Les filles bien n’avalent pas

Les filles bien n’avalent pas

« Les filles bien ne couchent pas le premier soir », « Les filles bien ne disent jamais de gros mots », « Les filles bien n’avalent pas »… Ça, c’est ce que la société, les magazines féminins, votre mari, votre mère (ou pire : votre belle-mère) essayent de vous inculquer.

Mon évaluation :
3/5

L’auteure Marie Minelli est passionnée par l’image médiatique de la sexualité des gens en général et des femmes en particulier. Chroniqueuse et blogueuse, elle a déjà publié plusieurs écrits assez « chauds » sur la question.

Dans « Les filles bien n’avalent pas », Marie Minelli démonte un par un, à grands renforts de témoignages, de quizz et de tests, avec un humour parfois décapant, les clichés liés à la sexualité féminine.

« Bienvenue dans la VRAIE VIE SEXUELLE DES FILLES, celle dont on ne parle ni dans les romances érotiques, ni dans les magazines, ni dans les films pornos…

Votre mari refuse le cunnilingus ? Faites-vous brouter par le facteur !

Arrêtons de prendre le sexe trop au sérieux et de s’imposer des règles édictées par des journalistes pseudo-sexologues. JOUIR et RIRE, voilà notre programme, drôlement subversif ! »

Idées reçues (mais pas forcément à garder)

L’image de la fille rêveuse, pure et fragile est encore largement répandue dans nos sociétés. La faute aux hommes ? Pas seulement. Victimes plus ou moins consentantes, rassurées parfois par ces stéréotypes, les femmes protestent mollement contre les médias qui véhiculent des préjugés féminins aussi dépassés que limitants. Hélas, ce sont souvent les mères qui éduquent les fils pour en faire de futur machos !

Il était temps d’en finir avec les fausses croyances sur Mars et Vénus pour rétablir la vérité à propos de la vraie vie sexuelle des filles. Les idées reçues vont être relativisées, remises en question ou carrément pulvérisées…

Idées reçues courantes :

  • Les filles ne se masturbent pas

  • Les filles ont plus besoin d’amour que de sexe

  • Les filles adorent s’épiler pour être plus sexy

  • 80% des femmes sont clitoridiennes

  • Les filles sucent pour faire plaisir à leur mec

  • et plein d’autres idées fausses encore à découvrir…

Idées reçues surprenantes :

  • Les filles vont chez le gynéco comme chez le coiffeur

  • Les femmes qui se font lécher provoquent des cancers de la gorge mortels

  • Les motardes sont des dominatrices

Ceci n’est qu’un échantillon. Au total, 50 clichés seront démontés pour réhabiliter la véritable vision des femmes à propos de sexualité libérée. Un livre qui ne tourne pas autour du pot et qui y va franco, avec une bonne dose de dérision pour faire passer le message.

Écrit au féminin, ce livre aborde tout ce qui peut se raconter entre filles et qu’on ne lit jamais dans les magazines ! Les femmes auront plaisir à découvrir qu’elles ne sont pas toute seule à penser des choses inavouables sur les hommes et le sexe. « Les filles bien n’avalent pas » est à lire en couple ou entre meilleures copines, sans aucun doute.

Pourquoi vous devriez lire « Les filles bien n’avalent pas »

Franchement, cette lecture était un bon moment. Le style est léger, voire déjanté, ce qui est appréciable pour aborder le sujet souvent crispé de la sexualité féminine.

Ce petit livre est un peu potache, mais il m’a bien fait rire. C’est fou tout ce qu’on peut balancer comme clichés tordants sur les filles « bien ».

L’impact sournois des préjugés dans les relations humaines, et amoureuses en particulier, est très important. Je suis tout le temps confronté à cela dans mes coachings et je peux évaluer les dégâts qu’ils sont capables de causer dans les couples.

Je n’ai pas fini de revenir là-dessus avec erotic-attitude, comme dans mon récent article « Faire l’amour le samedi soir ».

On peut reprocher à l’auteure de ne pas vraiment aller jusqu’au bout des choses (psychologiquement parlant), mais le message passe tout de même. Remettre en question les idées préconçues est vraiment très utile pour se situer dans ses propres fonctionnements.

Personnellement, j’ai appris quelques petites choses que j’ignorais. Mais le plus important c’est que je suis rassuré : quand on dit « Les filles bien n’avalent pas »… Eh bien c’est pas vrai !

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

Les filles bien n'avalent pas00

00

00

« Les filles bien n’avalent pas »
par Marie Minelli / éditions La Musardine

Mon évaluation :      3/5
Public cible :                débutant / affranchi / compétent / expert
Type de livre :             vrai livre papier, 128 pages
Prix :                                5.90

Pour commander directement :
Les filles bien n’avalent pas


Transparence : Les liens et boutons de commande de cette page sont en affiliation. Cela veut dire que le vendeur me verse une petite commission lorsque vous faites un achat par mon intermédiaire. Ceci n’a aucune incidence sur le prix que vous payez, mais cela m’aide à continuer à vous servir. Merci de votre confiance.

e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Recherches utilisées pour trouver cet articlepourquoi les filles navalent pas

2 réflexions au sujet de « Les filles bien n’avalent pas »

  1. Bonjour,
    Je vous rejoins sur pas mal de points, par contre les images de fond d’écran de votre site m’interpellent -et encore plus suite à cet article sur le conditionnement en matière de sexualité : combien de femmes peuvent-elles se reconnaître dans ces photos ? et pour les quelques images d’hommes, même chose : j’en croise peu des comme ça. La grande majorité d’entre nous a des formes bien différentes de ce que vous montrez.. Et dommage que votre partage sur l’érotisme passe encore par ce genre d’images tellement loin de la réalité de la plupart des humains sur cette terre.. Comment érotiser le corps de son partenaire quand il vieillit, quand la peau devient flasque, quand les bourrelets sont là, quand la cellulite et la culotte de cheval sont à combattre, et quand nos formes physiques s’éloignent de ces images qui véhiculent toujours la même chose : une femme au corps « parfait », un homme musclé..
    Il y a à mon sens un énorme travail d’ouverture des consciences à faire à ce niveau là, car c’est une grande violence que nous nous infligeons avec ces images inatteignables pour la plupart d’entre nous, un conditionnement des hommes et des femmes qui nous condamne à l’insatisfaction permanente.. Qu’en dites-vous ?

    1. Bonjour Lefavrais,
      Merci de votre commentaire pertinent. Je comprends fort bien qu’on puisse se sentir agacé (agressé ?) par la différence entre idéal et réalité. Vous m’offrez une occasion en or de m’exprimer sur un sujet qui m’est cher.

      Or donc, qu’est-ce qui m’a pris de choisir ces photos en fond d’écran ? (Désolé pour ceux qui ont un petit moniteur, ils ne peuvent les voir). Traiter de la question érotique est aussi passionnant que délicat. L’illustrer l’est tout autant.

      La beauté est depuis toujours l’ambassadrice de l’amour. Pourtant, l’esthétique n’en est que la métaphore.

      Dans la beauté que l’on peut vivre à travers le désir et l’érotisme, on idéalise toujours son/sa partenaire, l’embellissant d’un regard tendre et caressant.

      C’est le sens, je pense, du « Baiser » de Rodin, figure de marbre si touchante, que l’on retrouve parmi mon damier d’images noir et blanc en marge d’erotic-attitude.

      Avec mes 54 ans, je sais à quel point le physique change au fil du temps. Ni mon corps, ni ceux que je rencontre, sont aussi parfait que ceux des modèles ci-contre. Et pourtant, ces gars et ces filles nous représentent assez bien dans ce que nous avons de joie, de vitalité et d’érotisme.

      Avec le corps qui vieillit, on est de moins en moins « esthétique », mais de plus en plus beau. Les femmes assument leur sensualité avec plénitude, les hommes leur puissance tranquille. J’en parle aussi dans cet article : http://erotic-attitude.com/lerotisme-est-ce-seulement-pour-les-jeunes/

      Il n’y a de stéréotype que dans le refus du réel. Ce n’est pas l’image qui est en cause, mais le regarde qu’on y porte. Un regard souvent chargé d’envie et de frustration provoqué par une incompréhension de sa propre identité.

      En accueillant qui on est dans sa réalité, on ne se compare plus et on s’émerveille de la beauté des autres comme de la sienne propre. Alors se révèle le charme de notre unicité.

      Chacun de nous est appelé à découvrir et à cultiver le foyer d’énergie vitale qui l’anime, comme une sorte de jeunesse intérieure intarissable.

      C’est ce que ma quête d’esthétisme tente de suggérer. Mais il se peut qu’à l’avenir j’intègre plus souvent des images de personnes plus ordinaires… pour autant qu’elles sachent porter leur beauté.

      Ceci vaudrait un développement dans un prochain article.
      Bien à vous et amireusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *