Archives de catégorie : Glossaire sexe&amour

Glossaire sexe & amour : lettre B

Glossaire sexe & amour : lettre B

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.

Glossaire sexe & amour Lettre B

Bâillon-boule : Accessoire fétiche des séances sadomasochistes, le bâillon-boule permet de bâillonner une personne avec la bouche en position ouverte. L’objet n’est pas sans rappeler la muselière, qui empêche de mordre et rend ainsi inoffensif. Le bâillon-boule prive également le sujet soumis de sa parole, comme de son accès aux baisers.

Bain : Le bain peut prendre la forme d’un jeu particulièrement érotique, qu’on le prenne seul ou à deux. La chaleur, la nudité et le temps pris pour soi en sont les causes principales. En y ajoutant des bougies et de la musique douce, voire du champagne, le bain crée une ambiance aphrodisiaque propice à la complicité du couple. Surtout que les deux corps doivent trouver leur place, imbriqués de manière cocasse dans l’exiguïté la baignoire.

Baiser : Le baiser, comme nom masculin, exprime le sentiment d’affection, d’attachement et d’amour que l’on dépose des lèvres sur le corps de l’autre. Il est plus ou moins passionné, allant du simple bécot sec et rapide au roulage de pelle fougueux.

Le baiser amoureux met en jeu les lèvres, la langue, la salive et les dents. La bouche étant une des principales zones érogènes, le baiser est le premier contact de fusion intime et fait partie des préliminaires sexuels.

En tant que verbe, baiser signifie avoir des rapports sexuels. Dans le langage populaire, baiser a une connotation plus transgressive, érotique et passionnée que l’expression « faire l’amour. » C’est pourquoi certaines personnes rejettent ce terme dans le cadre d’une relation sincère et engagée. D’autres au contraire privilégient ce verbe qui souligne que leur passion ne s’érode pas malgré leur engagement.

Quelques synonymes argot pour Baiser : Bourrer, bourriner, coïter, défourailler, emmancher, fourrer, foutre, kéner, limer, mettre, niquer, piner, sauter, se taper, tartiner, tirer, tringler, troncher, trouer, zober… Pour définir la chose avec frivolité, y’a de quoi faire !

Baisodrome : Mot populaire pour désigner le lieu où se déroulent les ébats sexuels.

Baisoir : Chambre où l’on baise, le baisoir est un mot souvent associé aux maisons closes.

Bandeau : Le bandeau sur les yeux est un accessoire érotique très courant dans les jeux amoureux. Privé momentanément de la vue, le cerveau intensifie les perceptions des autres sens, offrant ainsi un champ expérimental différent.

Le bandeau active aussi le sentiment d’abandon à l’autre, ce qui peut être très excitant dans un cadre de confiance et de complicité.

Bander : Ce verbe exprime la mise en tension et le gonflement d’un muscle. Dans le cadre sexuel, il fait référence aux organes érectiles, le pénis et le clitoris en particulier, lorsque l’excitation les mets en état de tumescence.

Bander fait donc référence à l’érection chez les hommes et à l’excitation chez les femmes.

BDSM : Initiales reprenant les termes de Bondage, Domination, Soumission et SadoMasochisme. Sous cette appellation, on regroupe toutes les pratiques sexuelles spécifiques à ces domaines.

Bi : Abréviation de bisexuel, qui définit le comportement d’une personne ayant des relations sexuelles avec des partenaires des deux sexes.

Bi-curieux : Ce dit d’une personne qui n’est pas réellement bisexuelle, mais qui se laisse tenter par la bisexualité à l’occasion de circonstances particulières. Dans la sexualité de groupe, dans les clubs libertins ou échangistes, une personne peut facilement se sentir excitée par le contexte ambiant et s’abandonner à ce type d’expérience.

Bifle : Terme issu d’une contraction des mots bite et gifle qui désigne une « gifle » donnée avec la bite. Il faut pour cela que le membre soit en érection et que le visage à atteindre soit à portée, ce qui prédispose à la position donneur debout et receveur à genoux.

La bifle est apparue récemment et a fait couler un peu d’encre dans les médias, ses détracteurs outrés jugeant le geste humiliant, alors que les adeptes n’y voient qu’un jeu sans gravité.

Une occasion peut-être de rappeler qu’aucun geste n’est incongru entre partenaires consentants qui se respectent et qui s’amusent de leur complicité érotique. Comme dans toute pratique sexuelle, il n’y a que l’intention qui permet d’en évaluer le bien-fondé.

Bisexualité : C’est l’orientation sexuelle qui mène une personne à être attiré par les deux sexes et à avoir des relations intimes tant avec des hommes qu’avec des femmes.

Bite : Appellation populaire qui désigne le pénis. Ce mot est perçu comme plus ou moins vulgaire ou excitant selon les situations. Il est très utilisé dans le monde de la pornographie, comme symbole de puissance absolue.

Blennorragie : Infection sexuellement transmissible (IST) caractérisée par des écoulements purulents. On l’appelle aussi « chaude-pisse », puisqu’elle occasionne des brûlures en urinant. La blennorragie se traite facilement aux antibiotiques lorsqu’elle est diagnostiquée rapidement. Sans traitement, elle peut dégénérer en complications plus générales.

Bois bandé : Aphrodisiaque naturel provenant de l’écorce d’un arbre exotique. Ses effets vasodilatateurs favoriseraient l’érection de l’homme. Vendu en flacon, gélules ou décoction, il se prend par voie orale ou s’applique directement sur le sexe.

Aucune étude scientifique sérieuse n’a été faite sur cette substance et son utilisation reste donc hasardeuse. En matière d’érection, rien ne remplacera jamais l’excitation d’une joyeuse complicité érotique !

Bombe sexuelle : Appellation plus ou moins vulgaire qui désigne une amante particulièrement douée pour les plaisirs de la chair. Par extension, se dit aussi d’une femme très attirante qui suscite une forte attraction sexuelle.

Le mot anglais « sex bomb » a envahi les ondes avec la chanson de Tom Jones durant l’année 2000.

Bondage : Jeu érotique faisant appel à l’abandon et à la soumission qui consiste à ligoter une personne, plus ou moins déshabillée, dans un but esthétique d’excitation des sens. Les positions de dominant et de dominé sont librement consenties et sont excitantes pour les deux partenaires. Appelé aussi Shibari, le bondage est issu d’un art ancestral japonais.

Le bondage s’exécute traditionnellement au moyen de cordes, d’étoffes ou de lanières de cuir. Dans sa version plus hard, chaînes, bâillon ou même bande adhésive sont parfois utilisés.

Les techniques de bondage nécessitent des connaissances en anatomie et une formation sérieuse afin de préserver la santé de la personne entravée. En effet, une utilisation maladroite des liens peut aboutir à de graves lésions. Confiance, communication et paire de ciseaux pour une libération d’urgence sont de rigueur pour minimiser les risques.

Bordel : Mot populaire pour désigner un établissement où se pratique la prostitution. La loi Marthe Richard a fait fermer les maisons closes en France en 1946. Dans de nombreux pays d’Europe les bordels n’existent plus, la prostitution étant assimilée à une profession libérale.

Quelques synonymes pour Bordel : Abbaye des s’offre-à-tous – boxon – clandé – claque – foutoir – hôtel de passe – lupanar – maison de joie – maison de tolérance – maison d’abattage – maison publique…

Bouche glacée : Pratique raffinée qui consiste à prendre un glaçon dans la bouche, à le laisser fondre un instant, puis sans le retirer, de s’adonner au french-kiss, de sucer un sein, de faire une fellation ou un cunnilingus… Redoutable, selon certains !

Bougie : Les bougies sont un des éléments principaux du romantisme. Le repas aux chandelles ou les bougies disposées autour du lit font toujours leur petit effet, par la lumière chaude et tamisée qu’elles diffusent.

Mais la bougie prend une autre fonction dans certains jeux sadomasochistes. On l’utilise ici pour répandre de la cire chaude sur des parties du corps. Les adeptes de cette pratique trouvent ce « supplice » délicieux.

Boules de geishas : Sphères métalliques de 3,5 à 5 cm de diamètre dans lesquelles se trouve une bille. Elles sont généralement enrobées de latex ou de silicone et colorent les rayons des sex-shops. La plupart du temps réunies par paire au moyen d’une courte attache, elles s’introduisent dans le vagin ou dans l’anus pour procurer des sensations lors des déplacements.

Elles sont parfois conseillées en utilisation vaginale pour renforcer les muscles du périnée. Une femme ainsi entraînée profite de sensations plus intenses lors du coït. De plus, elle peut maîtriser ses contractions internes pour « masser » le pénis de son partenaire durant la pénétration.

Bourses : Les bourses, appelées aussi scrotum, sont l’enveloppe des testicules. Leur principale fonction est de protéger ceux-ci et de les maintenir à température idéale pour la production des spermatozoïdes. À noter que le testicule gauche est souvent plus bas que le droite.

Les bourses se dilatent avec la chaleur et se contractent à basse température. Elles remontent également vers le périnée lors de l’excitation sexuelle, en préparation au jet éjaculatoire. De ce fait, les tirer manuellement vers le bas peut retarder l’éjaculation.

Branler : Désigne l’action de masturber, le plus souvent manuellement, soi-même ou une autre personne. Dans le langage courant, les hommes parlent de « se branler » pour définir leur plaisirs solitaires. Par extension, branler son ou sa partenaire est tout aussi explicite.

Branlette : Pratique sexuelle qui consiste à se masturber ou à masturber le pénis de son partenaire. Les mouvements de va-et-vient sont exécutés avec la main. Autrefois utilisé exclusivement pour définir la masturbation masculine, ce terme s’applique aujourd’hui également à la masturbation féminine.

Branlette espagnole : Masturbation du pénis entre les seins d’une femme. Ceux-ci doivent avoir suffisamment de volume et la femme les serrera l’un contre l’autre avec ses mains, tandis que l’homme effectuera ses va-et-vient.

Branlette grecque : Masturbation du pénis entre les fesses sans aucune pénétration.

Branlette italienne : Masturbation du pénis entre les cuisses. Elle peut se réaliser de face ou par derrière.

Branlette thaïlandaise : Masturbation du pénis réalisée avec les pieds. Les fétichistes de cette partie du corps sont friands de cette pratique.

Branlade : Mot familier pour masturbation, synonyme de branlette.

Broute minou : Excitation buccale du clitoris et autres parties externe des organes génitaux de la femme. C’est un des synonymes populaires de cunnilingus.

Bukkake : Pratique sexuelle de groupe qui met en scène l’humiliation d’un sujet, généralement à genoux et parfois ligoté, qui est la cible de jets de sperme. Plusieurs hommes se masturbent autour de la personne jusqu’à éjaculer sur son corps et particulièrement sur son visage.

Apparue au japon dans les années 1990, cette pratique s’est rapidement répandue dans le monde de la pornographie pour en devenir un classique en guise de conclusion des films X. Le bukkake est une pratique à risque, les éléments pathogènes étant multipliés et pouvant potentiellement pénétrer l’organisme, en plus de la voie orale, par voie oculaire ou par lésions cutanées.

Donnez votre avis

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez votre avis, vos ressentis ou vos expériences dans les commentaires ci-dessous. Car c’est avec vous que je veux construire ce Glossaire sexe & amour.

