Archives de catégorie : Psychologie

Les jolies filles sont rarement des bons coups

Les hommes ont tendance à kiffer sur les jolies femmes, tout le monde le sait. Ce qu’on sait moins, c’est qu’ils sont souvent déçus par leur prestation au lit. Pourquoi donc les jolies filles sont-elles rarement des bons coups ?

Le fait est qu’elles ont souvent une expérience trop facile de la séduction et qu’elles n’ont pas eu besoin de développer les compétences qui ravissent les hommes.

Pourquoi les jolies filles
sont-elles rarement des bons coups ?

Il faut d’abord comprendre la psychologie des jolies filles et avoir conscience de leur vécu et de leur parcours. D’ailleurs, il faut bien admettre que celui-ci n’a pas toujours été facile. Certes, la beauté a des avantages, mais elle a aussi des conséquences qui ne sont pas forcément enviables.

Depuis toute petite, la jolie fille reçoit des compliments, sur sa frimousse, ses cheveux ou sa jolie robe. Elle apprend à sourire, à papillonner des paupières et à faire la révérence.

En grandissant face aux hommes, elle doit apprendre à se défendre des allusions salaces ou de la drague directe, ce qui l’amène parfois à être un peu froide ou distante.

Lorsqu’elle se laisse séduire, la jolie fille offre sa beauté et sa grâce avec talent. Elle va généralement fréquenter un homme qui est beau lui aussi et qui accorde de l’importance à l’esthétique. Lorsqu’ils se retrouvent au lit tout les deux, la beauté de la fille est suffisante pour exciter le garçon, celui-ci étant ravi de tirer un tel canon.

De fait, la fille se contente d’exhiber son corps, et peut-être ses dessous affriolants, pour obtenir de son amant les assauts fougueux du désir. Pour la jolie fille, pas besoin d’être un bon coup. Il lui suffit d’être belle et de se laisser faire.

Toutes les jolies filles ne se mettent pas sur le dos pour faire l’étoile de mer en attendant que ça se passe. Certaines y mettent tout de même un peu du leur pour faire plaisir à leur partenaire. Mais très souvent, leurs compagnons ne leur laissent pas beaucoup d’espace pour s’exprimer, trop occupés eux-mêmes à profiter du corps de rêve qu’elles leur offrent.

Il faut dire aussi que les jolies filles font peur à la plupart des hommes et qu’elles ne sont abordées que par des séducteurs chevronnés ou, parfois, par des hommes plus mûrs. Les séducteurs pleins d’assurance étant souvent un peu macho, ils auront tendance à leur faire l’amour en les considérant comme de simples objets de plaisir.

Tout ceci participe au fait que les jolies filles ont peu l’occasion de développer de véritables compétences sexuelles. Elles ont parfois même de la difficulté à se situer dans leur propre corps.

Elles peuvent ressentir une grande satisfaction à plaire, à sentir les regards sur elles et à rendre les hommes fous, tout en trouvant difficile d’être simplement elles-mêmes pour entrer dans les délices de la sensation physique.

Quand elles étaient enfants, on leur disait qu’elles étaient belles comme des poupées. Ensuite, l’idée d’être une poupée, un objet précieux et convoité, a continué à s’installer. Adultes, elles retrouvent au lit ce rôle d’objet de désir et il leur arrive d’envier leurs copines moins belles, mais qui ont la chance d’être considérées pour ce qu’elles sont.

Évidemment, les moches ne sont pas forcément des bons coups, mais elles auront du moins réfléchi aux moyens de compenser ce dont la nature ne les a pas pourvues. Cela les amène souvent à se dépasser pour être plus créatives, coquines ou sensuelle, et parfois plus rigolotes aussi.

Comment une jolie fille peut-elle
devenir un bon coup ?

La première chose à faire est probablement de choisir une relation dans laquelle la jolie fille aura l’espace nécessaire pour exprimer et explorer son plaisir. L’important est d’éviter de vous retrouver avec un mec qui vous embroche comme un morceau de viande.

Choisissez plutôt un partenaire qui vous considère, afin que vous puissiez participer activement au rapport amoureux en y apportant les richesses de votre personnalité.

Être jolie fille et bon coup

Si vous êtes déjà dans une relation avec un homme, il est certainement possible de discuter avec lui pour lui expliquer votre perception des choses, vos besoins et vos désirs.

Remettez en question l’idée selon laquelle votre beauté vous sortira de tous les mauvais pas. Votre esthétique finira par se ternir avec le temps et c’est alors que votre personnalité prendra le relais.

N’attendez donc pas pour vous forger un caractère agréable et attrayant et utiliser-le dès à présent en complément de cette beauté dont vous avez la chance de profiter.

Il n’y a pas que les jolies filles qui ont de la peine à être de bons coups

Beaucoup de femmes ont tendance à se laisser faire durant le rapport amoureux. À moins d’être particulièrement moche, le corps des femmes est toujours très attractif et excitant pour la plupart des hommes. Mais ça n’est pas une raison pour rester inactive.

Dans notre culture, on pense souvent que c’est à Monsieur d’initier et de diriger la manœuvre. Et cela n’est pas si faux. Si une femme prend trop d’initiatives et qu’elle s’impose exagérément, l’homme peut avoir l’impression d’être privé de sa virilité.

Mais lorsqu’elle laisse à son compagnon toute la responsabilité du rapport amoureux, le gars finit par douter qu’elle y trouve un véritable plaisir. Il faut donc trouver un équilibre.

Durant l’amour, certaines positions permettent à la femme de prendre les choses en main. Il s’agit des positions de chevauchement dans lesquelles Madame prend le dessus et dirige le mouvement. Dans la position de l’Andromaque, de l’amazone ou du lotus, la femme s’implique activement pour atteindre son plaisir et celui de son partenaire.

La participation d’une femme peut aussi être importante durant les préliminaires, qu’elle enrichira par des massages, des caresses et toute la palette des attitudes érotiques. La fellation fait évidemment partie des jeux amoureux et Madame pourra y exprimer toute l’excellence de sa sensualité.

Une multitude de gestes et d’actions sont possibles afin que les deux partenaires puissent partager leur plaisir. Mais tout cela restera pure théorie si Madame n’accepte pas le plaisir qu’elle peut y prendre en étant active.

Il s’agit d’accueillir le plaisir et de le considérer comme quelque chose de parfaitement naturel pour pouvoir l’incarner et le laisser envahir tout son être.

Pour être un bon coup, il faut savoir lâcher prise afin que votre corps se mette à bouger et à réagir instinctivement au plaisir qui s’installe, jusqu’à ce qu’il finisse par vous emporter au-delà de vous-même.

Il se peut que cela vous demande du courage, mais cela vous donnera également accès à une très grande liberté.

Devenir un bon coup : comment se comporter ?

Pour découvrir comment vous comporter, faites-vous peu à peu à l’idée que votre plaisir pourrait devenir bien plus grand en étant plus engagée et plus coquine.

Vous pouvez vous laisser inspirer par quelques lectures érotiques, admirer des estampes japonaises ou surfer sur les sites Web qui vous émoustillent. Accordez votre attention à ce qui stimule vos sens et offrez-vous la possibilité de devenir une amante géniale.

Peut-être ressentez-vous parfois une certaine timidité ou cette sensation de ne pas savoir comment bouger votre corps. Il se peut que vous ayez de la difficulté à le sentir réellement.

Si vous avez l’habitude de focaliser sur votre plastique parfaite (ou moins parfaite d’ailleurs), vous n’avez peut-être pas encore pris la peine d’observer ce que vous ressentiez profondément.

Les femmes qui ont été prises à la hussarde sans trop d’égard pour leur personne ont parfois verrouillé leurs sensations afin de pouvoir offrir leur cul en toute sécurité. Pour devenir un bon coup, il faudra se réapproprier son corps et accepter d’entrer dans le plaisir partagé.

Réorientez votre attention sur vos sensations physiques. Ressentez votre peau et les caresses savonneuses de la douche ou du bain. Observer et ressentez votre respiration lorsque vous donnez des caresses ou lorsque vous en recevez. Durant l’acte amoureux, ayez conscience de vos muscles qui se tendent et se relâchent. Sentez la chaleur qui s’amplifie et se diffuse. Percevez la sueur qui perle ou la moiteur qui s’installe dans certaines zones de votre corps.

Il suffit de porter votre attention sur ce qui se passe dans votre corps lorsque vous laissez les choses se faire sans chercher à les contrôler.

Plus vous laisserez votre corps exprimer le plaisir, plus vous vous rendrez compte que c’est bon et bénéfique pour vous. Alors, vous vous découvrirez plus active, plus souple et plus mobile.

Partez à la découverte de vous-même et accordez-vous le droit de vous éclater. C’est la voie royale pour vous épanouir et vous deviendrez de plus en plus jolie. En vous lâchant complètement, vous pourrez être une jolie fille tout en étant un bon coup. Vous allez sûrement adorer ça… et votre homme également !

Si cet article vous parle, faites-nous part de vos témoignages dans l’espace commentaires en bas de page. Votre avis est précieux pour toutes les femmes qui ont envie d’être heureuses dans leur lit.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Performance sexuelle : comment assurer ?

Vous êtes-vous déjà pris la tête avec la question de la performance sexuelle ? Vous vous demandez comment « assurer » ? Peut-être avez-vous imaginé à quel niveau vous vous situez sur une échelle de 1 à 10 ? En général, quand on se pose ce genre de questions, on se note à la baisse. Pire encore : vous pourriez éprouvez davantage de stress en vous demandant à quel niveau l’autre, ou les autres, vous évaluent.

Le stress que l’on peut ressentir face à la performance sexuelle concerne les deux sexes. Mais il touche particulièrement les hommes, qui sont prédisposés à penser qu’ils doivent « assurer » absolument. Face à cela, on peut se sentir désemparé, triste ou impuissant. On aimerait bien être un bon coup, d’une part pour sa propre fierté, mais aussi pour contenter son/sa partenaire.

Performance sexuelle

Les craintes liées à la performance sexuelle sont issues de notre propre vécu et diffèrent donc d’une personne à l’autre. Il se peut qu’il y ait eu quelques blocages dus à l’éducation ou à quelques expériences malheureuses. Parfois, un traumatisme a même pu s’installer et empêche le lâcher prise nécessaire à une relation sexuelle harmonieuse.

Dans les cas difficiles, le recours à un psy ou à un sexologue peut permettre de se libérer d’un souvenir traumatisant. Pour ma part, j’utilise l’hypnose pour résoudre ce type de problématique.

Mais tout le monde n’est pas traumatisé par une enfance malheureuse ou un événement douloureux. La plupart d’entre nous sont juste en questionnement sur leurs potentiels érotiques et leurs qualités d’amants. Cette question, toute complexe qu’elle puisse être, n’est donc pas forcément si grave que ça.

Performances sexuelles
des hommes et des femmes

La puissance masculine est mise en doute dans les cas d’éjaculation précoce ou de perte d’érection. Mais on attend aussi d’un homme qu’il soit fort, dynamique, et qu’il prenne les choses en main.

En ce qui concerne les femmes, leur performance sexuelle se mesure surtout à leur sensualité. On jugera leur manière d’être sexy et leur faculté d’atteindre l’orgasme, de préférence par la pénétration.

Il est évident que ces critères font un peu cliché, mais ce sont ceux qui priment lorsqu’on pense à la performance et à l’idéal sexuel. Chacun étant unique, il est impossible de définir clairement ce qu’est la performance sexuelle et il vaut mieux se focaliser sur l’idéal que l’on souhaite atteindre plutôt que sur l’image généralement convenue.

J’ai eu moi aussi longtemps le stress de la performance sexuelle par ce que je me comparais à des critères lus dans des livres ou à des images qui m’avaient frappé. Face à ces modèles, j’avais l’impression de ne jamais faire le poids.

Comment assurer en tant qu’homme ?

La première chose à faire est évidemment de cesser de se mettre la pression. Mais si on savait comment y parvenir il y a longtemps qu’on l’aurait fait. On a beau savoir que cela ne sert à rien de se comparer ou de se juger, on ne peut pas s’empêcher de le faire quand même.

Le truc qui a été efficace pour moi, c’est de jeter mes idées noires par la fenêtre. Et ceci n’est pas une image. Lorsque je veux me débarrasser d’une pensée parasite, je fais vraiment le geste de la prendre dans ma tête et de la jeter au loin, tout en dirigeant mon attention sur les sensations de libération que cela me procure. Cette méthode est une application pratique des principes d’hypnose et fonctionne très bien.

Une autre astuce hypnotique est d’imaginer avec le plus de perceptions possibles (sensations tactiles, visions, odeur, etc.) les situations que je désire vivre en tant qu’amant performant. En faisant cela, je peux créer directement dans mon inconscient une nouvelle réalité qui va automatiquement se mettre en place dans ma vie. Cinq minutes de visualisation par jour durant trois semaines permettent déjà des résultats étonnants.

Ensuite, il ne reste qu’à se réjouir et à entrer dans l’expérience de la relation sexuelle avec un regard changé, une curiosité sans attente et un corps parfaitement fonctionnel et détendu.

Comment assurer en tant que femme ?

L’idéal serait de laisser exister « la furie sensuelle » qui sommeille en vous. Mais la plupart des femmes redoutent leur énergie féminine, comme si elles sentaient intuitivement que la puissance de cette énergie pourrait les submerger.

Assurer en tant que femme, c’est laisser place à cette sensualité qui caractérise l’énergie féminine au point de la laisser enflammer toute l’étreinte amoureuse. C’est un feu qui s’active, se propage et s’intensifie de plus en plus, débutant par les minauderies sexy et terminant dans les spasmes et les cris.

Assurer au lit en tant que femme demande donc de l’audace ou du moins une certaine confiance en soi. Mais il faut aussi de la confiance en l’autre. Cela veut dire que beaucoup de femmes ont besoin d’être dans une complicité de couple pour pouvoir se lâcher complètement et s’accorder le droit à un plaisir déluré.

Les astuces mentales proposées précédemment pour les hommes seront également d’une grande aide pour les dames qui ont envie d’évoluer vers plus de plaisir et de liberté.

Calmer le stress de la performance sexuelle

Tout ceci, c’est bien joli, mais le stress est une réaction involontaire qu’il n’est pas facile à contrôler. D’ailleurs, si on essaie de refouler le stress ou de le dénier, en général on ne parvient qu’à le renforcer. Pour gérer le stress, le meilleur moyen et utiliser la respiration.

En focalisant son attention sur la respiration, on génère automatiquement du calme et de la confiance. Le rythme cardiaque ralentit et le système nerveux s’apaise. Il y a de nombreuses techniques de respiration possibles. Celle que je décris ici est très simple et tout à fait adaptée à la relation sexuelle.

  • Inspirez profondément par le nez et retenez l’air pendant deux secondes.
  • Expirez en soufflant lentement l’air entre vos lèvres à demi serrées, puis retenez deux secondes.

Recommencez le cycle au moins trois fois et respirez plutôt en gonflant le ventre qu’avec le haut des poumons.

Vous pouvez faire cela avant de faire l’amour ou de manière plus régulière chaque jour. Il est aussi possible de pratiquer cette respiration pendant l’acte sexuel. Et pourquoi ne pas inviter votre partenaire à le faire avec vous ? Le stress va disparaître et vos sens seront plus éveillés. Cela permettra tout autant de calmer que de stimuler votre excitation et d’une manière générale vous entrerez plus facilement dans le plaisir partagé.

Contrôler votre respiration peut devenir comme un jeu à l’intérieur de votre couple, une manière de gérer à deux le problème du stress. La performance sexuelle ne vous inquiétera plus parce que vous saurez relâcher les tensions de votre corps afin de le préparer au plaisir. Et en plus, vous aurez gagné quelques degrés sur votre échelle de la performance…

Essayez donc, vous nous en direz des nouvelles ! Peut-être dans les commentaires ci-dessous ? Le partage de vos expériences et de vos impressions sera le bienvenu.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

La confiance en soi, ça se cultive

La confiance en soi, ça se cultive

Chacun a envie de se sentir bien en toute circonstance. On nous dit partout qu’il faudrait être tout le temps à l’aise, avoir suffisamment d’assurance pour aborder n’importe quel événement de manière insouciante et tranquille. La confiance en soi est ainsi considérée comme une des clés de la vie heureuse.

Il est vrai qu’avoir confiance en soi est un grand atout. C’est aussi une qualité très appréciée, sans doute parce qu’elle n’est pas si répandue qu’on pourrait le croire. De fait, c’est une qualité particulièrement séduisante et attractive entre hommes et femmes.

Confiance en soi

Mais au-delà de la séduction, la confiance en soi est utile dans tous les domaines où interviennent le savoir-faire et l’efficacité, que ce soit dans le cadre professionnel ou relationnel.

Avec la confiance en soi, on ose être qui on est, on se permet de donner son avis. On se trouve beau et fort et on dispose d’une grande énergie. Alors, plus rien ne peut nous arrêter.

Cultiver sa confiance en soi

Il y a, dieu merci, des situations dans lesquelles on se sent parfaitement à l’aise et où l’angoisse n’a plus sa place. Ce que l’on connaît et qu’on maîtrise nous met dans un état de tranquillité.

Par exemple : après quelques années de conduite, on peut désormais prendre le volant sans paniquer. Idem pour cuisiner un soufflé au fromage : après en avoir loupé une douzaine, cela devient facile.

C’est en se formant et en maîtrisant de plus en plus de choses que nous pouvons développer la confiance en soi. La maîtrise des relations humaines est un peu plus subtile, mais le principe reste le même. Apprendre et expérimenter les lois qui régissent les relations nous donnent toujours plus d’assurance.

Libérer ses pensées négatives

En attendant, les pensées sombres nous sabotent encore. On se juge parfois sévèrement lorsqu’on constate qu’on a manqué de confiance en soi. On se dit : « J’aurais dû agir comme ci, j’aurais dû dire cela. » Et on s’en veut d’avoir été si nul…

Un des meilleurs trucs pour cultiver sa confiance en soi, c’est de libérer ses pensées parasites. Quand vous voyez une pensée de ce type apparaître, prenez-la et jetez-la au loin. Faites vraiment le geste, avec la main, extrayez-la de votre tête et lancez-la dans l’univers. Vous vous sentirez tout de suite mieux.

Ensuite, prenez un peu de recul. Faites comme si vous pouviez sortir de vous-même et vous regarder à quelque distance. Imaginez que vous pouvez vous observer comme si vous regardiez une autre personne. Voyez ce que cet « autre vous-même » aurait pu faire et encouragez-le à y arriver la prochaine fois.

Prenez de la distance avec vous-même pour vous donner de l’amour et de la bienveillance.

Confiance en soi et lâcher prise

Le plus important pour se sentir en confiance, c’est le lâcher prise. Personne ne peut tout contrôler et tout maîtriser. Il faut admettre que nous sommes imparfaits, ou plutôt en perpétuelle évolution.

Pourquoi devrions-nous angoisser à l’idée de se tromper ? La peur que si on n’est pas parfait personne ne nous aimera ? Dès lors que l’on admet son droit à l’erreur, on arrête de se mettre la pression et on se sent plus serein.

À partir d’un certain nombre d’expériences, on finit par penser qu’on est capable d’arriver à tout, de réaliser n’importe quoi même si on ne l’a jamais fait. En réalité, on devient expert en improvisation et c’est cela qui nous rend encore plus confiant face à l’inconnu.

Pour cultiver sa confiance en soi, il faut se mettre au clair sur ses qualités et ses limites. C’est avec cela qu’on construit sa personnalité. On peut alors utiliser ses atouts pour soutenir ses points faibles et finalement transformer ce qui a besoin de l’être.

Cultiver sa confiance en soi passe par une réjouissance. On peut être heureux, déjà, de tout ce qui est acquis. Il y a les zones de confiance qu’on a su édifier dans notre existence et toutes les choses que nous savons déjà faire avec facilité.

On peut alors imaginer toute la confiance qui nous attend encore dans le futur, cette audace naturelle qui mûrit en nous jour après jour, au fil de l’expérience vécue.

La confiance en soi se cultive comme un arbre. Il suffit d’en prendre soi, d’arroser régulièrement et de contempler comme mûrissent ses fruits.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Cet article fait partie d’un rendez-vous interblogueurs organisé par Magali Le Roux, du blog « Sortir de la Boulimie », sur le sujet de la Confiance en soi.

CONFIANCE EN SOI

Retrouvez ici d’autres participants qui s’expriment à ce sujet :

Chacun à sa manière offre des pistes pour cultiver sa confiance en soi.

D’où vient la confiance en soi ?

D’où vient la confiance en soi ?

Il semble qu’on ne soit pas tous égaux face à la confiance en soi. Pourtant, la confiance en soi est innée et naturelle. À la naissance, ce sentiment d’assurance est spontané, mais totalement inconscient. Il se révèle peu à peu au fil de l’existence par contraste avec son contraire, par comparaison avec la peur de ne pas réussir.

La confiance en soi

Ainsi, ce n’est qu’en perdant la confiance en soi dans l’expérience de l’échec que l’on prend conscience de son existence. De tout évidence, on n’est pas timide de naissance, on le devient.

Le nouveau-né doit apprendre à faire la différence entre lui et le monde qui l’entoure. Initialement, il n’a pas de crainte. Il a une perception unifiée de son univers intérieur et extérieur et croit ÊTRE tout ce qu’il voit, entend et sent.

Mais rapidement, le petit enfant observe qu’il ne maîtrise pas les choses qui sont en dehors de lui et comprend que ces choses ne sont pas lui. Il découvre la séparation, la différence et la frustration. C’est l’expérience de chacun, c’est l’expérience de la vie.

S’il est accompagné de parents aimants, patients et compréhensifs qui l’aident dans ses découvertes, il sera sécurisé et se sentira en confiance. Mais les conditions ne sont jamais aussi idéales. Chacun à sa mesure a vécu un certain degré d’insécurité et aura plus ou moins développé le doute, la peur et l’incompréhension.

En fait, la confiance fait partie de notre état primal et naturel. Mais nous avons développé les peurs et les doutes au fil de notre existence.

En grandissant, nous découvrons notre unicité face au monde, nous forgeons notre propre identité. Et c’est cette identité que nous tentons de manifester à travers la confiance. Pas seulement à travers la confiance en la vie, comme quand nous étions enfant, mais par la confiance en nos propres capacités. C’est la confiance en soi.

Travailler la confiance en soi

Si, par le passé, une part de nous a été capable de développer les doutes, les peurs, l’insécurité et la timidité en nous-même, cette même part, inconsciente, peut aussi générer l’assurance, la quiétude et la confiance. Pour que cela advienne, il y a un travail mental à effectuer.

La peur qui nous habite parfois est capable de créer dans notre esprit d’incroyables scénarios catastrophes. Notre imagination se mobilise alors pour nous mettre les bâtons dans les roues, nous freiner ou carrément nous mettre en fuite.

Il est toutefois possible de renverser la vapeur de cette machine infernale en apprivoisant les pensées négatives. Le simple fait d’en prendre conscience, de les observer et de les laisser passer est déjà très libérateur.

Le truc, c’est de prendre un peu de recul avec soi-même. Vous pouvez : soit imaginer que vous vous tenez à un mètre de votre corps et, de là, vous observer penser, soit imaginer que vous êtes dans votre corps et que vos pensées gravitent à l’extérieur. L’important est de prendre conscience que VOUS N’ÊTES PAS VOS PENSÉES. Elles sont juste le tremplin de vos actions.

Lorsque vous percevez vos pensées à distance, comme des objets qui composent votre bagage de route, vous pouvez les trier, les modifier, les déplacer ou les jeter au loin. C’est cette maîtrise des pensées qui vous donne la liberté et aboutit à la confiance en soi.

Quand on acquière la confiance en soi, on accède à un vaste éventail de possibilités qui étaient auparavant inimaginables. On est enfin prêt à relever des défis qu’on croyait jusqu’ici réservés aux autres.

On peut alors avancer vers des objectifs plus bénéfiques. Au boulot, on abandonne enfin le poste merdique que justement personne ne veut… Ouf ! Il était temps ! Et dans les relations de famille ou de couple, on prend sa place sans s’imposer.

Comment s’en sortir si la confiance en soi a été trop fortement ébranlée par son parcours de vie ? C’est un travail de fond qui nécessite parfois de soigner des blessures inconscientes. L’hypnose peut dans ce cas être d’une grande aide.

J’ai déjà donné quelques pistes à ce sujet que je vous laisse (re)découvrir dans mon article « Que faire quand on en manque ».

La confiance en soi vient de loin. Elle prend source dans le sentiment de tout puissance que nous avons vécu à l’aube de notre vie. Ainsi, elle nous rattache à notre essence profonde. La rétablir, c’est se rétablir soi-même, dans ce que nous avons de plus lumineux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Cet article fait partie d’un rendez-vous interblogueurs organisé par Magali Le Roux, du blog « Sortir de la Boulimie », sur le sujet de la Confiance en soi.

CONFIANCE EN SOI

Retrouvez ici d’autres participants qui s’expriment à ce sujet :

Chacun à sa manière enrichit le chemin qui mène à la confiance en soi.

Confiance en soi : que faire quand on en manque ?

Confiance en soi : que faire quand on en manque ?

La confiance en soi est déjà séduction, parce qu’elle donne l’audace d’aller vers l’autre. En amour, elle permet de se livrer et de s’engager pleinement. En réalité, c’est surtout quand on en manque qu’on se rend compte à quel point la confiance en soi est précieuse.

Que ce soit lors de nouvelles rencontres ou dans notre manière de séduire, dans la communication de couple ou dans nos rapports intimes, notre érotisme ou notre sexualité, la confiance en soi est nécessaire pour offrir à l’autre le meilleur de soi-même.

Confiance en soi

Grâce à la confiance en soi, on n’a plus à galérer pour se faire entendre ou pour quémander un peu d’attention. On ne se fait plus bouffer par ses amis, ses enfants ou son conjoint. On ne panique plus quand on rencontre des inconnus.

Les caïds et les effrontés ne liront pas cet article. Eux, ils abordent les événements avec une impression de puissance, comme si rien ne pouvait leur résister. Comme disait le boxeur Mike Tyson : « Quand je monte sur le ring, je suis un dieu, personne ne peut me battre ! »

Mais que faire si on n’a pas un tel mental de champion ? Est-il possible de le développer ?

La première chose à considérer si vous manquez de confiance en vous ou que vous êtes timide, c’est que ce n’est pas de votre faute. C’est votre perception du monde qui vous a rendu ainsi, vous n’auriez pas pu faire mieux.

Mais vous n’avez pas dit votre dernier mot !…

Modèle de confiance en soi

La caractéristique principale de la personne qui a confiance en elle, c’est qu’elle a une bonne connaissance d’elle-même. Elle sait très bien quelles sont ses qualités, ses compétences et ses limites.

Elle s’accepte telle qu’elle est et ne cherche pas à donner une autre image d’elle-même. Comme elle ne tient pas à être parfaite, elle n’a pas peur de se tromper. Et ça, c’est un gros avantage !

En reconnaissant ses faiblesses, elle accueille sa vulnérabilité et c’est cela qui lui donne sa force.

Cela peut paraître paradoxal, mais être capable d’être vulnérable donne de la puissance. Parce qu’on sait alors orienter son courage sur ce qui est possible et faire appel aux autres lorsque c’est nécessaire.

La confiance en soi ne se trouve pas en jouant au dur ou au super-héros, mais en ayant de la compassion et de l’amour pour soi.

Il y a des domaines dans lesquels on est très fort : il faut les mettre en valeur. Sur d’autres questions on se sent plus fragile : il faut accueillir cela et le respecter. On ne peut pas être à la hauteur sur tous les plans, du moins pas tout de suite. Et on a le droit de prendre son temps pour s’offrir les occasions de s’améliorer.

Devenir un modèle

La confiance en soi est contagieuse. Essayez toujours de côtoyer des personnes qui ont confiance en elles. Vous pourrez les observer et comprendre ce qui les rend si fortes.

L’acteur Will Smith en fait un témoignage édifiant dans cette vidéo sur la vie et la confiance en soi.

À votre tour, quand vous aurez acquis suffisamment de confiance en vous, vous verrez se transformer les gens autour de vous.

