Archives par mot-clé : féminité

Mais où sont les Geishas ?

Kyoto est la ville traditionnelle du Japon. C’est là que subsistent les dernières véritables Geishas, ces femmes qui incarnent la perfection de la féminité.

Mais où sont donc les Geishas ?

Véritables oeuvres d’art vivantes, les Geishas ne sont pas des prostituées. Elles restent cachées et secrètes, réservées à une élite qui profite de leur art dans des milieux très fermés.

On se contente souvent d’en rêver ou de fantasmer sur les charmes hallucinants de la femme parfaite complètement dévouée au plaisir de l’homme.

En consolation, on se balade en kimono pour  renouer avec une tradition qui n’est pas sans lien avec l’idéalisation de la féminité et, dans une moindre mesure, de la virilité.

Mon voyage au Japon se termine ainsi, dans l’émerveillement d’une culture, ô combien différente de la nôtre.

00

Transcription texte de la vidéo

Mais où sont les Geishas ?

Kyoto, la capitale traditionnelle du Japon. C’est là que je me trouve, pour terminer mon périple, dans ce pays assez étonnant quand on n’est pas du coin. J’ai bouffé du Temple en veux-tu en voilà, finalement je commence à n’en plus pouvoir !

Les temples ça finit par m’apparaître un petit peu comme des chalets Suisse, un peu décoré avec les angles du toit légèrement relevés et puis il y en a plein, y en a partout ! Ils ne sont pas tous splendides, mais si je me tourne un petit peu, vous allez voir qu’il y en a d’autres et d’autres encore. Ils ont pas mal de gueule ! Il faudrait passer nos chalets suisses au minium de plomb et à la feuille d’or pour que ça ressemble à ça ! C’est assez rigolo comme comparaison mais surtout, j’avais envie de partager avec vous tout ce que je découvre ici en termes de culture. C’est tellement impressionnant et enrichissant de voir tout ça.

Dernier jour pour moi dans cette ville de Kyoto, dans laquelle je vais explorer encore un petit peu, puisque juste en dessous de ce temple, que je suis en train de quitter maintenant, il y a le quartier des Geishas ou plus précisément le quartier des Kimonos.

Quartier très traditionnel, une foule de gens viennent ic pour louer des costumes. Il y a un peu partout des femmes en Kimono, des hommes en Samouraï ou en Ninja. Ces Ninjas qui étaient des combattants, des résistants, à une certaine période historique du Japon.

Donc, les gens viennent se promener dans ces rues traditionnelles anciennes, pour louer un costume pendant quelques heures et se balader, se faire plaisir, un peu se la «péter» en fait avec ces costumes traditionnels, c’est tout à fait charmants. Je continue ma promenade en espérant rencontrer de vrais Geishas, mais ça, je pense que cela va être extrêmement difficile.

Me voilà dans une de ces rues traditionnelles. En réalité, ce qui m’a amené ici, c’est que j’ai rencontré hier soir, un homme et trois femmes, qui sortaient entre amis. On a sympathisé, mangé ensemble, c’était super sympa. Avec quelques mots d’anglais et beaucoup de rires, comme ça se fait assez couramment ici, d’après ce que je comprends, où alors c’est moi qui suis particulièrement sympa…, je n’sais pas !! Mais néanmoins, on s’était donné rendez-vous pour venir cet après-midi, louer des costumes mais je n’ai pas réussi à les retrouver… Vous ne me verrez donc pas en Samouraï, ni en Ninja, mais je vous laisse tout simplement imaginer le tableau!

Je continue mon petit tour en vous faisant part de quelques informations glanées ici et là sur ces fameuses Geishas qui existent toujours mais qui sont de plus en plus rares car il ne s’agit pas, comme on pourrait le croire, de prostitution.

Ce sont des femmes qui commencent leur formation de Geisha dès leur plus jeune âge. Dès la petite enfance, elles vont dans des maisons pour être formées à la musique, aux arts, à la littérature, à la cérémonie du thé évidemment.

C’est le destin de ces femmes qui incarnent la féminité, la perfection de l’être, ce sont en quelque sorte de véritables œuvres d’art vivantes. Elles existent encore un petit peu, mais on en trouve de moins en moins car elles sont remplacées par de pseudo-geishas, qui, elles, sont des prostituées.

Les Geishas, les vrais, ne sont accessibles que dans des milieux extrêmement fermés, sur invitation. Elles sont assez souvent prisent sous l’aile d’un mécène. Elles ont une sorte de carrière d’artiste ou plutôt, sont l‘incarnation de l’art.

Mais où sont passées ces foutues Geishas dont tout le monde parle?

Elles se cachent surtout à l’intérieur, je pense, de nos fantasmes… Certaines existent encore et elles se cachent on ne sait où, derrière des portes closes, de maisons tout aussi closes, en cercle complètement fermé, réservé, dans lesquels on ne rentre pas comme ça. Alors, c’est pas demain la veille que je vais en rencontrer une vraie!

Je vais donc, tout simplement, laisser votre imaginaire se faire, se développer autour de cette histoire de Geisha. Je vais continuer de chercher des informations, mais ça va être impossible d’en rencontrer une vraie. Alors, continuons à en rêver…

Voilà mon dernier soir à Kyoto, ma dernière soirée au Japon. Je vais en profiter un maximum et me promener encore dans ces rues pour, simplement, vous faire profiter du spectacle. Derrière moi, des gens qui se promènent avec ces magnifiques costumes !…

Voilà, j’ai quitté le quartier de Gion ou on est sensé trouver ces fameuses Geishas et je me retrouve dans un coin un peu tranquille, auprès d’un de ces temples tout à fait ordinaire, traditionnel. Il y en a pleins des comme ça, dans des grands parcs qui donnent la possibilité de se reposer. On dirait un parc public, c’est très agréable de sortir de la folie de ce monde, qui est sans cesse autour de moi, pour retrouver un peu de calme, un peu de paix, et repenser à tout ce voyage, puisque c’est pour moi le dernier soir.

Après 15 jours à travers le Japon, de gauche et de droite, en passant par Tokyo, Osaka, Kamakura, Kyoto, avec pleins de petites escapades dans toutes ces villes qui m’ont vraiment fascinées, je peux maintenant tirer une conclusion de tout ce que j’ai vu, de tous ces gens que j’ai rencontrés.

Des gens extraordinaires, vraiment sympathiques avec qui j’ai passé des moments super-drôles, super-touchants parfois et qui m’ont fait goûter pleins de saveurs, de mets, souvent délicieux parfois difficiles à avaler tout de même !! Des choses incroyables comme le cœur de bœuf cru, c’était super bon, par contre les rognons de poulet crus… C’était pas terrible !! Enfin, bref, c’était très expérimental, super intéressant, vraiment drôle et génial, mais je me réjouis de rentrer pour manger une fondue, je vous l’avoue.

Demain je prends l’avion pour revenir auprès des miens et je m’en réjouis aussi après tout cet enrichissement.

C’était Philippe Fragnière, merci de me suivre sur erotic-attitude et à tout bientôt pour d’autres aventures. Ciao !!!

 

00

La théorie des genres

La théorie des genres

La théorie des genres s’articule autour d’une question qui parait de plus en plus floue dans notre société : faut-il se plier aux stéréotypes culturels pour être en couple, pour être parents, ou même pour être désirable et érotique ?

Combien de femmes se plaignent de ne pas trouver un homme, un vrai ! Combien d’hommes se lamentent de ne plus tomber sous les charmes d’une femme sensuelle ?

La théorie des genres

À l’heure où les différences entre les sexes sont remises en question, il me semble primordial d’assumer son genre. Se sentir bien en tant qu’homme ou en tant que femme est nécessaire pour exprimer sa personnalité dans tous les domaines de la vie.

La théorie des genres est un concept qui tend à l’interchangeabilité des rôles masculin et féminin dans le domaine des relations humaines et ceci jusque dans la sphère privée et la sexualité. Un concept particulièrement important donc dans le rapport amoureux.

Après la grande vague de libération de la femme des années 60-70, notre société actuelle tend à gommer les différences entre les sexes. Vouloir être égaux en droit et en liberté, c’est très bien. Mais on se perd parfois en reniant les différences qui font toute la richesse de notre complémentarité.

