commence à zéro et appuyez-la juste au-dessus de la base de la verge, contre l’os pubien. Mesurez jusqu’à la pointe du gland.

Pour la circonférence, prenez un mètre souple de couturière et enroulez-le à l’endroit le plus large. Comme je l’indiquais dans mon dernier article, la taille moyenne du pénis en érection est de 15 cm de long et de 12,8 cm de circonférence.

La plupart des hommes seront rassurés d’être dans la norme et en même temps un peu déçu de ne pas la dépasser. Mais dans tous les cas, vous saurez au moins où vous situer.

Voulez-vous une astuce pour mettre en valeur votre pénis ? Taillez assez court vos poils pubiens et rasez ceux qui parsèment la bourse et la base de la verge. Votre sexe paraîtra tout de suite un peu plus grand !

Les diversités de la vulve

Il n’y a pas que le pénis qui obsède. Les femmes sont certes plus discrètes à ce sujet, mais elles se demandent également si leur propre sexe est normal.

Parties génitales féminines

Suis-je plutôt « moule » ou plutôt « abricot » ? Qu’est-ce qui plaît le mieux aux garçons ? Elles savent que les charmes de leur entrejambe font tourner la tête des hommes, mais peuvent aussi se prendre la leur (de tête) avec ça. Le caractère caché du sexe féminin a tendance à entretenir le mystère.

Charnue comme un fruit mûr ou ourlée à la manière d’un coquillage, l’entrée du vagin offre une grande diversité de forme, de couleur et de pilosité qui fait la particularité de chaque femme.

On peut toutefois distinguer deux groupes principaux de vulves : celles dont les grandes lèvres recouvrent presque entièrement l’orifice de leurs tissus charnus (la version « abricot ») et celles dont les petites lèvres sont saillantes à l’extérieur (la version « moule »).

Lors de l’excitation sexuelle, la vulve se gorge de sang, modifiant sa couleur. Le clitoris s’active en érections répétées qui le font tour à tour apparaître et disparaître. Les grandes lèvres se gonflent, augmentant jusqu’à deux ou trois fois leur volume initial, alors que les petites lèvres s’écartent pour préparer la pénétration.

La grandeur de la vulve est très variable et c’est uniquement l’ouverture de l’orifice qui peut avoir une incidence sur le plaisir sexuel. En étant plus serrée ou plus relâchée, elle va plus ou moins bien correspondre aux dimensions du pénis du partenaire.

Quand au vagin, sa profondeur se situe généralement entre 8 et 12 cm. Mais comme il est très élastique, il peut s’adapter sans douleur à des pénis plus grand pour autant qu’on prenne le temps nécessaire à sa dilatation.

La possibilité de tailler, raser ou épiler les poils pubiens donnent aux femmes l’occasion de mettre en valeur leurs parties génitales, voire d’affirmer leur identité sexuelle.

Depuis la version « forêt amazonienne » de la femme naturelle jusqu’à l’épilation complète en mode « petite fille », se décline toute une gamme de pilosité mise en forme avec plus ou moins de soin. En triangle, en ligne, en ticket de métro ou en forme de cœur, une variété qui ravira toujours l’amateur…

Chaque sexe est unique et tous les goûts sont dans la nature. Il faut juste trouver le ou la partenaire dont les attributs nous séduisent et à qui l’on plaît.

En aimant son propre sexe et en appréciant celui de l’autre, on s’offre la possibilité d’un échange tendre et joyeux. On s’accorde alors la complicité d’une vraie confidence charnelle.

Les parties génitales révèlent la particularité de l’individu dans le secret de son intimité. C’est là toute la merveille que les amants s’offrent et partagent.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *