Archives par mot-clé : bon coup

Performance sexuelle : on se calme !

Vous arrive-t-il de rêver à améliorer vos performances sexuelles ? Est-ce que vous êtes un bon coup ? Être un bon coup, c’est quelque chose qui prend la tête à beaucoup de monde. J’ai moi aussi été confronté à ce type de préoccupation.

On peut avoir des doutes à ce sujet et nous allons voir quoi en faire dans un instant… c’est le but de cette vidéo.

La performance sexuelle n’a pas à nous soumettre à ses dogmes, mais seulement à nous inviter dans les zones les plus délicieuses du plaisir partagé.

Performance sexuelle : on se calme !

Qu’en pensez-vous ? Pour vos réactions et commentaires, faites défiler jusqu’à l’espace réservé en bas de page… et ne vous en privez pas.

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription ci-dessous


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Transcription texte de la vidéo

Performance sexuelle : on se calme !

Être un bon coup, c’est d’abord une histoire de comparaison. Pour savoir si je suis un bon coup, il faut que je me compare à d’autres, à ce que j’ai lu, à ce que j’ai vu ou à ce que j’ai entendu. Et pour bien comprendre cela, il faut replacer ça dans un contexte historique.

Mais avant d’aller plus loin, j’aimerais juste signaler que j’ai écrit un article sur le sujet de la performance sexuelle il y a une semaine et que j’avais envie d’ajouter quelques compléments d’information. C’est la raison de cette vidéo, un peu improvisée, dans laquelle je vais partager avec vous les réflexions qui m’ont habité ces derniers jours à propos de cette fameuse performance sexuelle.

Que peut-on en attendre, qu’est-on en droit d’attendre de la sexualité et à quoi faut-il se comparer ? Comment est-ce que je peux gérer cette sacrée histoire qui prend la tête beaucoup de monde ?

Pour aborder les choses sérieusement et replacer le contexte historique, il faut savoir que dans d’autres temps, un homme qui éjaculait rapidement était considéré comme un super amant, un super étalon. Cela voulait dire qu’il pouvait procréer facilement. Il éjaculait vite, donc il allait faire beaucoup d’enfants. Il était vu comme un homme fécond et viril. Aujourd’hui, c’est un peu différent comme vous le savez.

À l’époque, à moins d’être libertines ou filles de joie, les femmes n’avaient pas accès à leur jouissance ou à leur orgasme. On n’en parlait même pas parce que c’était quelque chose d’absolument incongru et rarissime d’avoir un orgasme pour une femme.

La femme passait à la casserole de temps en temps (en réalité à chaque fois que le mari en avait envie) et tout allait bien dans le meilleur des mondes parce qu’on ne se posait pas de questions à ce sujet.

Dans les années 50-60, le grand mouvement de libération de la femme, qui fut un mouvement de conscience, a envahi le monde occidental. Et les femmes ont commencé à revendiquer leur plaisir, leur droit à l’orgasme et à la jouissance. Elles ont accédé à un certain niveau de plaisir et ont rejoint la scène du désir et de l’orgasme.

Le mouvement hippie a été très important pour porter cela, mais ce n’est pas le seul, puisque le mouvement était véritablement général en termes de réflexion et de libération au sujet de la sexualité.

Les femmes étaient accompagnées par des hommes qui, eux aussi, étaient sensibles à cette question. Ils avaient envie d’avoir un plaisir plus rond, plus complet et plus entier, mais également que leur femme, leur copine, leur compagne ait aussi leur plaisir dans tout ça. C’était plutôt cool. Mais par contre, on a commencé à se comparer.

La performance sexuelle du porno

C’est à cette époque que s’est popularisé le film porno, tout d’abord avec les cassettes vidéo. Il y a une vingtaine d’années, la profusion du monde de l’Internet (dans lequel il suffit de se logger ici ou là en disant qu’on a 18 ans) a permis l’accès à toutes sortes d’images pornographiques.

Ces images véhiculent un message fort. Un message important sur le plaisir et sur l’idée qu’on se fait de l’excellence en matière de sexualité.

Dans cette représentation de l’acte amoureux, le mec a une bite « commak » et il va tringler sa copine, la buriner à fond pendant 15 minutes ou plus sans discontinuer, comme une machine. De son côté, la femme va se tortiller comme un vers en poussant des cris de hyène. Elle est super bien roulée, super canon avec les seins refaits et tout et tout…

Les deux porn-stars vont enchaîner les positions et collectionner toute sorte de fantaisies qui peuvent être élaborées autour de la sexualité. Les fantasmes et souvent les aspects pervers de la sexualité seront représentés. La fille va grimper aux rideaux alors que le gars va gicler comme un geyser.

