Archives par mot-clé : orgasme féminin

Orgasme vaginal et point G

Orgasme vaginal et point G

Le point G, identifié dans les années 50 par le gynécologue Ernst Gräfenberg, a été et reste encore controversé. Pour certaines femmes il est une réalité délicieuse et incontournable alors que pour d’autres il n’est qu’un mythe. On sait pourtant que la zone du point G intervient pour beaucoup dans l’orgasme vaginal.

Le vagin étant un organe interne, il reste à l’abri de tout contact extérieur jusqu’à la découverte de la sexualité. Chez la jeune fille, il n’y a aucune conscience possible des sensations internes avant l’introduction d’un corps étranger, ce qui, avec la relation sexuelle est le cas de le dire.

orgasme vaginal et point G

De ce fait, ces zones sensibles sont comme endormies et attendent d’être éveillées. Peut-être est-ce de là que vient la fable de la princesse réveillée par le baiser de son prince charmant…

À la puberté et dans les années qui suivent, les jeunes femmes n’ont en général qu’une très vague idée du potentiel de plaisir que recèle leur vagin.

La sensibilité du vagin ne se révèle donc pas spontanément ni de manière évidente. Il est nécessaire de l’activer pour la découvrir. La plupart des femmes mettent des années à la développer et certaines n’y trouvent jamais de plaisir probant.

La stimulation des va-et-vient durant le coït n’est pas toujours suffisante. Il faut encore que le pénis frappe ou frotte aux bons endroits et que ce soit suffisamment insistant.

En effet, les parois du vagin sont peu innervées et donc peu susceptibles de grands émois. Trois points heureusement font exception : le creux formé à l’avant du col de l’utérus, celui formé à l’arrière de celui-ci et la zone du point G. C’est en ces trois points que la femme pourra trouver la sensation physique de son orgasme vaginal.

Activer le point G

Le point G n’est pas un bouton sur lequel il suffirait d’appuyer pour obtenir un orgasme, genre interrupteur magique. C’est plutôt une zone dont la sensibilité augmente à force de stimulation. Il s’agit donc d’aviver régulièrement cette région interne par des caresses répétées.

Pour découvrir votre point G, faites souvent l’amour en privilégiant les positions qui le stimule.

La zone du point G est de taille variable, avoisinant les dimensions d’une pièce d’un d’euro. Elle est située sur la face antérieure du vagin, à environ cinq centimètres de profondeur, entre l’os pubien et le col de l’utérus. C’est là que le pénis de l’amoureux devrait appuyer et s’attarder.

La masturbation avec un dildo peut être une bonne approche de découverte. Certains vibromasseurs provoquent d’ailleurs de telles sensations que leurs utilisatrices les prennent durant quelques temps comme partenaires exclusifs ! Mais finalement, elles reviennent toujours à des bras bien vivants et à la chaleur humaine. N’ayez donc aucune crainte, l’addiction ne dure pas.

Pour explorer le délice vaginal à deux, le couple pourra opter pour la position d’Andromaque, où la dame chevauche son homme, lui couché sur le dos et elle assise sur lui. Dans cette posture, l’homme est détendu et peut bien gérer son excitation. Quant à la femme, elle a tout loisir de bouger à sa guise pour expérimenter les frottements du pénis contre ses parties internes les plus sensibles.

Orgasme vaginal

Alors que l’orgasme féminin se révèle sous de multiples facettes, le plaisir de la pénétration est celui qui nécessite le plus d’attention de la part des amants. L’homme devra maîtriser son excitation et la femme s’abandonner complètement. Le couple pourra alors fusionner jusqu’à en perdre la tête.

Donnez votre avis et partagez votre expérience de l’orgasme vaginal avec les autres internautes. Avez-vous découvert votre point G ? Laissez un commentaire dans l’espace réservé ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Éjaculation féminine

L’orgasme féminin a de nombreuses manifestations. Pour parfaire cette faculté unique de la femme, je réponds à l’invitation de Philippe et je prends ma plume pour parler de l’éjaculation féminine, autrement dit de la femme fontaine.

Vous me connaissez peut-être, ou pas, je ne vous en tiendrai pas rigueur. 😉 Je m’appelle Annah et je m’intéresse tout comme votre love coach préféré à parfaire votre éducation… sensuelle. J’ai un blog comment-faire-l-amour.fr où je donne des astuces pour faire de votre vie sexuelle un terrain de plaisir ou les tabous n’ont pas de prise.

Mon envie avec ce sujet, n’est pas d’insister auprès de vous pour consommer l’orgasme devenir des performeurs, normaliser un quota à enchaîner, clitoridien, vaginal point G, point A ou le reste de l’alphabet, anal, corporel, fontaine, comme une grille de points dans l’obtention d’un bonus.

L’enjeu consiste davantage à développer une meilleure connaissance de soi. Un bien-être intérieur permet de se sécuriser pour aller vers l’autre en toute tranquillité et de laisser la place pour s’épanouir ensemble.

Éjaculation féminine

Parler d’éjaculation féminine est dans l’ère du temps. Tout le monde en parle. Que sommes-nous réellement en droit d’attendre de cette option qui malheureusement fait défaut à certaines femmes ?

femme fontaine
Bienheureuses femmes fontaine

L’éjaculation féminine est une capacité innée de la femme, mais à force de diaboliser et de ridiculiser cette manifestation, parfois surprenante, les femmes que vous êtes avez inconsciemment fermé les vannes.

Ce plaisir animiste est une connexion avec son moi profond. C’est une réponse physiologique qui surgit quand la femme vit pleinement sa féminité et accepte le plaisir.

C’est pourquoi, il me semble intéressant d’insister sur le voyage à entreprendre plutôt que de décrire la manifestation, mouillée, importante ou pas, en jet ou en coulée, mais qui dans tous les cas correspond au volume d’une tasse (5 à 200 ml). Pas de quoi non plus prendre peur. Il suffit de prendre ses précautions quand on connaît le déroulement.

Toute femme, à un moment dans son évolution, tentera de revenir à la source, d’approfondir les connaissances de son corps, et de son plaisir.

Il est temps de mettre fin à la peur de la jouissance des femmes ! Acceptez d’être surprise par votre corps et par son pouvoir libérateur (et non surnaturel 🙂 )

Libérer l’éjaculation féminine

Le corps médical qui se penche de très près sur ce phénomène vous expliquera que c’est l’émission d’un jet (l’éjaculat) par l’urètre à l’occasion d’une stimulation assez longue du point G.

En tant que femme d’âge mûr et blogueuse sur l’épanouissement sexuel depuis 3 ans, je collecte au travers de discussions, les témoignages de femmes fontaines. Qu’elles aient 20 ans ou 70 ans, il semblerait que ce ne soit pas un phénomène isolé de femmes hystériques et déréglées sur le plan urologique, mais bien une faculté naturelle de toute femme. La manière, l’âge et les conditions réunies semblent en revanche aléatoires et liés à la vie de chacune.

Nous n’avons pas toutes les mêmes prédispositions à l’amour. Certaines arrivent à éjaculer sur simple fantasme pendant leur sommeil, d’autres sans contact avec le vagin. Ce déclenchement est bel et bien lié au lâcher-prise pendant une forte intensité érotique, avec orgasme ou pas .

Il est tout à fait imaginable de déclencher la source quel que soit le mode de stimulation, quitte à contrarier les scientifiques qui tentent, un peu trop à mon goût, de nous compartimenter même au travers de leurs études !

Au travers de la relation érotique, il est important d’encourager chacun à découvrir son potentiel, à partager le moment et à favoriser un écrin sécuritaire pour permettre son développement

L’une des premières idées reçues : avoir peur de se libérer le moment voulu au risque d’asperger monsieur… d’urine !

Le liquide de la femme fontaine n’est pas honteux et c’est encore moins de l’urine même si des traces résiduelles sont détectées à l’analyse. Les glandes de Skene qui permettent ce petit miracle sont considérées comme la prostate féminine.

Dans tous les cas, il est important de considérer la gêne, justifiée ou non, car elle est bien réelle.

Apprivoiser l’éjaculation féminine

Certains hommes n’aiment pas les fluides corporels. Pour eux, pratiquer un cunnilingus est déjà un parcours semé d’embûches. Il n’est nullement nécessaire de les mettre mal à l’aise avec une effusion de plaisir. Il vous appartiendra dans ce cas de faire cette expérience seule.

Dans votre salle de bains, au milieu d’une eau bien chaude et d’une lumière tamisée vous pourrez accompagner votre introspection d’un compagnon waterproof.

Je recommande d’ailleurs cette option quand on manque de confiance en soi. Il est très important de se découvrir en toute sérénité. Vous pourrez alors faire l’expérience d’un bien-être profond au moment de l’expulsion comme si tout votre corps se libérait.

En comparaison d’un plaisir orgasmique, qu’il soit anal, vaginal ou clitoridien, où il est davantage question de spasmes, de concentration d’énergie, puis d’explosion comme une montée volcanique, le plaisir de la femme fontaine s’approche plutôt de la paix intérieure.

Pour les couples qui partagent une grande complicité érotique, ce n’est qu’une étape de plus dans leur relation. Beaucoup de plaisir à partager et quelques fous rires au début.

Les hommes n’ayez pas honte de l’inciter « va y chérie, donne moi tout, peu importe l’état dans lequel nous serons… lâche-toi ! » C’est un moment à part, incalculable et merveilleux.

La meilleure manière de déclencher l’écoulement est une stimulation sur le fameux point G. Ressentir cette impression d’urine, sentir qu’il vous est presque impossible de vous retenir. Vous allez gesticuler. C’est à ce moment qu’il ne faut plus avoir peur et laisser ce qui doit sortir s’écouler.

Beaucoup de masseurs sont disponibles sur le marché, mais tous ne sont pas performants. J’ai ma petite sélection personnelle, si vous souhaitez des conseils.

Sinon, vous avez toujours l’option de demander à votre partenaire de mettre les doigts dans le pot de confiture 😉 . Il va sentir, le majeur et l’index dirigés vers le haut et plaqués sur votre plancher pelvien, un bras rugueux et au bout une protubérance de la taille d’une pièce de 2€.

Il ne lui restera plus qu’à caresser cette zone en va et vient et vous à apprécier le voyage. Il est fort possible que plusieurs essais soient nécessaires. Qu’à cela ne tienne : testez, expérimentez, cherchez. Éclaboussez votre amour d’un nouveau sens.

Gardez toujours à l’esprit que ce n’est qu’un jeu, une curiosité de l’anatomie, une source de plaisir intarissable. Si l’envie vous prends d’y plonger, d’en user et d’en abuser, attention à vous ! Vous pourriez bien vous noyer dans la jouissance. 🙂

Je remercie Philippe pour cette entrée en toute discrétion dans votre intimité.

Donnez-nous votre avis sur l’éjaculation féminine et la femme fontaine en partageant votre expérience. Comment avez-vous découvert ce potentiel érotique ? Dites-nous comment votre partenaire l’a accueilli.

Laissez un commentaire !

Si vous souhaitez discuter en mail privé, vous pouvez aussi me contacter sur annah@comment-faire-l-amour.fr

Annah,
Blogueuse en quête d’épanouissement !

00

L’épanouissement sexuel féminin

L’épanouissement sexuel féminin est un sujet d’actualité. Les médias s’emparent de l’orgasme des femmes pour en faire leurs gros titres, surtout la presse féminine qui associe, un peu rapidement d’ailleurs, l’épanouissement sexuel au plaisir orgasmique.

Pour être heureuse, soyez libérée et sexy, dit-on partout. Mais qu’en est-il réellement ? Qu’en pensent les premières intéressées et comment le vivent-elles dans leur intimité ?

Depuis les années 70, les femmes revendiquent de plus en plus leur droit à la jouissance. C’est une évolution bienvenue quand on considère les siècles d’obscurantisme sexuel dont nous sortons à peine.

Mais de cette libération relativement récente, naissent toute une série d’idées fausses et de croyances stéréotypées qui brouillent notre vision de la réalité.

L'épanouissement sexuel féminin

Une étude TNS-Sofres sur l’épanouissement sexuel féminin a été menée pour une nouvelle marque de sextoys. Cette enquête questionnait les françaises pour savoir ce qui les faisait réellement kiffer.

Intéressants résultats qui ne mettent pas l’orgasme en point de mire dans le désir des femmes. Comme quoi, s’il n’y a pas que le sexe dans la vie, il n’y a pas non plus que l’orgasme dans le sexe !

L’épanouissement sexuel féminin

L’épanouissement sexuel est un concept très subjectif. Chaque personne s’en fait une idée toute personnelle et l’associe à divers comportements ou situations. Certains préfèrent la qualité et d’autres la quantité, alors que d’autres encore privilégient l’intensité des rapports.

Mais ce sur quoi tout le monde est d’accord, c’est que l’épanouissement sexuel ne peut s’atteindre que dans le plaisir et son assouvissement.

L’enquête révèle comment les femmes considèrent leur épanouissement sexuel selon les termes suivants :

  • se faire plaisir : 68%
  • connaître son corps : 67%
  • manifester ses désirs : 62%
  • faire plaisir à son partenaire : 61%
  • s’amuser, ne pas s’ennuyer : 56%
  • prendre soin de soi et de son corps : 53%
  • avoir un orgasme : 52%
  • avoir une activité sexuelle régulière : 49%
  • faire preuve d’imagination : 37%

On peut lire dans ces chiffres toute la volupté naturelle de la gent féminine. Alors que l’homme à tendance à focaliser sur ses organes génitaux, la femme a une perception plus globale de son corps et de la sensualité qui s’y développe.

Pour la femme, le désir et le plaisir se goûtent subtilement dans toutes les sensations de la chair.

Les formes de l’épanouissement sexuel

Bien que les filles ne sont que 41% à parler facilement de sexe entre copines, ce sont les qualités communicatives des femmes qui ressortent principalement dans la notion d’épanouissement sexuel.

Pour la plupart des femmes, communiquer avec le partenaire est de première importance. Ensuite seulement surgissent les fantasmes et les idées érotiques.

« Une femme épanouie dans sa sexualité est une femme qui… »

  • exprime ses désirs à son partenaire : 80%
  • parle facilement de ses fantasmes à son partenaire : 44%
  • achète de la lingerie sexy : 37%
  • aime faire l’amour dans des lieux insolites : 21%
  • possède des sextoys : 11%
  • s’intéresse à la littérature érotique : 9%

Évidemment, l’attitude du partenaire en réponse à ces comportements est déterminante pour l’épanouissement sexuel. Il faut un certain degré de confiance et de complicité pour oser se dévoiler dans son intimité.

Cette relation de cause à effet laisse penser que la vision actuelle de l’épanouissement sexuel pourra encore évoluer avec l’amélioration de la complicité de couple dans notre société.

Ce qui freine l’épanouissement sexuel féminin

La sexualité épanouie fait partie des principaux critères d’une vie de femme réussie, avec le fait d’être bien entourée, d’avoir un bon job et d’être contente de son physique. Pourtant, 53% des françaises estiment que la qualité de leur vie sexuelle est plutôt moyenne. Seulement 14% disent vraiment s’éclater au lit. Assurément, on pourrait faire mieux, mais ça ne dépend pas que des femmes…

Il faut dire que notre culture, quoi qu’on en pense, est encore bien imprégnée de l’héritage du passé, riche en préjugés et croyances limitantes. Lorsque les femmes se sentent bridées dans leur sexualité, c’est pour 36% d’entre elles par pudeur et pour 33% par l’attitude de leur partenaire.

Quant elles font l’amour, ¾ des femmes disent se sentir mieux dans leur corps et dans leur tête. Presque autant trouvent qu’elles gagnent en aisance et se sentent belles.

L’épanouissement sexuel féminin est assurément indissociable de celui de l’homme et de la complicité que les partenaires sont capables de développer.

La course à l’orgasme

Cette étude, ainsi que les réflexions qui peuvent en découler, montre la complexité de l’épanouissement sexuel féminin et, en corollaire, de celui du couple.

La tendance actuelle à focaliser sur l’orgasme n’est pas propice à la détente dont on aurait besoin pour atteindre le plaisir. C’est pourtant bien ce plaisir partagé qui donne accès à l’épanouissement sexuel… et de là, au bonheur du couple ou à celui des amants.

Le matraquage médiatique autour de la jouissance à tout prix et de l’orgasme obligatoire nous met sur une fausse piste. On peut avoir une sexualité parfaitement épanouie sans voir des orgasmes à tout bout de champ. Le fait de connaître l’orgasme et de pouvoir y goûter, à l’occasion d’échanges particulièrement sensibles, est pleinement satisfaisant pour un grand nombre de femmes.

À contrario, celles qui vont faire une obsession sur un orgasme qui ne veut pas venir auront de plus en plus de difficulté à l’atteindre. Dans certains cas, elles pourront même carrément devenir anorgasmiques, c’est à dire dans l’incapacité d’atteindre l’orgasme.

S’empêcher ainsi tout extase génitale rien qu’à se convaincre de ne pas y arriver est de plus en plus fréquent. En soi ce n’est pas grave puisque cela n’enlève rien à l’échange amoureux que l’on peut vivre avec un partenaire, ni au plaisir qu’on peut ressentir par ailleurs.

Mais il est possible qu’en de telles circonstances, une femme trouve dommage de passer à côté de ce plaisir. S’il y a véritablement une difficulté à se laisser suffisamment aller pour vivre cette expérience, un accompagnement thérapeutique peut être recommandé. Petit coup de pub ici sur ce que je peux faire pour vous avec le coaching et l’hypnose pour réactiver votre épanouissement sexuel

Ne laissez pas la tyrannie de l’orgasme perturber votre sexualité et accueillez le fait qu’il n’est pas nécessaire d’être toujours dans la performance pour être heureux au lit.

Comme le montre cette intéressante enquête, l’épanouissement sexuel féminin est avant tout une affaire de plaisir, de plaisir partagé, de sensualité et de joyeuse volupté.

Et vous ? Que pensez-vous de l’orgasme et de l’épanouissement sexuel féminin ? Partagez vos impressions et vos expériences dans l’espace de commentaires ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

L’orgasme féminin expliqué aux mecs

Les mecs ont toujours envie de faire leur petit effet au lit et rêvent de trouver le truc qui ferait grimper la fille aux rideaux ! En fait, ils sont bourrés de fausses croyances à propos de l’orgasme féminin.

Avoir une grosse bite, être performant et faire des figures de style, c’est bon pour la gloriole, mais ce n’est pas ça qui fait jouir les filles. Si ta copine te fait croire à cette fable, c’est qu’elle ne veut pas te vexer. C’est fou ce que les filles sont compréhensives !…

L’orgasme féminin expliqué aux mecs

Le seul geste masculin qui peut aider une femme à gagner l’orgasme, c’est de se montrer gentleman et de prendre le temps d’être à son écoute. Autrement dit : être attentif et attentionné.

L'orgasme féminin

Être gentleman présage de préliminaires où la femme sera considérée comme une reine… Voilà le geste, ou plutôt l’attitude, qui va la mettre en condition. C’est le signe d’une intelligence érotique et d’une ouverture à la féminité que tout femme saura reconnaître.

L’orgasme féminin dépend en grande partie du talent du partenaire. Les femmes préfèrent donc les hommes doués pour les accompagner au 7e ciel plutôt que les brutes de sexe comme on les montre dans les films X. Mais tant qu’à faire, autant allier les deux… en mélange ou en alternance.

L’orgasme féminin et sa mécanique

Sur le plan mécanique, l’orgasme féminin est prioritairement atteint par la stimulation du clitoris. La raison en est que sa sensibilité est naturelle, alors que celle du vagin n’est pas spontanée et demande à être entraînée.

En effet, les zones sensibles internes de la femme, à l’abri de tout contact extérieur depuis toujours, doivent être éveillées pour développer tout leur potentiel de plaisir.

Il s’agit du fameux point G, cette zone située sur la partie antérieure du vagin à quelques centimètres de l’entrée. Deux autres points méritent également de porter son attention au fond de la cavité féminine : à l’avant et à l’arrière du col de l’utérus.

La géographie intime de la femme offre donc trois points sensibles qui deviendront de plus en plus réactifs au fur et à mesure qu’ils seront stimulés.

Les va-et-vient habituellement effectués dans l’axe du corps ne permettent pas de stimuler ces parties du vagin. C’est ainsi que beaucoup de femmes croient ne pas être vaginales et découvrent tard, par hasard ou même jamais, les délices de leurs entrailles.

Faut-il souligner que pour emmener sa compagne dans de telles explorations il est nécessaire de faire preuve d’endurance ? Si le gars est sujet à l’éjaculation précoce, il ne pourra pas y parvenir avec son pénis. Heureusement, il y a toujours les doigts ou les dildos. Mais avec la queue, si on peut, c’est mieux.

La meilleure façon d’explorer à deux le plaisir vaginal est de pratiquer la position d’Andromaque. La fille assise à califourchon sur son compagnon peut ainsi orienter ses mouvements pour que le pénis vienne masser ses endroits les plus sensibles. De plus, c’est une bonne position pour le garçon parce qu’elle lui permet de se relaxer et ainsi de durer plus longtemps.

L’exploration des sens est une aventure extraordinaire pour les deux partenaires. Si le corps possède de nombreuses zones érogènes faciles à atteindre en surface de la peau, les parties sensibles internes de la femme restent souvent à découvrir.

Ainsi, lorsque l’orgasme féminin deviendra vaginal, il se peut que certaines partenaires se découvrent femme-fontaine. Mais ceci est encore une autre histoire, une surprise étonnante dont je parlerai une autre fois…

Et vous ? Comment vivez-vous l’orgasme féminin ? Racontez votre manière d’en profiter ou vos difficultés à l’atteindre dans les commentaires ci-dessous.

N’attendez pas l’orgasme féminin, créez-le !

00

L’orgasme féminin

L’orgasme féminin

Le plaisir des femmes reste mystérieux pour les théoriciens de l’évolution puisque l’orgasme féminin n’est pas nécessaire à la reproduction. Dès lors, le plaisir féminin nous enseigne autre chose : la sexualité a une fonction bien plus vaste que la simple perpétuation de l’espèce.

En effet, l’orgasme féminin révèle que l’échange sexuel sert surtout à tisser des liens interpersonnels. Autrement dit : que la sexualité sert à fabriquer de l’amour.

On peut tout de même (si on y tient) trouver à contenter la logique évolutionniste. La femme motivée par son orgasme choisira un partenaire capable de vigueur, d’endurance et d’intelligence plutôt qu’une simple brute épaisse. Parce que c’est grâce à ses diverses qualités que l’homme peut offrir à sa femme plus de bonheur et à sa famille la meilleure survie.

Orgasme féminin

Dans la perspective de l’orgasme féminin, le partenaire idéal réunit donc les deux extrêmes : un homme fort et puissant tout autant que raffiné et compréhensif.

L’orgasme vaginal

L’orgasme vaginal, celui du coït, dépend donc en grande partie du talent du partenaire. L’homme devra faire preuve de vitalité et d’endurance, d’habileté et de patience pour accompagner sa partenaire au 7e Ciel.

Alors que l’homme peut atteindre l’orgasme en quelques minutes, voire en quelques secondes, la femme a besoin de temps pour concentrer ses sensations dans ses organes génitaux et y trouver la jouissance.

C’est cette différence fondamentale des rythmes qui est à la base de toutes les frustrations sexuelles, quelles soient féminines ou masculines. Il y a donc de quoi y porter son attention…

Les différents orgasmes féminins

Entre les années 60 et 80 a eu lieu le grand duel entre les clitoridiennes et les vaginales. Les féministes érigeaient le clitoris comme une revanche sur le pouvoir phallique, alors que d’autres femmes défendaient le plaisir vaginal comme le creuset de la symbiose du couple.

Le clitoris étant à portée de main, si je puis dire, l’orgasme clitoridien est le plus naturel et le plus évident à découvrir. De ce fait, l’orgasme féminin chez les jeunes filles passe toujours par le clitoris. La plupart des femmes devront attendre des années avant d’avoir l’occasion de découvrir les sensations physiques de leur vagin.

L’orgasme vaginal ne remplace pas le plaisir du clitoris, il vient le compléter. D’ailleurs, les dernières études scientifiques sur la question révèlent que la fameuse zone du point G n’est autre que la racine du clitoris. En effet, celui-ci est bien plus grand que le bouton rose que l’on connaît et se prolonge en s’évasant jusqu’à la paroi antérieure du vagin.

Mais les orgasmes féminins ne se limitent pas à la stimulation du clitoris ou du vagin. La pénétration anale est aussi source d’orgasme pour ses adeptes. Il y a aussi les femmes qui atteignent l’orgasme uniquement par la caresses des seins et celles qui y accèdent par des jeux de langues dans l’oreille.

Toutes ces variantes d’extases physiques sont sans compter l’orgasme psychologique, tel qu’il peut être déclenché par les fantasmes, que ceux-ci soient romantiques ou libertins.

L’orgasme féminin a donc de nombreuses manifestations possibles. Il reste que l’orgasme vaginal est, pour la plupart d’entre nous, celui qui symbolise le mieux l’harmonisation du couple, liant profondément la femme et l’homme.

Donnez votre avis et partagez votre expérience de l’orgasme féminin avec les autres internautes. Laissez un commentaire dans l’espace réservé ci-dessous.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00