Tous les articles par Philippe Fragnière

En grand idéaliste, je crois à la possibilité de créer les conditions d'une vie heureuse. Passionné par la question amoureuse et la relation intime, je m'y consacre depuis des années, me formant sans cesse aux méthodes d'épanouissement.

L’amour en vacances… et après ?

L’amour en vacances, c’est toujours un peu plus tendre, plus calme ou plus coquin, plus intense aussi qu’à l’ordinaire. Bien sûr, celles et ceux qui sont seuls liront cela avec un petit pincement au cœur, mais c’est justement parce qu’ils savent que l’amour en vacances et une expérience privilégiée.

Avec la rentrée, nombreux sont ceux qui éprouvent un brin de nostalgie en pensant aux moments magiques, romantiques ou intimes qu’ils ont pu vivre durant l’été. On redoute un peu de réintégrer le quotidien, avec son cortège d’obligations et de tâches habituelles.

Comment garder vivante cette petite flamme qu’on a pu activer durant les vacances ? Comment maintenir et faire durer cette énergie de désir enthousiaste l’un pour l’autre ? C’est tout le défi des amoureux qui aiment s’aimer tout au long de l’année.

L’amour en vacances

L’amour en vacances, c’était bon pour vous ? Pour ma part, c’était super. La détente, le repos, les balades loin des turpitudes habituelles… tout était parfaitement coordonné pour de délicieux échanges avec ma compagne. Les repas aux chandelles sous les étoiles succédaient aux baignades dans le jacuzzi et nos tendres ébats ont parsemé nos jours comme nos nuits.

Peu importe que vous ayez été au bord de la mer, à la campagne ou à la montagne. Peut-être êtes-vous même restés chez vous à profiter de votre balcon ou des terrasses de restaurants dans votre quartier. Les possibilités de se retrouver en amoureux ne dépendent pas du lieu, mais bien d’un état d’esprit, d’un désir d’intimité complice ou même d’une « erotic attitude ».

On s’invente des plaisirs faciles, des petits déj. qui s’étalent dans le temps, des corps qui lézardent au soleil ou qui mêlent leur sueur lors de tendres caresses. On s’émerveille du chant des cigales, du vol des papillons et du parfum des roses. Tout est si simple et naturel que l’esprit s’apaise et le cœur se dilate. C’est le temps idéal des retrouvailles amoureuses.

On fait du sport ou on va faire les boutiques, on s’active dans toutes sortes de plaisirs ou de passions, parfois juste à deux ou au contraire avec un tas d’amis. Les vacances peuvent être aussi oisives que très actives, mais elles offrent toujours une sensation de tranquillité intérieure.

En définitive, ce qui caractérise les vacances c’est de mettre de côté toutes les obligations habituelles afin d’avoir le temps. L’amour en vacances et un amour qui prend son temps. C’est le temps du désir, le temps du partage, le temps de prendre soin de son couple.

L’amour en vacances… et après ?

Mais voici que nous sommes à la rentrée et que nous retrouvons tout ce que nous avions laissé pour cette précieuse parenthèse estivale. Le travail reprend, l’école des enfants, les tâches ménagères et le courrier de trois semaines empilé sur le bureau.

Chacun reprend sa course, un peu folle, dans un monde hyperactif. Notre attention est captée par une multitude d’actions en attente et nous n’avons plus le temps que d’un bisou rapide avant de courir au boulot le matin ou de s’endormir comme une masse le soir.

Ce n’est pas que nous manquions d’amour pour l’autre ou de désir pour notre couple, nous manquons simplement de tranquillité intérieure. Si nous avons toujours l’impression de manquer de temps, c’est juste que nous sommes trop stressés pour nous accorder une pause.

C’est en maintenant un certain calme intérieur que nous pouvons prendre le temps de vivre et donc aussi celui d’aimer. Il suffit parfois de s’asseoir cinq minutes pour respirer calmement. Il suffit de quitter son ordinateur pour regarder le ciel. La tranquillité intérieure, celle qui accompagne nos moments de vacances, est accessible à chaque instant dès le moment qu’on y porte son attention.

Pas besoin de méditer longuement ou de faire des trucs bizarres pour se relier à son calme intérieur. Une partie de soi reste toujours calme et tranquille, joyeuse et émerveillée. On peut toujours l’activer, simplement en y pensant ou en la visualisant.

Ainsi, c’est tout tranquille que nous pouvons retrouver l’autre chaque jour après avoir accompli nos multiples activités. Comme si dans chaque journée il y avait de mini vacances, des instants volés au monde, ces moments privilégiés où l’on se retrouve amoureux et plein de désir l’un pour l’autre.

L’amour après les vacances

Qu’allez-vous faire pratiquement pour cultiver cette énergie amoureuse durant toute l’année ? Que pouvez-vous mettre en place afin de rester motivés et attentifs au bonheur ?

Vous pourriez bloquer un soir par mois ou même par semaine afin de vous retrouver. Vous pourriez vous inscrire ensemble à un cours du soir. Vous pourriez mettre un rappel dans votre agenda afin de penser à avoir une attention pour l’autre régulièrement. Vous pourriez installer un rituel du baiser avant de vous endormir.

Il y a une foule d’idées et de possibilités pour entretenir l’amour et cultiver l’érotisme dans le couple. L’amour en vacances, c’était super et facile parce qu’on avait le temps. Maintenant, il s’agit de « prendre » le temps.

Inscrivez dans les commentaires ci-dessous votre meilleure idée pour prendre soin de votre couple jusqu’aux prochaines vacances.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

De l’amour pour le mari et du désir pour l’amant

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé, Mesdames, de ressentir un amour intense pour votre mari et de ressentir une attirance très forte pour un autre homme, en l’occurrence : du désir pour votre amant ?

Si l’infidélité vous intéresse ou vous concerne, vous serez sans doute touché(e) par l’histoire que je raconte dans cette vidéo.

Comment s’y retrouver quand on a le cœur embrouillé et le corps tiraillé entre l’amour du mari et le désir de l’amant ? L’infidélité peut parfois être la chance du couple…

De l’amour pour le mari et
du désir pour l’amant

Qu’en pensez-vous ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partagez sur vos réseaux sociaux au moyen des boutons ci-contre..

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Transcription texte de la vidéo

De l’amour pour le mari et du désir pour l’amant

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé, Mesdames, de ressentir un amour intense pour votre mari et de ressentir une attirance très forte pour un autre homme, en l’occurrence : du désir pour votre amant ? C’est la question qui a été soulevée lors d’un courriel que j’ai reçu de la part d’Anna. C’est un prénom d’emprunt.

Anna se trouve dans cette situation, avec un amour vraiment fort pour son mari, elle l’aime vraiment, et une attirance, une attraction sexuelle, un fort désir pour son amant. Et cela la surprend complètement.

Nous allons regarder cela en détail ensemble. Je vais vous dire comment je vois les choses et ce que l’on peut faire avec cela.

Bonjour, c’est Philippe Fragnière, et bienvenue sur erotic-attitude. Aujourd’hui, je vais donc répondre à la question d’Anna à propos de cette difficulté qui peut se présenter aux femmes, celles qui aiment leur mari et qui ont une attirance forte pour un autre homme.

Anna est mariée depuis cinq ans, mais ce n’est pas une gamine. Elle est avec son mari déjà depuis cinq ans auparavant, ce qui fait 10 ans de relation. Avant cela, elle avait déjà eu d’autres aventures, d’autres rencontres et d’autres histoires dans sa vie. Notamment une histoire assez importante et assez longue, dit-elle, de quatre ans.

Son mari est un homme bien, droit, honnête, travailleur. En fait, le genre d’homme que toute femme semble-t-il pourrait considérer comme idéal. C’est vraiment un homme sur qui on peut compter, un homme qui donne de l’amour et avec qui peut vraiment construire quelque chose.

Avec son mari, Anna se trouve dans une démarche de procréation médicalement assistée puisqu’elle n’a pas la possibilité d’avoir des enfants normalement et naturellement. Ainsi donc, Anna vit avec son mari une aventure de couple, un défi de couple assez intense et assez important. Cela doit, j’imagine, les lier profondément et les souder pour traverser ce défi, cette épreuve, face à cette situation où ils se rendent compte que ça ne va pas tout seul et qu’il faut faire des choses au niveau médical pour rendre possible le fait d’avoir des enfants.

Ainsi donc, l’idée d’avoir des enfants est probablement assez importante pour eux.

Là où les choses se compliquent pour Anna, c’est à la suite d’un déménagement qui a eu lieu il y a deux ans. Anna déménage alors avec son mari, elle change de lieu, elle change de ville, elle change de travail aussi. Elle rencontre alors un autre homme, un collègue de bureau qui va la séduire, et avec qui elle va développer une relation de complicité.

C’est une relation d’amitié forte dans laquelle ils vont cultiver les fous rires et s’entendre comme larrons en foire, si bien qu’elle va se rendre compte que « c’est lui », c’est ce gars-là qui est un peu comme celui qu’elle attend depuis toujours. Genre : « Oh mon Dieu, c’est lui que j’attendais… Mais il se trouve que je suis quand même marié et en train de faire une démarche pour avoir des enfants avec mon mari ».

Néanmoins, et d’autre part, « en découvrant et en travaillant avec ce gars-là, je me rends compte que cet homme, c’est l’homme que j’attendais ». Là, il y a en effet quelque chose qui se passe.

Ensuite, effectivement, la situation et l’évolution des choses fait que, finalement, Anna et son collègue de travail vont devenir amants. Et elle va tomber amoureuse de ce gars qui lui convient si bien. Elle va aussi retrouver, peut-être, une certaine énergie sexuelle, retrouver du désir, le désir pour son amant à travers cette aventure.

Néanmoins, malgré cette osmose qu’ils vont vivre tous les deux, l’amant ne va pas manifester qu’il est si amoureux que ça. Il va y avoir plusieurs tentatives de rupture… parce qu’il s’agit d’être raisonnable : elle est tout de même mariée. L’amant quant à lui, je ne sais pas, mais peu importe, il se dit bien qu’il ne va pas interférer non plus dans ce couple… et il y a donc plusieurs tentatives de rupture de l’un et de l’autre, motivés simplement par la raison.

Mais malgré tout, l’attraction, l’attirance sexuelle est trop forte et leur complicité va les attirer l’un vers l’autre, comme les aimanter l’un avec l’autre de manière forte et ils vont revenir chaque fois pour être amants ensemble.

À tel point qu’Anna va finir par se demander si son amant éprouve tout de même des sentiments pour elle. Tout cela n’est pas très clair dans sa tête. Anna se demande un peu ce qu’elle fait, qu’est-ce qu’elle est en train de foutre avec cette histoire puisqu’au fond elle n’a jamais imaginé qu’il était possible d’être infidèle à son mari. Elle ne se reconnaît pas dans cette situation et en même temps, elle ne peut pas résister à cette attraction qui la pousse dans les bras de son amant.

Elle dit qu’elle a toujours vu son mari comme l’homme de sa vie, malgré une incompréhension et des difficultés de communication au moment d’une de ses fausses-couches. À ce moment-là, son mari n’avait pas vraiment été à la hauteur de ce qu’elle attendait, mais malgré cela elle ne se voit pas vivre sans lui.

Par contre, ce qu’elle observe vraiment et ce qui la mène dans tout ce désarroi, c’est qu’elle n’a plus du tout de désir sexuel, excepté pour son amant… pour qui elle en a d’ailleurs beaucoup.

Comment choisir entre l’amour et le désir ?

Alors, que faut-il penser de cette situation ? C’est une situation dont on ne va pas dire qu’elle touche absolument toutes les femmes, mais tout de même. Il y a un grand nombre de femmes qui se retrouvent dans cette difficulté de se positionner, qui ont l’impression que les choses se troublent dans leur esprit.

Cette femme se dit simplement : « j’aime mon mari, cela a du sens pour moi, on cherche à faire des enfants, j’ai envie de faire des choses avec lui » et en même temps, il y a un amant qui est là et qui compte également. À quel niveau compte-t-il ? On ne sait pas très bien à quel point l’amant peut compter et jusqu’où on aimerait aller. Jusqu’où cette femme veut aller pour vivre cette expérience avec son amant ?

Ce qu’il faut considérer vraiment, ce qui est très important, c’est de savoir que l’amour et l’attraction sexuelle, l’attirance, sont deux choses différentes. Vous le savez sans doute, mais souvent on fait des amalgames avec cela. Ces amalgames viennent du fait que, simplement, ces deux choses sont malgré tout liées.

On va aimer quelqu’un avec qui on fait l’amour et on va faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime. Maintenant, en terme de masculin et féminin, les hommes et les femmes ne fonctionnent pas de la même manière à ce sujet. C’est-à-dire que les femmes vont avoir tendance à aimer d’abord, à être amoureuse d’abord. Elles seront en premier lieu touchées par une personnalité, une manière de se comporter, une manière d’être fort, d’être puissant, d’être intègre. Elles vont apprécier un homme qui a une vie pleine et heureuse et c’est cela qui va donner aux femmes un sentiment d’attraction et d’attirance.

Une femme va d’abord voir l’homme, elle va le visualiser et le percevoir comme une sorte d’idéal masculin qui va éveiller son désir sexuel. Voilà la femme. Elle va d’abord aimer et ensuite elle pourra donner du sexe.

L’homme, c’est le contraire. L’homme va d’abord être attiré sexuellement, être attiré par une femme qui est jolie, belle, qui a de la classe ou du charme, qui est peut-être pleine de fraîcheur, etc. Il va être attiré par la féminité. Il va être attiré physiquement, et pas seulement esthétiquement, il va sentir cette énergie sexuelle qui va d’abord se manifester en lui et entrer dans la relation sexuelle avant de pouvoir entrer dans l’amour et dans quelque chose de plus profond et de plus intérieur.

Dans l’histoire d’Anna avec son amant, il y a quelque chose de cet ordre-là. C’est-à-dire qu’elle est tombée amoureuse parce qu’il y avait de la complicité, parce qu’ils s’amusaient ensemble, qu’ils étaient bien, qu’ils se comprenaient et qu’ils pouvaient parler. C’est ce qui fait qu’ils vivaient quelque chose d’intense au niveau relationnel et c’est cela qui a donné à Anna des désirs sexuels.

Pour l’amant, (je ne veux pas parler à sa place, mais on peut imaginer) en tant qu’homme, il aura eu d’abord une attirance sexuelle, des désirs et une attraction sensuelle avec cette nouvelle collègue. Il a peut-être d’ailleurs tenté de résister sachant qu’elle était mariée, mais ce désir était trop important.

À partir du moment où la relation a été consommée, dès lors qu’ils ont fait l’amour ensemble, et peut-être même plusieurs fois, au bout d’un moment, ce garçon, cet amant, à commencé à sentir des sentiments qui se sont éveillés en lui. Mais ce n’est sans doute pas ça qui était présent au départ.

D’abord il y a le désir sexuel pour l’homme et une fois que la sexualité s’est mise en place, quand l’homme a exprimé et expérimenter son désir sexuel dans la relation, dans un début de relation, alors l’amour, le sentiment amoureux commence chez lui à s’éveiller et à se mettre en place. Ceci est vraiment quelque chose d’important.

Comment choisir entre le mari et l’amant ?

Pour revenir à l’histoire d’Anna et pour cadrer plus large, il faut considérer aussi son mari et son histoire de couple. Rappelons qu’elle a de l’amour pour son mari, mais qu’elle n’a plus de désir sexuel. Pourquoi ?

Après 10 ans de relation et cinq ans de mariage, surtout avec toutes les problématiques qui ont pu apparaître dans cette recherche de procréation médicalement assistée, et tous les problèmes qui y sont liés, son mari a perdu son aura de séduction. Il a perdu cette puissance d’attraction sexuelle, cette liberté, cette sorte de créativité qui est tellement séduisante pour les femmes.

Au contraire, et par ailleurs, si Anna aime son mari c’est justement parce qu’il a les qualités du père. Il a les qualités d’un bon père, d’un père protecteur, c’est-à-dire que c’est un homme sérieux, fiable, travailleur, honnête, etc. Il a vraiment les qualités du père, mais par contre il n’a pas forcément les qualités de l’amant.

L’amant est créatif, drôle, amusant, il sait faire des surprises etc. Le mari n’est plus surprenant. Anna le connaît bien. Elle traverse des choses importantes avec lui, et pas forcément drôle d’ailleurs, elle a des projets de construction et tout cela est très important. Avec le projet d’enfant, il faut un protecteur, quelqu’un qui va pouvoir assurer la sécurité de la cellule familiale, avec les enfants qui vont venir. Le mari a donc le profil type du père, de l’homme dans le foyer qui va être stable, sérieux, sur qui on peut compter, etc. Il va pouvoir assurer.

Par contre, il n’a plus le profil de l’amant, de l’homme qui va être créatif, drôle, joyeux, enthousiaste et qui va emporter Anna dans son désir.

Du coup, Anna se retrouve avec : d’un côté, son mari qui lui offre la stabilité et la possibilité de faire une famille. Elle va vraiment l’aimer pour ça avec tout son cœur. Mais il ne correspond plus à l’autre image, l’image de l’amant représentée par le collègue, ce rôle pris par le collègue de travail qui va assumer toute la part de cette énergie dynamique d’homme attirant.

Anna se trouve maintenant tiraillée entre les deux stéréotypes, les deux profils de l’homme : d’un côté, celui du compagnon de vie et de l’autre, celui du compagnon d’aventure.

Allier le mari et l’amant

Que faut-il faire avec cela ? Une des possibilités est effectivement de mener une double vie. Il y a pas mal de gens qui le font et cela peut très bien se passer pendant un temps. Mais généralement cela n’est pas durable. Une autre possibilité, c’est de quitter son mari pour aller avec son amant, mais si Anna fait cela, elle va retomber dans les mêmes schémas plus tard, dans quelques années.

La troisième possibilité, celle que je préfère et qui me parait la plus constructive, c’est de reprojeter dans la personnalité de son mari le profil d’amant afin de pouvoir y retrouver à la fois les deux profils dans la personne de son mari. C’est-à-dire d’avoir chez le même partenaire le profil du protecteur et le profil de l’aventurier.

Pour faire cela, il y a évidemment tout un travail de communication avec le mari. Mais il ne s’agit pas forcément d’une communication directe. Anna n’a pas forcément besoin de tout expliquer ce qui est en train de se passer. Il s’agit simplement de rétablir une communication de plus en plus complice, de faire (ou de refaire) des choses avec son mari, des choses plus drôles, des choses plus gaies, plus aventureuse, des choses plus marquantes, des choses qui sont plus énergiques, plus dynamiques, plus excitantes qu’à l’ordinaire.

Ils pourraient faire du sport ensemble ou partir en escapade amoureuse tous les deux, profiter que les enfants ne sont pas encore là pour redynamiser toute cette énergie qui a pu exister à un moment donné dans leur histoire, plus ancienne, et qui doit être recréé, revitalisée, pour produire quelque chose de nouveau et arriver à une situation nouvelle.

Si Anna arrive à faire cela, s’il elle arrive à faire ça avec la complicité de son mari, pour qu’ils arrivent ensemble à être à nouveau amants, c’est-à-dire que ce ne soit plus son mari d’un côté et son amant de l’autre, mais son mari-amant ici, elle va pouvoir remercier son collègue de travail. Elle pourra remercier celui qui est actuellement son amant, le remercier pour avoir réveillé quelque chose en elle, quelque chose de très important qu’elle va pouvoir réorienter sur son mari.

Évidemment, dans la vie, on est pas tout seul. On ne peut pas produire à l’intérieur de soi les changements qui concernent les autres. Mais on peut travailler pour transformer les choses qui peuvent être changées à l’intérieur de soi. C’est le cas de la vision de l’autre : ça se change à l’intérieur de soi.

Anna ne peut pas changer son mari. Par contre, en changeant son regard, en changeant son attente, en changeant ses croyances à propos de ce qu’il est possible de vivre dans sa sexualité et dans son couple, elle va l’influencer, même sans rien dire, même sans rien expliquer spécifiquement à son mari, elle va l’influencer pour qu’il la suive simplement dans cette nouvelle énergie.

Et c’est ce que je lui souhaite et c’est ce que je souhaite à tous les couples qui traversent ces périodes difficiles, ces périodes dans lesquelles on est en doute, dans lesquelles on ne sait plus très bien ce qu’on veut.

Certes, on garde le droit de partir. On peut quitter son mari ou quitter sa femme. On peut faire tout ça. Plein de gens le font. Mais cela amène à quoi ? Cela aboutit simplement à ce que l’on reporte le problème un peu plus loin.

La question de l’infidélité, les problèmes que cela suppose et toutes les réflexions auquel cela nous amène, éveillent simplement notre désir et notre personnalité profonde. Et si on peut clarifier cela, être simplement lucide sur ce qui nous attire et ce qui est important pour soi… entre l’aventure fugace et l’aventure profonde avec quelqu’un à qui l’on tient et avec qui on se projette sur la durée, être au clair avec soi permet de réorienter et de changer profondément ce qu’on vit avec l’autre.

Et ça, c’est vraiment quelque chose de super que je souhaite à chacun de nous et à chacun de vous.

Voilà c’était Philippe Fragnière pour erotic-attitude et c’était un joli moment, juste pour partager cela avec vous, pour partager ma vision et répondre en même temps à Anna, cette personne qui m’a fait l’honneur de me donner sa confiance pour que je l’éclaire à ce sujet. J’espère que ce sera aussi utile pour vous, dans votre amour pour votre mari et vos désirs pour votre amant

Prenez soin de vous et de votre couple, prenez soin de vos amants, de vos maris, prenez soin de tout le monde, prenez surtout soin de votre cœur parce que c’est là que ça se passe.

C’était Philippe Fragnière pour erotic-attitude, continuez de me suivre, partagez sur les sociaux, laissez un commentaire ici en-dessous, manifestez que vous avez aimé ou que vous avez détesté, tout est le bienvenu. Surtout, faites vivre l’amour autour de vous, propagez-le, c’est vraiment important.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articlehttps://erotic-attitude com/de-lamour-pour-le-mari-et-du-desir-pour-lamant/,Couple amant érotique

Nuit romantique et insolite

Vous cherchez des astuces pour entretenir la passion dans votre couple ? Offrez-vous une nuit romantique et insolite. Tout amoureux qui se respecte refuse de se laisser endormir par la routine. Les idées nouvelles sont toujours bonnes à prendre pour nourrir et dynamiser son couple.

Nuit romantique et insolite

Il y a quelques temps, je donnais ce conseil d’amants¹ : « Allez passer une nuit à l’hôtel qui se trouve à deux pas de chez vous. » Cela peut paraître débile de payer une chambre alors que l’on habite juste à côté, mais c’est justement ça qui fait toute la grandeur du geste.

Il y a trois choses pour dynamiser son couple : l’intention, la complicité et la surprise.

Avec son attention focalisée sur l’exaltation réciproque, on trouvera l’inspiration pour créer des contextes de retrouvailles torrides. Ensuite, la complicité donne libre cours aux comportements et aux gestes pour entrer dans le jeu des amoureux audacieux. Quant à la surprise, elle constitue l’ingrédient essentiel à l’éveil du désir et au maintien de la passion.

Surprenez vous l’un l’autre, par des attentions, des gestes et des comportements sans cesse renouvelés. Et pour cela, rien de tel que d’emmener l’autre dans une escapade surprise, romantique et/ou insolite.

Nuit d’amour, romantique et insolite

Dernièrement, j’ai emmené ma compagne dans un endroit magique, absolument fabuleux. Je cherchais de quoi la surprendre à l’occasion de son anniversaire, tout en marquant un grand coup romantique pour alimenter cette passion qui nous lie.

Nuit romantique et insolite 1

C’est en cherchant sur le Net sous « hôtels insolites » que je suis tombé sur « Les Cabanes de Marie », pas trop loin de chez nous. Un lieu incroyable au bord d’une rivière, cachés dans les arbres, un peu à l’écart d’un charmant petit village vaudois.

Nuit romantique et insolite 2

Un accueil très sympathique et discret nous a permis de prendre possession de la roulotte romantique que j’avais réservée. Nous nous sommes tout de suite sentis chez nous, alors que nous étions pourtant transportés dans un autre monde. Un monde de rêve, à la fois serein et joyeux, qui nous a enveloppé avec douceur pour cette nuit de complicité intime.

Si vous ne choisissez pas la roulotte, vous pourrez profiter de trois autres endroits tout aussi fabuleux : les cabanes installées dans les arbres.

Pour le repas, divers menus sont proposés. J’avais opté pour la fondue, que nous avons dégusté dans la fraîcheur du sous-bois, sur le ponton qui enjambe la rivière.

Un bain finlandais et un sauna sont à disposition et nous en avons profité en fin de soirée, alors que nous étions déjà presque au milieu de la nuit.

La propriété est assez grande et bien aménagée afin que chaque résident puisse profiter de son espace comme s’il était seul au monde. Et c’est peut-être cela le plus important pour les amoureux qui désirent se retrouver, cultiver leur complicité et dynamiser leurs relations en passant un moment idyllique et une nuit romantique et insolite.

Situé à Ogens (en Suisse), « les Cabanes de Marie » offrent un lieu magique aux amoureux, véritable écrin pour leur passion romantique. S’y rendre pour un anniversaire, c’est bien. Mais il ne faudrait pas hésiter à profiter de l’endroit à d’autres moments, sans autre raison que le désir de s’aimer.

À 30 minutes de Lausanne et à 20 minutes d’Yverdon, vous pouvez très bien envisager de donner un petit coup de fouet à votre couple en emmenant l’autre après le boulot, en pleine semaine, pour une surprise un peu folle et complètement inattendue. D’ailleurs, « les Cabanes de Marie » réservent un prix plus doux pour les locations durant la semaine.

Vous l’aurez compris, cette escapade amoureuse avec ma compagne nous a beaucoup plus. La soirée était douce, et un orage est venu accompagner nos ébats nocturnes comme pour nous aider à secouer la roulotte en tous sens. Mais j’aurais bien envie de retourner durant l’hiver pour tester la version enneigée de ce magnifique endroit… afin de cultiver l’érotisme encore et encore.

Une nuit d’amour, romantique et insolite, c’est sans aucun doute une des meilleures choses à offrir à son couple. Si vous êtes dans une autre région, cherchez les « hôtels insolites » près de chez vous et ne vous privez pas de tous les plaisirs qui sont encore à explorer avec la personne que vous aimez.

Et si vous pensez vous aussi que c’est important de nourrir son couple pour continuer à être heureux sur la durée, partagez cet article dès maintenant sur vos réseaux sociaux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

¹ Les « conseils d’amants » paraissent chaque semaine dans la colonne latérale de droite. Pour les recevoir ou les retrouver facilement, aimez ma page Facebook erotic-attitude.

00

Café-croissant ou café-pipe ?

Le café-pipe pourrait s’installer à Genève d’ici la fin de l’année, sous l’impulsion d’un entrepreneur audacieux orienté sur l’érotisme. Là où certains trouvent cela amusant, d’autres crient au scandale, choqués par une trop large ouverture des mœurs.

L’idée n’est pas vraiment nouvelle, puisqu’on trouve en Thaïlande, depuis plus de 20 ans, des cafés de ce type avec une fille sous la table.

Le Glory hole est également ancien, cette installation constituée d’une paroi percée de trous pour y passer son pénis afin qu’il soit manipulé par une inconnue se trouvant de l’autre côté du mur. Si on y servait le café, nous serions quasiment au café-pipe.

Les variantes de ces pratiques ne manquent pas, comme l’atteste le café-branlette déjà présent à Hong Kong dans les années 60 ou les repas orgiaques des XIVe et XVe siècles dans la haute bourgeoisie italienne, qui mettaient déjà en scène de jeunes esclaves nus s’affairant sous la table pour égayer les convives. Certains papes y on d’ailleurs participé, en particulier Alexandre VI qui était grand amateur du genre.

Tout ça pour dire que si les meurs fluctuent, les fantasmes restent assez semblables au fil du temps.

Le café-pipe pour tous

Ce qui est nouveau tient peut-être de la popularisation du phénomène et c’est sans doute ce qui peut faire peur à certains. Le développement du porno sur le Web et la diffusion banalisée de pratiques sexuelles hors norme bousculent indéniablement nos références en la matière.

Les gadgets high-tech accompagnent souvent ce mouvement et le Café-pipe mettra à disposition un iPad pour choisir sa boisson et la fille qui viendra s’agenouiller derrière le bar. Un petite touche de virtuel qui devrait plaire aux geeks et assurer une distance bienvenue pour les clients plus timides.

Cinq à dix minutes, c’est le temps habituel pour boire son café avant qu’il ne refroidisse. Il n’en faudra pas plus pour régler l’affaire qui se déroule au niveau de la braguette. Celui qui prendra encore une pâtisserie ou un sandwich aura peut-être besoin de quelques minutes supplémentaires.

Alors que le cours standard de la fellation se situe autour des CHF 50.- , le café-pipe prévu à CHF 60.- se tiendra donc dans les tarifs habituels (de la pipe, pas du café). Mais sachant qu’un homme travaille bien mieux avec le gland détendu, certains employeurs pourraient être enclins à subventionner ce café du matin. Vous pourrez toujours tenter de négocier ça avec votre patron…

Le café-pipe en toute légalité

Trêve de plaisanteries, le moralisme de notre temps ne permet pas ce genre de commerce partout. Ce qui est relaté ici est envisageable en Suisse, pays de la libre entreprise par excellence, mais serait totalement impensable en France ou dans de nombreux autres pays d’Europe. Alors… veinards, les genevois ?

La législation suisse interdit le proxénétisme, mais pas la prostitution. Dans le cadre des règles établies, les filles inscrites en tant que prostituées auprès des offices de police concernés peuvent exercer leur profession librement. Quant à l’établissement qui accueille de telles prestations, il reçoit les autorisations de police en tant que « Salon de massage ».

C’est ainsi que le café-pipe devrait voir le jour à Genève dans quelques mois et d’aucun craignent une affluence de client français. Mais le tourisme sexuel lui non plus n’est pas nouveau.

Le Café-pipe sera peut-être suivi ultérieurement par un café-cunni destiné aux femmes, mais ça c’est encore une autre histoire…

Le café-pipe : liberté ou perversion ?

Les mœurs sexuelles évoluent. Qu’on s’en réjouisse ou qu’on s’en inquiète ne changera rien à cela. En abordant les changements de société sans à-priori, avec lucidité et bienveillance, il sera toujours plus aisé d’identifier les comportements bénéfiques et ceux qui ne le sont pas.

Le fantasme de la gâterie reçue sous la table, dans un endroit publique au su ou à l’insu des autres, est un classique qui fait rêver bien des hommes. Ce rêve de toute puissance sexuelle est d’ailleurs ce qui donne tant de pouvoir à la femme, car au final, c’est elle qui le rend possible. Feignant la soumission, c’est bien la femme qui tient son homme par les …ouilles.

Selon leur manière d’interagir et d’assumer leurs rôles l’un envers l’autre, les deux partenaires trouveront ainsi la complémentarité de leur plaisir. La seule question qui demeure est de savoir s’il faut ou non réaliser ses fantasmes. Et si oui, à quelles conditions.

Car on ne peut nier l’implication de l’autre et la nécessité de vérifier que cet autre (ou plutôt cette autre, en l’occurrence sous la table) soit bien là de son plein gré.

Pour autant que ce soit le cas et que les risques sanitaires ne soient pas négligés, tout sera bien pour les uns et les autres.

Qu’est-ce qui fait que le même acte peut être vécu par certains comme une liberté alors qu’il sera ressenti par d’autres comme une perversion ? Vous êtes libre de vous exprimer à ce sujet dans l’espace « Commentaires » ci-dessous et de nous dire ce que vous pensez du café-pipe.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

L’art d’attraper sa femme par les cheveux

Attraper sa femme par les cheveux est un geste érotique un peu brut qui peut être mal interprété ou mal vécu s’il n’est pas bien compris par les deux partenaires. À l’inverse, lorsqu’il s’inscrit dans des jeux amoureux assumés et complices, un tel comportement est propice à une forte excitation et source de grands plaisirs.

Depuis la nuit des temps, la chevelure féminine exerce une véritable fascination sur l’homme, représentant à la fois la maternité et l’érotisme. La représentation de monsieur Cro-Magnon traînant sa femme par les cheveux est dénuée de fondement historique, mais révèle une certaine réalité quant au besoin de possession des hommes sur leur compagne.

Ainsi, ce geste pourrait être profondément ancré dans le cerveau reptilien, ce qui le rendrait hautement érotique dans le contexte amoureux.

Pourquoi attraper sa femme par les cheveux ?

Presque toutes les cultures et toutes les époques ont valorisé les cheveux longs chez la femme. Cette chevelure a été mise en valeur de façon parfois très sophistiquée ou au contraire tenue secrète, comme gardée de l’envie des hommes, sous une coiffe, un voile ou un turban. Mais dans tous les cas, l’intention était d’en attiser le désir.

De leur côté, les hommes se sont appliqués au port du cheveu court, craignant peut-être de se faire attraper eux-aussi et de perdre ainsi leur puissance.

Quoiqu’il en soit, ces dernières décennies ont modifié les rôles sociaux des femmes et des hommes en occident, sans pour autant établir d’alternative claire. La libération féminine des années 70 a produit de profonds bouleversements dans notre manière de concevoir les relations au profit d’une égalité bienvenue.

Pourtant, en coupant court leurs cheveux, les femmes ont parfois coupé court à leur féminité. Quant aux hommes, il leur arrive d’hésiter entre leur puissance et leur sensibilité fraîchement reconnue.

Je suis convaincu des bienfaits de cette évolution qui place hommes et femmes sur le même pied d’égalité en révélant leurs complémentarités. Le couple, la famille et, par extension, la société toute entière en profitent grandement.

Mais notre nature sexuée revendique le droit de se manifester, d’être reconnue et assumée. Les femmes n’auront jamais de pénis ni les hommes de vagin. Les énergies yin et yang continueront donc à se révéler au creux de nos draps.

Attraper sa femme par les cheveux est un comportement de possession qui appelle une soumission. Mais si l’on considère le plaisir que les deux partenaires peuvent y trouver, on se rend compte du pouvoir qu’exerce la femme sur son homme en se soumettant de bonne grâce. De même, on peut voir l’allégeance que l’homme rend à celle qui sait honorer sa force.

Comment attraper sa femme par les cheveux ?

Une fois qu’on a compris le bien-fondé des gestes qui expriment notre nature sexuée et qu’on a admis tout ce que cela a d’épanouissant pour le couple, il n’y a plus qu’à savoir comment s’y prendre et à découvrir comme améliorer l’expérience.

Comme nous l’avons déjà vu plus haut, attraper sa femme par les cheveux n’est pas un geste anodin. Ceci restera donc réservé à des situations de désir intense ou à des moments de partages torrides.

– Saisir la tête de sa compagne par les cheveux pour lui rouler une pelle inattendue peut être aussi malvenu qu’excitant. Cela dépend du rythme, de la manière et de la situation.

Par exemple, si elle est en train de faire sa toilette, de faire la cuisine ou de travailler à l’ordinateur, soyez fougueux (c’est le but de la manœuvre), mais pas irrespectueux. Tout est une question de mesure et d’intention.

D’une manière générale, si vous le faite avec amour, il y a peu de chance que cela soit mal perçu. Bien au contraire ! Vous risquez juste de finir emboîtés l’un dans l’autre sur le carrelage ou sur la moquette.

– Durant le rapport sexuel, attraper sa femme par les cheveux paraît plus naturel que dans la vie courante. L’excitation montante des deux partenaires justifie de telles expressions de désir et de possession. Il faut pourtant se trouver dans une position qui mette la chevelure à portée de mains.

Lorsque madame est couchée sur le dos, il est plus difficile d’attraper ses cheveux. Il faut d’abord lui soulever la tête pour les ramener d’un côté ou de l’autre.

Avec les doigts écartés enfilés dans la chevelure, on pourra masser le cuir chevelu et palper le crâne pour prodiguer de délicieuses sensations à sa compagne avant de l’empoigner avec enthousiasme.

– Réunir les cheveux en botte pour prendre le contrôle des mouvements de la tête de sa chérie, voilà un grand classique de la fellation.

Certains hésitent pourtant à le faire, craignant un trop fort sentiment de soumission de la part de la dame. Ici encore, tout est question d’intention. Laissez-la libre de ses mouvements et prenez-en possession, dans une subtile alternance.

– Une autre situation idéale pour attraper sa femme par les cheveux, c’est la position de la levrette. En ramenant ainsi sa tête vers l’arrière, vous l’inviterez à se cabrer fortement, ce qui permettra à votre pénis de prendre le bon angle pour stimuler son point G avec vigueur.

Un sentiment de chevauchée sauvage vous envahira tous deux et il ne restera qu’à gérer votre équilibre puisque vous n’aurez plus vos deux mains comme appui…

Attraper n’est pas tirer

Attraper sa femme par les cheveux est une pratique sensée donner du plaisir. Il ne s’agit pas de lui tirer les cheveux pour la violenter ou lui faire mal. Les femmes se plaignent parfois de la maladresse de leur amant à ce sujet, témoignant de petites douleurs qui les sortent de leur plaisir. Quelques principes sont donc à connaître pour que cela se passe bien pour elle.

Les racines de cheveux les plus délicates se situent à la base de la nuque et aux tempes. Souvenez-vous de ces vieux profs qui nous tiraient ces cheveux-là pour nos bêtises d’enfant à la récréation. À éviter donc.

D’autres sensations désagréables attendent votre compagne si vous tirez sur des mèches localisées ou si vous saisissez les cheveux par les bouts. Il y aura toujours des cheveux plus courts que les autres, qui se tendront et feront mal.

Pour bien attraper sa femme par les cheveux, il faut saisir toute la chevelure d’un coup, à plein main, et assez proche du crâne. Si les cheveux sont épais, vous pourrez les réunir en bouquet dans votre paume. S’il sont fins, tournez-les d’abord en spirale et faite une boucle entre vos doigts afin qu’ils ne glissent pas.

Évidemment, tout ceci va aussi dépendre de la longueur des cheveux de votre partenaire. Avec des cheveux longs et épais, c’est le plus facile. Mais les cheveux mi-longs, même fins, feront très bien l’affaire avec un peu d’entraînement. Pour les cheveux court, il va falloir ruser et saisir une touffe aussi large que possible à l’arrière du crâne.

Quant aux coiffures super courtes, même si cela peut être très joli, elles ne permettent pas cette pratique érotique. On attendra que ça repousse ou on attrapera sa femme par d’autres poils… mais ça, c’est une autre histoire.

L’art d’attraper sa femme par les cheveux

Faire l’amour avec talent est un art qui porte sur chaque action, sur chaque geste et chaque sensation. L’attention posée là-dessus mène à une grande présence à l’autre.

Lorsque cela est vécu de manière réciproque et dans la complicité, tout devient possible. On peut attraper sa femme par les cheveux, comme user d’autres pratiques érotiques et sensuelles pour nourrir le couple d’exaltation et d’amour.

Et vous ? Comment vivez-vous (ou pas) l’expérience érotique capillaire ? Vous adorez, vous détestez ? Sentez-vous libre de donner votre témoignage ou vos réactions dans l’espace « commentaires » ci-dessous. Et ne vous privez pas de partager…

00

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleGoogle film y érotique gratuit femme avec des cheveux longs frisés,pourquoi les femmes aiment se faire tirer les cheveux,recit erotique cheveux,il me tire les cheveux pendant lacte,Homme tirant les cheveux de sa femme,tirer par les cheveux erotic attitude,Exiter une femme ds les cheveux,comment tirer les cheveux de sa partenaire pendant un rapport,Comment les cheveux peut exciter une femme,attraper femme cheveux au lit

Pourquoi êtes-vous satisfait (ou pas) de votre sexualité ?

Qui ne s’est jamais plaint de la routine dans son couple ? Être satisfait de sa sexualité est d’une grande importance pour le couple moderne. Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Dans les consultations en sexologie, 4 personnes sur 5 se disent insatisfaites sexuellement à cause de relations intimes trop « prévisibles ».

C’est ce que des chercheurs américains ont révélé au terme d’une étude¹ portant sur les comportements sexuels de plus de 38’700 hommes et femmes, âgés de 18 à 65 ans.

Certes, les statistiques sont toujours tendancieuses, mais elles permettent au moins de se poser des questions sur ses propres comportements… ce qui mène parfois à trouver quelques pistes d’amélioration.

Êtes-vous satisfait de votre sexualité ?

Avoir une vie sexuelle monotone et sans surprise angoisse donc pas mal d’entre-nous et génère des frustrations et des insatisfactions.

Mais quand on questionne les amants épanouis, on se rend compte qu’eux-aussi pensent avoir libido prévisible. C’est du moins le cas de 3 personnes sur 5 qui sont heureux en couple.

Une vie sexuelle épanouie ne doit donc pas obligatoirement s’exprimer à chaque fois de manière folle et déjantée. Par contre, une complicité tendre est essentielle à l’épanouissement des amants. Cette complicité, faite d’intimité et de confiance, est propice au lâcher-prise nécessaire à l’accès au plaisir.

L’appétit sexuel est très fort durant les six premiers mois de la relation. Ensuite, la nouveauté disparaît et nous fait découvrir l’autre sous un jour plus familier. Le couple voit alors sa sexualité s’apaiser et se modifier au profit d’une plus grande intimité.

Les amants qui savent garder un haut degré d’attraction sexuelle ont leurs petites recettes personnelles, mais globalement ils ont tous recours aux mêmes « ficelles » pour que leur routine reste excitante. C’est aussi ce que l’étude citée en référence révèle :

Ils font l’amour souvent, pratiquent couramment le sexe oral, varient les situations et les positions de l’amour et savent atteindre l’orgasme régulièrement pour contenter les deux partenaires. En outre, ils parlent ouvertement de leur sexualité.

Une sexualité épanouie sur la durée

Tout le monde s’accorde à penser qu’il est important d’avoir une vie sexuelle excitante. 9 hommes sur dix et 8 femmes sur dix l’expriment clairement. Ce qui change entre les personnes satisfaites et celles qui ne le sont pas en matière de sexualité, c’est leur manière de considérer la relation de couple.

Les insatisfaits regrettent la passion des débuts alors que si vous êtes satisfait de votre sexualité c’est que vous accordez plus d’importance à la communication dans le couple.

Beaucoup de personnes insatisfaites se plaignent d’une sexualité moins passionnante que dans les premiers mois de leur histoire. Elles focalisent leur attention sur le caractère intense de la rencontre et négligent la richesse qui peut se développer dans le couple une fois qu’on se connaît bien.

Si la passion diminue avec le temps, la complicité sexuelle la compense largement pour la plupart des couples. Pour se sentir épanoui sexuellement, il s’agit donc moins d’entretenir une sexualité débridée que de cultiver une sexualité pleinement partagée.

Avec le temps, le corps change

Certains regrettent également les effets de l’âge, ou plus simplement les changements dus aux habitudes du quotidien.

Il est vrai qu’on ne se comporte plus en couple comme quand on était célibataire. Les repas en amoureux nous font prendre quelques kilos et on ne se soigne plus autant que lorsqu’on cherchait à séduire pour trouver la personne de ses rêves.

Sans parler de celles et ceux qui se laissent carrément aller, on constate que dans le quotidien il faut faire un effort pour rester séduisant. Là encore, la complicité et la communication des amants les motivera à garder le cap pour maintenir une attirance physique l’un envers l’autre.

Mais de toute façon le temps fait son œuvre et à partir d’un certain âge, on voit le corps de l’autre (et le sien aussi d’ailleurs) perdre l’attrait de la jeunesse.

Les partenaires prennent des rondeurs et révèlent des affaissements qui peuvent nuire à l’attirance physique. Pourtant, certains ont la bonne idée de se laisser charmer par cette patine du temps qui ajoute à la beauté du corps toute la beauté de l’âme et de son vécu.

Car c’est bien le regard que l’on porte sur l’autre qui lui donne toute sa charge érotique. Au-delà de la forme et du galbe des courbes, c’est la manière d’utiliser son corps, d’en jouer avec esprit et liberté, qui le rend érotique, excitant et attirant.

Mieux communiquer pour mieux s’éclater

Presque toutes les personnes sexuellement épanouies disent se sentir à l’aise pour demander à leur partenaire ce qu’elles veulent au lit et la plupart d’entre elles sont satisfaites de la variété de leurs ébats amoureux.

Chez les insatisfaits, les frustrations viennent le plus souvent d’une incapacité à exprimer ses désirs et de la croyance que l’autre serait sensé les deviner tout seul. Face à ce manque de communication, les partenaires tentent en vain de se rapprocher et restent isolés dans leur mutisme.

Il est impossible de savoir comment exciter l’autre ou de l’accompagner dans son plaisir tant qu’il n’a pas exprimé ses désirs et ses préférences.

Les timides sont évidemment les plus touchés par cette situation, mais toutes les personnes victimes de tabous sur la sexualité éprouvent de la difficulté à énoncer leurs envies.

Il faut alors développer sa confiance en soi pour oser dire ce qui est important pour soi et pour oser la sensualité que l’on souhaite expérimenter.

Reste à savoir comment prendre confiance… Peut-être en commençant par accepter l’idée que la sexualité est une activité humaine normale, saine et épanouissante pour les deux partenaires.

Êtes-vous satisfait ou insatisfait de votre sexualité ? Nos considérations personnelles à propos du sexe déterminent notre épanouissement. N’hésitons pas à les remettre en question et à les adapter à l’autre pour qu’elles nous permettent d’accéder au bonheur que nous souhaitons vivre ensemble.

Si cela a du sens pour vous et que vous croyez que cela peut amener à plus de plaisir et de joie échangée dans le lit des amants : partagez cet article sur vos réseaux sociaux grâce aux boutons ci-contre.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

¹Étude nationale des États Unis
The Journal of Sex Research – David A. Frederick

00

Baisers, bisous et roulage de pelle

Qui n’est pas sensible aux baisers ? Les baisers sont la première manifestation de l’attirance entre deux êtres. Baisers, bisous et roulages de pelle font ainsi partie de l’expression du couple. Je ne sais pas si le romantisme est mort, mais il me semble qu’on voit de moins en moins d’amoureux s’embrasser dans la rue.

Baisers, bisous et roulage de pelle

Il y a bien sûr tout un tas de façons de manifester son désir, mais les baisers gardent une place privilégiée en ce domaine. De plus, les différentes manières d’embrasser sont très variées et révèlent le style et la personnalité de l’amoureux.

Certains embrassent avec fougue et passion, d’autres avec la retenue des gens plus timides. Mais quoi qu’il en soit, les échanges de bouches sont plus ou moins compatibles et en disent long sur le potentiel de plaisir que les amants se réservent l’un à l’autre.

Si vous trouvez que le baiser n’est pas terrible, il y a fort peu de chances que ce soit meilleur au lit. Mais lorsqu’il est bon, le baiser crée un lien physique intime qui active l’attraction sexuelle.

On se souvient tous de son premier baiser, parfois aussi de ses premiers échanges de lèvres avec quelqu’un qui a compté dans sa vie.

Le premier baiser n’a lieu qu’une seule fois.

Raison de plus pour en profiter et pour reproduire aussi souvent que possible l’intensité de nos émois lors de nos jeux de langues. Mais comment faire pour développer cet art d’embrasser qui fait le délice des amants ?

Les baisers et ce qu’ils racontent

Il y a une grande différence entre les petits bisous secs du vieux couple qui partage une tendresse amicale et les baisers goulus des amants fougueux qui se jettent l’un sur l’autre. Le baiser est porteur de sens, comme s’il pouvait sublimer les sentiments en présence.

D’ailleurs, les prostituées n’embrassent pas sur la bouche parce que c’est émotionnellement plus engageant que l’acte sexuel lui-même. Doit-on en déduire que plus on aime plus on embrasse ? Il y a de nombreux couples qui s’aiment profondément et qui ne s’embrassent plus beaucoup. Le baiser est donc plutôt lié à la passion amoureuse, celle qui attise et entretient le désir.

En tant que zone sensible, la bouche éveille les sens et produit de l’excitation. Elle est aussi le lieu des introductions réciproques, là où chacun peut être tour à tour pénétrant et pénétré. Elle fait ainsi la métaphore de la pénétration sexuelle, avec un aspect androgyne qui pourrait plaire aux deux partenaires.

Les baisers sont l’essence même des prémices amoureux et s’accompagnent fort bien de caresses, d’effeuillage réciproque et d’autres mouvements du corps. Les baisers sont ainsi les préparatifs à l’amour physique, mais leur grand avantage c’est qu’ils peuvent accompagner les amoureux à tout moment et dans toutes les circonstances du quotidien.

Il n’y a pas besoin de se cacher pour s’embrasser (du moins pas trop). Le couple amoureux manifeste son amour n’importe où et en toute impunité, cultivant ainsi le désir en attendant le moment propice des retrouvailles de la culotte.

N’hésitons donc pas à nous embrasser (à tire-larigot, à tort et à travers et à tout bout de champ) pour profiter de l’amour qui nous lie et du désir qui nous transperce.

L’art des baisers et de leurs variantes

L’art de partager des baisers, de les donner comme de les recevoir, n’est pas inné. C’est le résultat d’un apprentissage largement véhiculé par la culture. D’ailleurs, il y a beaucoup d’endroits dans le monde où le baiser n’a pas la même importance qu’en occident. Certains pays interdisent même les baisers en public !

Pour nous qui avons la chance de pouvoir en user (et même en abuser) en toutes circonstances, il peut être intéressant d’explorer les possibilités de cette activité hautement sensuelle.

Baisers

Pour commencer, les lèvres des partenaires s’approchent généralement en douceur et se rencontrent mollement dans un contact chaud et humide.

Avec une haleine fraîche c’est plus sympa qu’après avoir mangé de l’aïoli, ou alors il faut vraiment être très amoureux… Par conséquent, une bonne hygiène est recommandée.

Une fois la connexion buccale établie, la danse des langues commence. Là où certains contractent leur langue pour la transformer en dard rigide et pointu, d’autres préfèrent la détendre pour la rendre plus douce et souple. Cette seconde option offre plus de confort et s’avère plus accueillante à l’autre.

Certes, le baiser partagé est un moment de détente et d’abandon, mais il ne faut pas exagérer avec la relaxation : une langue trop molle pourra paraître comme un manque d’enthousiasme. L’idéal est d’en varier la fermeté en fonction des émotions ressenties pour exprimer tantôt sa fougue, tantôt sa tendresse.

L’usage de ses dents est aussi intéressant et on aura plaisir à mordiller (j’ai pas dit mordre) les lèvres de l’autre. Leur texture fait penser à la chair d’une crevette et on peut trouver un grand plaisir à la faire rouler entre ses dents, à la caresser de la langue ou à l’aspirer délicatement.

Tant qu’on y est, on peut aussi s’attarder avec délice sur la commissure des lèvres, à la fois pour le plaisir qui s’y trouve et pour faire languir l’autre de revenir en bouche. Le baiser gagnera d’ailleurs à se faire attendre et à se propager aux alentours des lèvres, dans le creux du menton ou sur les ailes du nez.

Quand on revient se fourrer l’un l’autre, les caresses buccales trouvent un rythme naturel. Mais on pourra créer la surprise et varier les plaisirs en caressant le palais de son/sa partenaire avec la langue ou en lui lissant les dents ou les gencives.

Une telle exploration de la bouche de l’autre constitue une expérience hautement intime et érotique. Elle ne devra toutefois jamais être intrusive ou forcée. Pénétré et pénétrant prennent plaisir à s’inviter, à s’accueillir et à s’honorer mutuellement.

La salive joue aussi un rôle important dans les baisers puisqu’elle permet déjà d’absorber l’autre en goûtant à ses fluides. Ainsi, le fil de bave est sublimé, préparant les amants à mélanger d’autres fluides, plus intimes encore… dans la moiteur des sexes.

Exprimer le désir sans se prendre la tête

Mais le baiser peut aussi être rigolo et ne pas trop se prendre au sérieux, par exemple en position tête-bêche ou en sortant les langues chacun pour en toucher le bout.

Les rires accompagnent toujours favorablement les baisers et alternent à merveille avec la passion amoureuse.

C’est ainsi qu’on aura du bonheur au roulage de pelle, qu’on se roulera des galoches à n’en plus finir dans la joie et la bonne humeur, pour attiser cette passion complice qui nous attire l’un vers l’autre.

S’embrasser n’est pas anodin. Parce que le baiser est un langage. Les lèvres y communiquent en silence des choses fortes de sens.

Lorsqu’il s’agit d’aimer, les mots sont limités pour exprimer l’essentiel. Le langage du corps est bien plus explicite et le baiser est sans doute ce qui porte le mieux les sentiments du cœur.

Un proverbe ancien dit qu’il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Mais on ne sait pas de quelle bouche il s’agit, la sienne ou celle de l’autre. Peut-être qu’avant de se dire des bêtises (du genre qu’on pourrait regretter), il vaudrait mieux se rouler sept fois une pelle tendrement…

Baisers, bisous et roulage de pelle

À chacun sa manière d’embrasser et ses préférences. Il n’y a rien à redire là-dessus. On peut pourtant constater qu’au fil de nos rencontres amoureuses, certains partenaires, plus libérés ou créatifs, nous surprennent et nous font découvrir de nouvelles façon de profiter de nos baisers.

Sans doute y a-t-il encore un tas de choses à explorer et à découvrir sur nos lèvres, au-delà de nos habitudes, en terme de sensations, de perceptions et d’émotions à partager à deux.

Qu’en est-il pour vous ? Préférez-vous les baisers romantiques, les bisous doux ou les roulages de pelle fougueux ? Avez-vous d’autres expérience à partager ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace commentaire un peu plus bas.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articlebisou erotic,je roule des pelles avant de faire l amour

Secrets d’alcôve partie 6 : le sens du sexe et de l’amour

Le sexe c’est bon, c’est sain, ça fait du bien et ça donne du sens à la relation des amoureux. Dans ce dernier épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve », je termine avec la chose qui est sans doute la plus importante pour le couple : le sens du sexe et de l’amour.

Secrets d’alcôve :
le sens du sexe et de l’amour

Lorsque tous les éléments sont réunis, quand l’échange physique fait partie des valeurs fondamentales du couple, les partenaires vivent une véritable union qui les lie profondément sur la durée.

Faire l’amour devient alors le moyen d’exprimer à la fois ses sentiments et sa pulsion, entre romantisme et animalité, dans un échange complet.

Une sexualité qui se révèle libre et intense devient précieuse pour les deux amants. C’est tout le sens du sexe et de l’amour qui permet de se sentir unis et complices face au monde.

épisode 6

Qu’en pensez-vous ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partagez sur vos réseaux sociaux au moyen des boutons ci-contre..

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Transcription texte de la vidéo

Le sens du sexe et de l’amour

Pour résumer tout ce qui a été dit : ce qui est important c’est avant tout cet état d’esprit qui permet de comprendre et d’admettre à quel point « j’aime le sexe » et de comprendre à quel point l’autre aussi aime le sexe. À quel point c’est sain, c’est bon, à quel point ça sert, à quel point c’est utile au couple. À quel point c’est merveilleux de pouvoir accueillir cette sexualité de manière complètement naturelle et libre.

Dans cet état d’esprit libre, il s’agit de varier les plaisirs, les situations et les positions pour augmenter la richesse de cet échange.

C’est important de prendre conscience à quel point on prend du plaisir au plaisir de l’autre et pas seulement à son propre plaisir. C’est véritablement un échange de plaisir. Et que le plaisir est dans l’échange. Il n’est pas seulement dans mon propre plaisir. Nous ne sommes pas deux personnes en train de se masturber ensemble, mais on est vraiment dans quelque chose qui nous unit.

Et pour bien vivre tout cela, il faut aussi un certain nombre de connaissances. C’est cela dont nous avons parlé ce soir. Il faut aussi une certaine expérience. Si on est complètement novice, s’il y a ce soir dans la salle une personne qui a peut-être 18 ans et qui n’a eu que deux ou trois amoureux, ou amoureuses, elle peut simplement se réjouir qu’avec le temps, l’expérience et la pratique, tout cela va se développer d’une manière absolument invraisemblable et magnifique.

Et pour que tout cela fonctionne vraiment bien il faut aussi que l’on accepte ce côté animal et en même temps ce côté romantique. Comme si on était construit de choses différentes qui ont, toutes, leur valeur. On peut avoir cette passion romantique qui nous amène à être si tendre avec l’autre, et cette sorte de pulsion animale qui nous amène parfois à être si « brutal ». Ici, je mets des guillemets, parce qu’il ne s’agit pas de frapper sa femme ou de griffer son mari jusqu’au sang… Mais c’est bien dans une espèce de violence érotique, de violence tendre, dans laquelle on peut laisser s’exprimer cette partie de nous, animale et reptilienne.

Et que c’est la variation de tous ces éléments qui va nous permettre d’entrer dans un échange complet. Et cet échange complet, il va être encore augmenté par une intensité émotionnelle, que l’on vit naturellement quand on est amoureux et qu’on vient de se rencontrer, parce que ce sont les hormones qui s’occupent de ça, mais qu’il va falloir créer à partir d’un certain moment, quand les hormones s’estompent et s’endorment peu et que le couple se confronte à sa propre durée dans le temps. Cette charge émotionnelle, cette intensité d’échange, il va falloir la créer…

Et comment est-ce que l’on crée ça ? On va créer ça simplement en ayant bien conscience de cet état érotique, de ce rôle érotique, de ce rôle sexué qu’on joue. On va créer ça par des gestes, par des mots, par des regards.

C’est le regard surtout qui va permettre de donner de l’intensité émotionnelle à nos rencontres sexuelles. Regardons-nous dans les yeux.

Regardons-nous dans les yeux quand on se déshabille, quand on s’embrasse, quand on se caresse. Regardons-nous dans les yeux quand on commence à se pénétrer… Et faisons attendre l’autre, laissons monter le désir en soutenant son regard.

Donnons de l’intensité aussi avec des mots. Soutenons cette intensité émotionnelle avec des mots, en osant les mots spontanés qui nous viennent. Parce que dans ce lâcher prise de la sexualité, dans cette immersion à l’intérieur de l’alcôve qu’on se réserve l’un à l’autre, on a le droit d’être spontané. On a le droit d’être soi.

Le sens du sexe et de l’amour

Voilà ce qui va vraiment créer cette complicité de couple. Et un couple comme ça, il va porter, au-delà de lui-même, au-delà du couple, une joie « érotique » qui sera visible de l’extérieur, qu’on va sentir et parfois même palper… et qui sera tout le sens de cet amour partagé.


Je crois que chacun d’entre nous recherche une telle intensité amoureuse et tente de comprendre le sens du sexe et de l’amour. Ceci requière une grande implication et beaucoup d’intégrité, mais aussi des connaissances qu’il s’agit d’acquérir et de cultiver sans cesse. Faisons-le ensemble.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Glossaire sexe & amour : lettre I

De Impuissance à IST (ou MST), en passant par Intensité érotique… nous poursuivons l’exploration des termes du sexe et de l’amour en étudiant la lettre I.

Glossaire sexe & amour : lettre I

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.


Identité de genre : Sentiment intime d’appartenir au genre féminin ou masculin, indépendamment de ses caractéristiques biologiques, telles que la production d’hormones ou la réalité de ses organes génitaux.

Le choix de l’orientation sexuelle (hétéro, homo, bis ou trans) n’est pas toujours en concordance avec l’identité de genre profondément ressentie. Ce décalage peut mener à un conflit intérieur difficile à assumer.

Imagination : L’imagination est nécessaire à la créativité. Dans le cadre de la relation de couple et de la sexualité, elle permet d’agrémenter le rapport amoureux d’une gamme infinie de fantaisies sensuelles et de variations érotiques.

À travers les fantasmes, l’imaginaire érotique nourrit le désir et entretient l’attraction des amants. En accueillant cet imaginaire et en le laissant s’exprimer librement, les partenaires pourront s’éclater au lit avec bonheur et cultiver leur plaisir sur la durée.

Impuissance : Dysfonctionnement sexuel masculin qui entraîne une incapacité à l’érection. L’impuissance est considérée comme une lourde perte de virilité et s’avère souvent pénible à vivre, tant pour celui qui y est sujet que pour sa compagne.

Les origines de l’impuissance peuvent être nombreuses et sont parfois difficiles à cerner. On distingue les causes physiques, dues à une grande fatigue, à une maladie cardio-vasculaire ou à un diabète par exemple, et les causes psychologiques, comme dans le cas de stress intense ou de traumatisme.

Voilà de quoi faire pâlir les mecs et les faire paniquer à la moindre panne. Mais il ne faut pas confondre l’impuissance et la défaillance temporaire. Celle-ci survient chez tous les hommes à un moment ou un autre et il n’y a pas lieu de s’en inquiéter. Généralement, après avoir pris du recul et un peu de repos tout rentre dans l’ordre.

Infantilisme : Fantasme sexuel basé sur la nostalgie de l’enfance ou de la petite enfance. Lorsque l’infantilisme est très marqué, la personne concernée peut avoir un dégoût de son corps d’adulte et une aversion pour les poils.

L’infantilisme mène parfois au fantasme des couches culottes ou à l’attrait pour les jeux de rôles qui mettent en scène l’allaitement et la toilette du nourrisson. Ces scénarios comportent souvent des éléments de domination qui produisent l’excitation sexuelle.

Initiation : Sorte de rituel érotique dans lequel une personne expérimentée guide le ou la partenaire novice dans une découverte sensuelle qui lui est inconnue. Dans ce contexte, l’un prend la responsabilité de transmettre son savoir et son expertise alors que l’autre fait preuve de curiosité, de confiance et parfois de soumission.

Cette situation place les amants dans un rapport de maître à disciple souvent vécue comme une relation de dominant à dominé, ce qui peut rendre l’expérience hautement érotique.

Innervé : Qualité d’un organe ou d’une partie du corps ayant des terminaisons nerveuses qui la rendent sensible au contact. Certaines zones des organes génitaux sont fortement innervées et permettent ainsi de ressentir beaucoup de plaisir lors des stimulations.

La partie du corps la plus innervée est la pulpe des doigts. Les caresses offrent ainsi tout autant de plaisir à la personne qui touche qu’à celle qui est touchée.

Les zones érogènes sont également riches en terminaisons nerveuses. Durant les préliminaires, on active spontanément la bouche, le cou, les seins, le ventre et les fesses, mais on oublie parfois de s’attarder sur les oreilles, le bas du dos, l’intérieure des cuisses, l’arrière des genoux et les pieds. Autant de parties sensibles à caresser avec délice…

Insertif : Se dit du partenaire qui introduit son pénis, ses doigts, sa langue ou un autre objet dans la bouche, le vagin ou l’anus de la personne avec qui il y a échange sexuel. Dans les rôles que prennent les amants, une personne est insertive alors que l’autre est réceptive. On utilise plus couramment les termes actif ou passif, mais ces termes sont trompeurs puisque la personne introduite peut aussi être active dans sa manière de recevoir.

Quoi qu’il en soit, les rôles ne sont pas forcément définis de manière immuable. Le couple épanoui pourra enrichir sa relation en explorant la fonction insertive de madame : langue, doigts et autres objets dans la bouche ou le rectum de son amoureux..

Instinct : Réflexe commun à tous les êtres vivants qui les pousse à satisfaire leurs besoins fondamentaux, comme manger, dormir ou se reproduire. L’instinct se loge dans le cerveau reptilien, mais les dernières études montrent que chez l’être humain, la pulsion sexuelle est secondaire par rapport à la motivation d’activer les zones neuronales du plaisir.

Le plaisir est donc majoritairement le fruit d’apprentissages inconscients. Il est issu d’un mélange de programmation culturelle et de besoins psychologiques. Les sentiments romantiques et les émotions font ainsi partie intégrante des liens amoureux qui se tissent dans la relation sexuelle.

Intensité émotionnelle : Sensation de proximité affective plus ou moins marquée qui lie les amoureux dans leur rapport romantique. C’est par une forte intensité émotionnelle que les amants maintiennent leur désir d’appartenance l’un envers l’autre et gardent leur motivation d’engagement.

L’intensité émotionnelle se révèle par une attitude tendre et bienveillante qui porte l’attention sur l’autre. Elle se cultive dans la confiance et dans l’échange de valeurs communes profondes.

Intensité érotique : Degré d’attraction sexuelle ressenti par les amants, qui puise largement sa force dans les fantasmes et la transgression des tabous. L’intensité érotique est renforcée par la complicité lors des jeux amoureux, lorsque chaque partenaire peut exprimer librement sa nature sexuée.

Les particularités des genres masculin et féminin, dans leurs différences et leur complémentarité, participent à l’augmentation de l’intensité érotique. Gestes, regards et allusions font de jeu de l’homme qui conquière et de la femme qui séduit. Les rôles de dominant et de soumis, de prédateur et de proie, sont de fort vecteurs d’intensité érotique.

Intimité : Espace réservé et protégé de toute intrusion extérieure. L’intimité peut être personnelle, garantissant l’intégrité de l’individu, ou appliquée au couple pour préserver un partage à caractère confidentiel.

L’intimité des amoureux est un des fondements du romantisme et de l’engagement sentimental. Elle concerne tant l’espace physique qu’émotionnel dans lesquels les partenaires se rejoignent pour tisser les liens qui les unissent.

Introduction : En sexualité, l’introduction désigne une pénétration, vaginale ou anale, avec le pénis, les doigts, la langue ou encore avec un objet comme un godemiché.

Intrusion : L’intrusion est une introduction soudaine et inattendue qui peut avoir une puissante connotation érotique dans le cadre de jeux sexuels complices. Le quickie (petit coup rapide) peut faire l’objet d’intrusions parfois vigoureuses portant une charge émotionnelle intense au profit des deux partenaires.

Lorsque le rapport n’est pas souhaité, l’intrusion est souvent douloureuse et s’apparente à une agression, voire à un viol. La personne soumise à une telle intrusion se sentira trahie, blessée et en gardera peut-être un traumatisme.

Intuition : Perception, réelle ou fantasmée, qui amène au sentiment de savoir à l’avance ce qui va se passer ou ce que l’autre ressent. Dans le domaine amoureux, suivre son intuition est utile parce que cela permet de ne rien regretter en cas d’échec, puisqu’on a suivi ce qui était important pour soi. Mais ceci exige une grande clairvoyance. Croire en son intuition peut aussi cacher des raisons inconscientes plus troubles, ce qui peut s’avérer destructeur.

Personne ne peut prétendre être devin. L’intuition c’est bien joli, mais rien ne remplace la communication pour partager ses ressentis avec l’autre ou pour prendre position en toute connaissance de cause. On ne le répétera jamais trop : les couples qui vont bien sont des couples qui se parlent.

Irrumation : Pratique qui consiste à pénétrer de son pénis la bouche de sa partenaire jusqu’à éjaculation. À la différence de la « pipe royale », gâterie librement prodiguée pour aboutir au même résultat, l’irrumation est imposée par l’homme contre la volonté de la personne qui reçoit. Elle a de ce fait une valeur d’humiliation.

IST (ou MST) : L’IST est une infection sexuellement transmissible. On parle aussi de MST pour maladie sexuellement transmissible, populairement appelées « maladies vénériennes ». IST et MST sont des termes plus ou moins interchangeables, du moins dans le langage courant. Mais les infections ne se transforment pas toujours en maladies, dieu merci.

Les principales infections se transmettent par contact entre les muqueuses sexuelles ou par le sang. C’est essentiellement ainsi que se propagent les bactéries, les champignons et les virus, dont le tristement célèbre VIH, responsable du SIDA.

Bien qu’on en parle moins dans les médias depuis quelques temps, le SIDA est encore bien présent et continue de contaminer le monde. Sachez intégrer le préservatif dans vos jeux amoureux lors de vos rencontres sexuelles.

À suivre dans un mois avec la lettre J

jacuzzi – jalousie – jambes – jeunesse – jeux sexuels – jill-off – joli – jouir – jouissance – jung-go parties

Donnez votre avis

De Impuissance à IST (ou MST), en passant par Intensité érotique… vous voilà au courant de tous les termes en I concernant le sexe et l’amour.

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Envie de partager vos ressentis ou vos expériences ? Vous êtes libre de donner votre avis dans les commentaires ci-dessous… et de participer ainsi à enrichir le Glossaire sexe & amour.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Pour tout savoir sur les mots du sexe et de l’amour :

00

Secrets d’alcôve partie 5 : les positions de l’amour

On nous parle toujours d’une multitude de positions possibles qu’il faudrait absolument pratiquer pour booster sa sexualité. Dans cet épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve », j’aborde les positions de l’amour qui sont les plus importantes et les plus épanouissantes pour le couple.

Secrets d’alcôve :
les positions de l’amour

Que l’on préfère les positions qui lient tendrement les amants ou que l’on privilégie celles qui permettent d’exprimer une certaine bestialité, tous les styles de positions sont à connaître pour pouvoir en faire profiter son couple au maximum.

Les possibilités de variations érotiques sont multiples pour les amants passionnés. Mais les positions de l’amour ne sont pas si nombreuses que ça. Les grands classiques reviennent sans cesse et ce n’est pas pour rien. Qu’en pensez-vous ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partager sur vos réseaux sociaux.

épisode 5

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour

Un dernier chapitre viendra s’ajouter prochainement.


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Transcription texte de la vidéo

Les positions de l’amour

Pour poursuivre cette exploration de tout ce qui se passe dans l’alcôve, dans l’intimité de la sexualité du couple, nous allons maintenant parler du coït. On va parler de la copulation. Bon… normalement on parle de copulation pour les animaux, mais il n’empêche que nous sommes aussi quelque part dans ce cadre-là.

C’est ce qu’on appelle faire l’amour. Faire l’amour, c’est large… faire l’amour, c’est merveilleux. Et nous abordons maintenant le coït, donc la pénétration.

En parlant de pénétration, j’aimerais donner quelques informations sur les positions de l’amour, du moins celles qui sont les plus importantes.

Alors, il y a le Kama-sutra, qui révèle… disons plus de 100 positions. Avec une fois le pied comme ça, ou alors avec le pied comme ceci. Bon… il faut pas déconner non plus ! Finalement, il y a cinq ou six positions… allez, disons peut-être 10 si vraiment va chercher dans les détails. Ensuite, ce sont des déclinaisons.

Je vais en citer cinq ou six, là, qui me paraissent les plus intéressantes et pourquoi elles me paraissent intéressantes.

La première chose qui est importante à dire, c’est qu’il est essentiel de varier tout de même les plaisirs. Surtout si on a envie que le couple dure, qu’il se maintienne sur la durée et qu’il garde son enthousiasme et son désir pendant longtemps. Il va donc faire savoir varier les plaisirs.

Varier les positions et les situations

Alors varier les positions, c’est une bonne chose. Néanmoins, dans la même relation sexuelle, dans la même soirée ou la même nuit, le même moment amoureux, vous n’allez pas faire cinq positions. Sinon après, ça va finir par être lassant ! Vous n’allez pas tout le temps changer.

Il faut avoir le temps. La plupart des femmes aiment avoir le temps de sentir la pénétration. Elles n’aiment pas tout le temps être dérangées par un gars qui sort à tout bout de champ pour changer. Donc, il est important de varier, mais je dirais pas plus de trois positions dans la même rencontre amoureuse. Ensuite… chacun fait ce qu’il veut bien sûr, mais je vous donne mon avis simplement.

Par contre, c’est important de varier d’une fois à l’autre. Varier la sexualité, c’est d’abord varier les positions bien sûr, mais c’est aussi varier les situations.

Une fois dans le lit, une fois sur la table de la cuisine, une fois dans la voiture, une fois sur le tapis du salon, une fois dans l’entrée parce qu’on ne peut plus attendre… une fois sur le bord du lit, fois sur la tête du lit, une fois à côté du lit, une fois contre l’armoire, une fois contre le mur… voilà.

Tout ça, ce sont des situations. Alors les situations, ce sont des lieux bien sûr, les lieux dans la maison, mais aussi à l’extérieur, lors d’un pique-nique, dans la forêt, etc. Mais alors attention ! Sur la voie publique, c’est carrément interdit. En fait, vous risquez la prison. Donc, il ne faut pas se faire choper et il faut vraiment faire ça discretos.

Et puis ensuite, varier les situations ce n’est pas varier que les lieux. Varier les situations c’est aussi varier les moments dans la journée et ne pas faire l’amour toujours le soir où toujours le même jour. Cela peut-être le matin, cela peut être à midi… ça peut être un petit coup à quatre heures avant que les enfants rentrent de l’école par exemple. En fait, il y a une foule de possibilité.

C’est ça que j’appelle varier les situations. Un moyen de créer des rencontres un peu particulières. On peut se donner rendez-vous, ou entrer dans des jeux de rôle. Par exemple, se payer une nuit à l’hôtel, alors que l’hôtel se trouve juste à 100 m de la maison.

Alors, cela semble complètement débile de prendre une chambre à l’hôtel, puisqu’on a une chambre ici, mais c’est vachement plus excitant parce que cela devient une situation érotique. Donc, cette variation du plaisir est très importante, particulièrement si on souhaite prendre soin de son couple.

Quand on vient de se rencontrer, on n’a pas besoin de varier parce que tout est nouveau. La peau, l’odeur, le goût, les bruits, les mots, etc.… tout est nouveau. Donc il n’y a pas besoin de varier. Mais à partir d’une certaine durée, ça devient important de pouvoir faire ces variations.

La position du missionnaire

En terme de positions donc, la première que je veux vous présenter, c’est la position du missionnaire.

Alors vous me direz peut-être : « bon, c’est un peu rébarbatif comme position ». Mais ça n’est pas pour rien que c’est la position la plus importante, en tout cas dans notre culture. Parce que c’est la position dans laquelle on se trouve le plus dans l’union.

C’est-à-dire que, dans cette position, Madame est complètement abandonnée. Elle se trouve sur le dos, jambes écartées, elle est ouverte et abandonnée. Monsieur va être dessus, mais il va être presque en position de prière. Il est à genoux et il y a une espèce de dévotion, que l’on pourrait imaginer symbolisée par cette posture.

Et surtout, il y a un contact général du corps. C’est-à-dire que l’homme va être sur sa partenaire, il va l’enrober, il va donner son poids. Quant à elle, elle va ressentir ce poids, cette puissance. Il va être aussi proche d’elle.

On peut s’embrasser, on peut s’en se regarder dans les yeux, on peut se dire des mots doux à l’oreille, on peut entendre la respiration de l’autre, parce qu’on est tout proche. On est collé avec les ventres, avec les poitrines, avec les bras.

Madame enrobe Monsieur avec ses cuisses, avec ses bras, avec son vagin. Il y a un accueil incroyable. En fait, elle est énorme cette position… elle est géniale. Moi, elle me fait toujours beaucoup d’effet à un niveau émotionnel profond. Et c’est pour ça que c’est une position qui est très très intéressante.

Par contre, elle ne permet pas des pénétrations très profondes. Donc c’est une bonne position pour commencer la relation amoureuse, entendez par là la relation sexuelle, et qui permet d’activer et d’augmenter l’intensité émotionnelle entre les amants. Ça, c’est vraiment très intéressant.

Pour des pénétrations plus profondes, c’est-à-dire à partir du moment où la tension sexuelle et l’excitation montent, au moment où il faudrait commencer à aller un peu plus profondément, avec le pénis bien au fond, de manière à faire monter l’orgasme, à ce moment-là, il faut une autre position, une position qui permette une pénétration plus profonde.

Mais avant de parler d’une autre position, j’aimerais juste signaler une variante de la position du missionnaire. C’est simplement, pour l’homme, de se relever un peu sur ses genoux et de prendre les jambes de sa partenaire sur ses épaules.

Du coup, le bassin de la femme va se renverser, va se trouver. Ainsi, Monsieur va pouvoir changer son angle de pénétration pour aller très profondément. Donc on est toujours dans la position du missionnaire, pas tout à fait en réalité puisqu’on appelle ça la position de l’enclume, mais peu importe. On est dans la même position en fait, mais avec une possibilité d’aller plus profondément. Voilà pour cette première position.

La position de la levrette

Une autre position… phare, on va dire : c’est la position de la levrette. Ici, Madame est à quatre pattes, Monsieur est à genoux derrière elle. Il la pénètre par l’arrière, j’entends par là dans le vagin, mais c’est aussi une bonne position pour les pénétrations anales, je reviendrai là-dessus un peu plus loin.

Voilà donc une position importante, qui va être très excitante pour la plupart des gens, hommes et femmes, parce que c’est une position plus animale. Déjà, on perd le contact visuel, donc on se trouve plus spécifiquement dans son propre plaisir que dans le partage. On est un peu dans une petite forme d’égoïsme. Un égoïsme temporaire dans lequel chacun va se concentrer sur son propre plaisir.

L’homme va profiter de cette croupe magnifique qu’il enfile avec joie. La femme va se sentir prise.

Il est temps ici de faire une petite parenthèse sur le rôle de l’homme et de la femme. Parce que cela va faire partie aussi de cette qualité d’intensité, qui va permettre de vraiment pouvoir s’éclater au lit.

Ce que je vais dire maintenant, n’est pas toujours bien entendu ou pas toujours bien vu. Mais je vais le dire quand même…

Assumer son rôle animal

L’homme va avoir le rôle de prendre les choses en main. Dans la relation sexuelle, c’est à l’homme de prendre les choses en main. Et à la femme de suivre ce mouvement. L’homme va prendre et imposer, il va imposer sa puissance, il va imposer son plaisir… quand je dis imposer, entendons-nous bien : il n’est pas en train de la violer puisqu’il lui fait l’amour. Mais pour bien lui faire l’amour, il faut que c’est énergie, un peu brute, un peu animale, fondamentale, reptilienne, soit présente. Donc l’homme va prendre ce rôle-là.

J’ai mis des années à oser. Je me disais : « non, mais je ne peux pas faire ça… je la respecte, c’est un être humain et tout et tout… j’osais pas lui mettre une claque sur les fesses, sinon mais pour qui est-ce que je me prends ? » Simplement : je n’étais pas mature sexuellement. J’avais trop de conditionnements, trop d’idéaux et j’étais trop dans cette histoire de la madone et de la salope.

Pour revenir sur cette histoire de maturité sexuelle, l’homme va donc prendre… et pourquoi va-t-il se permettre de prendre ? Simplement parce qu’il a conscience que la femme aime être prise.

L’homme va donner des ordres, la femme va obéir. Ceci ne veut pas dire que cela ne peut pas être l’inverse. Mais il y a cette énergie : je te prends / tu me prends. Et cette énergie ressort très fortement dans la position de la levrette.

Beaucoup de gens s’accordent cette énergie uniquement dans cette position-là. Parce qu’ils n’ont pas forcément fait cette réflexion, ils n’ont pas forcément bien intégré le fait que les rôles sont clairement posés.

Évidemment, dans la société, les hommes et femmes sont égaux en droit, en qualité, etc. Évidemment tout ça. Et moi-même, je suis le premier à être féministe et à croire qu’on a tous les mêmes droits.

Par contre, dans le lit, en terme d’énergie sexuelle, on a un rôle à tenir. Ce rôle est plus animal, plus reptilien. Ça ne veut pas dire que la femme va complètement devenir soumise. Ça veut dire simplement qu’elle aime être soumise. Ça veut dire qu’elle aime être prise. Ça veut dire qu’elle aime avoir ce sentiment qu’elles ne sort pas avec mollasson. Elle aime sentir qu’elle sort avec un type qui la chope, quoi. Et elle a plaisir à ça. C’est excitant, ça l’excite. Et c’est ça, l’attraction sexuelle.

Un homme doit apprendre à assumer cela pour que sa femme puisse continuer à avoir de l’attraction sexuelle pour lui.

Il y a plein de femmes qui ont un mari gentil, attentionné, sensible, et elle peut lui trouver toutes les qualités. Ce sera peut-être bon père, un bon mari, un bon « tout ce que vous voulez », mais ça ne sera pas un bon amant. On retrouve ici cette histoire de la madone la salope, comme toujours. Est-ce qu’il est possible d’être bon, gentil, généreux, bon mari et… bon amant ? Oui. C’est possible. Il suffit juste d’intégrer et de bien comprendre cette notion de maturité sexuelle. Et cette notion du rôle.

C’est dans la position de la levrette, qu’on va pouvoir le plus facilement ressentir cela. La femme va sentir : « Oh, putain, je suis en train de me faire prendre par derrière. » En plus, elle n’a pas besoin de regarder son mari, elle n’a pas besoin d’avoir honte, elle peut juste le vivre simplement, parce qu’elle vit en interne.

Elle ne va peut-être jamais le dire ou l’avouer, mais c’est ce qu’elle vit en interne. Donc, c’est une position qui est vraiment intéressante. Parce qu’elle permet de vivre ça. Après, quand on a bien intégré tout cela, on le vit encore mieux. Voilà pour la position de la levrette.

La position d’Andromaque

Positions suivantes : je vais parler de la position de l’Andromaque. Alors avec l’Andromaque, c’est Monsieur qui se repose. Monsieur est donc sur le dos et Madame grimpe sur lui. Alors là, c’est une position intéressante pour les deux partenaires. Ça n’est pas la position la plus excitante, et justement, c’est ça qui est intéressant.

Dans cette position, l’homme n’est pas soumis à toutes les tensions habituelles comme lorsque c’est lui qui est debout, accroupi ou au-dessus. Il n’a pas toutes ces tensions dans le corps et peut donc se relâcher. Du coup, il va faire plaisir à Jean-Yves Desjardins avec son sexocorporel, parce que dans cette position, il va pouvoir gérer son excitation.

C’est donc une position qui est bonne pour les hommes qui ont tendance à être rapides. La fille va donc lui monter dessus, et c’est elle qui va chercher les mouvements et lui, il va pouvoir se relâcher. Du coup, il sera moins soumis à l’éjaculation précoce.

En même temps, il aura beaucoup de plaisir parce qu’il aura devant lui cette paire de seins magnifiques qui dansent devant ses yeux. Cette femme qu’il aime, il pourra la toucher, toucher les hanches, les fesses, lui donner une petite claque si elle aime ça… enfin bref. C’est une belle position.

C’est une position aussi intéressant pour Madame, parce qu’elle va pouvoir gérer complètement ses mouvements. Ainsi, elle pourra varier les angles et les rotations. Elle va pouvoir chercher ses sensations parce que c’est elle qui s’empale. Ce n’est pas elle qui se fait mettre, c’est elle qui s’empale. C’est elle qui contrôle le truc. Ainsi, elle va pouvoir explorer son vagin avec cette position.

Évidemment, si le mec est trop relâché, qu’il n’a plus une érection très dure, à ce moment-là elle ne va plus rien sentir. Ce qu’il faut alors, c’est qu’elle se relève un peu pour que l’homme puisse avoir à nouveau un petit peu de mouvement… afin que ce soit l’homme qui vienne de nouveau chercher sa femme en donnant des coups par en-dessous. Cela va certainement lui redonner son érection, et ça redonnera de nouvelles possibilités. Cette position offre donc une exploration intéressante, exploration pour la femme, et relaxation pour l’homme.

Variante de cette position : la femme se tourne. C’est la même position, sauf que Madame est de dos cette fois-ci. Ici encore on perd le contact visuel. On est dans une expérience un peu plus intérieur, pour chacun des deux.

L’homme va avoir une vision sur le fessier de Madame, ce qui peut être très excitante pour certains, enfin… chacun son truc… Et de son côté, Madame va être peut-être un peu libérée du regard de son compagnon, afin de pouvoir mieux explorer son intérieur. Et surtout, compte tenu de la situation elle va aussi découvrir qu’il y a un deuxième deep spot de l’autre côté du col de l’utérus, du côté arrière. Mais je vous laisse explorer tout ça tranquillement…

La position du lotus

Troisième position importante, c’est la position du lotus. Position chère aux tantristes : Monsieur est assis en tailleur et Madame vient s’asseoir sur lui. C’est une position d’union aussi, très forte, comme dans le missionnaire. Une position qui peut être très tendre et unifiante.

C’est une position dans laquelle on se touche et où l’on peut s’enlacer l’un l’autre. Comme il n’y en a pas un qui est sur l’autre, cela peut être bien aussi pour les gens qui aiment l’union, mais où Monsieur est peut-être trop lourd ou Madame trop fine… enfin où le rapport poids et volume peut poser des problèmes avec le missionnaire.

Si Monsieur est trop lourd pour être sur Madame, la position du lotus est une très bonne position pour créer l’union d’une autre manière.

Pour ceux qui aiment les notions énergétiques, c’est une position qui est très intéressante, parce que les deux colonnes vertébrales sont parallèles et verticales. On peut ainsi s’amuser à inspirer lorsque l’autre expire, expirer quand l’autre inspire et faire ainsi tourner l’énergie. L’énergie de l’autre qui entre dans mon inspire… puis qui descend dans mes organes génitaux, puis qui part à l’expire dans les organes génitaux de l’autre… enfin il y a tout un truc tantrique là autour… mais ça pourrait faire l’objet d’une autre conférence…

Voilà donc pour cette position du lotus, qui est aussi une position très liante, très unifiante.

Position à plat ventre

Avant de citer la dernière position, j’ai envie d’en signaler une autre entre deux : c’est la position à plat ventre. Madame est allongée sur le ventre, Monsieur est à plat ventre sur elle. C’est comme le missionnaire, si Madame se tourne.

Voilà une position qui n’est pas très facile : il faut avoir une bonne érection et il faut être assez long. On peut écarter un peu les fesses pour avoir un meilleur accès… Mais la position fait que l’angle de pénétration du pénis est proche des 90°, il est très vertical. On n’aura pas une pénétration très profonde, par contre c’est une position qui va activer le point G au maximum. Ça va serrer, ça va appuyer à fond sur le point G. Et ça, ça peut aussi être très très intéressant.

Position des cuillères ou 99

Pour terminer cette liste des positions que j’ai choisies de vous présenter, la dernière sera la position des cuillères. Imaginez donc les cuillères, rangées dans un tiroir, comme ça… Comme souvent on s’endort le soir ou comme on peut se réveiller le matin, quand on dort ensemble.

On appelle aussi cette position-là : la position 99. Ce qui est intéressant là-dedans, c’est que c’est une position très tendre. Là aussi, Monsieur prend Madame par derrière. Il faut qui soit derrière, sinon si c’est elle qui est derrière, il ne se passerait rien… donc Monsieur derrière Madame. Et il va l’enlacer.

On se trouve ici dans une position très tendre, plus romantique. Et cela me fait penser que lorsqu’on parlait de variation et de ce terme d’animalité… que autant l’animalité est importante, à être présente dans la sexualité, autant la tendresse et la passion romantique doivent rester présent. Il y a donc cette variation aussi, cette allée et venue entre ces deux énergies : animale et romantique.

Et donc la position 99 est très bien adaptée pour explorer cette tendresse. Et dans cette pénétration beaucoup plus tendre et romantique, l’homme va enlacer sa partenaire, lui donner des bisous dans le cou et lui dire des mots doux à l’oreille. Il peut y avoir tout un langage amoureux qui se développe pendant qu’il peut caresser les seins, la taille, les hanches, et entrer de manière assez naturelle et facile par l’arrière, mais confortablement installé sur le côté.

C’est donc une position assez cool,une position relax pour les deux partenaires. Si, en fonction des corpulences, il y a difficulté d’entrer ou d’introduire le pénis dans le vagin avec cette position-là, il suffit juste pour l’homme de se dégager un peu vers l’arrière, pour amener les corps à être un peu plus écartés. De cette manière, le pénis pourra mieux glisser et entrer afin d’avoir vraiment quelque chose de très cool à partager.

C’est une position de pénétration très cool, qui peut durer longtemps, dans laquelle on ne va pas s’exciter. On est juste en train de se relaxer ensemble.

C’est aussi la position idéale pour les fois où on se réveille le matin avec une gaule d’enfer et que l’autre est juste là, à portée de sexe, on va dire… Dans cette position des cuillères, assez naturelle, il suffit parfois juste d’écarter une fesse pour donner un petit mouvement et prendre le temps d’entrer là-dedans, tout tranquillement, et de faire une pénétration toute douce, qui peut être matinale ou du soir… tout en tendresse.


Les possibilités de variations érotiques sont multiples, mais les positions de l’amour ne sont pas si nombreuses que ça. Alors vous, quelles sont vos préférées ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partagez sur vos réseaux sociaux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Recherches utilisées pour trouver cet articleLE BANGALAN QI ET LON ET GOUR DE PRONO AMOUR,les position decopulation