Le Glossaire sexe & amour : lettre C

À suivre dans un mois avec

Cage – Cagoule – Câlin – Callipyge – Capote – Caresse – Castration – Chapelet – Chaud lapin – Chaude-pisse – Circoncision – Clitoridienne – Clitoris – Cockring – Cocu(e) – Coït – Coït interrompu – Communication – Complicité – Contraceptif – Contraction – Coprophilie – Copulation – Couilles – Coup de foudre – Cravache – Cuir & latex – Cuisse – Cunni – Cunnilingus – Cybersexe – Cyprine

00

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Retrouvez tous les mots de l’amour :

00

Glossaire sexe & amour : lettre A

Glossaire sexe & amour : lettre A

Le Glossaire sexe & amour sur erotic-attitude présente les mots techniques, crus ou tendres, qui peuplent notre univers érotique et sexuel. Connaître la définition d’un mot est nécessaire pour savoir de quoi on parle.

Mais c’est surtout à travers certains mots, ceux qui reflètent nos propres expériences, que nous nous identifions et que nous retrouvons les sensations les plus épicées ou les plus savoureuses de nos ébats.

Glossaire sexe & amour
A+A+A : Les 3 A représentent les bases fondamentales de la relation : Amitié (complicité), Amour (faire l’) et Avenir (projets). C’est l’équation d’un équilibre de couple. Lorsque ces trois éléments sont présents, le couple peut prétendre à un véritable bonheur partagé. Ce concept est développé sous la forme Amitié-Sexe-Projets dans mon livre « La vie à deux » de la Collection erotic-attitude.

Abstinence sexuelle : Absence de rapport sexuel avec autrui ou de toute activité sexuelle, partielle ou totale, y compris la masturbation. L’abstinence sexuelle est parfois imposée par une morale religieuse. Certains s’en servent comme mode de contraception ou de protection contre les MST (Ça, pour être efficace, y’a pas mieux !) En thérapie sexuelle, elle peut être prescrite pour de courtes périodes.

Abus sexuel : Contrainte verbale, visuelle, psychologique ou physique sur une autre personne en vue de sa propre stimulation sexuelle. Le stade suivant, c’est l’agression sexuelle, autrement dit le viol. Les abus et agressions sexuels sont condamnés par la justice. Respectez vos partenaires, ils le méritent. Non seulement vous ne finirez pas en tôle, mais vous y trouverez beaucoup plus de plaisir.

Addiction sexuelle : Comportement obsessionnel et compulsif qui pousse la personne à satisfaire ses pulsion sexuelles par n’importe quel moyen (relations sexuelles, masturbation, usage de matériel pornographique). L’addiction sexuelle rend la personne incapable de contrôler ses pulsions sexuelles, ce qui évidemment n’est pas terrible, ni pour elle ni pour ses partenaires. Un accompagnement thérapeutique peut s’avérer utile.

Adultère : La personne adultère est celle qui se rend coupable d’infidélité sexuelle envers son conjoint. Mais la notion d’adultère est la conséquence d’un engagement d’exclusivité, comme c’est le cas dans le mariage ou dans la plupart des relations à long terme. Chez les couples libertins, l’adultère ne peut exister, du moins sous la forme d’infidélité charnelle.

Agoraphilie : Excitation sexuelle provoquée par le fait de faire l’amour dans un endroit public. Chacun son truc et c’est vrai que ça peut être marrant, mais on s’approche tout de même de l’abus sexuel par rapport aux personnes qui pourraient en être les témoins. Soyez donc agoraphile avec subtilité.

Altersexuel : Personne qui refuse d’être étiquetée selon son orientation sexuelle ou son identité de genre. L’altersexuel considère la sexualité indépendamment de sa fonction reproductrice et dénonce le mythe monothéiste du couple. Une tendance de plus en plus marquée de notre temps me semble-t-il.

Amant(e) : Personne aimée dans le contexte amoureux, romantique et/ou sexuel. L’amant, l’amante, est l’objet de son désir et de son attention amoureuse. Se dit aussi d’un partenaire illégal ou caché, complice d’infidélité sexuelle dans le cadre de l’adultère.

Amazone : Une des positions sexuelles « de chevauchement » où la femme s’empale sur le sexe de son partenaire qui est étendu sur le dos. Dans la position de l’Amazone, Madame s’assoit de côté, sur une seule des cuisses de son homme. Une fois testée, on ne confond plus cette position avec celle d’Andromaque.

Autre définition : Amazone est aussi le nom donné aux prostituées qui racolent en voiture.

Amour : Sentiment intense pour une personne, accompagné d’attirance physique, d’attachement et de tendresse. L’amour est une projection mentale basée sur un mélange d’émotions ressenties profondément et largement amplifiées par les influences sociales, culturelles et religieuses.

Amour (faire l’) : Expression couramment utilisée pour désigner l’action de se livrer à des activités sexuelles. Faire l’amour implique généralement que les partenaires aient de véritables sentiments l’un pour l’autre, mais certains utilisent cette expression sans s’inquiéter de ce « détail ». L’article “Faire l’amour, c’est pas rien” développe ce sujet.

Anéjaculation : Absence d’expulsion de sperme au terme d’une excitation sexuelle. L’anéjaculation peut survenir en raison d’une incapacité à atteindre l’orgasme, mais l’orgasme peut aussi se produire sans qu’il y ait éjaculation. On parle alors d’anéjaculation orgasmique ou d’orgasme sec.

Andromaque : Position sexuelle appelée aussi « la cavalière » où la femme se place à califourchon sur son homme couché sur le dos. Les genoux de part et d’autre de la taille de son partenaire, elle peut effectuer des pénétrations avec des mouvements de va-et-vient très amples. Les sportives qui ont de l’équilibre pourront se hisser sur leur pieds et se tenir en position accroupie pour des mouvements encore plus débridés.

Andropause : C’est la ménopause des hommes, mais alors que pour les femmes l’arrêt de la sécrétion d’œstrogènes est brutal, chez les hommes la baisse de sécrétion de testostérone est très progressive. Ce phénomène graduel ne provoque donc pas de cap psychologique marqué comme chez la femme. Pas de coups de chaleur, pas de coups de blues… Ouf !

Anulingus : Remplace de plus en plus de terme anulinctus. Pratique sexuelle qui consiste à stimuler l’anus et la région annale avec la langue. La zone étant de nature érogène, lécher ces parties sensibles peut procurer beaucoup de plaisir. Une caresse extrêmement agréable et troublante que l’on nomme aussi « feuille de rose ».

Anus : Orifice extérieur et partie visible du rectum servant principalement à faire caca. L’anus a des propriétés érogènes qui lui donnent également une fonction érotique durant les rapports sexuels. Dans la pratique de l’anulingus ou dans celle de la sodomie, on se rend compte que l’anus est beaucoup plus propre que ce que l’on pourrait croire.

Quelques synonymes argot pour anus ? Fion, rondelle, trou de balle.

Proverbe erotic-attitude : « C’est pas parce qu’on aime les trous du cul qu’on apprécie les imbéciles ! »

Anorgasmie : Impossibilité d’atteindre l’orgasme malgré un réel désir sexuel, lors de la pénétration, de la masturbation ou dans les deux cas. Ce trouble est plus fréquent chez la femme que chez l’homme et est souvent lié à la pénétration. Une femme peut jouir par masturbation et s’en trouver incapable durant le coït, quand bien même elle y éprouverait beaucoup de plaisir.

Aphrodisiaque : Qualifie une substance, un aliment ou une situation qui stimules les désirs sexuels. Certaines substances naturelles sont censées rendre fou de désir, tels le céleri, le champagne, le chocolat, le gingembre, les huîtres… mais c’est souvent l’imaginaire qui est le plus puissant des aphrodisiaques.

