Archives par mot-clé : point G

Secrets d’alcôve Partie 4 : Cunnilingus et fellation

Tout savoir (ou presque) sur les stimulations sexuelles et le rapport bucco-génital. Voici le quatrième épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve ». C’est un grand atout pour les couples de maîtriser le cunnilingus et la fellation, car ces pratiques leur réservent de délicieux partages intimes.

Secrets d’alcôve :
cunnilingus et fellation

Dans cette vidéo, je témoigne de mon expérience et de mes observations pour un cunnilingus parfait et une fellation réussie. Ces gestes amoureux sont loin d’être secondaires et font partie intégrante de la relation sexuelle. Ils apportent beaucoup aux couples qui aiment s’éclater au lit.

épisode 4

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

Je déteste les spams ! Vos données sont confidentielles et resteront entre nous.

Transcription texte de la vidéo

Cunnilingus et fellation

Une fois qu’on a commencé à activer les différentes zones érogènes, qu’on a commencé à s’approcher, à se tripoter et à se déshabiller pour se réunir de manière plus en plus intime, on va effectivement s’orienter vers des gestes qui nécessitent un peu de technique ou quelques connaissances pour pouvoir en profiter au mieux.

Ces gestes sont des gestes sexuels. On va utiliser des stimulations sur les organes génitaux, une fois que les préliminaires ont bien activé et focalisé le désir. On va donc utiliser des stimulations qui vont être manuelles ou buccales.

Cunnilingus

Commençons par les stimulations sur Madame et les stimulations du clitoris d’abord. Parce que c’est là qu’on trouve l’accès le plus facile, à l’extérieur, le clitoris étant ce petit bouton rose que l’on connaît. Ce clitoris est plus ou moins facile à trouver selon les femmes. Des fois il est très saillant, parfois il faut un peu aller le chercher parce qu’il se cache derrière son petit capuchon.

La stimulation sera manuelle ou orale, les deux étant souvent présents dans le cunnilingus. On utilisera donc les lèvres, la langue ou même les dents. Mais alors là attention, parce qu’il faut y aller très délicatement avec les dents sur le clitoris. La stimulation aura donc lieu sur les lèvres, l’entrée du vagin et le vagin.

À propos du clitoris, ce que j’aimerais dire là-dessus, c’est que les femmes vont beaucoup apprécier qu’on s’en occupe, mais chacune aura son style. C’est-à-dire que nous aurons des femmes qui aimeront que l’on soit hyper délicat avec leur clitoris, d’autres qui aimeront qu’on y aille plus franchement (une fois qu’elles sont excitées, bien sûr).

Certaines aiment qu’on y aille lentement d’autres qu’on aille vite, ou encore que l’on soit très régulier ou plutôt que l’on change de rythme. Il faut vraiment chercher comment l’autre fonctionne. Dans ce domaine, il n’y a pas de règle absolue, la seule règle étant qu’il faut expérimenter et observer.

Stimulation du vagin et point G

La deuxième chose, c’est qu’à un moment donné on va pouvoir s’occuper de ce qui se passe à l’intérieur du vagin Madame.

À l’intérieur de ce vagin, on va trouver deux points intéressants à stimuler : c’est le point G qui se situe à l’entrée du vagin, à-peu-près à 2 cm de profonds, donc à plus ou moins un demi-doigt. Il se trouve sur la partie antérieure de la paroi vaginale, donc du côté du ventre.

On va trouver à cet endroit une petite zone, à-peu-près grande commune pièce d’un euro, légèrement allongée. C’est cette petite zone qu’on appelle le point G.

On reconnaît ce point G parce qu’il n’a pas la même texture que le reste des parois vaginales, qui sont plutôt lisses, alors que ce point est très légèrement rugueux, comme la texture d’une fraise ou la peau d’une orange. Ce qu’on peut observer à cet endroit c’est que c’est légèrement granuleux.

Il faut savoir, sans entrer dans un grand débat, que le point G ne fait pas l’unanimité. Il y a des gens qui ne jurent que par ça et d’autres qui disent que cela n’existe pas. Pourquoi ?

Parce que c’est une zone qui demande à être activée pour se développer. Si une femme n’a jamais eu l’occasion, grâce à ses partenaires ou elle-même de manière solitaires par la masturbation, qu’elle n’a donc pas eu l’occasion d’activer cette zone, celle-ci sera restée comme une zone endormie. De fait, lorsqu’on ira chercher à cet endroit, elle ne va rien sentir.

Au plus on ira activer cette zone et la stimuler, plus elle va se développer et devenir sensible. C’est la raison pour laquelle certaines femmes trouvent cette zone hyper importante alors que d’autres moins.

Mais cela vaut la peine d’aller explorer cette zone qui est sensée se développer et devenir de plus en plus sensible plus on ira la stimuler et l’entraîner.

Stimulation du deep spot

Il y a un deuxième point important qu’on appelle deep spot : le point profond. Il est situé sur la même ligne que le point G, dans la partie supérieure et antérieure du vagin. Mais le deep spot se trouve tout au fond, proche de l’utérus, dans le creux avant du col de l’utérus.

Ce deep spot n’est pas toujours très facile à atteindre parce qu’il peut être très profond. Cela dépendra également si vous avez des petits ou des grands doigts ou si la fille est plutôt grande ou petite, tout ceci étant également une question de proportions.

Mais c’est un point qui peut être intéressant d’aller stimuler et qui est source de grands plaisirs. C’est aussi un point qui va être particulièrement sollicité lors des pénétrations et notamment de la pénétration profonde.

C’est la raison pour laquelle il est important pour un homme d’être capable de garder son érection durant un certain temps, afin de pouvoir aller frapper au fond du vagin contre ce deep spot. Évidemment, le gars va pouvoir frapper où il veut, mais s’il vient frapper cet endroit-là, ce sera source de grands plaisirs et pourra déclencher l’orgasme.

Voilà donc pour ce qui est des femmes et du cunnilingus, cette approche buccale souvent accompagnée par des stimulations manuelles. Voyons maintenant le rapport bucco-génital du côté de l’homme, donc la fellation.

La fellation

La fellation est une pratique très appréciée des hommes et des femmes… qui aiment ça, évidemment !

À ce sujet, il y a différentes croyances, telles que je le disais au tout début de la conférence, lorsque j’abordais la question de la vision de la sexualité.

Différentes croyances qui amènent donc certaines femmes à penser que c’est un peu humiliant, voire un peu dégradant pour une femme de se tenir à genoux devant un homme. Mais je laisse ici à chacun le soin de se libérer de tous ses conditionnements pour atteindre sa propre liberté avec la fellation.

Il y a beaucoup de plaisir à trouver dans la fellation, pour autant qu’on sache comment s’y prendre. Et c’est là que j’aimerais relever quelques points importants.

Le pénis de Monsieur va fonctionner toujours de la même manière. Lorsqu’il est en érection, il y a une gaine de peau qui va coulisser le long du pénis pour couvrir et découvrir le gland.

Le gland est évidemment la partie la plus sensible, mais pas forcément la partie la plus agréable. Ce qui est agréable, ce qui est le plus agréable pour l’homme, et à cet endroit il est important de comprendre sa physiologie, c’est que lorsque le pénis entre dans le vagin, il entre pour faire un bébé !

Au départ, c’est ce qui prédomine dans notre cerveau reptilien. Ainsi, le maximum de plaisir est atteint lorsqu’on est au fond du vagin. C’est le moment où le pénis a le plus de chance de projeter des spermatozoïdes qui atteignent l’ovule. Ceci est vraiment très important à comprendre.

Voilà pourquoi les hommes aiment tellement la pénétration vaginale. Parce que c’est là qu’ils sont physiologiquement programmés pour la reproduction et c’est donc là qu’ils y trouvent le plus de plaisir. C’est le plaisir maximum de se sentir « au fond ».

Alors quand on est pas dans la pénétration vaginale, mais qu’on se trouve dans la stimulation manuelle ou buccale, c’est-à-dire la fellation, il s’agit, au moyen de la main ou de la bouche, de reproduire ce mouvement de retrait de la peau vers la base du pénis.

Quand le pénis pénètre dans le dans le vagin, qu’il est très au fond, la peau se tend et tire de plus en plus vers l’arrière.

Voilà donc ce qu’il est intéressant de reproduire. Avec les lèvres, vous aurez de la peine à tout prendre en bouche, mais avec la main c’est plus facile… ou encore avec l’utilisation des deux.

En résumé : si vous tirez la peau vers l’arrière, vous activez le plaisir. Si vous tirez la peau vers l’avant, vous ralentissez le plaisir. Dans ce dernier cas, c’est un peu la sensation de l’homme qui ressort du vagin.

Quand vous branlez un homme, vous n’êtes pas en train de traire une vache. C’est-à-dire que vous ne tirez pas à l’extérieur. Il ne s’agit pas de sortir le jus. Le jus sortira plutôt lorsque vous tirez la peau vers l’arrière, vers la base du pénis.

Une fois que vous aurez bien compris cela, vous allez comprendre tous les gestes qui vont en découler, que ce soit avec la bouche, avec la main, avec la langue ou avec les lèvres.

Petites astuces supplémentaires, qui peuvent être intéressantes à explorer : vous pouvez vous attarder avec votre langue sur le gland de votre amoureux et en parcourir la couronne. Vous pouvez également presser légèrement sur le gland pour ouvrir le petit orifice qui est au bout, un petit peu commun œil, c’est assez rigolo… et y enfiler le bout de votre langue. Ceci n’est pas forcément très excitant en terme de sensations, mais cela peut être très excitant en terme d’expérience et de variations.

Ou encore, vous pouvez déposer votre langue sur le gland et ramener la peau par-dessus de manière à ce que votre langue soit prise entre le gland et la peau. Vous pourrez alors tourner autour du gland tout en ayant la peau qui recouvre le parcours de votre langue.

Tout cela ajoute de nouvelles sensations et je vous laisse explorer les mille et une possibilités qui s’offrent à vous dès le moment que vous avez envie de jouer. Du moment que vous avez le bon état d’esprit, vous entrez dans le jeu et vous pourrez vous amuser avec ça.

Rappelez-vous donc bien, surtout vous Mesdames, ce fameux phénomène d’excitation du retrait de la peau vers l’arrière, vers la base du pénis.

Évidemment il va de soi que c’est à pratiquer sans les dents… parce que ça, c’est un véritable tue-l’amour comme chacun le sait.

Pipe royale

À propos de fellation, il me reste à parler de ce qu’on appelle la « pipe royale », c’est-à-dire le fait de pratiquer une pipe à un homme jusqu’à ce qu’il éjacule dans la bouche.

Ceci peut être une expérience magnifique et très chouette à vivre pour les deux partenaires. Il faut seulement avoir bien conscience que cela doit être voulu par les deux, puisque dès le moment que l’éjaculation aura eu lieu, l’énergie de Monsieur va tomber à plat et le rapport va s’arrêter net.

Avec cette pratique, nous ne nous trouvons plus dans les préliminaires. Ceci est déjà du rapport amoureux, une véritable relation sexuelle dans laquelle les deux partenaires peuvent trouver beaucoup de plaisir. Même si n’est pas un coït, que ça n’est pas une véritable pénétration, il s’agit pourtant d’un véritable rapport amoureux.

On peut considérer que ceci est une bonne relation sexuelle de type « Amazone ». C’est-a-dire que vous pouvez le faire partout, dans une voiture, lors d’un pique-nique, dans une forêt… parce que c’est un truc qui ne nécessite pas de se déshabiller.

Cela peut se passer partout, et à ce titre chacun aura ses fantasmes. Certains iront dans les chiottes d’un restaurant par exemple ou sur un banc public retiré, peu importe. Disons que c’est un truc relativement « vite fait » qui n’implique pas forcément la femme dans son désir, mais dans lequel elle pourra aussi trouver un très grand plaisir.

On pourrait penser à priori, que la femme pourrait être frustrée parce qu’elle n’y trouve pas son orgasme. Mais elle peut trouver une grande excitation à donner du plaisir à l’autre, à se sentir également maître de la situation et à rendre fou son homme. C’est une manière de soumettre son homme, quelque part…


Il y a tant de délices à partager entre personnes qui se désirent que parfois elles en arrivent à s’aimer. Le cunnilingus et la fellation font partie de ces délices intimes. Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous dans les « Commentaires » ci-dessous et/ou partagez sur les réseaux sociaux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Glossaire sexe & amour : lettre G

Glossaire sexe & amour : lettre G

De Gang bang à G spot (point G), en passant par godemiché… découvrez tous les termes en G concernant le sexe et l’amour.

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.


Gamète : Le gamète (nom masculin) désigne la cellule reproductrice, c’est-à-dire les spermatozoïdes de l’homme et les ovules de la femme. Les gamètes sont produits par les testicules ou par les ovaires. La rencontre d’un gamète mâle et d’un gamète femelle forme la première cellule d’un futur embryon est donc le début potentiel de la vie d’un nouvel être humain.

Gang bang : Activité sexuelle dans laquelle une personne, le plus souvent une femme, est l’objet de rapports sexuels variés avec plusieurs hommes. Le gang bang véhicule l’idée de performance, voire de record, impliquant une femme avec le plus grand nombre d’hommes possibles.

Les gangs bang sont organisés dans la plus grande discrétion, la plupart du temps sur Internet, soit par petites annonces, soit sur des sites spécialisés. Généralement, ils regroupent 12 à 20 personnes. Mais le Championnat du Monde de Partouze de Varsovie, en 2004, a vu décerner le record incontesté à Lisa Sparks, avec 919 hommes !

De quoi en faire rêver certains et en dégoûter d’autres…

Gaule : La gaule étant une grande perche ou un bâton, il n’en fallait pas plus pour que l’argot s’empare du terme afin de désigner le pénis en érection. Avoir la gaule au réveil et quelque chose de tout à fait naturel pour un homme. Maintenant, que dire des gaulois ? Je vous laisse y songer…

Gémir : Manifestation vocales du plaisir lors de l’activité sexuelle afin de partager avec le ou la partenaire la montée du désir et l’accession à l’orgasme. Gémir fait partie intégrante du rapport sexuel et stimule fortement les deux partenaires.

Gémissements : Vocalisations copulatoires émises par la personne qui éprouve du plaisir durant le rapport sexuel. Ces lamentations tendres et sensuelles indiquent souvent au partenaire les gestes et mouvements appréciés afin de l’encourager à poursuivre.

Les gémissements peuvent être ténus ou plus marqués, allant parfois jusqu’aux cris, aux rires ou aux pleurs, selon la personnalité de chacun et l’intensité de l’émotion ressentie. Ils font partie de la communication des amants… et peuvent à l’occasion rendre jaloux les voisins !

Gérontophilie : Attraction sexuelle pour les gens très âgés. La gérontophilie est une orientation sexuelle hors normes et socialement mal acceptée, bien qu’elle puisse être parfaitement respectable.

Gland : Le gland est l’extrémité arrondie du pénis ou du clitoris. Grâce aux nombreuses terminaisons nerveuses qui font sa sensibilité, le gland est directement liée à l’atteinte de l’orgasme. Les perceptions sont toutefois très variables d’une personne à l’autre, certaines appréciant les stimulations vigoureuses alors que d’autres préfèrent les effleurements délicats.

Glory hole : Paroi présentant des ouvertures placées à bonne hauteur afin d’y passer son pénis. Celui-ci est alors léché, sucé ou masturbé par une personne inconnue qui se tient de l’autre côté de la cloison. Généralement, il n’y a que le côté des hommes qui soit payant, mais chacune des deux faces possède ses amateurs et amatrices qui y trouvent une grande excitation.

Il en existe une version féminine : le Glory Pussy Hole. Dans ce cas, la paroi et percée d’ouvertures assez grandes pour y passer la moitié du corps. Des femmes sont installées pour ne laisser apparaître que leurs jambes et leur croupe d’un côté de la cloison. Elles seront léchées, doigtées et pénétrées par des inconnus, lesquels réalisent le grand fantasme de la toute-puissance sexuelle.

Gode : Mot courant et populaire pour désigner le godemiché et, par extension, tous les autres sex Toys et accessoires destinés à la stimulation des orifices sexuels.

Gode-ceinture : Accessoire sexuel constitué d’un pénis en latex monté sur une ceinture ajustable. Le gode-ceinture est généralement destiné aux femmes qui désirent pénétrer leur partenaire, qu’il soit homme ou femme, de manière anale ou vaginale.

Certains modèles ont été développé pour offrir une alternative aux hommes qui souffrent de troubles érectile ou qui ont un pénis sous dimensionné.

Godemiché : On peut aussi l’écrire godemichet, l’Académie française n’ayant pas statué sur son sort. Cet accessoire sexuel de forme phallique était déjà utilisé dans l’Antiquité sous le nom de « olisbos », mais on peut imaginer que les femmes ont exploré leur vagin depuis la nuit des temps au moyen de divers objets.

Aujourd’hui, on parle plus volontiers de dildos, mot chic pour désigner ce type de sex Toy. En principe, le godemiché n’est pas vibrant, mais les évolutions techniques le font souvent passer dans la catégorie des vibromasseurs. On le trouve dans tous les sex-shops dans une infinité de déclinaisons de formes, de couleurs, de textures et de dimensions.

Golden shower : Appelée aussi douche dorée, cette pratique sexuelle met en scène une ou plusieurs personnes qui urinent sur un même partenaire. L’attirance sexuelle pour l’urine s’appelle l’urophilie.

Gorge profonde : Pratique sexuelle qui consiste à engloutir complètement le sexe de l’homme durant la fellation. Assez difficile à réaliser, la « gorge profonde » est rarement pratiquée en dehors du monde de la pornographie.

La meilleure position pour y parvenir est d’étendre la femme sur le dos avec la tête renversée au bord du lit. L’homme se tient debout sur le sol et encadre le visage de sa partenaire avec ses jambes. Il peut ainsi la pénétrer jusqu’au fond de la gorge. La fille doit détendre son larynx et synchroniser sa respiration sur les mouvements de son compagnon pour éviter toutes nausées et vomissements.

Cela demande un certain entraînement et vous comprendrez que je ne le conseille pas après une fondue !

Comme dans toutes les pratiques extrêmes, il est nécessaire d’instaurer un code gestuel très clair pour signaler toute incommodité. Ceci implique de rester attentif et prévenant tout au long du processus.

Gouine : Terme qui désignait autrefois les lesbiennes de manière très péjorative. Aujourd’hui, le mot gouine a été intégré par les lesbiennes elles-mêmes qui l’utilisent de manière tout à fait naturelle.

Dans un autre registre, les hommes utilisent le mot gouine lorsqu’ils fantasment sur des allumeuses qui défient les mâles et qu’ils rêvent de pouvoir conquérir, soumettre et convertir à l’hétérosexualité par le seul éclat de leur virilité triomphante.

Griffures : Au même titre que les morsures, les griffures font partie de l’expression amoureuse dans le cadre des jeux sexuels. Simulées ou réelles, les griffures marquent plus ou moins fortement la peau du partenaire et signifient, consciemment ou inconsciemment, son appartenance ou sa soumission.

G spot (point G) : Le point G est une zone érogène importante chez la femme qui semble particulièrement impliquée dans l’accession à l’orgasme. Le G spot se situe sur la face antérieure du vagin à 2 ou 3 cm de son entrée. Cette zone est beaucoup plus innervée que le reste des parois vaginales. Elle peut être perçue au toucher comme un léger renflement qui pourrait se développer au fil des stimulations répétées.

L’activation du point G peut déclencher une émission de liquides, sécrétés par les glandes de Skene, et aboutir parfois à ce que l’on nomme l’éjaculation féminine. Les « femmes fontaines » peuvent facilement projeter un décilitre ou même plus lorsqu’elles atteignent l’orgasme.

Les positions sexuelles qui permettent de stimuler le point G sont celles dans lesquelles le pénis va fortement appuyer sur la partie antérieure du vagin : la femme qui chevauche l’homme en se penchant vers l’arrière, la levrette en jouant avec la hauteur du bassin, ou la femme sur le dos avec les jambes très relevées.

Si votre copine attrape ses chevilles pour tirer ses jambes au-dessus de sa tête, ce n’est pas parce qu’elle est contorsionniste, mais parce qu’elle s’éclate avec son point G. C’est peut-être à cause de cela qu’on dit : « prendre son pied… »

La quête des sensations que réserve le point G peut être une aventure très exaltante pour le couple. Mais il est bon de ne pas en faire une obsession, car un grand nombre de femmes n’arrive jamais à le localiser précisément, ce qui ne les empêche pas de ressentir de puissants orgasmes.

Guelette : Mot vaudois pour désigner le sexe masculin chez l’enfant, puis par extension chez l’homme adulte avec un brin de tendresse. « Vive la guelette et le pain bis » comme on dit chez nous !

Guiguenatsser : Encore un mot typique du pays de Vaud : guiguenatsser magnifie l’action de courtiser une femme à outrance, dans la seule intention d’obtenir ses faveurs sexuelles.