Vos collègues de travail, vos amis, vos enfants, votre conjoint, se sentiront en sécurité avec vous et gagneront eux-même en assurance. Et il vous remercieront.

Que pouvez-vous en attendre ?

Lorsque vous avez confiance en vous, vous pouvez vous lancer dans la vie calmement et avec le sourire. Rien ne vous résiste (ou presque) parce que vous en êtes convaincu. Vous savez que vous pouvez atteindre vos objectifs, séduire les personnes qui vous plaisent, avoir un meilleur job, plus d’argent, plus d’amour, plus de sexe… bref, réaliser tout vos rêves.

Évidemment, la confiance en soi se gagne peu à peu et les avantages qu’elle apporte suivent le mouvement. On ne change pas sa vie en un claquement de doigts ! Mais chaque pas fait dans ce sens offre déjà de belles et immédiates récompenses.

Pratiquement, comment faire ?

L’idéal serait de changer de cerveau ! Non, je rigole… Il y a pourtant dans votre inconscient, dans la partie primitive et instinctive de votre cerveau, une part de vous qui vous sabote et vous empêche d’être pleinement vous-même. Appelons cette partie le Critique.

Le Critique est bien intentionné, il veut juste vous (se) protéger. Le problème est qu’il est un peu rustique. Il a gardé les instincts de Cro-Magnon et la méfiance des dinosaures qui va avec. Il préfère donc la sécurité de la lâcheté au risque du courage, même si cela pourrait améliorer sa vie.

Pour rétablir la confiance en soi, il faut donc rassurer le Critique et lui donner d’autres moyens de nous aider que de nous mettre les bâtons dans les roues.

Nous pouvons lui suggérer d’utiliser sa précieuse énergie pour contrôler que nos choix aillent bien dans le sens de nos aspirations.

On peut aussi expliquer à son Critique que, maintenant qu’on est adulte, on peut très bien se défendre par soi-même et faire face efficacement aux situations délicates de la vie.

Lorsque le Critique a compris et accepté son nouveau rôle, ses réactions (qui passent par le dialogue interne, la petite voix) se font plus positives et aidantes.

« T’es nul ! » devient : « Fais attention, ceci n’est pas ta spécialité. »

« T’y arriveras jamais ! » devient : « Courage, forme-toi encore. »

« T’es moche ! » devient : « Tu es unique, assume ton charme. »

Ces exemples montrent qu’une transformation profonde peut se faire dans l’inconscient. On voit aussi comment elle peut se manifester au quotidien à travers la pensée. Le résultat en est une nouvelle image de soi, plus positive et plus confiante.

Le simple fait de prendre conscience de l’existence du Critique à l’intérieur de soi est déjà une transformation. Pour aller plus loin, il faut s’en faire un ami, comprendre qu’il veut jouer son rôle de protecteur et lui demander une aide plus positive.

C’est déjà ce que vous avez fait en lisant cet article. Pour vous aider à installer cela plus profondément en vous, je vous offre une séance de relaxation hypnotique qui vous permettra de donner un sens plus positif à vos pensées. Ceci améliorera grandement votre confiance en vous.

Vous pouvez écouter ou télécharger votre séance d’hypnose au format mp3 ici : « Rencontrer le Critique et s’en faire un ami ». C’est une séance de 50 minutes, à faire tranquillement dans votre fauteuil et qui peut transformer votre vie. N’hésitez pas, c’est complètement gratuit et c’est de bon cœur.

Avec les outils adéquats et la bonne attitude mentale, rien ne pourra plus vous résister. Alors prenez le chemin qui mène à votre liberté en vous donnant la possibilité de choisir vos pensées. Car c’est là que prend source la confiance en soi.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Cet article fait partie d’un rendez-vous interblogueurs organisé par Magali Le Roux, du blog “Sortir de la Boulimie”, sur le sujet de la Confiance en soi.

CONFIANCE EN SOI

Retrouvez ici les autres participants qui s’expriment à ce sujet :

Chacun à sa manière enrichit le chemin qui mène à la confiance en soi.

Faire l’amour le samedi soir

Faire l’amour le samedi soir… normal non ?

Ben… c’est le week-end et comme le dimanche tout est fermé et qu’il n’y a rien de spécial à faire, on peut traîner un peu au lit… faire grasse mat ! Alors faire l’amour le samedi soir, c’est logique, non ? C’est le seul moment de la semaine où on est cool. Une fois les enfants réduits (pour ceux qui en ont), une fois les amis partis, le film terminé, la console de jeu éteinte… on peut se câliner un peu. Du moins si tout va bien et que les conditions sont réunies : quand on est en phase sur le désir… qu’on est pas trop fatigué ou qu’on n’a pas trop bu.

On est loin de l’érotisme épanoui ! Pourtant, c’est ce que la plupart des couples expérimentent, du moins après quelques temps de vie commune. De quoi se flinguer ou se pendre, diront ceux qui sont encore amoureux. Encore un peu et on va ressembler à ça :

Préjugés de couple

Beaucoup de couple vivent la morosité de leur relation comme une réalité évidente et à vrai dire, c’est bien compréhensible. On se cale sur le rythme de ses obligations et on se trouve déjà bien heureux de pouvoir se « contenter » une fois par semaine en amoureux. Entre les responsabilités professionnelles, les charges financières, l’éducation des enfants, la tenue du ménage, les amis à voir, le sport, la culture, la TV… Le programme est super chargé et faire l’amour le samedi soir, ça nous va très bien, dit-on. C’est vrai que c’est déjà pas si mal, il y en a plein qui n’ont même pas ça !

Pourtant, de nombreux jeunes couples rêvaient d’une vie plus excitante, d’un peu plus de surprise et d’exaltation dans leur sexualité. Mais la plupart finissent par se laisser convaincre par les préjugés de notre société. Si les contes de fées ont toujours quelque chose à nous dire sous forme métaphorique, les préjugés quant à eux ne font que briser notre élan et saboter nos désirs. Ils nous empêchent de développer notre propre identité, érotique en l’occurrence. Pour le comprendre, il faut savoir que nos conditionnements prennent source dans les mythes de notre culture.

C’est quoi ces mythes ?

Les mythes se sont installés au fil des siècles dans la pensée populaire. Je ne sais pas si cette propagande était sciemment orchestrée, mais il parait évident qu’elle était là pour soutenir et renforcer les pouvoirs en place. Les préjugés sur la sexualité ont longtemps servi les intérêts de l’Église en bridant toute notion de plaisir. Ils soutiennent maintenant les dirigeants et les industriels de la consommation. Pourquoi ? Parce que les gens sont plus facilement manipulables lorsqu’ils se sentent frustrés, limités et coupables. C’est dans cet état qu’ils obéissent le mieux et consomment le plus.

Les jeunes d’aujourd’hui sont un peu plus éveillés que par le passé, mais ils héritent tout de même d’un lourd patrimoine de préjugés judéo-chrétiens pas très rigolos. Ces croyances erronées pèsent sur eux avec d’autant plus de force qu’elles sont devenues totalement inconscientes et parfaitement intégrées. Nous croyons être libre de nos actes, mais comme ceux-ci sont définis par notre pensée, ils ne sont en fait que le reflet de nos conditionnements. D’où l’importance de s’informer, de se former et d’expérimenter personnellement pour vérifier ou remettre en question les idées reçues.

OUCH ! C’est du lourd comme constat, non ? Pour un peu, ça nous foutrait le moral en bas. Mais il se peut aussi que les valeurs frelatées de notre monde individualiste nous offrent les plus belles occasions de remises en question. C’est toute la qualité de nos défauts que de nous encourager à l’évolution. Même les valeurs qu’on croit être les nôtres (et surtout celles-là) sont en cause, particulièrement en ce qui concerne l’amour et la sexualité. Ces deux sujets sont spécialement sensibles parce que les conditionnements sont d’autant plus efficace qu’ils agissent sur des zones de la psyché riches en émotions.

On est donc bourré de fausse croyances à ce sujet. Mais pas de panique : C’EST PAS SI GRAVE ! D’abord, on en a l’habitude (depuis des siècles) et ma foi, on a appris à vivre avec. Ensuite, il suffit de garder un esprit critique et de faire appel à son bon sens pour réussir le plus souvent à séparer le vrai du faux, à privilégier les croyances qui sont profitables à l’amour plutôt que celles qui nous empêchent de nous épanouir. Alors les mythes perdent de leur substance.

Utilisez de l’anti-mythe !

L’érotisme est le véritable antidote aux conventions amoureuses. C’est l’anti-mite de nos armoires intimes. Si vous ne voulez pas voir vos petites culottes à dentelles percées de trous supplémentaires et malvenus, il va falloir lutter contre les mythes qui les attaquent. Ceux qui sauront nourrir leur couple d’une complicité sexuelle joyeusement polissonne auront toujours de quoi partager le meilleur de l’amour.

Faut-il faire l’amour le samedi soir comme la plupart des couples ? Non seulement vous n’êtes pas obligé et avez la liberté de sauter votre tour, mais vous pouvez aussi faire l’amour un autre jour de la semaine (voire tous les jours) et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Faut-il le rappeler : faire l’amour est une des dernières activités agréable, saine et naturelle qui puisse être exercée de manière relativement libre et autonome, sans planning ni horaire. Il faut vraiment en profiter !

Se sont les préjugés qui nous poussent à faire l’amour le samedi soir. Mais l’amour demande plus qu’une attitude conventionnelle. Il exige qu’on s’implique personnellement en faisant des choix libres et responsables. Si votre idée c’est d’aimer, alors fuyez les préjugés, les mythes et les conventions. Trouvez ce qui vous correspond et éclatez-vous !

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

 

Grand amour et contes de fées : peut-être pas si débile…

Grand amour : la quête de chacun

Le grand amour, on en a tous une définition personnelle. Certains attendent la personne idéale, d’autres un échange sincère et réaliste. On peut aussi voir le grand amour dans la beauté de ce qui est présent et dans le fait de se contenter de ce qu’on a durant toute sa vie. Mais sans doute chacun a-t-il un peu de tous ces critères, mélangés dans ses aspirations.

Grand Amour

Chaque couple a un potentiel unique, des qualités et des limites qui lui sont propres et qui lui confèrent une saveur particulière. L’alchimie du mélange de deux êtres donne toujours une recette inédite et débouche sur un vécu incomparable à tout autre. Ce sont les petits détails du quotidien qui donnent sa coloration à une relation. Ces détails de la vie, observés, entendus et ressentis, sont en fait les révélateurs du grand amour… ou de son absence.

La culture romantique nous montre Cupidon qui épingle les amoureux l’un à l’autre avec une futilité déconcertante. La flèche du petit dieux ailé transperce bel et bien le cœur des amants. Est-ce pour faire mourir leur ego et les rendre plus disponibles l’un à l’autre ? En tout cas, cela aboutit à un couple que l’on idéalise et qui, de ce fait, semble ne pas avoir de problème. Mais l’existence nous démontre chaque jour que ce n’est pas ainsi que ça se passe.

Grand amour et contes de fées

Les contes de fée sont-ils vraiment des histoires débiles écrites pour les attardés du moyen âge, ou sont-ils porteurs d’un autre message, plus inconscient et plus profond ? En ce début de 21e siècle, il n’y a plus grand monde qui croit encore au grand amour , ni même parfois à l’amour tout court…

La plupart d’entre-nous sont des célibataires convaincus et ceux qui se paient le luxe de l’engagement se gardent bien de le faire pour la vie, des fois qu’ils changeraient d’avis. Tout ceci serait très bien si c’était le résultat de choix véritablement lucides et conscients. Mais ce n’est pas toujours le cas et c’est pourquoi les contes de fées continuent à nous délivrer leurs enseignements.

Dans tous les contes de fées, avant le fameux baiser, le prince et la princesse sont mis à l’épreuve. Une sorcière pour elle, un dragon pour lui, peu importe ! Avant de pouvoir accéder à l’amour avec un grand A, les partenaires du futur couple heureux doivent braver d’innombrables dangers et chacun doit se surpasser ou effectuer un changement.

Conte de fées

À travers les histoires rocambolesques qui nous sont contées, il y a comme une initiation, une quête d’élévation. La mort d’un certain état d’être est toujours suivie d’une renaissance, d’un changement qui permet l’accès à quelque chose de plus vaste. Peut-être est-ce là le message profond de ces fables traditionnelles sur le grand amour.

Le grand amour est d’abord en soi

Pour moi, l’amour est un sentiment qui se vit d’abord avec soi. Et c’est dans la mesure où je suis capable de m’aimer moi-même, de prendre soin de moi et d’être mon meilleur ami, que je vais pouvoir partager cet amour intérieur avec l’autre, que je pourrais lui en faire cadeau.

Le problème est qu’on ne prend que rarement le temps de faire ce travail sur soi, d’apprendre à découvrir toutes les richesses qui nous sont propres. On rencontre quelqu’un, on est séduit et on pense qu’on aime parce qu’on projette sur l’autre l’amour qu’on n’arrive pas à se donner à soi-même. Et comme l’autre en face fait pareil, tout va bien durant un temps. Ce n’est pas vraiment l’amour qui est présent au tout début d’une relation, mais l’attirance et la fusion y ressemblent beaucoup.

Puis les “je t’aime” et les attentions précieuses, caractéristiques du temps de la passion, s’espacent et se dissolvent sur la durée. S’ils perdent de leur magie et de leur sens avec le temps, c’est que la sorcière et le dragon n’ont pas été vaincus. Nos adversaires intérieurs avaient seulement été endormis. Les voilà qui se réveillent peu à peu et reviennent nous tourmenter.

On se retrouve avec ses doutes, ses vides intérieurs et son appel avide d’être comblé par quelqu’un qui prendrait soin de soi. Anashka, du site Séduire un homme.fr en fait une jolie analyse dans son article “Comment être heureuse en amour ?”

Si on n’a pas conscience de ce qu’il reste à régler en soi, on cherchera alors une raison extérieur à ses manques. On dira que son couple subit l’usure du quotidien… Comment faire pour l’éviter ?

L’amour avec un grand A

Le seul moyen de véritablement rencontrer quelqu’un, c’est de se rencontrer d’abord soi-même. En explorant ce qui se passe en soi, on se rend compte que c’est là qu’a lieu la rencontre du prince charmant et de la princesse, l’union du féminin et du masculin, dont le couple est la métaphore.