Aréole : Partie ronde et pigmentée qui entoure le mamelon du sein. Le diamètre et la coloration de l’aréole peuvent varier fortement d’une femme à l’autre. L’aréole est au sein ce que le centre est à la cible : le point de mire d’un regard amoureux. Pour la plupart des hommes, il représente une forte charge érotique et une attraction irrésistible.

Asthénie : Fatigue générale de l’organisme entraînant l’affaiblissement des fonctions du corps ou d’un organe en particulier. L’asthénie sexuelle est souvent provoquée par le stress, le manque de repos, l’alcoolisme, le tabagisme ou une mauvaise alimentation. La dysfonction du désir est plus spectaculaire et contraignante chez l’homme que chez la femme, sous la forme d’une perte de l’érection et plus loin, d’une impuissance sexuelle. (Putain, faut vraiment que j’arrête la clope et que je me mette aux légumes bio!)

Attouchement : Geste effectué avec une intention sexuelle et posé sur une personne qui n’est pas consentante. Ce sont les enfants et les jeunes gens qui sont le plus souvent victimes d’attouchements parce qu’ils n’ont pas l’assurance nécessaire pour s’opposer à leur abuseur. Cette expérience peut créer un traumatisme, surtout si la victime s’en sent responsable. Elle doit se rendre compte qu’elle a été trompée, que ce n’est pas de sa faute et qu’il n’y a pas de raison de culpabiliser. Le mieux est d’en parler à une personne de confiance.

Attraction : Attirance physique et/ou émotionnelle entre deux personnes. En séduction, on parle de pouvoir d’attraction pour définir la capacité à provoquer de l’attirance chez les autres.

Avaler : Dans le contexte de la sexualité, avaler fait référence aux fluides sexuels du partenaire, notamment le sperme lors d’une fellation. À priori, peu de femmes apprécient cette pratique, mais il arrive souvent qu’elles y prennent goût lorsqu’elles sont amoureuses. De même, certains hommes apprécient de goûter la mouille de la femme qu’ils aiment. Le fait d’avaler est donc plus fréquent dans les relations à long terme, ce qui limite aussi les risques de MST, facilement véhiculées par les fluides sexuels.

Donnez votre avis

Ces définitions vous ont éclairé, dérangé ou amusé ? Partagez votre avis, vos ressentis ou vos expériences dans les commentaires ci-dessous. Car c’est avec vous que je veux construire ce Glossaire sexe & amour.

Le Glossaire sexe & amour : lettre B

À suivre dans un mois avec

Bâillon-boule – Bain – Baiser – Baisodrome – Baisoir – Bandeau – Bander – BDSM – Bi – Bi-curieux – Bisexualité – Bite – Blennorragie – Bois bandé – Bombe sexuelle – Bondage – Bordel – Bouche glacée – Bougie – Boules de geishas – Bourses – Branler – Branlette espagnole, grecque, italienne et thaïlandaise – Branlade – Broute minou – Bukkake

00

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Retrouvez tous les mots de l’amour :

00

Faire l’amour, c’est pas rien !

Faire l’amour, c’est pas rien !

Faire l’amour définit l’action de se livrer à des activités sexuelles. À priori, ça se passe entre partenaires de sexe opposés, mais aussi entre partenaires de même sexe. Sur erotic-attitude, on se concentre sur la relation homme-femme, l’homosexualité n’étant pas ma spécialité.

L’expression « faire l’amour » est familière. Elle est politiquement correcte et universellement utilisée. D’ailleurs on retrouve son équivalent dans de nombreuses autres langues. Ce qui en fait sa particularité, c’est qu’elle implique que les partenaires aient de véritables sentiments l’un pour l’autre (ce qui est parfois difficile à identifier, il faut bien l’admettre).

Faire l'amour

La notion de « faire », qui suggère une action, pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une activité humaine comme les autres. Dans ce monde axé sur la logique, la compétition et la productivité, on pourrait être tenté de faire l’amour comme on fait du sport, comme on fait la vaisselle ou pire encore, comme on fait son devoir.

Les médias nous laissent croire qu’on est tous libérés et présentent la sexualité comme une occupation fun et anodine, comme un truc à la mode. Selon eux, chacun devrait faire l’amour comme bon lui semble… et sans se prendre la tête, s’il vous plaît ! Mais au fond de lui, chacun sait que faire l’amour, ce n’est pas rien. Alors l’amour peut-il vraiment se « faire » ?

Il est vrai que le verbe « faire » sous-entend le déroulement d’une action. Mais on peut aussi interpréter ce mot au sens de fabriquer, réaliser, produire, créer. Un peu comme l’artisan fait son ouvrage ou comme le temps fait son œuvre. Lorsqu’on fait l’amour, on fabrique réellement quelque chose, en terme de liens et d’énergie. Pourrait-on dire « créer l’amour ensemble » ?

Dans un flirt, avant de passer à l’acte, l’amour n’existe pas encore. Il y a de l’attirance, mais on ne sait pas si on va vraiment aimer. Les hommes en particulier ont besoin de faire l’amour pour savoir si leurs sentiments peuvent se développer. Leurs compagnes, plus naturellement intuitives, seront au clair bien avant eux sur ce qu’elles ressentent.

Après avoir fait l’amour une première fois avec une personne, on se rend compte que quelque chose a changé. L’amour a été créé et se trouve présent. Parfois de manière embryonnaire certes, mais souvent cela se révèle avec une franche évidence.

Faire l’amour est un acte qui change la relation parce que dès le premier rapport, l’attirance et les sentiments se fondent en une énergie commune. Les hormones se mettent en fonction pour créer de l’attachement et l’expérience intime s’imprime jusque dans les cellules du corps. Ce n’est donc pas un acte anodin et c’est pourquoi on a intérêt à bien choisir avec qui on le fait.

Lorsqu’on fait l’amour de manière répétée avec la même personne, le lien d’intimité se développe de plus en plus, ce qui produit un surcroît d’attachement et d’affection. Faire souvent l’amour est excellent pour la santé. Le faire régulièrement est une véritable nourriture pour le couple amoureux.

Faire l’amour ou s’envoyer en l’air ?

Faire l’amour n’est pas la même chose que « s’envoyer en l’air ». Il ne s’agit pas seulement de copulation, mais de complicité physique et émotionnelle. Vu comme cela, ce n’est alors plus un acte isolé parmi tant d’autres. Cela devient le point de rencontre privilégié de deux êtres qui s’aiment ; un état d’âme partagé au plus intime ; une sensation qui porte l’un et l’autre à ressentir la joie d’être vivant. De fait, c’est une manière intense de manifester le bonheur d’être ensemble, en profitant des bienfaits du sexe.

S'envoyer en l'air

Mais faire l’amour n’est pas non plus si sacré qu’il doive nous rendre sérieux au point d’être chiant à en mourir ! Certains couples s’abritent derrière leurs idéaux, glorifiant un « amour à la papa » soi-disant plus vertueux. En réalité, ils n’assument ni leurs pulsions, ni les plaisirs qui pourraient en découler… et nourrir leur couple. On manque parfois de cohérence entre le corps et l’esprit. Le couple inspiré saura alterner entre des échanges affectifs profonds et des badinages aussi joyeux que coquins.

Au final, faire l’amour pourrait bien être une action qui engage les partenaires. Parce qu’elle sert principalement à les lier de manière intense. Si cela n’est pas l’objectif, il vaut mieux assumer cette réalité et préférer un autre terme : baiser, fricoter ou s’envoyer en l’air.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de vivre une relation sexuelle. On peut faire l’amour de manière engagée ou on peut s’amuser des plaisirs partagés dans l’instant. Il est seulement utile de savoir dans quel cadre on se situe pour pouvoir bien en profiter ensemble.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !