Archives par mot-clé : fellation

Café-croissant ou café-pipe ?

Le café-pipe pourrait s’installer à Genève d’ici la fin de l’année, sous l’impulsion d’un entrepreneur audacieux orienté sur l’érotisme. Là où certains trouvent cela amusant, d’autres crient au scandale, choqués par une trop large ouverture des mœurs.

L’idée n’est pas vraiment nouvelle, puisqu’on trouve en Thaïlande, depuis plus de 20 ans, des cafés de ce type avec une fille sous la table.

Le Glory hole est également ancien, cette installation constituée d’une paroi percée de trous pour y passer son pénis afin qu’il soit manipulé par une inconnue se trouvant de l’autre côté du mur. Si on y servait le café, nous serions quasiment au café-pipe.

Les variantes de ces pratiques ne manquent pas, comme l’atteste le café-branlette déjà présent à Hong Kong dans les années 60 ou les repas orgiaques des XIVe et XVe siècles dans la haute bourgeoisie italienne, qui mettaient déjà en scène de jeunes esclaves nus s’affairant sous la table pour égayer les convives. Certains papes y on d’ailleurs participé, en particulier Alexandre VI qui était grand amateur du genre.

Tout ça pour dire que si les meurs fluctuent, les fantasmes restent assez semblables au fil du temps.

Le café-pipe pour tous

Ce qui est nouveau tient peut-être de la popularisation du phénomène et c’est sans doute ce qui peut faire peur à certains. Le développement du porno sur le Web et la diffusion banalisée de pratiques sexuelles hors norme bousculent indéniablement nos références en la matière.

Les gadgets high-tech accompagnent souvent ce mouvement et le Café-pipe mettra à disposition un iPad pour choisir sa boisson et la fille qui viendra s’agenouiller derrière le bar. Un petite touche de virtuel qui devrait plaire aux geeks et assurer une distance bienvenue pour les clients plus timides.

Cinq à dix minutes, c’est le temps habituel pour boire son café avant qu’il ne refroidisse. Il n’en faudra pas plus pour régler l’affaire qui se déroule au niveau de la braguette. Celui qui prendra encore une pâtisserie ou un sandwich aura peut-être besoin de quelques minutes supplémentaires.

Alors que le cours standard de la fellation se situe autour des CHF 50.- , le café-pipe prévu à CHF 60.- se tiendra donc dans les tarifs habituels (de la pipe, pas du café). Mais sachant qu’un homme travaille bien mieux avec le gland détendu, certains employeurs pourraient être enclins à subventionner ce café du matin. Vous pourrez toujours tenter de négocier ça avec votre patron…

Le café-pipe en toute légalité

Trêve de plaisanteries, le moralisme de notre temps ne permet pas ce genre de commerce partout. Ce qui est relaté ici est envisageable en Suisse, pays de la libre entreprise par excellence, mais serait totalement impensable en France ou dans de nombreux autres pays d’Europe. Alors… veinards, les genevois ?

La législation suisse interdit le proxénétisme, mais pas la prostitution. Dans le cadre des règles établies, les filles inscrites en tant que prostituées auprès des offices de police concernés peuvent exercer leur profession librement. Quant à l’établissement qui accueille de telles prestations, il reçoit les autorisations de police en tant que « Salon de massage ».

C’est ainsi que le café-pipe devrait voir le jour à Genève dans quelques mois et d’aucun craignent une affluence de client français. Mais le tourisme sexuel lui non plus n’est pas nouveau.

Le Café-pipe sera peut-être suivi ultérieurement par un café-cunni destiné aux femmes, mais ça c’est encore une autre histoire…

Le café-pipe : liberté ou perversion ?

Les mœurs sexuelles évoluent. Qu’on s’en réjouisse ou qu’on s’en inquiète ne changera rien à cela. En abordant les changements de société sans à-priori, avec lucidité et bienveillance, il sera toujours plus aisé d’identifier les comportements bénéfiques et ceux qui ne le sont pas.

