Archives par mot-clé : attraction sexuelle

50 nuances de Grey, pourquoi j’ai aimé le film

50 nuances de Grey, j’ai bien aimé le film

Lorsque le livre « 50 nuances de Grey » est sorti, je me suis dit que vu mes activités, je me devais de le lire. Je l’ai donc acheté… mais cette lecture me paraissait être une corvée et j’avais d’autres ouvrages plus urgents en attente.

Je ne l’ai toujours pas lu, alors pour m’en faire un idée je suis allé voir le film. C’était plus vite fait !

J’avais beaucoup entendu parler du livre. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça ne laisse pas indifférent. Certains adorent, d’autres détestent. C’est donc un livre questionnant, voire dérangeant.

On peut observer que, plus qu’une œuvre littéraire, « 50 nuances de Grey » est un phénomène social. Le signe que le concept de l’amour, ou du moins de la rencontre amoureuse, est en évolution.

50 nuances de Grey

Nos contemporains, et en particulier les femmes, en appellent à plus d’intensité dans leur sexualité. Avec le développement du monde virtuel, les gens ont peut-être perdu un peu de leur sensibilité charnelle… Du coup, l’attrait pour les expériences fortes se fait sentir. Simple évolution.

L’engouement pour les pratiques SM chic et soft se démocratise, du moins dans l’imaginaire intime. Alors que peu de gens sont attirés par les expériences sexuelles extrêmes, la fessée, le bandeau, les cordages et les menottes viennent plus souvent pimenter les jeux amoureux. D’ailleurs, les marchands d’accessoires en cuir font de belles recettes ces temps-ci !

Quoiqu’il en soit, de plus en plus de femmes et d’hommes sont en recherche d’une sexualité débridée. On ne se satisfait plus de faire l’amour tous les samedi soir, on trouve cela ennuyeux. On veut pimenter sa sexualité pour qu’elle devienne « torride ». Ceci n’est plus seulement un signe de réussite du couple, mais aussi d’épanouissement personnel.

De mon point de vue, je trouve prometteur que les gens aient envie de s’encanailler. Ils s’accordent en tout cas le droit d’en rêver, ce qui est déjà un pas vers une liberté orientée sur le plaisir.

La « libération sexuelle » des années 70 n’était que le début d’un processus qui est loin d’être abouti. Dans ce contexte, « 50 nuances de Grey » encourage à sortir de sa zone de confort. Mais pour aller où, pour gagner quoi ? Ce n’est pas encore très clair pour la plupart des gens.

Il y aura encore bien des débordements, des incompréhensions et des frustrations avant que l’épanouissement sexuel devienne la norme.

Vers un nouveau romantisme ?

Avec ses 100 millions d’exemplaires vendus en 50 langues, le best seller démontre que la sexualité du couple éveille de plus en plus d’intérêt.

Alors que les critiques s’acharnent à démolir le film autant que le livre, j’y vois tout de même le signe d’une quête massive : le rêve fait par beaucoup d’entre nous de réconcilier l’amour avec la liberté érotique.

Au milieu de cette déferlante de critiques, il devient audacieux de dire que l’on apprécie cette histoire. Pourtant les personnages sont touchants, même s’ils ne sont pas tout à fait crédibles. Un peu trop baigné d’eau de rose, ils symbolisent tout de même le paradoxe qui existe en chacun de nous et qui demande à être unifié par des sentiments purs.

« 50 nuances de Grey » est un conte de fées. Le message et la forme, à quelques détails près, sont semblables à « La belle et la bête » que Jean Cocteau avait adapté pour le cinéma en 1946.

Dans « 50 nuances de Grey », le ténébreux milliardaire veut juste initier une nouvelle conquête à ses jeux sadomasochistes. Mais c’est elle qui finira par éveiller l’amour dans le cœur aride de son soi-disant maître. Qui soumet qui ? L’histoire d’amour avec un grand A tient toujours à nous montrer que les grands sentiments sont capables de changer les gens.

