Archives par mot-clé : réalité virtuelle

Le porno en VR (réalité virtuelle) pour une nouvelle sexualité ?

Les nouvelles technologies de réalité virtuelle (VR) sont largement, pour ne pas dire essentiellement, financées par l’industrie du porno. Les évolutions socio-culturelles sont-elles en train de s’orienter vers une nouvelle sexualité ?

Comment la sexualité se transforme
en porno

Alors que toutes les espèces animales copulent joyeusement au vu et au su de tous, l’être humain se cache pour faire l’amour. Cro-Magnon ne faisait sans doute pas tant de manières pour répondre à ses pulsions avec la première femelle qui passait par là.

Mais au fil de l’histoire, la cellule familiale s’est imposée en valeur absolue, et avec elle l’importance de l’intimité du couple. Les secrets d’alcôve s’étant ainsi installés, la sexualité a revêtu pudiquement son voile de mystères est d’interdits, de tabous et de frustrations.

Morale et religions se sont alliées durant des siècles pour brider les pulsions jugées trop brutes, mais cela n’a fait qu’attiser les désirs interdits. Adultère, prostitution et maisons closes ont longtemps assuré l’intérim aux besoins physiologiques.

Depuis les temps les plus reculés, les artistes peintres ou sculpteurs ont représenté plus ou moins ouvertement des scènes érotiques. Dès les débuts de la photographie, on a immortalisé des couples emboîtés dans toutes les positions, même au risque de sévères condamnations en justice.

Plus tard, l’image animée qu’offrait le cinéma était à l’évidence le support parfait pour éveiller les sens du spectateur devant les chairs en mouvement. Poitrines ballottantes et couilles sautillantes, pénétration en plan rapproché : c’est ainsi que le gros plan a été inventé.

Le porno s’est popularisé avec le magnétoscope, puis avec le DVD et enfin par l’Internet. Grâce à l’ordinateur et aux smartphones, chacun profite aujourd’hui d’une offre sans limite qui privilégie de surcroît un anonymat (presque) total.

La réalité virtuelle pour une nouvelle sexualité ?

Pouvoir assouvir ses désirs inavouables est sans doute la plus grande force de la pornographie du Web. La réalité virtuelle vient tout naturellement s’insérer dans l’évolution de notre environnement érotique moderne.

Dans son excellent film « le Théorème Zéro », Terry Gilliam fait le portrait édifiant d’un homme qui cherche le sens de sa vie à travers une réalité de plus en plus décalée. Son parcours l’amènera à aimer une femme de manière virtuelle, puis à la rejeter dans le monde réel.

Affiche du film Zero Theorem

Cette histoire évoque des temps (plus très lointains peut-être) où nous serons de plus en plus connectés et de moins en moins ensemble.

Certains sextoys reliés par wi-fi permettent déjà de « faire l’amour » à distance : un fourreau à pénis pour Monsieur et un godemiché pour Madame reproduisent en temps réel les tensions et contractions du sexe du partenaire.

À l’heure où chacun est plongé dans l’écran de son smartphone au point de ne plus dire bonjour à son voisin dans les transports en commun, je me demande quelle forme prendra la sexualité du futur.

Trop de porno tue la libido

Là où la rencontre charnelle in vivo invite à nous unir le plus complètement à l’autre, le sexe virtuel nous isole dans notre solitude.

Certes, on ne risque pas d’attraper des maladies honteuses. Certes, on peut laisser libre cours à tous ses fantasmes sans s’impliquer émotionnellement. Certes, on peut s’éclater sans crainte d’être rejeté ou remis en cause.

Il reste que sans la confrontation à l’autre et à l’inconnu qu’il représente, l’expérience est sans surprise.

Il faudra des images et des sensations toujours plus fortes pour assurer l’excitation. Le risque sera alors de trouver la réalité beaucoup moins intense et de n’avoir plus tellement de désir pour un ou une partenaire dans la vraie vie.

Une étude récente souligne ce phénomène et révèle que la dopamine produite par le métabolisme lors de fortes excitations répétées met de plus en plus de temps à recharger ses batteries. Résultat : on peut devenir accro au porno et ne plus avoir envie de sexe réellement partagé.

Plaisirs solitaires ou plaisirs partagés

Alors que le porno était, jusqu’à il y a quelques années, l’objet de plaisirs solitaires essentiellement masculins, il s’est peu à peu inscrit dans la palette des possibilités érotiques du couple.

En effet, il arrive à Monsieur et Madame Tout-le-monde de visionner un film olé-olé pour réveiller une sexualité quelque peu endormie. De là à se faire une séance de réalité virtuelle en amoureux, il n’y a qu’un pas et je ne serais pas surpris que les producteurs de porno nous concoctent des scenarii spécialement adaptés au couple.

Le porno est la version moderne des estampes chinoises qui nous enseignaient comment atteindre l’extase tout en stimulant le désir.

Avec la réalité virtuelle nous pourrons croire avec toujours plus d’évidence que nous faisons partie de l’estampe, que nous en sommes les acteurs, baisant avec des partenaires variés, toujours jeunes, magnifiques et désinhibés.

Le retour à la réalité risque d’être difficile avec un conjoint normal, c’est-à-dire imparfait, qui a ses limites et qu’on connaît trop bien.

Savoir doser pour mieux oser

L’expérience du sexe virtuel est sans doute à tenter, mais il s’agira de trouver le moyen d’en faire une alliée plutôt qu’une ennemie du couple. Ou alors de choisir un monde où chacun sera seul à explorer des imaginaires codifiés par d’autres et où les bébés se feront dans des éprouvettes.

Entre le rêve et la réalité, il va falloir choisir… à moins que nous développions une volupté si subtile que nous puissions profiter de la richesse de ces deux mondes.

La sensualité partagée dans le mélange des peaux, des souffles, de la salive et autres fluides odorants ne pourra jamais être totalement remplacée par la réalité virtuelle.

Mais les facultés créatives du cerveau sont loin d’avoir été explorées, et encore moins exploitées, jusqu’au bout. Au point qu’il est possible qu’un jour la frontière entre réel et virtuel ne soit plus si nette et que nous ne sachions plus vraiment de quel côté nous nous trouvons.

En attendant, la caresse qui effleure un corps bien-aimé reste irremplaçable et la chance de s’éclater au lit avec quelqu’un qu’on aime reste un must.

Qu’en pensez-vous ?

L’avènement du porno en réalité virtuelle apportera tôt ou tard une nouvelle coloration à notre sexualité moderne. Comment rester libre et continuer à s’éclater au lit avec tout cela ? Vous êtes libres d’exprimer vos impressions et opinions sur ce sujet brûlant en laissant un commentaire ci-dessous…

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

Comment la VR (réalité virtuelle) influence-t-elle l’industrie du sexe ?

Note :
Cet article est un article invité écrit par Theo, créateur du site LaPipeSansTabac.com et aussi grand fan de réalité virtuelle.

Sur son site, Theo parle beaucoup de « sexe VR » qui sera selon lui l’un des gros enjeux de cette nouvelle vague de sexualité.

Comment la VR influence-t-elle l’industrie du sexe ?

Le sexe. Une des plus vieilles et des plus juteuses (sans mauvais jeu de mots…) industries de la planète, qui regroupe de nombreux emplois et de nombreux produits et services associés. A la tête de ces positions, on peut placer le métier que l’on appelle  » le plus vieux métier du monde »: la prostitution.

Continuer la lecture de Comment la VR (réalité virtuelle) influence-t-elle l’industrie du sexe ?