Le fantasme de la gâterie reçue sous la table, dans un endroit publique au su ou à l’insu des autres, est un classique qui fait rêver bien des hommes. Ce rêve de toute puissance sexuelle est d’ailleurs ce qui donne tant de pouvoir à la femme, car au final, c’est elle qui le rend possible. Feignant la soumission, c’est bien la femme qui tient son homme par les …ouilles.

Selon leur manière d’interagir et d’assumer leurs rôles l’un envers l’autre, les deux partenaires trouveront ainsi la complémentarité de leur plaisir. La seule question qui demeure est de savoir s’il faut ou non réaliser ses fantasmes. Et si oui, à quelles conditions.

Car on ne peut nier l’implication de l’autre et la nécessité de vérifier que cet autre (ou plutôt cette autre, en l’occurrence sous la table) soit bien là de son plein gré.

Pour autant que ce soit le cas et que les risques sanitaires ne soient pas négligés, tout sera bien pour les uns et les autres.

Qu’est-ce qui fait que le même acte peut être vécu par certains comme une liberté alors qu’il sera ressenti par d’autres comme une perversion ? Vous êtes libre de vous exprimer à ce sujet dans l’espace « Commentaires » ci-dessous et de nous dire ce que vous pensez du café-pipe.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articlefellation dans un cafe

Secrets d’alcôve Partie 4 : Cunnilingus et fellation

Tout savoir (ou presque) sur les stimulations sexuelles et le rapport bucco-génital. Voici le quatrième épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve ». C’est un grand atout pour les couples de maîtriser le cunnilingus et la fellation, car ces pratiques leur réservent de délicieux partages intimes.

Secrets d’alcôve :
cunnilingus et fellation

Dans cette vidéo, je témoigne de mon expérience et de mes observations pour un cunnilingus parfait et une fellation réussie. Ces gestes amoureux sont loin d’être secondaires et font partie intégrante de la relation sexuelle. Ils apportent beaucoup aux couples qui aiment s’éclater au lit.

épisode 4

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.

Transcription texte de la vidéo

Cunnilingus et fellation

Une fois qu’on a commencé à activer les différentes zones érogènes, qu’on a commencé à s’approcher, à se tripoter et à se déshabiller pour se réunir de manière plus en plus intime, on va effectivement s’orienter vers des gestes qui nécessitent un peu de technique ou quelques connaissances pour pouvoir en profiter au mieux.

Ces gestes sont des gestes sexuels. On va utiliser des stimulations sur les organes génitaux, une fois que les préliminaires ont bien activé et focalisé le désir. On va donc utiliser des stimulations qui vont être manuelles ou buccales.

Cunnilingus

Commençons par les stimulations sur Madame et les stimulations du clitoris d’abord. Parce que c’est là qu’on trouve l’accès le plus facile, à l’extérieur, le clitoris étant ce petit bouton rose que l’on connaît. Ce clitoris est plus ou moins facile à trouver selon les femmes. Des fois il est très saillant, parfois il faut un peu aller le chercher parce qu’il se cache derrière son petit capuchon.

La stimulation sera manuelle ou orale, les deux étant souvent présents dans le cunnilingus. On utilisera donc les lèvres, la langue ou même les dents. Mais alors là attention, parce qu’il faut y aller très délicatement avec les dents sur le clitoris. La stimulation aura donc lieu sur les lèvres, l’entrée du vagin et le vagin.

À propos du clitoris, ce que j’aimerais dire là-dessus, c’est que les femmes vont beaucoup apprécier qu’on s’en occupe, mais chacune aura son style. C’est-à-dire que nous aurons des femmes qui aimeront que l’on soit hyper délicat avec leur clitoris, d’autres qui aimeront qu’on y aille plus franchement (une fois qu’elles sont excitées, bien sûr).

Certaines aiment qu’on y aille lentement d’autres qu’on aille vite, ou encore que l’on soit très régulier ou plutôt que l’on change de rythme. Il faut vraiment chercher comment l’autre fonctionne. Dans ce domaine, il n’y a pas de règle absolue, la seule règle étant qu’il faut expérimenter et observer.

Stimulation du vagin et point G

La deuxième chose, c’est qu’à un moment donné on va pouvoir s’occuper de ce qui se passe à l’intérieur du vagin Madame.

À l’intérieur de ce vagin, on va trouver deux points intéressants à stimuler : c’est le point G qui se situe à l’entrée du vagin, à-peu-près à 2 cm de profonds, donc à plus ou moins un demi-doigt. Il se trouve sur la partie antérieure de la paroi vaginale, donc du côté du ventre.

On va trouver à cet endroit une petite zone, à-peu-près grande commune pièce d’un euro, légèrement allongée. C’est cette petite zone qu’on appelle le point G.

On reconnaît ce point G parce qu’il n’a pas la même texture que le reste des parois vaginales, qui sont plutôt lisses, alors que ce point est très légèrement rugueux, comme la texture d’une fraise ou la peau d’une orange. Ce qu’on peut observer à cet endroit c’est que c’est légèrement granuleux.

Il faut savoir, sans entrer dans un grand débat, que le point G ne fait pas l’unanimité. Il y a des gens qui ne jurent que par ça et d’autres qui disent que cela n’existe pas. Pourquoi ?

Parce que c’est une zone qui demande à être activée pour se développer. Si une femme n’a jamais eu l’occasion, grâce à ses partenaires ou elle-même de manière solitaires par la masturbation, qu’elle n’a donc pas eu l’occasion d’activer cette zone, celle-ci sera restée comme une zone endormie. De fait, lorsqu’on ira chercher à cet endroit, elle ne va rien sentir.

Au plus on ira activer cette zone et la stimuler, plus elle va se développer et devenir sensible. C’est la raison pour laquelle certaines femmes trouvent cette zone hyper importante alors que d’autres moins.

Mais cela vaut la peine d’aller explorer cette zone qui est sensée se développer et devenir de plus en plus sensible plus on ira la stimuler et l’entraîner.

Stimulation du deep spot

Il y a un deuxième point important qu’on appelle deep spot : le point profond. Il est situé sur la même ligne que le point G, dans la partie supérieure et antérieure du vagin. Mais le deep spot se trouve tout au fond, proche de l’utérus, dans le creux avant du col de l’utérus.

Ce deep spot n’est pas toujours très facile à atteindre parce qu’il peut être très profond. Cela dépendra également si vous avez des petits ou des grands doigts ou si la fille est plutôt grande ou petite, tout ceci étant également une question de proportions.

Mais c’est un point qui peut être intéressant d’aller stimuler et qui est source de grands plaisirs. C’est aussi un point qui va être particulièrement sollicité lors des pénétrations et notamment de la pénétration profonde.

C’est la raison pour laquelle il est important pour un homme d’être capable de garder son érection durant un certain temps, afin de pouvoir aller frapper au fond du vagin contre ce deep spot. Évidemment, le gars va pouvoir frapper où il veut, mais s’il vient frapper cet endroit-là, ce sera source de grands plaisirs et pourra déclencher l’orgasme.

Voilà donc pour ce qui est des femmes et du cunnilingus, cette approche buccale souvent accompagnée par des stimulations manuelles. Voyons maintenant le rapport bucco-génital du côté de l’homme, donc la fellation.

La fellation

La fellation est une pratique très appréciée des hommes et des femmes… qui aiment ça, évidemment !

À ce sujet, il y a différentes croyances, telles que je le disais au tout début de la conférence, lorsque j’abordais la question de la vision de la sexualité.

Différentes croyances qui amènent donc certaines femmes à penser que c’est un peu humiliant, voire un peu dégradant pour une femme de se tenir à genoux devant un homme. Mais je laisse ici à chacun le soin de se libérer de tous ses conditionnements pour atteindre sa propre liberté avec la fellation.

Il y a beaucoup de plaisir à trouver dans la fellation, pour autant qu’on sache comment s’y prendre. Et c’est là que j’aimerais relever quelques points importants.

Le pénis de Monsieur va fonctionner toujours de la même manière. Lorsqu’il est en érection, il y a une gaine de peau qui va coulisser le long du pénis pour couvrir et découvrir le gland.

Le gland est évidemment la partie la plus sensible, mais pas forcément la partie la plus agréable. Ce qui est agréable, ce qui est le plus agréable pour l’homme, et à cet endroit il est important de comprendre sa physiologie, c’est que lorsque le pénis entre dans le vagin, il entre pour faire un bébé !