Évidemment, quand on voit ça, on se dit que ça a l’air sympa et que « moi aussi j’en voudrais bien un peu ». On va donc commencer à se comparer… et à se rendre à l’évidence : « moi, je ne suis pas monté comme lui, je n’ai pas cette résistance ni cet entraînement ». Et la femme va se dire : « je ne suis pas aussi belle, pas aussi bien roulée, et je ne bouge pas de la même manière ».

On va donc se comparer et commencer à imaginer des niveaux de plaisir à atteindre. Mais ce sont des objectifs qui ne sont pas toujours réalistes parce qu’ils ne correspondent pas à ce qui existe dans la vraie vie. Donc, on se compare et on commence à ressentir un certain nombre de frustrations.

La performance sexuelle, c’est pas si simple

Il faut dire que ça n’est pas si simple. Pas si simple pour les hommes de se contrôler et de contrôler leur érection et leur éjaculation. Pas si simple d’arriver à maintenir excitation aussi forte pendant si longtemps. Pour les femmes, ça n’est pas si simple d’atteindre l’orgasme, pas si simple d’entrer complètement dans cette féminité sexuelle qui nous est présentée à outrance.

Plus simplement, il n’est pas si simple d’être un bon coup, et nombre d’hommes et de femmes, célibataires ou en couple, vont être un peu décontenancé par ces images, ces exemples, ces sortes d’idéaux qui nous mettent la pression de la performance sexuelle.

On se calme, on se relaxe, on respire par le nez et on va juste regarder les choses en face. C’est-à-dire telles qu’elles sont. Il suffit simplement de réorienter son attention vers ses propres valeurs personnelles, vers le plaisir de l’échange qu’on peut avoir dans le couple. C’est juste une alchimie et une complicité qui permet aux couples de se rencontrer dans le plaisir, dans le désir et les délices de l’orgasme.

Pour cela, il faut réorienter son attention et abandonner l’idée de la performance mécanique quasi sportive pour se tourner vers ce qui nous constitue complètement : physiquement, mentalement et émotionnellement.

Plutôt que de viser un exploit technique, il faut réorienter son attention sur ses cinq sens, sur l’attention que l’on porte à l’autre, sur la douceur, la créativité et la tendresse pour être dans une fantaisie et une générosité qui amène aussi à la gratitude. C’est la gratitude d’être avec l’autre, cet autre qui nous excite et nous entoure, qui nous enveloppe. C’est la gratitude d’être en communication avec soi au sens le plus profond du terme, comme on le vit dans le rapport amoureux. Voilà ce qu’est l’amour et comment il est possible de faire l’amour.

Pratiquement, comment faire si on est un peu trop exalté, un peu trop stimulé ou un peu trop excité ? Comment faire pour relâcher la pression ? Ou alors, comment faire si on n’est pas assez excité, si on n’a pas une érection suffisante ? Comment faire pour que la femme lâche prise afin qu’elle atteigne son orgasme ? On sait que la femme ne peut atteindre son orgasme que si elle se lâche complètement. Comment faire donc ?

Une autre performance : par la respiration

Le truc, c’est la respiration. La respiration contrôlée. Dès le moment où l’on contrôle sa respiration on commence à contrôler son corps. Pour contrôler sa respiration, il y a un tas de méthodes. Ce que je vous suggère ici, c’est d’essayer simplement un truc tout facile.

Prenez des inspirations profondes par le nez et expirez lentement par la bouche en serrant les lèvres. Inspirer et expirer plusieurs fois de cette manière. Cette respiration est appelée « respiration de la flûte » dans le Tantra. Elle permet d’activer les zones d’énergie et de rétablir les énergies dans le corps en les équilibrant. Cela va simplement stimuler les personnes qui manquent excitation et calmer celles qui en ont trop. C’est quelque chose de très intéressant.

Vous pouvez essayer de le faire et observer que cela va détourner votre attention de cette putin de performance que l’on croit devoir atteindre pour entrer juste dans le désir et le plaisir d’être avec soi et avec l’autre.

Évidemment, si vous êtes avec une personne pour la première fois, vous aurez peut-être un peu de peine à faire cela parce que c’est un peu bizarre et pas très normal de respirer comme ça. Mais vous pourrez toujours dire à la personne que vous venez de rencontrer que vous avez un secret incroyable pour arriver à faire l’amour d’une manière plus complète et plus vaste. Ainsi, la personne va tout à fait comprendre que vous respiriez un peu bizarrement par moments.

Et si vous êtes en couple, pourquoi ne pas inviter l’autre à respirer avec vous de cette manière-là dans les moments où il s’agit de calmer le jeu ou dans les moments où il s’agit de l’activer ? Vous pourriez intégrer cette respiration comme une nouvelle conscience de qui vous êtes en tant qu’amants tous les deux. Une nouvelle conscience de qui vous êtes, de comment vous êtes imbriqués l’un dans l’autre et liés l’un à l’autre, unit tout simplement.

En faisant ça, vous pourrez juste oublier l’histoire de la performance sexuelle et entrer plutôt dans une performance personnelle. Vous serez libérés de l’image que la société veut nous imposer et pourrez enfin correspondre à l’image de qui vous voulez être vraiment en tant qu’amants.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Les trois qualités des bons amants

Les trois qualités des bons amants

Pourquoi est-il si important d’être un “bon coup” au lit et quelles sont donc ces trois qualités des bons amants nécessaire pour y arriver ?

La sexualité fait profondément partie de notre état humain et nul ne peut se réaliser pleinement en amour sans trouver, chacun à sa manière, l’épanouissement intime qui lui convient.

Il y a trois qualités fondamentales que les bons amants réunissent et qu’il est bon de connaître afin de les développer et de les intégrer dans sa vie de couple.

C’est ce que j’explore dans ce dernier podcast, à écouter ou à télécharger en cliquant ci-dessous.

Lecteur audio

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Transcription texte du podcast

Les 3 qualités des bons amants

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui nous allons simplement réfléchir un peu aux qualités des bons amants, à ce qui fait qu’on peut devenir bons et à ce qui peut améliorer son aisance dans la relation sexuelle jusqu’à être de bons amants.

Les informations qui vont suivre sont tirées d’un extrait de ma conférence « Secrets d’alcôve » que je vous laisse découvrir maintenant.

Pourquoi donc est-ce si important d’être bien dans son lit ? Pourquoi est-ce si important d’être « bon au lit », d’être comme on dit un « bon coup » ? Qu’est-ce qui fait que c’est si important de réussir sa sexualité ?

Je crois que nous sommes des êtres complexes, entier, complet, et que la sexualité fait partie de notre équilibre et de notre construction. Pour que nous puissions nous réaliser de manière entière et complète, de manière épanouie, nous avons besoin de réussir aussi notre sexualité.

C’est pour ça qu’il est bon d’aborder cette question, de réfléchir et de se former sans cesse de manière à tendre vers une certaine excellence dans cette expérience magnifique qu’est le rapport sexuel.

Le bon état d’esprit des bons amants

Pour être bon au lit, il faut avant tout un bon état d’esprit. C’est l’état d’esprit sexuel. Cet état d’esprit sexuel vient d’une conscience d’être quelqu’un de sexuée, avec ses pulsions, ses désirs, ses envies, ses fantasmes, et avec ce besoin aussi de partager cela avec autrui. On partagera donc cela avec une autre personne, avec un ou une partenaire qui a lui aussi, ou elle aussi, ses désirs, ses fantasmes, ses pulsions.

Le bon état d’esprit sexuel va permettre de développer son estime de soi. C’est pour ça qu’il est très important de pouvoir se sentir un bon coup, croire et savoir qu’on est un bon coup, bien sûr dans les limites du raisonnable, parce que cela va permettre de valoriser sa propre identité en développant l’estime de soi.

Un autre avantage du fait d’être conscient d’être « bon au lit », c’est qu’on va avoir plus de succès en amour. En effet, on va générer plus d’attraction sexuelle, simplement parce qu’on est conscient de sa propre sexualité, conscient que la sexualité c’est bien et que c’est quelque chose qu’on porte avec soi.

On va ainsi développer sa confiance et intégrer la sexualité très rapidement et très naturellement dans nos rencontres.

Il est vrai que si vous êtes en couple depuis très longtemps, depuis plusieurs années ou même dizaine d’années, vous aurez peut-être un peu oublié cela. Mais pour les jeunes, ou pour ceux qui sont célibataires et qui se trouve dans la mouvance de la rencontre, ou des rencontres, on se rendra compte qu’en assumant pleinement son côté sexué et en accueillant l’idée, de manière complète et intégrée, que le sexe est une bonne chose, que c’est quelque chose de bon, quelque chose de bien, quelque chose de sain, on va arriver très facilement et très naturellement à intégrer la sexualité tout de suite dans la rencontre.

On ne va pas forcément coucher le premier soir. Quoi que… On peut coucher le premier soir, ou est le problème ? Il y a des gens qui pensent qu’il ne faut pas le faire, qu’il faut attendre trois jours trois semaines… Mais tout cela ne sont que des conventions, des croyances.