Lorsqu’on arrive à faire la lumière là-dessus, les raisons pour lesquelles on se mettait en couple jusque là : peur de la solitude, désir de fonder un foyer, besoin de tendresse ou d’appartenance, besoin de se sentir utile en soutenant son conjoint, etc… ces raisons disparaissent. Il ne reste que le désir de partager de la joie.

On se rend compte à ce moment-là qu’on a aussi le droit de choisir la personne avec qui on veut partager son bonheur et vivre le grand amour. Le choix devient ici plus exigeant, mais c’est ce qui le rend pertinent et nous amène de plus en plus à reconnaître les personnes qui nous conviennent et nous plaisent vraiment.

Alors, un peu comme dans les contes de fées, une fois que tout ces défis ont été relevés et gagnés, que les dragons ont été vaincus, il se pourrait bien que le Grand Amour nous prenne par surprise.

Vous aimeriez croire que l’amour avec un grand A est possible ?… alors préparez-vous, en prenant soin de vous comme de la personne la plus précieuse au monde, et continuez à aimer croire que c’est possible. Parce que ça l’est.

N’attendez par le bonheur, créez-le !

Et vous ? Que pensez-vous du Grand Amour ? Possible ou illusoire ? Donnez votre avis ou votre témoignages dans les commentaires ci-dessous…

Hypnose, croyances et relation amoureuse

Tout baiser est hypnotique

Quand vous embrassez la personne que vous aimez, vous ne pensez pas consciemment à vos lèvres et à votre langue en train de se mélanger aux siennes. Vous ne pensez pas, vous ressentez.

Votre mental tourne au ralenti pour vous laisser profiter pleinement des sensations physiques. C’est le cerveau droit – l’inconscient – qui gère vos perceptions pour vous faire ressentir que c’est bon.

Le baiser hypnotique

Avec l’hypnose, vous pouvez modifier votre état de conscience pour accéder précisément à votre cerveau droit et à ses formidables possibilités. Dans cet état, vous pouvez sentir l’activation des zones réflexes liées à la confiance et au plaisir.

L’hypnose est utilisée dans un grand nombre de domaines et il est étonnant de constater qu’on s’en sert encore peu pour venir en aide aux couples, pour soutenir la relation amoureuse et encore moins pour développer sa sexualité.

Hypnose et croyances

Un grand nombre de nos comportements sont déterminés par nos croyances. Je ne parle pas ici de croyances religieuses, mais simplement de ce que nous tenons pour vrai.

Par exemple, si je pense que je suis gros, si je crois vraiment que c’est le cas, je vais naturellement assumer ce rôle et il va m’être très difficile de perdre du poids. Il faudrait pour cela que j’envisage de me voir comme quelqu’un de mince. Mon alimentation et mon poids s’adapteraient alors de manière presque automatique.

Le fumeur qui désire se libérer du tabac doit d’abord pouvoir s’imaginer comme quelqu’un qui respire librement et qui déguste l’air pur avec plaisir. Le timide pourrait découvrir son audace s’il se croyait sûr de lui. Le pauvre améliorerait ses finances s’il pouvait voir l’argent comme un flux naturel qui vient à lui. Et le morose sort de sa déprime dès qu’il croit que la vie est un cadeau merveilleux.

Ce qui nous bloque dans une situation, c’est le fait de croire qu’il n’est pas possible d’en sortir.

Les exemples qui précèdent montrent la voie, mais il faut bien reconnaître qu’il n’est pas facile de changer les croyances qui dirigent notre vie.

Parce que c’est notre existence toute entière, nos expériences et notre vécu qui les ont forgées. L’inconscient les a mises en place il y a longtemps, dans des circonstances spécifiques, pour nous protéger de quelque danger.

Gardiens en armure

Les croyances sont comme des gardiens à qui on a ordonné de garder la porte pour que personne n’entre ou ne sorte. Le problème est qu’ils sont tellement dévoués que même s’il y a le feu à la maison ils empêcheront quiconque de passer !

Pour gagner en liberté, il est nécessaire d’éduquer ses « gardiens » afin qu’ils sachent adapter les ordres qu’ils ont reçu jadis en fonction des nouvelles circonstances.

C’est principalement cela que propose l’hypnose en activant la souplesse et la créativité au cœur même de l’inconscient.

Croyances et relation amoureuse

En amour, les croyances sont nombreuses et profondément ancrées. On peut se croire jaloux, timide, solitaire, fusionnel, romantique, instable, éjaculateur précoce, frigide, séductrice et j’en passe… On s’identifie à ce qu’on croit et on adopte les comportements qui confirment cette identité.

L’observation de nos réactions révèle les croyances que nous avons sur nous-même. Nos attitudes témoignent des insatisfactions qui nous pèsent et qui attendent d’être transcendées.

En travaillant avec le cerveau droit, l’hypnose ouvre sur de nouvelles possibilités. Ce que l’on croyait gravé dans le marbre ne s’avère finalement qu’un consensus qui peut être remis en question.

Nos vieux systèmes internes, caduques et limités, font alors place à plus de créativité au profit d’un vécu plus heureux.

L’hypnose ne veut pas la mort des croyances. Elle œuvre pour que nous ayons plus de choix dans ce que nous pensons être vrai. Si donc nous pouvons choisir, nous optons alors pour ce qui nous est le plus profitable. Et en amour, ce n’est pas rien !

Le bonheur à deux se joue ici. En premier lieu, il y a la capacité à créer mentalement ce que l’on souhaite. En y ajoutant de la foi, ceci se transforme en croyance et le cerveau droit se charge alors d’en faire une réalité. Il ne reste ensuite qu’à l’incarner au quotidien.

Réaliser ses croyances de bonheur à deux

L’inconscient tient un rôle central dans notre perception de la réalité et dans nos croyances à propos de ce qui est possible ou pas. Grâce au langage imaginaire de l’hypnose, nous pouvons orienter la créativité de l’inconscient en faveur d’une vie amoureuse plus intense et plus heureuse.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

Les trois (bonnes) raisons de consulter un sexe-coach

lassitude de couplePourquoi devrais-je consulter un sexe-coach ? Ne suis-je donc pas assez grand pour gérer ma vie sexuelle tout seul ? D’ailleurs tout va très bien sur ce plan-là ! C’est ce que chacun aura tendance à répondre spontanément face à cette question, et on le comprend.

L’intimité sexuelle est un sujet sensible et personne n’aime qu’on vienne lui faire la leçon à ce propos. On a sa fierté, tout de même ! Et puis, faire l’amour c’est un truc naturel qui n’a plus de secret pour personne : on a lu des articles et même un livre, une fois, il y a longtemps…

Il est d’évidence notoire que chacun se débrouille en autodidacte avec sa sexualité. Notre maîtrise du sujet est laissée au caractère aléatoire de nos expériences vécues, depuis les premiers émois de l’adolescence jusqu’à l’établissement d’une sexualité active.

Si on a eu la chance de rencontrer quelque partenaire talentueux, on fera partie des privilégiés qui peuvent goûter à une sexualité heureuse. Sinon, il faudra vivre avec les frustrations, les non-dits et les incompris qui sont encore si courants dans les couples aujourd’hui.