À suivre dans un mois avec la lettre H

halètement– hard – hardeur – hermaphrodisme – hétérosexualité – homme – homophobie – homosexualité – huile – hygiène sexuelle – hymen – hypersexualité

Donnez votre avis

De Gang bang à G spot (point G), en passant par godemiché… vous savez maintenant tout de la lettre G en amour et en sexualité.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez avec nous vos ressentis ou vos expériences. Donnez maintenant votre avis dans les commentaires ci-dessous. Et construisons ensemble ce Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

Orgasme vaginal et point G

Orgasme vaginal et point G

Le point G, identifié dans les années 50 par le gynécologue Ernst Gräfenberg, a été et reste encore controversé. Pour certaines femmes il est une réalité délicieuse et incontournable alors que pour d’autres il n’est qu’un mythe. On sait pourtant que la zone du point G intervient pour beaucoup dans l’orgasme vaginal.

Le vagin étant un organe interne, il reste à l’abri de tout contact extérieur jusqu’à la découverte de la sexualité. Chez la jeune fille, il n’y a aucune conscience possible des sensations internes avant l’introduction d’un corps étranger, ce qui, avec la relation sexuelle est le cas de le dire.

orgasme vaginal et point G

De ce fait, ces zones sensibles sont comme endormies et attendent d’être éveillées. Peut-être est-ce de là que vient la fable de la princesse réveillée par le baiser de son prince charmant…

À la puberté et dans les années qui suivent, les jeunes femmes n’ont en général qu’une très vague idée du potentiel de plaisir que recèle leur vagin.

La sensibilité du vagin ne se révèle donc pas spontanément ni de manière évidente. Il est nécessaire de l’activer pour la découvrir. La plupart des femmes mettent des années à la développer et certaines n’y trouvent jamais de plaisir probant.

La stimulation des va-et-vient durant le coït n’est pas toujours suffisante. Il faut encore que le pénis frappe ou frotte aux bons endroits et que ce soit suffisamment insistant.

En effet, les parois du vagin sont peu innervées et donc peu susceptibles de grands émois. Trois points heureusement font exception : le creux formé à l’avant du col de l’utérus, celui formé à l’arrière de celui-ci et la zone du point G. C’est en ces trois points que la femme pourra trouver la sensation physique de son orgasme vaginal.

Activer le point G

Le point G n’est pas un bouton sur lequel il suffirait d’appuyer pour obtenir un orgasme, genre interrupteur magique. C’est plutôt une zone dont la sensibilité augmente à force de stimulation. Il s’agit donc d’aviver régulièrement cette région interne par des caresses répétées.

Pour découvrir votre point G, faites souvent l’amour en privilégiant les positions qui le stimule.

La zone du point G est de taille variable, avoisinant les dimensions d’une pièce d’un d’euro. Elle est située sur la face antérieure du vagin, à environ cinq centimètres de profondeur, entre l’os pubien et le col de l’utérus. C’est là que le pénis de l’amoureux devrait appuyer et s’attarder.

La masturbation avec un dildo peut être une bonne approche de découverte. Certains vibromasseurs provoquent d’ailleurs de telles sensations que leurs utilisatrices les prennent durant quelques temps comme partenaires exclusifs ! Mais finalement, elles reviennent toujours à des bras bien vivants et à la chaleur humaine. N’ayez donc aucune crainte, l’addiction ne dure pas.

Pour explorer le délice vaginal à deux, le couple pourra opter pour la position d’Andromaque, où la dame chevauche son homme, lui couché sur le dos et elle assise sur lui. Dans cette posture, l’homme est détendu et peut bien gérer son excitation. Quant à la femme, elle a tout loisir de bouger à sa guise pour expérimenter les frottements du pénis contre ses parties internes les plus sensibles.

Orgasme vaginal

Alors que l’orgasme féminin se révèle sous de multiples facettes, le plaisir de la pénétration est celui qui nécessite le plus d’attention de la part des amants. L’homme devra maîtriser son excitation et la femme s’abandonner complètement. Le couple pourra alors fusionner jusqu’à en perdre la tête.

Donnez votre avis et partagez votre expérience de l’orgasme vaginal avec les autres internautes. Avez-vous découvert votre point G ? Laissez un commentaire dans l’espace réservé ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleorgasme vaginal point g