En réalité, on va coucher avec l’autre quand on en a envie et quand l’autre n’a envie, bien sûr. Quand les deux envies sont coordonnées et sont synchronisées.

En bref, le fait d’accueillir le côté naturel de la sexualité va nous permettre d’apprécier le sexe et de l’intégrer rapidement dans la rencontre.

Fidéliser l’autre

Le sexe va également permettre de fidéliser l’autre. C’est-à-dire que, quand on va faire l’amour avec quelqu’un, on va générer des échanges d’énergie à travers la rencontre charnelle. Notre cerveau va produire des endorphines, qui est une sorte de morphine naturelle.

Il va générer aussi de l’ocytocine. Ça, c’est l’hormone de l’attachement. Cette hormones est générée en plus grande quantité chez la femme que chez l’homme en raison de la maternité. Lorsqu’une femme a un bébé, elle va générer une forte quantité d’ocytocine qui va la lier à son enfant. C’est pourquoi elle a un plus grand potentiel de production d’ocytocine que l’homme.

Dans la relation charnelle, quand on fait l’amour, la femme plus que l’homme, mais l’homme également, vont générer de l’ocytocine qui va les lier l’un à l’autre.

Cette ocytocine, ce phénomène hormonal, va permettre « d’accrocher » les amants l’un à l’autre pendant une certaine période. On parle de trois mois à trois ans, on ne sait pas très bien, mais peu importe !

De toute façon il va y avoir une période durant laquelle les amants vont se retrouver hormonalement liés. Ce sera plus fort qu’eux. C’est ce qu’on appelle être amoureux, l’avoir dans la peau, être fou d’un tel ou d’une telle et c’est ce qui va permettre de poser les premières bases du couple sur la durée, pour autant que le couple ait envie de durer.

Concernant les vieux couples, les couples qui sont ensemble depuis très longtemps, le fait d’accueillir cette idée, ou de redorer le blason de cette idée, que le sexe est bon, est une bonne chose, qu’il est naturel et tout à fait sain et normal, va permettre de porter un autre regard qui pourrait bien leur amener de la nouveauté dans leur relation, même si elle est déjà là depuis longtemps.

Obsession de la technique sexuelle

Il y a beaucoup de gens qui pensent que pour être un « bon amant » il faut connaître des techniques, des positions, des astuces ou des gestes particuliers pour contenter son ou sa partenaire.

En réalité, être un bon amant, ou une bonne amante, n’est pas une question de technique. Ça n’est pas quelque chose de mécanique ou du moins, pas seulement. Il faut trois choses pour arriver à être bon amant.

Les 3 qualités des bons amants

Tout d’abord, il faut le bon état d’esprit, comme je viens de l’expliquer. Mais surtout, il s’agit d’arriver à concevoir et à véritablement intégrer, pas seulement mentalement, mais à intégrer à l’intérieur de soi cette notion que le sexe est bon, que ça fait du bien, que c’est agréable pour les deux, qu’il n’y a pas de perdant, que c’est quelque chose de sain et de naturel.

Il s’agit vraiment de l’intégrer profondément, de le ressentir jusque dans ses tripes. Voilà le bon état d’esprit des bons amants.

Deuxièmement, il faut de la pratique. Si vous êtes tout jeune ou novice et que vous n’avez aucune expérience, il vous sera très difficile d’être un bon amant ou une bonne amante.

Et enfin, il faut un certain nombre de connaissances. Si vous manquez de connaissances, vous allez arriver à certains moments, confronté à des cas un peu plus complexe, un peu délicat, avec des réactions inattendues… à ressentir votre limite.

C’est-à-dire que quand tout se passe bien, c’est facile. Mais s’il y a un petit doute, des craintes, des gênes, des douleurs ou encore des positions qui vous laissent perplexe, les connaissances vont être nécessaires pour être un bon amant, une bonne amante.

Donc, veillez bien à développer ces trois qualités des bons amants : le bon état d’esprit, l’expérience pratique, et de bonnes connaissances de son corps, du corps de l’autre, de l’anatomie et des techniques sexuelles.

Ces techniques sexuelles, nous aurons l’occasion d’en reparler et de revenir dessus à d’autres moments, sur des podcasts ou des vidéos. Et je compte sur vous pour explorer également tous les articles qui concernent ses différentes techniques sur le site erotic-attitude.com, le site des amoureux qui se bougent pour être heureux dans leur lit…

Ainsi s’achève ce podcast, construit à partir d’un extrait de ma conférence « Secrets d’alcôve ». Je vous souhaite tout de bon, tous plein de bonheur et de plaisirs partagés avec votre partenaire. Et surtout, surtout, n’oubliez pas :

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00