Le marketing de la St. Valentin

En sortant le film sur les écrans pour la St. Valentin, les producteurs ont été jusqu’au bout de leur pari. Ils ouvrent ainsi de nouvelles possibilités de considérer l’amour en relation avec des pratiques sexuelles inhabituelles.

Vouloir lier la frivolité et les fantasmes de nos instincts bruts à la St. Valentin, je trouve ça plutôt cool. Cela veut dire que l’on n’associe plus obligatoirement certaines pratiques à des comportements pervers, mais qu’on croit possible de les intégrer à la relation amoureuse. Évidemment, ce n’est pas gagné et tout est une question de mesure pour qu’il n’y ait pas de perdant.

Jusqu’ici, on faisait l’amour tendrement avec son conjoint et on s’éclatait en cachette avec ses amants ou maîtresses. On va peut-être enfin pouvoir lier érotisme et amour, pour sortir de la honte et exprimer la joie dans le couple.

La rencontre de deux êtres, aussi complexe qu’elle puisse paraître, est toujours une merveille de potentialités. La rencontre dans les corps en est l’expression la plus simple et la plus parfaite.

Toutes les formes d’amour, SM compris, ont leur sens puisqu’elles prennent naissance au cœur des êtres qui les partagent. Le tout sera de ne pas ériger en dogme un quelconque comportement, mais de découvrir chacun ce qui est bon pour soi.

Ce n’est pas la sortie de « 50 nuances de Grey » qui va tout changer, mais l’événement n’est pas anodin. Il y a quelque chose qui est en train de basculer dans notre conception du couple, avec rapidité et à large échelle. En ce qui me concerne, je trouve cela très motivant. Et je continuerai à participer à ce mouvement en y apportant les valeurs qui me sont chères.

Et vous ? Vous avez aimé ou détesté le livre ? Aimé ou détesté le film ? Exprimez-vous dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Glossaire sexe & amour : lettre A

Glossaire sexe & amour : lettre A

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.

Glossaire sexe & amour
A+A+A : Les 3 A représentent les bases fondamentales de la relation : Amitié (complicité), Amour (faire l’) et Avenir (projets). C’est l’équation d’un équilibre de couple. Lorsque ces trois éléments sont présents, le couple peut prétendre à un véritable bonheur partagé. Ce concept est développé sous la forme Amitié-Sexe-Projets dans mon livre « La vie à deux » de la Collection erotic-attitude.

Abstinence sexuelle : Absence de rapport sexuel avec autrui ou de toute activité sexuelle, partielle ou totale, y compris la masturbation. L’abstinence sexuelle est parfois imposée par une morale religieuse. Certains s’en servent comme mode de contraception ou de protection contre les MST (Ça, pour être efficace, y’a pas mieux !) En thérapie sexuelle, elle peut être prescrite pour de courtes périodes.

Abus sexuel : Contrainte verbale, visuelle, psychologique ou physique sur une autre personne en vue de sa propre stimulation sexuelle. Le stade suivant, c’est l’agression sexuelle, autrement dit le viol. Les abus et agressions sexuels sont condamnés par la justice. Respectez vos partenaires, ils le méritent. Non seulement vous ne finirez pas en tôle, mais vous y trouverez beaucoup plus de plaisir.

Addiction sexuelle : Comportement obsessionnel et compulsif qui pousse la personne à satisfaire ses pulsion sexuelles par n’importe quel moyen (relations sexuelles, masturbation, usage de matériel pornographique). L’addiction sexuelle rend la personne incapable de contrôler ses pulsions sexuelles, ce qui évidemment n’est pas terrible, ni pour elle ni pour ses partenaires. Un accompagnement thérapeutique peut s’avérer utile.

Adultère : La personne adultère est celle qui se rend coupable d’infidélité sexuelle envers son conjoint. Mais la notion d’adultère est la conséquence d’un engagement d’exclusivité, comme c’est le cas dans le mariage ou dans la plupart des relations à long terme. Chez les couples libertins, l’adultère ne peut exister, du moins sous la forme d’infidélité charnelle.