Théorie des genres et état naturel

On n’est pas hommes et femmes pour rien. Si la nature nous avait voulu androgyne, elle l’aurait fait. Nous héritons aujourd’hui de millénaires de génétique et d’habitudes comportementales qui donnent aux femmes et aux hommes les caractéristiques de leurs natures respectives.

Le fait que nous ayons évolué vers plus de conscience et de désir d’égalité n’y change rien : dans le rapport amoureux les hommes sont sensibles à la féminité et les femmes à la virilité.

Notre monde moderne a affranchi les uns et les autres de leurs rôles traditionnels et stéréotypés, ce qui est une excellente chose, je m’empresse de le souligner. De grandes évolutions humaines et sociales ont pu avoir lieu grâce à cela et nous avons eu mille fois raison de porter un regard nouveau sur le concept de genre.

Il faut néanmoins reconnaître que le désir du couple en a un peu souffert. Une homme capable d’écoute attentive, de sensibilité et de compassion ne fera pas forcément un bon amant. Un femme libre, indépendante et dynamique ne sera pas obligatoirement une bonne maîtresse.

De la théorie des genres à l’érotisme

Pour réaliser l’érotisme dans son couple, il faut que chacun se réjouisse du genre auquel il appartient, qu’il s’y rallie et l’assume pleinement. Certes, la théorie des genres peut être le point de départ d’une prise de conscience sur l’identité, mais l’identité reste et restera sexuée.

On ne marche pas à travers la vie de la même manière selon ce qu’on a entre les jambes. Ça frotte pas pareil ! Et son rapport au monde en est profondément influencé. La biologie et la culture se rejoignent ici, car elles s’influencent l’une l’autre. De fait, hommes et femmes ont un point de vue différent sur le monde, ne serait-ce que par la perception de leur corps.

La théorie des genres va bien à notre société hyper-intellectuelle qui veut tout expliquer et contrôler de manière rationnelle. Mais elle ne peut qu’à peine ébranler l’évidence de la nature qui réserve à chacun une place définie, même si elle apprécie les exceptions.

Et vous, comment assumez-vous votre genre ? Savez-vous profiter de la relation intime pour être pleinement femme, pour être pleinement homme ?

Osez-vous être la séductrice qui éblouit son amoureux ? Osez-vous être le mâle dominant qui force le respect et protège sa compagne ? Ce sont là les traits particuliers du couple d’amants, la recette millénaire de l’équilibre sexuel.

Dans un dernier billet (Conseil sexe: assumer son genre), je donnais quelques idées pratique pour cultiver le lien amoureux du couple en faisant référence aux genres masculins et féminins.

Je me demande si vous avez eu l’occasion de tester cela et ce que vous avez pu y ressentir… Racontez-nous vos impressions dans les commentaires ci-dessous.

Dans la relation amoureuse, sachez transcender la théorie des genres et manifester avec bonheur le sexe que vous incarnez. Faites-le pour votre plus grand plaisir et celui de votre partenaire.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Les hommes préfèrent-ils vraiment les gros seins ?

Les hommes préfèrent-ils vraiment les gros seins ?

Il est vrai qu’une belle paire de nibards, ça fait toujours rêver ! Mais si beaucoup d’hommes préfèrent les gros seins, il faut faire la différence entre rêve et réalité. La question est bien plus complexe que s’il s’agissait d’une simple préférence personnelle.

Décolleté plongeant

Conditionnements sociaux

Les croyances collectives impactent profondément nos attirances sexuelles et parmi elles, les seins sont de taille, si je puis dire ! Une étude de l’Université de Westminster a mis en exergue la correspondance entre le goût pour les gros seins et une certaine vision traditionnelle de la féminité.

Si près de 45% des hommes apprécient les fortes poitrines, une très nette majorité d’entre eux considèrent la femme dans un rôle de soumission et de fragilité. Ces caractéristiques machistes sont beaucoup moins fréquentes dans les 35% qui préfèrent les poitrines moyennes et encore moins dans les 20% restants qui kiffent sur les petits seins.

Les balloches de compétition sont donc encore vues par un grand nombre de mecs comme une caractéristique de la bimbo soumise qui n’a pas inventé l’eau tiède.

Heureusement, il reste plus d’un homme sur deux qui sait rencontrer la femme au-delà du monde qu’elle a au balcon !

Théorie de l’évolution

L’espèce humaine est la seule parmi tous les mammifères où les seins poussent à la puberté indépendamment d’une grossesse. C’est aussi la seule où les mâles manifestent un attrait pour les mamelles de leurs compagnes durant l’acte sexuel.

Enfin, c’est une des rares espèces qui soit majoritairement monogame et qui fait fréquemment l’amour face à face, ce qui facilite les caresses de cette partie de l’anatomie.

C’est ainsi que des circuits neuronaux semblent s’être développés pour créer un réflexe d’attraction envers les seins directement dans l’inconscient.

Alors Mesdames, ne vous offusquez pas si notre regard est attiré par votre buste, c’est juste incontrôlé et naturel. Cela n’a rien de dégradant, prenez-le plutôt comme un compliment… surtout si notre œil s’y attarde.

La poitrine comme attribut sexuel

Le rôle de la poitrine féminine est ambigu puisqu’il est à la fois lié à la maternité, dans l’allaitement, et à la sexualité, par les sensations agréables éprouvées lors des stimulations.

Il n’est pas rare que les mères jouissent de grands plaisirs en nourrissant leur bébé et certaines parlent même d’un certain orgasme.

La stimulation du mamelon provoque une production d’ocytocine, hormone qui génère un fort sentiment d’amour et d’attachement. La nature a jugé cela utile pour aider la mère à prendre soin de ses petits.

Reporté à la relation sexuelle, la stimulation des seins durant les préliminaires et l’acte amoureux provoque le même effet d’amour et d’attachement qu’éprouvera une femme envers son compagnon.

Ainsi, les seins ont la propriété de relier les amants, via les hormones, sur le plan affectif. C’est probablement ce qui en fait tout leur attrait.

La poitrine devient ainsi un objet de convoitise masculine dont la femme saura jouer pour séduire, comme pour s’attacher à un partenaire. La poitrine est le symbole de la féminité et d’une sexualité qui invite.

Avec des parties génitales plutôt discrètes, la femme arbore une poitrine pigeonnante en guise d’attraction sexuelle. Vu sous cet angle, un décolleté sur une poitrine généreuse fera tout son effet… et les soutient-gorges push-up sauveront les femmes à petits seins.

Des seins bien portés

Avant la puberté, la petite fille rêve déjà des seins qu’elle aura dans le futur. Elle se demande ce qu’elle pourra en ressentir et imagine comment ils seront, pressentant leur poids et visualisant leur galbe. En un mot, elle les idéalise.

Mais la réalité n’est jamais aussi belle que les dans rêves et la plupart des femmes mettent du temps à s’approprier leur poitrine. Beaucoup en gardent une certaine déception, voire quelques complexes.

La qualité des rencontres et expériences amoureuses est déterminante pour qu’une femme se sente bien dans son corps. Les amants attentionnés ne se doutent pas du service qu’ils rendent sur ce plan à leurs compagnes.

Mais l’héritage des mères, et plus généralement de l’éducation, peut être limitant et demande parfois des années d’apprivoisement et de remises en question.

Pour une femme, il est très important de se sentir bien avec ses seins. C’est même nécessaire pour pouvoir les porter fièrement et offrir ainsi au monde l’expression de sa féminité.

Peu importe qu’ils soient petits ou grands, c’est avant tout la manière de les porter, de les mettre en avant et de les assumer qui donnera toute sa puissance séductrice à une femme.

Alors Mesdames, accordez-vous le droit d’être pleinement femme. Aimez vos seins, profitez-en et faites-en profiter votre compagnon. Vous pensez que les hommes préfèrent les gros seins ? Sachez que ce n’est qu’un symbole. Ils craquent surtout pour votre féminité.

Soyez fière de vos seins et ne vous inquiétez pas de leur volume. Il y aura toujours de quoi remplir la main d’un amoureux…

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articledécolleté gros seins,les mecs préfèrent les grosses poitrines