Au départ, c’est ce qui prédomine dans notre cerveau reptilien. Ainsi, le maximum de plaisir est atteint lorsqu’on est au fond du vagin. C’est le moment où le pénis a le plus de chance de projeter des spermatozoïdes qui atteignent l’ovule. Ceci est vraiment très important à comprendre.

Voilà pourquoi les hommes aiment tellement la pénétration vaginale. Parce que c’est là qu’ils sont physiologiquement programmés pour la reproduction et c’est donc là qu’ils y trouvent le plus de plaisir. C’est le plaisir maximum de se sentir « au fond ».

Alors quand on est pas dans la pénétration vaginale, mais qu’on se trouve dans la stimulation manuelle ou buccale, c’est-à-dire la fellation, il s’agit, au moyen de la main ou de la bouche, de reproduire ce mouvement de retrait de la peau vers la base du pénis.

Quand le pénis pénètre dans le dans le vagin, qu’il est très au fond, la peau se tend et tire de plus en plus vers l’arrière.

Voilà donc ce qu’il est intéressant de reproduire. Avec les lèvres, vous aurez de la peine à tout prendre en bouche, mais avec la main c’est plus facile… ou encore avec l’utilisation des deux.

En résumé : si vous tirez la peau vers l’arrière, vous activez le plaisir. Si vous tirez la peau vers l’avant, vous ralentissez le plaisir. Dans ce dernier cas, c’est un peu la sensation de l’homme qui ressort du vagin.

Quand vous branlez un homme, vous n’êtes pas en train de traire une vache. C’est-à-dire que vous ne tirez pas à l’extérieur. Il ne s’agit pas de sortir le jus. Le jus sortira plutôt lorsque vous tirez la peau vers l’arrière, vers la base du pénis.

Une fois que vous aurez bien compris cela, vous allez comprendre tous les gestes qui vont en découler, que ce soit avec la bouche, avec la main, avec la langue ou avec les lèvres.

Petites astuces supplémentaires, qui peuvent être intéressantes à explorer : vous pouvez vous attarder avec votre langue sur le gland de votre amoureux et en parcourir la couronne. Vous pouvez également presser légèrement sur le gland pour ouvrir le petit orifice qui est au bout, un petit peu commun œil, c’est assez rigolo… et y enfiler le bout de votre langue. Ceci n’est pas forcément très excitant en terme de sensations, mais cela peut être très excitant en terme d’expérience et de variations.

Ou encore, vous pouvez déposer votre langue sur le gland et ramener la peau par-dessus de manière à ce que votre langue soit prise entre le gland et la peau. Vous pourrez alors tourner autour du gland tout en ayant la peau qui recouvre le parcours de votre langue.

Tout cela ajoute de nouvelles sensations et je vous laisse explorer les mille et une possibilités qui s’offrent à vous dès le moment que vous avez envie de jouer. Du moment que vous avez le bon état d’esprit, vous entrez dans le jeu et vous pourrez vous amuser avec ça.

Rappelez-vous donc bien, surtout vous Mesdames, ce fameux phénomène d’excitation du retrait de la peau vers l’arrière, vers la base du pénis.

Évidemment il va de soi que c’est à pratiquer sans les dents… parce que ça, c’est un véritable tue-l’amour comme chacun le sait.

Pipe royale

À propos de fellation, il me reste à parler de ce qu’on appelle la « pipe royale », c’est-à-dire le fait de pratiquer une pipe à un homme jusqu’à ce qu’il éjacule dans la bouche.

Ceci peut être une expérience magnifique et très chouette à vivre pour les deux partenaires. Il faut seulement avoir bien conscience que cela doit être voulu par les deux, puisque dès le moment que l’éjaculation aura eu lieu, l’énergie de Monsieur va tomber à plat et le rapport va s’arrêter net.

Avec cette pratique, nous ne nous trouvons plus dans les préliminaires. Ceci est déjà du rapport amoureux, une véritable relation sexuelle dans laquelle les deux partenaires peuvent trouver beaucoup de plaisir. Même si n’est pas un coït, que ça n’est pas une véritable pénétration, il s’agit pourtant d’un véritable rapport amoureux.

On peut considérer que ceci est une bonne relation sexuelle de type « Amazone ». C’est-a-dire que vous pouvez le faire partout, dans une voiture, lors d’un pique-nique, dans une forêt… parce que c’est un truc qui ne nécessite pas de se déshabiller.

Cela peut se passer partout, et à ce titre chacun aura ses fantasmes. Certains iront dans les chiottes d’un restaurant par exemple ou sur un banc public retiré, peu importe. Disons que c’est un truc relativement « vite fait » qui n’implique pas forcément la femme dans son désir, mais dans lequel elle pourra aussi trouver un très grand plaisir.

On pourrait penser à priori, que la femme pourrait être frustrée parce qu’elle n’y trouve pas son orgasme. Mais elle peut trouver une grande excitation à donner du plaisir à l’autre, à se sentir également maître de la situation et à rendre fou son homme. C’est une manière de soumettre son homme, quelque part…


Il y a tant de délices à partager entre personnes qui se désirent que parfois elles en arrivent à s’aimer. Le cunnilingus et la fellation font partie de ces délices intimes. Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous dans les « Commentaires » ci-dessous et/ou partagez sur les réseaux sociaux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleexpérience cunnilingus

Glossaire sexe & amour : lettre F

Glossaire sexe & amour : lettre F

De fantasme à frigidité, en passant par fellation… découvrez tous les termes en F concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. De quoi donner au couple amoureux les moyens de développer ses connaissances et de cultiver sa complicité.

Les mots sont porteurs de nos idées, mais aussi de nos émotions. Grâce à eux nous pouvons communiquer le désir et les sensations subtiles de nos ébats. Les amoureux éclairés sauront trouver le mot juste pour se lier d’un amour aussi sincère que fripon.

Fantasme, frigidité, fellation

Face sitting : Variante de domination dans laquelle une personne est assise sur le visage de son ou sa partenaire. Le dominant peut ainsi imposer le type de stimulation qu’il préfère : cunnilingus, anulingus ou gobage de testicules. Il ou elle pourra répandre à son gré ses fluides, son sperme ou même son urine… chacun ses goûts.

Faire l’amour : Expression courante pour désigner la relation sexuelle. Faire l’amour implique souvent un lien affectif entre les partenaires ou du moins une intention d’union affective. La notion de « faire » l’amour suggère que le rapport sexuel pourrait effectivement produire ce lien, par le biais sans doute des hormones mises en jeu dans cette activité intime.

Le langage populaire est moins prosaïque et désigne l’acte sexuel sous de nombreux termes : baiser, bourrer, défourailler, fourrer, foutre, limer, mettre, niquer, sauter, se taper, tartiner, tirer, tringler, troncher, trouer, zober…

Fantasmes : Représentations érotiques imaginaires mettant en scène des situations particulièrement excitantes. Les scénarios imaginés sont plus ou moins obscènes et peuvent répondre à des désirs refoulés ou secrets éveillant parfois de la culpabilité.

Les fantasmes font partie de la créativité érotique naturelle de chacun. À ce titre, ils sont un stimulant essentiel pour le couple. Le fantasme active le désir et permet d’accéder à plus de plaisirs sexuels, pour autant que sa nature ne soit pas obsessionnelle ou nuisible à l’équilibre relationnel.

Fellation : Pratique sexuelle dans laquelle une personne prend le pénis de son partenaire en bouche pour lui prodiguer des caresses avec la langue et les lèvres. Le contact des dents avec le gland est à éviter absolument. La fellation s’accompagne souvent d’une stimulation manuelle du pénis.

Pour désigner cette pratique, on dit aussi : tailler une pipe, pomper, sucer, faire une gâterie, tailler une plume, faire un pompier, turluter.