Agoraphilie : Excitation sexuelle provoquée par le fait de faire l’amour dans un endroit public. Chacun son truc et c’est vrai que ça peut être marrant, mais on s’approche tout de même de l’abus sexuel par rapport aux personnes qui pourraient en être les témoins. Soyez donc agoraphile avec subtilité.

Altersexuel : Personne qui refuse d’être étiquetée selon son orientation sexuelle ou son identité de genre. L’altersexuel considère la sexualité indépendamment de sa fonction reproductrice et dénonce le mythe monothéiste du couple. Une tendance de plus en plus marquée de notre temps me semble-t-il.

Amant(e) : Personne aimée dans le contexte amoureux, romantique et/ou sexuel. L’amant, l’amante, est l’objet de son désir et de son attention amoureuse. Se dit aussi d’un partenaire illégal ou caché, complice d’infidélité sexuelle dans le cadre de l’adultère.

Amazone : Une des positions sexuelles « de chevauchement » où la femme s’empale sur le sexe de son partenaire qui est étendu sur le dos. Dans la position de l’Amazone, Madame s’assoit de côté, sur une seule des cuisses de son homme. Une fois testée, on ne confond plus cette position avec celle d’Andromaque.

Autre définition : Amazone est aussi le nom donné aux prostituées qui racolent en voiture.

Amour : Sentiment intense pour une personne, accompagné d’attirance physique, d’attachement et de tendresse. L’amour est une projection mentale basée sur un mélange d’émotions ressenties profondément et largement amplifiées par les influences sociales, culturelles et religieuses.

Amour (faire l’) : Expression couramment utilisée pour désigner l’action de se livrer à des activités sexuelles. Faire l’amour implique généralement que les partenaires aient de véritables sentiments l’un pour l’autre, mais certains utilisent cette expression sans s’inquiéter de ce « détail ». L’article « Faire l’amour, c’est pas rien » développe ce sujet.

Anéjaculation : Absence d’expulsion de sperme au terme d’une excitation sexuelle. L’anéjaculation peut survenir en raison d’une incapacité à atteindre l’orgasme, mais l’orgasme peut aussi se produire sans qu’il y ait éjaculation. On parle alors d’anéjaculation orgasmique ou d’orgasme sec.

Andromaque : Position sexuelle appelée aussi « la cavalière » où la femme se place à califourchon sur son homme couché sur le dos. Les genoux de part et d’autre de la taille de son partenaire, elle peut effectuer des pénétrations avec des mouvements de va-et-vient très amples. Les sportives qui ont de l’équilibre pourront se hisser sur leur pieds et se tenir en position accroupie pour des mouvements encore plus débridés.

Andropause : C’est la ménopause des hommes, mais alors que pour les femmes l’arrêt de la sécrétion d’œstrogènes est brutal, chez les hommes la baisse de sécrétion de testostérone est très progressive. Ce phénomène graduel ne provoque donc pas de cap psychologique marqué comme chez la femme. Pas de coups de chaleur, pas de coups de blues… Ouf !

Anulingus : Remplace de plus en plus de terme anulinctus. Pratique sexuelle qui consiste à stimuler l’anus et la région annale avec la langue. La zone étant de nature érogène, lécher ces parties sensibles peut procurer beaucoup de plaisir. Une caresse extrêmement agréable et troublante que l’on nomme aussi « feuille de rose ».

Anus : Orifice extérieur et partie visible du rectum servant principalement à faire caca. L’anus a des propriétés érogènes qui lui donnent également une fonction érotique durant les rapports sexuels. Dans la pratique de l’anulingus ou dans celle de la sodomie, on se rend compte que l’anus est beaucoup plus propre que ce que l’on pourrait croire.

Quelques synonymes argot pour anus ? Fion, rondelle, trou de balle.

Proverbe erotic-attitude : « C’est pas parce qu’on aime les trous du cul qu’on apprécie les imbéciles ! »

Anorgasmie : Impossibilité d’atteindre l’orgasme malgré un réel désir sexuel, lors de la pénétration, de la masturbation ou dans les deux cas. Ce trouble est plus fréquent chez la femme que chez l’homme et est souvent lié à la pénétration. Une femme peut jouir par masturbation et s’en trouver incapable durant le coït, quand bien même elle y éprouverait beaucoup de plaisir.

Aphrodisiaque : Qualifie une substance, un aliment ou une situation qui stimules les désirs sexuels. Certaines substances naturelles sont censées rendre fou de désir, tels le céleri, le champagne, le chocolat, le gingembre, les huîtres… mais c’est souvent l’imaginaire qui est le plus puissant des aphrodisiaques.

Aréole : Partie ronde et pigmentée qui entoure le mamelon du sein. Le diamètre et la coloration de l’aréole peuvent varier fortement d’une femme à l’autre. L’aréole est au sein ce que le centre est à la cible : le point de mire d’un regard amoureux. Pour la plupart des hommes, il représente une forte charge érotique et une attraction irrésistible.

Asthénie : Fatigue générale de l’organisme entraînant l’affaiblissement des fonctions du corps ou d’un organe en particulier. L’asthénie sexuelle est souvent provoquée par le stress, le manque de repos, l’alcoolisme, le tabagisme ou une mauvaise alimentation. La dysfonction du désir est plus spectaculaire et contraignante chez l’homme que chez la femme, sous la forme d’une perte de l’érection et plus loin, d’une impuissance sexuelle. (Putain, faut vraiment que j’arrête la clope et que je me mette aux légumes bio!)

Attouchement : Geste effectué avec une intention sexuelle et posé sur une personne qui n’est pas consentante. Ce sont les enfants et les jeunes gens qui sont le plus souvent victimes d’attouchements parce qu’ils n’ont pas l’assurance nécessaire pour s’opposer à leur abuseur. Cette expérience peut créer un traumatisme, surtout si la victime s’en sent responsable. Elle doit se rendre compte qu’elle a été trompée, que ce n’est pas de sa faute et qu’il n’y a pas de raison de culpabiliser. Le mieux est d’en parler à une personne de confiance.

Attraction : Attirance physique et/ou émotionnelle entre deux personnes. En séduction, on parle de pouvoir d’attraction pour définir la capacité à provoquer de l’attirance chez les autres.

Avaler : Dans le contexte de la sexualité, avaler fait référence aux fluides sexuels du partenaire, notamment le sperme lors d’une fellation. À priori, peu de femmes apprécient cette pratique, mais il arrive souvent qu’elles y prennent goût lorsqu’elles sont amoureuses. De même, certains hommes apprécient de goûter la mouille de la femme qu’ils aiment. Le fait d’avaler est donc plus fréquent dans les relations à long terme, ce qui limite aussi les risques de MST, facilement véhiculées par les fluides sexuels.

Donnez votre avis

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez votre avis, vos ressentis ou vos expériences dans les commentaires ci-dessous. Car c’est avec vous que je veux construire ce Glossaire sexe & amour.

Le Glossaire sexe & amour : lettre B

À suivre dans un mois avec

Bâillon-boule – Bain – Baiser – Baisodrome – Baisoir – Bandeau – Bander – BDSM – Bi – Bi-curieux – Bisexualité – Bite – Blennorragie – Bois bandé – Bombe sexuelle – Bondage – Bordel – Bouche glacée – Bougie – Boules de geishas – Bourses – Branler – Branlette espagnole, grecque, italienne et thaïlandaise – Branlade – Broute minou – Bukkake

00

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Retrouvez tous les mots de l’amour :

00

L’érotisme, est-ce seulement pour les jeunes ?

Portrait de VivékaL’enquête de Vivéka se poursuit. Cette jeune journaliste québéquoise attire notre attention sur le rapport que l’érotisme entretient avec la jeunesse.

L’érotisme, est-ce seulement pour les jeunes ? Exclut-on les plus vieux de ce concept ?

Moi 2012On définit l’érotisme comme une stimulation des sens qui implique le désir et l’excitation sexuelle. Les jeunes paraissent naturellement érotiques parce qu’il sont fortement sous l’influence de leurs pulsions sexuelles. Cette attirance de la jeunesse pour les plaisirs charnels est l’effet de leurs hormones qui sont censées garantir la survie de l’espèce en utilisant tous les attributs de la beauté et de la vitalité.

érotisme pour tous

Mais la beauté et la jeunesse ne suffisent pas à un véritable érotisme. Nombre de jeunes gens magnifiques ne parviennent pas à provoquer une attraction sexuelle. Et c’est bien en cela que réside tout l’art de l’érotisme.

Pour y arriver, il faut que le garçon devienne un homme, que la fille devienne une femme. Être homme, c’est accéder à sa pleine puissance masculine, auto-déterminée et inébranlable. Être une femme, c’est assumer sa puissance féminine d’accueil et de soutien.

Que l’on soit homme ou femme, chacun possède les deux énergies, masculine et féminine. C’est ainsi qu’une femme peut être combative ou qu’un homme peut faire appel à sa sensibilité, selon les besoins.

Les circonstances extérieures requièrent ainsi que nous utilisions parfois la partie complémentaire à notre identité. Mais dans le cadre amoureux, l’attirance est provoquée par une claire appartenance à son propre genre : l’homme est fort et puissant, la femme est douce et enveloppante. C’est par ces énergies complémentaires que les femmes et les hommes s’attirent sexuellement et que l’érotisme se révèle.

L’érotisme à tout âge

Avec l’âge, on perd peu à peu ses atouts physiques. On privilégie plutôt la discrétion et le raffinement aux attitude provocantes que permettent la jeunesse. Mais on prend de plus en plus conscience de la puissance de son genre et on sait mieux l’utiliser. Si on ne s’est pas endormi en route, l’âge mûr offre en réalité un érotisme plus subtil et plus puissant encore que les jeunes années.

Il suffit de se maintenir en forme et de cultiver son enthousiasme avec un brin d’humour. La jeunesse est un état d’esprit qui n’a rien à voir avec l’âge. Quant à la beauté, elle émane toujours de ceux qui aiment la vie. Alors vraiment, l’érotisme n’a pas d’âge.

N’attendez pas le bonheur, créez-le

Les hommes préfèrent-ils vraiment les gros seins ?

Les hommes préfèrent-ils vraiment les gros seins ?

Il est vrai qu’une belle paire de nibards, ça fait toujours rêver ! Mais si beaucoup d’hommes préfèrent les gros seins, il faut faire la différence entre rêve et réalité. La question est bien plus complexe que s’il s’agissait d’une simple préférence personnelle.

Décolleté plongeant

Conditionnements sociaux

Les croyances collectives impactent profondément nos attirances sexuelles et parmi elles, les seins sont de taille, si je puis dire ! Une étude de l’Université de Westminster a mis en exergue la correspondance entre le goût pour les gros seins et une certaine vision traditionnelle de la féminité.

Si près de 45% des hommes apprécient les fortes poitrines, une très nette majorité d’entre eux considèrent la femme dans un rôle de soumission et de fragilité. Ces caractéristiques machistes sont beaucoup moins fréquentes dans les 35% qui préfèrent les poitrines moyennes et encore moins dans les 20% restants qui kiffent sur les petits seins.

Les balloches de compétition sont donc encore vues par un grand nombre de mecs comme une caractéristique de la bimbo soumise qui n’a pas inventé l’eau tiède.

Heureusement, il reste plus d’un homme sur deux qui sait rencontrer la femme au-delà du monde qu’elle a au balcon !

Théorie de l’évolution

L’espèce humaine est la seule parmi tous les mammifères où les seins poussent à la puberté indépendamment d’une grossesse. C’est aussi la seule où les mâles manifestent un attrait pour les mamelles de leurs compagnes durant l’acte sexuel.

Enfin, c’est une des rares espèces qui soit majoritairement monogame et qui fait fréquemment l’amour face à face, ce qui facilite les caresses de cette partie de l’anatomie.

C’est ainsi que des circuits neuronaux semblent s’être développés pour créer un réflexe d’attraction envers les seins directement dans l’inconscient.

Alors Mesdames, ne vous offusquez pas si notre regard est attiré par votre buste, c’est juste incontrôlé et naturel. Cela n’a rien de dégradant, prenez-le plutôt comme un compliment… surtout si notre œil s’y attarde.

La poitrine comme attribut sexuel

Le rôle de la poitrine féminine est ambigu puisqu’il est à la fois lié à la maternité, dans l’allaitement, et à la sexualité, par les sensations agréables éprouvées lors des stimulations.

Il n’est pas rare que les mères jouissent de grands plaisirs en nourrissant leur bébé et certaines parlent même d’un certain orgasme.

La stimulation du mamelon provoque une production d’ocytocine, hormone qui génère un fort sentiment d’amour et d’attachement. La nature a jugé cela utile pour aider la mère à prendre soin de ses petits.

Reporté à la relation sexuelle, la stimulation des seins durant les préliminaires et l’acte amoureux provoque le même effet d’amour et d’attachement qu’éprouvera une femme envers son compagnon.

Ainsi, les seins ont la propriété de relier les amants, via les hormones, sur le plan affectif. C’est probablement ce qui en fait tout leur attrait.

La poitrine devient ainsi un objet de convoitise masculine dont la femme saura jouer pour séduire, comme pour s’attacher à un partenaire. La poitrine est le symbole de la féminité et d’une sexualité qui invite.

Avec des parties génitales plutôt discrètes, la femme arbore une poitrine pigeonnante en guise d’attraction sexuelle. Vu sous cet angle, un décolleté sur une poitrine généreuse fera tout son effet… et les soutient-gorges push-up sauveront les femmes à petits seins.

Des seins bien portés

Avant la puberté, la petite fille rêve déjà des seins qu’elle aura dans le futur. Elle se demande ce qu’elle pourra en ressentir et imagine comment ils seront, pressentant leur poids et visualisant leur galbe. En un mot, elle les idéalise.

Mais la réalité n’est jamais aussi belle que les dans rêves et la plupart des femmes mettent du temps à s’approprier leur poitrine. Beaucoup en gardent une certaine déception, voire quelques complexes.

La qualité des rencontres et expériences amoureuses est déterminante pour qu’une femme se sente bien dans son corps. Les amants attentionnés ne se doutent pas du service qu’ils rendent sur ce plan à leurs compagnes.

Mais l’héritage des mères, et plus généralement de l’éducation, peut être limitant et demande parfois des années d’apprivoisement et de remises en question.

Pour une femme, il est très important de se sentir bien avec ses seins. C’est même nécessaire pour pouvoir les porter fièrement et offrir ainsi au monde l’expression de sa féminité.

Peu importe qu’ils soient petits ou grands, c’est avant tout la manière de les porter, de les mettre en avant et de les assumer qui donnera toute sa puissance séductrice à une femme.

Alors Mesdames, accordez-vous le droit d’être pleinement femme. Aimez vos seins, profitez-en et faites-en profiter votre compagnon. Vous pensez que les hommes préfèrent les gros seins ? Sachez que ce n’est qu’un symbole. Ils craquent surtout pour votre féminité.

Soyez fière de vos seins et ne vous inquiétez pas de leur volume. Il y aura toujours de quoi remplir la main d’un amoureux…

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articledécolleté gros seins,les mecs préfèrent les grosses poitrines