Archives par mot-clé : éjaculation

Voulez-vous être multi-orgasmique ?

Voulez-vous être multi-orgasmique ?

Quand on aborde la sexualité, on pense d’abord à la notion de plaisir et on finit toujours par parler d’orgasme. Mais que dire des personnes multi-orgasmiques et comment définir l’orgasme, alors qu’il s’agit d’une perception psycho-sensorielle que chacun ressent de manière unique et originale ?

Chacun a son propre regard sur l’orgasme, en fonction de ses expériences vécues, de sa manière de ressentir son corps et de l’idée qu’il se fait du plaisir à atteindre. Du coup, nous avons tous notre propre vision de ce qu’est l’orgasme ou de ce qu’il devrait être.

Cette perception subjective du sommet du plaisir que l’on appelle orgasme, est si différente d’une personne à l’autre qu’elle aboutit souvent à des incompréhensions, des frustrations et parfois même à des conflits.

Pour tenter d’éclaircir les choses et savoir un peu mieux de quoi on parle, je me suis penché sur la structure de l’orgasme afin d’en comprendre au moins les mécanismes physiologiques.

Définition technique

L’orgasme est la libération d’une tension sexuelle accumulée durant les différentes phases d’excitation qui constituent le rapport amoureux.

Cette excitation produit des contractions musculaires rythmées de plus en plus intenses et rapides jusqu’à un point culminant. Les contractions orgasmiques ont lieu principalement dans les muscles du périnée, c’est-à-dire dans la région située entre le sexe et l’anus.

On observe aussi une accélération de la respiration et du rythme cardiaque, ainsi que des tensions musculaires éparses, dans d’autres parties du corps, le tout participant à la montée du plaisir.

La femme multi-orgasmique

La mécanique féminine

Que se passe-t-il dans le corps d’une femme au moment de l’orgasme ? Lorsque l’excitation approche de son point culminant, le clitoris se rétracte, la lubrification du vagin s’intensifie encore et le creux vaginal se rétracte pour enserrer le pénis.

Les contractions deviennent alors de plus en plus fortes et rapides dans les muscles du bassin, les parois vaginales et l’utérus.

Lorsque la jouissance physique atteint son sommet, un relâchement de la tension sexuelle a lieu, accompagné de contractions au niveau de l’anus, du périnée et des organes génitaux. Une éjaculation de fluides se produit parfois : c’est le cas chez les femmes fontaines.

Les femmes ont généralement un orgasme beaucoup plus long que celui des hommes, passant le cap des 20 secondes alors que Monsieur doit se contenter de 6 secondes seulement.

De plus, les femmes sont naturellement multi-orgasmiques, ce qui est rare chez leurs compagnons… mais pas impossible comme nous le verrons plus loin.

Après l’orgasme (ou après des orgasmes multiples), l’afflux sanguin se calme et le clitoris retrouve sa taille habituelle en quelques minutes.

Ces manifestations physiologiques ne sont pas faciles à observer. C’est ce qui permet à certaines femmes de simuler l’orgasme. La simulation de l’orgasme est relativement fréquente et trouve sa source dans diverses raisons psychologiques, avec ou sans conflit dans le couple.

La mécanique masculine

Le corps de l’homme paraît plus simple parce que ses organes génitaux sont extérieurs et donc bien visibles. De ce fait, il ne peut pas tricher avec son excitation et difficilement simuler l’orgasme.

Pour l’homme, l’orgasme fait suite à l’érection et à une tension de plus en plus forte des muscles du ventre, des fesses et des cuisses. Comme chez sa compagne, l’anus, le périnée et les organes génitaux subissent également d’intenses contractions.

Généralement, l’éjaculation se produit durant l’orgasme. Les contractions rapides de la prostate, de l’urètre et des muscles à la base du pénis vont expulser le sperme à l’extérieur et il suffit de 3 à 10 secondes pour mener à terme ce processus.

L’éjaculation n’est toutefois pas forcément liée à l’orgasme. Certains hommes ont des éjaculations sans orgasme, notamment lorsqu’ils éjaculent trop rapidement.

Il se peut aussi qu’un homme ait un orgasme sans éjaculer, ce qui arrive en cas de fatigue physique ou après quelques éjaculations successives.

L’homme multi-orgasmique

Avec un certain entraînement, un homme peut tout à fait retenir son éjaculation en contractant son périnée ou en appuyant fermement sur la racine de son pénis, entre les testicules et l’anus.

Les hommes qui parviennent à maîtriser leur éjaculation peuvent atteindre des orgasmes sans émission de sperme. Ils disent alors ressentir un plaisir plus long et plus intense. La testostérone préservée leur permet de remettre le couvert plusieurs fois de suite et de goûter ainsi aux joies multi-orgasmiques.

Cette manière de jouir à répétition n’est pas évidente et requiert un entraînement des muscles du périnée. Vous serez peut-être intéressés par les méthodes que je décris dans un autre article et qui expliquent comment entraîner votre périnée

Il faut encore avoir conscience que le contrôle de l’éjaculation peut perturber la partenaire. Elle pourrait se sentir dévalorisée si elle pense qu’elle ne parvient pas à faire jouir son homme. Il est donc utile d’expliquer les raisons qui poussent à réserver son éjaculation et les avantages à être multi-orgasmique.

Ainsi, le couple ne souffrira pas de cette pratique peu commune, mais pourra au contraire en profiter pleinement dans des orgasmes multiples et délicieusement partagés.

Mais comme l’orgasme ne fait pas bon ménage avec le sur-contrôle ou l’obsession de la performance, devenir multi-orgasmique ne doit pas nous empêcher de nous lâcher tout de même !

Maintenant, partagez dans les commentaires ci-dessous ce que vous pensez du contrôle de l’éjaculation et des hommes multi-orgasmiques. Pour ou contre ? Envie d’accéder à ce type de plaisir ? Dites-nous tout !…

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Glossaire sexe & amour : lettre E

Glossaire sexe & amour : lettre E

D’échangisme à extase, en passant par éjaculation… découvrez tous les termes en E concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. En découvrant la définition de ces mots on s’offre aussi la possibilité d’aborder certains aspects de la sexualité avec plus de liberté.

Les mots du sexe et de l’amour accompagnent parfois nos fantasmes et nos ébats les plus délicieux. Le couple complice saura les utiliser dans des confidences aussi épicées que savoureuses.

Glossaire sexe & amour, lettre E

Ébats : Jeux amoureux ou sexuels auxquels s’adonnent les amants. Les ébats suggèrent une certaine dynamique de mouvement dans une joyeuse complicité.

Échangisme : En principe, cette expérience sexuelle consiste à échanger les partenaires entre deux ou plusieurs couples. Mais par extension, la pratique de l’échangisme regroupe l’exhibitionnisme, le voyeurisme, le triolisme et la « partouze ».

C’est souvent l’homme qui est demandeur, en réponse à ses fantasmes de relations multiples. On observe pourtant un nombre croissant de femmes intéressées par ce type d’exploration des sens. La plupart des adeptes de ces pratiques sont âgés d’une quarantaine d’années. Ce sont des hommes et des femmes qui recherchent la fantaisie afin de stimuler leur propre sexualité de couple.

Les clubs spécialisés offrent une grande liberté d’action. De nombreux partenaires et un anonymat garanti sont propices aux ébats sans retenue. Les clubs échangistes sont régis par des codes précis basés sur le respect mutuel et une liberté totale. Personne n’y est obligé à quoi que ce soit. Ces clubs font ainsi partie des endroits les plus sécurisants et bienveillants qui soient.

Les couples qui désirent s’initier à ces pratiques ont avantage à bien se préparer psychologiquement, car l’expérience peut être émotionnellement assez perturbante les premières fois. Les hommes y sont sensibles encore plus que les femmes et doivent assumer le fait de voir leur compagne avec un autre partenaire. Ils devront faire face à d’éventuels accès de possession ou de jalousie, ce qui demande une certaine maturité.

Effleurage : Caresses légères et subtiles, parfois à peine perceptibles, qui peuvent provoquer des frissons intenses et augmenter l’excitation jusqu’à son paroxysme. On pratique l’effleurage du bout des doigts, au moyen d’une plume, d’un foulard de soie ou d’un quelconque objet capable de glisser sur la peau de manière douce et légère. Agacer ainsi les sens de son/sa partenaire est une technique aussi très prisée dans les jeux de maître/esclave.

Éjaculation : Réaction physiologique provoquant l’émission de sperme chez l’homme qui atteint le point culminant de son excitation. L’éjaculation se produit par saccades en jets de volume, de puissance et de densité variables en fonction de l’individu et de son âge.

On parle aussi d’éjaculation féminine pour définir l’émission de liquide jaillissant du vagin lors d’une stimulation adaptée de la zone du point G chez certaines femmes. Ce liquide incolore et inodore est produit par les glandes de Skene et ne doit pas être confondu avec de l’urine. Les femmes-fontaines restent en petit nombre à cause de la méconnaissance du phénomène et des tabous qui l’entourent.

Éjaculation faciale : Pratique qui mène un homme à diriger ses jets de sperme sur le visage de sa partenaire. Popularisée parmi les standards le l’industrie pornographique, l’éjaculation faciale est considérée par de nombreuses personnes comme un acte humiliant.

Ceci me rappelle une ancienne vidéo mettant en scène des femmes de couleur soumises à cet exercice et dont l’argument de vente était : « Black souillées ». Ça me faisait penser aux Black Shoes, un groupe de musique, mais aussi qu’il faut bien peu d’égard pour l’amour à y voir le sperme comme une souillure.

Dans le cadre de jeux complices, certains couples trouvent dans l’éjaculation faciale un plaisir réciproque, surtout après que la femme ait eu sa part d’orgasme. Certes, il peut y avoir dominance, mais le dominé n’est pas toujours celui qui est à genoux ! Éviter toutefois les cheveux (ça colle) et les yeux (ça pique).

Éjaculation précoce : Appelée aussi éjaculation prématurée, elle est définie par les sexologues comme survenant systématiquement avant la pénétration ou dans la minute qui la suit. Mais l’évaluation d’une éjaculation trop rapide est tout à fait individuelle et les critères pour en juger varient fortement d’une personne à l’autre. Une femme peut trouver son partenaire trop rapide alors que lui n’en souffre pas, comme cela peut être le contraire.

Sur le plan physiologique, une éjaculation rapide est parfaitement normale. Le couple gagnera toutefois beaucoup en intimité et en sensualité en faisant durer ses ébats. L’homme pourra donner du plaisir à sa compagne de multiples manières sans utiliser son pénis. Mais il devra apprendre à mieux maîtriser son excitation s’il veut profiter d’un coït qui dure longtemps.

Pour juger d’une éjaculation précoce, certains comptent le nombre d’allées et venues, d’autre les minutes de pénétration ou encore le nombre d’orgasmes atteints par la dame. En définitive, il y a éjaculation précoce lorsque la maîtrise de l’excitation n’est pas suffisante pour que le coït permette aux deux partenaires d’avoir une relation sexuelle satisfaisante.

Éjaculer : Verbe qui décrit la réaction incontrôlée produisant, chez l’homme, les contractions des glandes séminales afin d’expulser le sperme à l’extérieur du pénis. On associe souvent le fait d’éjaculer avec l’orgasme, bien que les deux phénomènes soient distincts. Dans le langage courant, poétique ou grivois, on dit aussi : venir, jouir, gicler, décharger, découiller, se lâcher, envoyer la purée… Charmant, n’est-ce pas ?

Embrasser : Depuis la nuit des temps, embrasser revêt une symbolique d’amour profond largement idéalisée. Le baiser sur la bouche, avec les langues qui se goûtent mutuellement, est un prémisse aux jeux amoureux. L’art d’embrasser fait donc partie de l’art de l’amour, tant sur le plan sexuel que sur le plan affectif. En alternance entre roulage de pelle torride et doux baisers romantiques, embrasser est l’acte qui lie le couple de corps et de cœur.

Enculade : Action d’enculer, d’effectuer une sodomie. Pour les adeptes du plaisir annal, le terme enculade peut être assez excitant, voire charmant.

Enculer : Ce terme plutôt vulgaire est le synonyme de sodomiser, pratique sexuelle qui consiste à introduire le pénis dans l’anus. Particulièrement excitant pour la plupart des hommes dans leur fonction de pénétrant, cette pratique n’est pas appréciée par toutes les femmes. Elle nécessite une grande confiance, beaucoup de douceur lors de l’intromission et l’usage de lubrifiant. Une fois le sphincter dilaté, le pénétrant peut se diriger graduellement vers des mouvements plus vigoureux.

Le mauvais usage de cette pratique peut provoquer de fortes douleurs. D’autre part, la connotation « sale » de l’orifice de défécation charge le verbe enculer d’une notion perverse ou humiliante. C’est ainsi que le langage populaire a adopté le terme pour signifier une intention désobligeante, comme dans « va te faire enculer ! »

Éonisme : Attitude adoptée par un homme afin de se travestir, en portant des vêtements de femme et en se comportant comme l’une d’entre elles, notamment en ce qui concerne la séduction. Dans les milieux fétichistes, l’éonisme est considéré comme très excitant.

Épectase : En relation avec la sexualité, l’épectase est le fait de mourir lors de l’orgasme. Pas très cool pour le/la partenaire, mais pour un amateur de plaisirs charnels : de quelle plus belle mort pourrait-on rêver ?

Épilation : C’est une manière de se débarrasser des poils considérés comme disgracieux. En la matière, c’est surtout la mode qui dicte sa loi, poussant chacun à s’identifier à un groupe ou à une époque. Par exemple, jusque dans les années 70, les femmes gardaient leurs poils sous les bras, alors qu’aujourd’hui cela paraît du plus mauvais goût.

Dans la sexualité, les poils intimes ont encore leurs adeptes, qui apprécient le côté sauvage de la sensualité. Mais actuellement, la mode fait la part belle au raffinement d’une peau lisse et nette. La norme est donc plutôt à l’épilation, souvent sévère, voire totale, des parties génitales.

À la brucelles ou au laser, les femmes vont redessiner leur pubis, en ticket de métro ou en forme de cœur par exemple. Quant à la vulve, certaines pensent qu’elle doit être aussi nette que celle d’une petite fille… Elles appellent ça « faire le maillot » (entendez : de bain). De leur côté, de plus en plus d’hommes se rasent ou s’épilent le pénis et les testicules.

Les amateurs de plaisir annal se font souvent un anus tout net ! Pour celles et ceux qui ne sont pas contorsionnistes, de nombreux instituts de beauté offrent discrètement cette prestation.

Reste encore une question : quand on a enlevé toute pilosité, comment on fait pour se foutre à poils ?!

Érection : Réaction incontrôlée et naturelle du corps qui, par afflux sanguin, gonfle et durcit un organe. En présence de stimuli sexuels, la verge, le clitoris et les tétons se mettent en érection.

Érotisme : Terme générique qui regroupe toutes les notions de plaisir liées à la sexualité. L’érotisme fait appel autant aux facultés créatives de l’esprit qu’aux sensations du corps. Il se nourrit des archétypes universels, comme des fantasmes individuels.

L’érotisme révèle une esthétique du plaisir dans les attitudes personnelles, les relations sociales ou l’expression artistique. Il est présent dans toutes les manifestations humaines, dès le moment qu’une notion de charme y est rattachée.

Érotographie : Plaisir à écrire ses fantasmes, pulsions ou autres inspirations érotiques. L’érotographie peut prendre une forme littéraire ou se contenter de graffitis dans les toilettes.

Érotomanie : Obsession pathologique basée sur l’illusion d’être aimé par une personne, alors que cela n’est pas le cas. Dans l’érotomanie, les fantasmes focalisent l’imaginaire sexuel sur cet objet de désir, déniant toute autre réalité.

La plupart d’entre nous ont expérimenté une certaine érotomanie en faisant une « fixette » sur un/une ex-partenaire juste après une rupture, ou sur une conquête dont nous n’avons pas voulu accepter le rejet.

Esclavagisme : Pratique sexuelle de dominant-dominé dans laquelle un des deux partenaires choisit de prendre une position d’esclave alors que l’autre tient le rôle de maître. Le soumis accepte ainsi de se plier à tous les caprices et désirs sexuels du dominant.

Étalon : Dans une perspective érotique, un étalon est un homme particulièrement attirant ou sexuellement très actif.

Étreinte : L’étreinte réunit les partenaires de manière tendre et amoureuse. Un tel enlacement des corps, respectueux et plein d’amour, est souvent vécu spontanément par les jeunes amants. L’étreinte est valorisée dans des approches conscientes de la sexualité, comme le Tantra ou le Slow Sex.

Eunuque : Homme châtré chargé de surveiller les femmes dans les harems. Devenu infécond, l’eunuque gagnait en douceur tout en conservant ses attributs virils. C’est l’amant parfait, en somme, qui fait rêver les femmes et que les hommes envient.

Excitation : Processus psycho-sensoriel par lequel une personne accède au plaisir sexuel. L’excitation englobe toutes les perceptions de l’individu stimulé sexuellement, qu’elles soient physiques par des attouchements ou des caresses, ou mentales par des images ou des paroles.

Exhibitionnisme : Propension à prendre du plaisir en se montrant nu ou en dévoilant ses parties intimes à des inconnus. Certaines personnes trouvent un plaisir intense en ayant des relations sexuelles en publique ou en sachant que d’autres les regardent. L’exhibitionnisme s’est largement répandu ces dernières années grâces aux possibilités offertes par l’internet et les webcams.

Exotisme : Projection mentale qui laisse croire en l’existence de comportements plus attrayants que ceux qui nous sont propres. En sexualité, l’exotisme entretient le fantasme de contrées lointaines aux mœurs légères qui produit des hommes et des femmes à la libido débridée.

Les expériences sexuelles qui sortent du cadre des habitudes sont souvent qualifiées d’exotiques.

Extase : État psycho-émotionnel ressenti par une personne qui atteint l’ultime sommet du plaisir. Alors que l’extase peut se produire par le simple éveil de l’esprit, elle est le plus souvent obtenue dans l’exultation des sens. Le plaisir sexuel, lorsqu’il est accompagné d’un épanouissement émotionnel, mène à l’extase.

À suivre dans un mois avec la lettre F :

face sitting – faire l’amour – fantasme – fellation – femme – femme-fontaine – fessée – fesses – fétichisme – fille – fion – fisting – fixette – flagellation – flirt – fornication – fougue – foutre – French kiss – fréquenter – fricoter – frigidité – frotteurisme – frottis

Donnez votre avis

D’échangisme à extase, en passant par éjaculation… vous savez maintenant tout de la lettre E en amour et en sexualité.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00