Je ne résiste pas à vous rappeler la délicieuse chanson de Serge Gainsbourg « Les sucettes à l’anis », chantée en 1966 par la très naïve France Gall qui n’avait pas vu le rapport…

Femme : Le genre féminin a toujours inspiré les hommes en leur faisant plus ou moins perdre la tête. Par essence, la femme est porteuse de vie, elle allaite et materne ses petits. Pour cela, elle doit être fécondée par un homme, qu’elle attire par la séduction. La femme est donc aussi séductrice et sait user de ses charmes redoutables pour entraîner l’homme choisi dans son lit.

Ainsi, par un échange de bons procédés, l’homme jouit de la grâce de sa compagne en échange de son rôle de victime consentante. Bon, c’est plus complexe que ça, mais c’est la base.

Ce rapport des forces entre les sexes a amené les hommes à dévaluer les femmes pour se protéger de leur puissance (enfin c’est ce qu’ils croient!)

C’est sans doute dans cet esprit que des synonymes populaires plus ou moins vulgaires se sont imposés : belette, bombasse, bombe, bonne, caille, femelle, fente, frangine, gonze, gonzesse, greluche, grosse, louloute, meuf, nana, nénette, pisseuse, poule, poulette…

Femme-fontaine : Femme ayant la capacité de laisser surgir un liquide incolore et inodore en jet puissant lors de l’orgasme. L’éjaculation féminine est un phénomène qui à été peu étudié jusqu’à présent. On observe qu’il se produit chez certaines femmes à la suite de stimulations spécifiques qui sont variables d’une personne à l’autre. Le liquide, parfois abondant, est sécrété par les glandes de Skene.

Certaines femmes, dans l’intensité du plaisir, ressentent comme un besoin de faire pipi et retiennent ce flot qui n’est autre qu’orgasmique. Elles craignent de mouiller le lit et plus encore d’effrayer leur partenaire. Ce faisant, elles s’empêchent d’atteindre un orgasme complet. La complicité du couple est alors essentielle pour expérimenter à deux cette manifestation physiologique du plaisir.

Si vous sentez venir, lâchez tout, vous ne le regretterez pas !

Fessée : Jeu érotique faisant partie des pratiques sadomasochistes légères. La fessée met en évidence un rapport de domination entre les partenaires, l’un faisant figure d’autorité et l’autre de victime, naïve et sans défense. L’analogie avec la punition de parent à enfant n’est pas anodine et peut produire des réactions émotionnelles.

Pour de nombreux couples, la fessée est une pratique courante qui s’intègre parfaitement à la modulation des jeux amoureux et qui excite autant la personne qui la donne que celle qui la reçoit.

Fesses : Les fesses ne sont pas seulement faites pour s’asseoir ! Elles sont un des éléments essentiels de l’imagerie érotique et attirent autant le regard des hommes que celui des femmes.

Fétichisme : Le fétichisme est la sublimation sexuelle ou érotique d’un objet ou d’une partie du corps humain. L’excitation sexuelle peut être produite par la vue, le toucher, l’odeur ou le goût de l’objet ou de la partie corporelle qui émeut le fétichiste.

Les vêtements, gants, collants, chaussures, bottes, lingerie féminine par exemple, sont souvent liés à un certain fétichisme, de même que les mains, jambes, nez, tétons, nombril, anus, poils, etc..

Mais pour qui est sensible à ce type de représentations, l’étendue des objets fétiches n’a de limites que celles de son imagination.

Fille : Jeune femme ou femme encore célibataire. Le mot « fille » évoque une fraîcheur juvénile toujours très attractive aux yeux des hommes. La « fille de joie », indépendamment de son âge, incarne la vitalité érotique de la jeunesse.

Fion : Mot d’argot pour désigner l’orifice de défection, autrement dit l’anus ou le trou de balle.

Fisting : Appelé aussi fist-fucking, cette pratique sexuelle extrême est peu répandue. Elle consiste à introduire la main entière dans l’anus ou le vagin.

Dans le cas du fisting anal, l’intromission se fait avec les doigts tendus et groupés, de manière très lente et graduelle, en utilisant un lubrifiant en abondance. Une fois introduite dans le rectum, la main peut se resserrer pour former le poing. Chez les hommes adeptes de cette pratique, elle stimulera la prostate.

Fixette : État mental obsessionnel qui mène une personne à focaliser toute son attention et ses désirs sur un amour impossible. La fixette est très courante après une rupture amoureuse et peut durer plusieurs mois. Il arrive qu’elle perturbe encore plus longuement les amoureux platoniques soumis à leur rêve inaccessible.

Le seul moyen de sortir d’une fixette est de retrouver confiance en soi, de se changer les idées, de sortir et de reprendre le cours de sa vie.

Flagellation : Action de fouetter une personne ou soi-même dans un but d’excitation sexuelle. Aïe ! Dans les milieux sadomasochistes, la flagellation fait intervenir un dominant et une victime, tout deux consentants et au fait des limites de l’interaction.

Flirt : Jeu de séduction n’ayant pas forcément pour objectif la relation sexuelle. Le flirt peut être plus ou moins poussé, allant du simple échange de sourire aux attouchements intimes.

Fornication : Terme péjoratif qui désigne l’acte sexuel dans son aspect primaire et bestial. Traditionnellement, la fornication est liée au « péché de la chair » puisqu’elle définit un rapport sexuel entre un homme et une femme libres de tout lien, c’est-à-dire non mariés ni aucunement engagés. Faut-il souligner que c’est le cas de beaucoup d’entre-nous de nos jours ?

À notre époque, la morale impliquée dans la fornication n’a plus lieu d’être, bien qu’elle subsiste dans certaines religions.

Fougue : Dans le contexte sexuel, la fougue exprime la passion et l’ardeur que certains manifestent avec énergie durant le coït. La fougue peut être très appréciée ou au contraire vécue comme douloureuse, voire traumatique.

Foutre : Terme vulgaire pour désigner le sperme de l’homme. Par extension, foutre est aussi utilisé comme verbe et implique une relation sexuelle avec éjaculation. On l’emploie souvent avec une connotation dégradante, comme dans l’expression « Va te faire foutre ! »

French kiss : Baiser profond mettant en œuvre un voluptueux contact des langues. Au XIXe siècle, ce baiser amoureux était appelé « baiser florentin ». Comme quoi les français n’ont rien inventé en ce domaine.

L’union des bouches est une activité érotique qui déclenche, au niveau neurobiologique, des récompenses cérébrales provoquées par l’activation de zones érogènes. Le French kiss est reconnu de par le monde comme le baiser le plus voluptueux.

Fréquenter : Dans les termes d’usage vaudois (suisse), fréquenter signifie courtiser, séduire et finalement profiter des faveurs d’une femme.

Fricoter : Dans le langage populaire, fricoter désigne le fait d’avoir des relations complices, sentimentales ou sexuelles avec quelqu’un.

Frigidité : Déni du désir, incapacité à l’orgasme ou absence totale de plaisir, la frigidité est un état qui laisse les spécialistes perplexes. En effet, il est très difficile de cerner ses véritables causes et d’interpréter sa réelle nature. La frigidité est un grave problème pour les personnes qui en souffrent et nécessite une aide thérapeutique.

Frotteurisme : Fantaisie érotique déviante et abusive qui consiste à s’exciter en frottant son sexe contre une personne non consentante dans un lieu public. Le métro en est le théâtre idéal puisqu’il réunit les foules dans une promiscuité extrême, à la fois temporaire et anonyme. Attention à la fermeture des portières !

Frottis : Le frottis vaginal est un prélèvement de cellules au fond du vagin, sur le col de l’utérus, destiné à dépister les lésions pré-cancéreuses. Il s’effectue lors d’un examen gynécologique à titre de prévention. Il y a des trucs plus agréables, parait-il.

À suivre dans un mois avec la lettre G

Gamète – Gang bang – Gaule – Gémir – Gémissements – Gland – Glory hole – Gode – Gode-ceinture – Godemiché – Golden shower – Gorge profonde – Gouine – Griffures – G spot (point G) – Guelette – Guiguenatsser

Donnez votre avis

De fantasme à frigidité, en passant par fellation… voilà tous les mots que vous devez connaître sur la lettre F en amour et en sexualité.

La découverte de ces mots vous a choqué ou amusé ? Partagez vos idées, votre expérience et votre vécu avec nous. Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00