Il suffit pourtant de peu de chose, de quelques connaissances ou d’un meilleur éclairage sur la question pour que tout soit plus simple, plus facile et plus joyeux dans son lit.

Le coaching, c’est comme une mise à jour informatique : on remplace un vieux programme par un nouveau, mieux adapté et plus performant. Quelques manipulations pour mettre tout ça en place, et l’amour peut à nouveau fonctionner sans bogue.

consulter un sexe-coach pour être heureux

En tant que sexe-coach, j’accompagne des femmes et des hommes vers leur épanouissement depuis plusieurs années. Mon expérience est que derrière chaque problème, il y a une liberté qui attend.

1° Consulter un sexe-coach en cas de problèmes sexuels

La raison la plus évidente de consulter un sexe-coach est d’être affecté par un problème sexuel récurrent qui finit par peser au point de parasiter ses relations amoureuses.

Il faut savoir toutefois que le sexe-coach n’est ni psychiatre ni sexologue. Il ne traite pas les pathologies lourdes, mais saura rediriger son client si nécessaire ou proposer une action en complément à un traitement psycho-thérapeutique.

Le sexe-coach possède les connaissances et les outils adéquats pour résoudre la plupart des problèmes que tout un chacun peut être amené à rencontrer dans son expérience intime et affective.

Par son intervention, le sexe-coach fait émerger des ressources insoupçonnées chez son client en transformant en solution les problèmes mêmes qui l’inquiètent, blocages du passé ou limitations présentes.

  • Vous êtes obsédé par le sexe
  • Votre libido est à plat
  • Vous pensez être frigide
  • Vous n’avez pas d’orgasme
  • Vous éjaculez trop vite
  • Vous avez des pannes d’érection
  • Votre excitation nécessite des bizarreries

Renseignez-vous tout de même un peu sur le sexe-coach que vous prévoyez consulter. Comme c’est une profession récente et non encore reconnue, il n’y a pas de formation spécifique et on peut aussi y trouver n’importe quoi !

Veillez à ce que le praticien en question soit au moins formé dans l’une ou l’autre pratique thérapeutique. Et surtout, qu’il ne cherche pas à vous imposer sa propre vision, mais qu’il vous aide avec bienveillance à trouver la vôtre.

2° Consulter un sexe-coach pour libérer son potentiel amoureux

Sans parler de véritables problèmes sexuels, qui n’a pas vécu l’abandon, la critique, les ruptures douloureuses ou accumulé quelques blessures qui menacent toujours de se rouvrir ?

Les remarques ou même les moqueries de proches « bien intentionnés » ont parfois saboté l’image qu’on a de soi, générant timidité et complexes.

Afin de se protéger, on a peut-être développé une préférence pour les relations fusionnelles ou dépendantes. Malheureusement, celles-ci attisent la crainte de perdre l’autre, la méfiance et la jalousie.

Le sexe-coach, ici plutôt coach amoureux, voire coach de vie, travaille à rétablir tout le potentiel de son client en tant qu’individu unique et responsable.

  • Libération des souffrances du passé
  • Développement de la confiance en soi
  • Affirmation de l’estime de soi

consulter un sexe-coach pour améliorer ses performances

3° Consulter un érotic-coach pour améliorer ses performances

Quand tout paraît aller pour le mieux, on ne voit pas de raison de s’activer à de grands changements. Certains ont pourtant la bonne idée de vouloir toujours améliorer les choses, non pas qu’ils soient insatisfaits, mais plutôt perfectionnistes, un peu comme Léonard de Vinci qui retoucha sa Joconde chaque jours de sa vie.

L’amour, le couple et la sexualité sont des sujets intimement liés. Ils forment un tout qu’il s’agit de cultiver, qui se construit et s’améliore sans cesse. Chacun peut trouver des détails à affiner ou des rêves qui lui restent encore à réaliser.

Le sexe-coach – ici j’aime bien érotic-coach – pourra accompagner efficacement son client à l’accomplissement de sa créativité amoureuse et sexuelle.

En tant qu’érotic-coach, j’utilise à cet effet l’hypnose et la visualisation créatrice, outils merveilleusement adaptés à l’élaboration de choix plus efficients et à l’intégration de nouveaux fonctionnements.

  • Exploration des fantasmes
  • Développement de l’univers érotique
  • Épanouissement de la sensualité
  • Maîtrise des orgasmes
  • Construction d’une complicité de couple

Consulter un sexe-coach gratuitement

Les séances de coaching individuel ne sont pas gratuites… malheureusement pour vous, mais heureusement pour moi ! Si vous désirez en savoir plus sur mes prestations d’érotic-coach, rendez-vous sur cette page.

Mais pour la plupart d’entre-nous, avoir des informations pertinentes et inédites est déjà précieux. Donc, ma manière de coacher les intéressés gratuitement est de mettre à disposition le livre qui contient mes plus précieux secrets.

Découvrez les principaux éléments du bonheur sexuel en téléchargeant mon livre gratuit. Vous pouvez vous procurer « Les 7 secrets d’une sexualité épanouie » en vous inscrivant en haut à droite de cette page.

Faites-le MAINTENANT ! Lisez-le et soyez heureux.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

40 articles sur le couple et la sexualité

Portrait de VivékaL’avant dernière question de l’enquête de Vivéka, journaliste à Montréal, relève de ma passion, ma foi et mon engagement envers le couple et la sexualité.

Comment pouvez-vous pondre autant d’articles sur le couple et la sexualité sans jamais répéter vos propos ?

 

Moi 2012

Je suppose que je dois être un peu bavard !… Non, sans rire, le sujet est tellement vaste que je pourrais écrire des articles sur le couple et la sexualité pendant des années sans jamais en faire le tour.

Si on considère que l’amour et la sexualité sont des sujets anodins, comme le foot ou la recette de la tarte aux myrtilles, alors on peut les étudier rapidement et les ranger dans le dossier « affaires classées ». Pour ma part, je pense que la relation amoureuse est au centre de toutes les activités et de toutes les motivations humaines.

Couple et sexualité au centre de toute activité humaine

La sexualité se trouve ainsi liée à la psychologie, à la philosophie, aux sciences humaines, à la technique, aux arts, aux religions, à l’écologie et j’en passe… Bref : le phénomène amoureux est au centre de toute la créativité dont les humains savent faire preuve.

Les pratiques sexuelles sont infiniment nombreuses et variées. Certaines sont propices au développement de l’être, d’autres moins. Il est possible de se trouver soi-même, ou de se perdre, dans ses tentatives de séduction ou dans ses expériences érotiques. Mais quoi qu’ils entreprennent à ce sujet, les femmes et les hommes ont tous le même besoin : celui d’être reconnus, accueillis et respectés en tant qu’êtres sexués.

La sexualité représente un formidable potentiel de liberté, tant sur le plan de l’identité que sur celui de l’ouverture à l’autre. Cette ouverture partagée dans le couple pourrait aussi porter à une spiritualité des amants, au sens où chacun d’entre eux est invité à dépasser son identité pour atteindre quelque chose de plus vaste.

Alors oui, des premiers émois d’adolescent au plein épanouissement amoureux, il y a tout un chemin de vie, de découvertes et de compréhension dont on n’a pas fini de parler.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !