Archives par mot-clé : secrets d’alcôve

Secrets d’alcôve partie 6 : le sens du sexe et de l’amour

Le sexe c’est bon, c’est sain, ça fait du bien et ça donne du sens à la relation des amoureux. Dans ce dernier épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve », je termine avec la chose qui est sans doute la plus importante pour le couple : le sens du sexe et de l’amour.

Secrets d’alcôve :
le sens du sexe et de l’amour

Lorsque tous les éléments sont réunis, quand l’échange physique fait partie des valeurs fondamentales du couple, les partenaires vivent une véritable union qui les lie profondément sur la durée.

Faire l’amour devient alors le moyen d’exprimer à la fois ses sentiments et sa pulsion, entre romantisme et animalité, dans un échange complet.

Une sexualité qui se révèle libre et intense devient précieuse pour les deux amants. C’est tout le sens du sexe et de l’amour qui permet de se sentir unis et complices face au monde.

épisode 6

Qu’en pensez-vous ? Vous êtes libre de vous exprimer dans l’espace « Commentaires » en bas de page et de partagez sur vos réseaux sociaux au moyen des boutons ci-contre..

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui pourrait en découler si je le souhaite. Pour connaître et exercer mes droits, et notamment pour annuler mon consentement, je me réfère aux Conditions Générales d'Utilisation .

Transcription texte de la vidéo

Le sens du sexe et de l’amour

Pour résumer tout ce qui a été dit : ce qui est important c’est avant tout cet état d’esprit qui permet de comprendre et d’admettre à quel point « j’aime le sexe » et de comprendre à quel point l’autre aussi aime le sexe. À quel point c’est sain, c’est bon, à quel point ça sert, à quel point c’est utile au couple. À quel point c’est merveilleux de pouvoir accueillir cette sexualité de manière complètement naturelle et libre.

Dans cet état d’esprit libre, il s’agit de varier les plaisirs, les situations et les positions pour augmenter la richesse de cet échange.

C’est important de prendre conscience à quel point on prend du plaisir au plaisir de l’autre et pas seulement à son propre plaisir. C’est véritablement un échange de plaisir. Et que le plaisir est dans l’échange. Il n’est pas seulement dans mon propre plaisir. Nous ne sommes pas deux personnes en train de se masturber ensemble, mais on est vraiment dans quelque chose qui nous unit.

Et pour bien vivre tout cela, il faut aussi un certain nombre de connaissances. C’est cela dont nous avons parlé ce soir. Il faut aussi une certaine expérience. Si on est complètement novice, s’il y a ce soir dans la salle une personne qui a peut-être 18 ans et qui n’a eu que deux ou trois amoureux, ou amoureuses, elle peut simplement se réjouir qu’avec le temps, l’expérience et la pratique, tout cela va se développer d’une manière absolument invraisemblable et magnifique.

Et pour que tout cela fonctionne vraiment bien il faut aussi que l’on accepte ce côté animal et en même temps ce côté romantique. Comme si on était construit de choses différentes qui ont, toutes, leur valeur. On peut avoir cette passion romantique qui nous amène à être si tendre avec l’autre, et cette sorte de pulsion animale qui nous amène parfois à être si « brutal ». Ici, je mets des guillemets, parce qu’il ne s’agit pas de frapper sa femme ou de griffer son mari jusqu’au sang… Mais c’est bien dans une espèce de violence érotique, de violence tendre, dans laquelle on peut laisser s’exprimer cette partie de nous, animale et reptilienne.

Et que c’est la variation de tous ces éléments qui va nous permettre d’entrer dans un échange complet. Et cet échange complet, il va être encore augmenté par une intensité émotionnelle, que l’on vit naturellement quand on est amoureux et qu’on vient de se rencontrer, parce que ce sont les hormones qui s’occupent de ça, mais qu’il va falloir créer à partir d’un certain moment, quand les hormones s’estompent et s’endorment peu et que le couple se confronte à sa propre durée dans le temps. Cette charge émotionnelle, cette intensité d’échange, il va falloir la créer…

Et comment est-ce que l’on crée ça ? On va créer ça simplement en ayant bien conscience de cet état érotique, de ce rôle érotique, de ce rôle sexué qu’on joue. On va créer ça par des gestes, par des mots, par des regards.

C’est le regard surtout qui va permettre de donner de l’intensité émotionnelle à nos rencontres sexuelles. Regardons-nous dans les yeux.

Regardons-nous dans les yeux quand on se déshabille, quand on s’embrasse, quand on se caresse. Regardons-nous dans les yeux quand on commence à se pénétrer… Et faisons attendre l’autre, laissons monter le désir en soutenant son regard.

Donnons de l’intensité aussi avec des mots. Soutenons cette intensité émotionnelle avec des mots, en osant les mots spontanés qui nous viennent. Parce que dans ce lâcher prise de la sexualité, dans cette immersion à l’intérieur de l’alcôve qu’on se réserve l’un à l’autre, on a le droit d’être spontané. On a le droit d’être soi.

Le sens du sexe et de l’amour

Voilà ce qui va vraiment créer cette complicité de couple. Et un couple comme ça, il va porter, au-delà de lui-même, au-delà du couple, une joie « érotique » qui sera visible de l’extérieur, qu’on va sentir et parfois même palper… et qui sera tout le sens de cet amour partagé.


Je crois que chacun d’entre nous recherche une telle intensité amoureuse et tente de comprendre le sens du sexe et de l’amour. Ceci requière une grande implication et beaucoup d’intégrité, mais aussi des connaissances qu’il s’agit d’acquérir et de cultiver sans cesse. Faisons-le ensemble.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Secrets d’alcôve – partie 2: zones érogènes et préliminaires

Secrets d’alcôve :
zones érogènes et préliminaires

Voici le deuxième épisode de ma conférence « Secrets d’alcôve », qui va permettre de (re)découvrir ce qu’il est bon de connaître à propos des zones érogènes et des préliminaires amoureux.

Dans cette vidéo, je vous révèle ma vision à ce sujet et vous propose d’enrichir nos connaissances en explorant ensemble tout le plaisir à partager dans un lit.

épisode 2

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte juste en-dessous.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels
Partie 4 : Cunnilingus et fellation
Partie 5 : Les positions de l’amour
Partie 6 : Le sens du sexe et de l’amour


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui pourrait en découler si je le souhaite. Pour connaître et exercer mes droits, et notamment pour annuler mon consentement, je me réfère aux Conditions Générales d'Utilisation .

Transcription texte de la vidéo

Secrets d’alcôve – partie 2 :
zones érogènes et préliminaires

Pour poursuivre, j’aimerais aborder des questions plus techniques en parlant d’anatomie et d’orgasme. Pour poser le cadre, je dirais qu’il y a quatre types d’approche de la sexualité, quatre types d’orgasme, quatre types de manière de vivre la sexualité, chez les femmes comme chez les hommes.

Quatre types de personnalités sexuelles

Prenons les femmes tout d’abord. Il y a les femmes qui accèdent à l’orgasme facilement. Celles-ci font le rêve des mecs rapides parce qu’ils se disent : « si j’en trouve une qui est aussi rapide que moi ça doit être génial, une nana qui grimpe aux rideaux en moins de deux ! » Il y a des femmes comme ça, elles ne sont pas très nombreuses, mais elles existent.

Ensuite vous aurez des femmes qui atteignent l’orgasme de manière normale. Ce sont les plus nombreuses et elles font donc la normalité, ces femmes qui ont besoin de temps pour entrer dans leur désir et pour atteindre leur plaisir, mais une fois qu’elles y sont elles arrivent facilement à se lâcher et à entrer dans leur plaisir jusqu’à atteindre l’orgasme. Elles ont besoin de temps, mais cela est tout à fait accessible pour elles.

Il y a un troisième type de femme : celles qui atteignent l’orgasme rarement et difficilement. Elles vont avoir besoin de beaucoup de temps et également d’un ajout d’intensité émotionnelle, en plus de l’action sexuelle physiologique. Elles ont besoin d’être dans quelque chose de très intense émotionnellement pour déclencher cet accès à l’orgasme.

Et pour finir, il y a un quatrième type de femme : celles qui n’atteignent jamais l’orgasme. À moins qu’elles aient un problème mécanique dû à un accident ou à une malformation, ces femmes-là ont souvent vécu des traumatismes, des traumas, au cours de leur existence. Ce ne sont pas forcément des traumatismes graves comme des viols ou des abus sexuels, même si cela peut être cela évidemment. Mais le traumatisme existe à partir du moment où la personne considère qu’elle a vécu une expérience traumatisante.

Ce ne sont donc pas des événements forcément graves qui créent le traumatisme. On peut avoir un traumatisme sans le savoir en ayant vécu quelque chose de marquant, à quoi se sont ajoutées des croyances, religieuses ou morales, qui ont amené la personne à considérer sa vie comme empreinte de traumatismes et qui l’empêchent d’avoir accès à l’orgasme.

Donc, si ça n’est pas mécanique, on peut toujours faire quelque chose, mais cela demande un travail thérapeutique vraiment profond pour pouvoir sortir de cela.

Pour un homme, indépendamment du fait qu’il soit bon ou moins bon au lit, expérimenté ou peu expérimenté dans sa sexualité, il va être confronté à un de ces quatre types de femmes. S’il se retrouve avec une femme difficile ou impossible d’orgasme, et bien ce ne sera pas de sa faute… il faudra tenir compte du côté de la femme qui sera plus ou moins apte à accéder à son plaisir.

Face à ces femmes il y a donc quatre types d’hommes, qui, en fait, leur correspondent. Il y a les mecs rapides, qui sont très émotifs et très excité. Généralement cela se produit quand on est jeune ou quand on est immature, ou que l’on reste immature, sur le plan sexuel. On est emporté simplement par les désirs et les pulsions du corps. C’est un corps qui marche bien quand il fonctionne comme cela, mais effectivement la maturité sexuelle amène à mieux le contrôler pour pouvoir accéder au deuxième cas de figure pour les hommes…

Ce deuxième type d’homme arrive à normalement se contrôler, c’est-à-dire qu’il peut mieux gérer son excitation et son corps pour parvenir à tenir une certaine durée, un certain temps, pour accompagner sa partenaire dans le plaisir. Donc, quelqu’un qui est un petit peu moins exalté et qui sait mieux gérer son exaltation pour mieux accompagner sa partenaire.

Ensuite, vous avez (et ça c’est un peu la perle) les hommes qui arrivent à complètement contrôler leur éjaculation. Nous verrons un peu plus loin comment ils s’y prennent, mais ils arrivent à maîtriser cette éjaculation afin d’entrer dans leur désir, leur excitation et leur plaisir tout en maîtrisant cela.

C’est la perle pour les femmes parce qu’il n’y a pas beaucoup d’hommes qui arrivent à ce point. Moi je suis toujours en train d’essayer et de m’améliorer… parce qu’on peut toujours s’améliorer.

Et puis, il y a le quatrième cas de figure pour les hommes, comme chez les femmes, les hommes qui n’arrivent jamais à l’orgasme. C’est comme si c’était quelque chose d’impossible pour eux. Ces hommes-là peuvent peut-être être acteur porno parce qu’ils peuvent bander pendant des heures, mais ils n’accèdent jamais au plaisir.

Là aussi, des traumas se cachent souvent derrière, des choses sur lesquelles on peut travailler. Il y a des thérapies qui existent, la mienne c’est l’hypnose, mais il y a d’autres thérapies possibles pour s’occuper de ça. Dans ce genre de cas, quand on est dans le « jamais », c’est qu’il y a un truc qui coince et il est toujours intéressant d’y travailler.

C’est ainsi qu’on peut poser le décor autour des personnes qui se rencontrent et des couples amoureux.

Les 10 zones érogènes

Et maintenant, j’aimerais parler des zones érogènes, sujet très intéressant et très utile à connaître. Ces zones érogènes sont des parties du corps qui ont une sensibilité particulière capable d’éveiller le désir.

À un certain niveau d’excitation ou de désir, n’importe quelle zone du corps va devenir érogène. Mais à priori, le corps possède 10 zones érogènes principales qui pourront être activées pour initier le désir et notamment dans ce que l’on appelle les préliminaires.

Ces 10 zones érogènes, je vais les énumérer maintenant partant du haut vers le bas, c’est-à-dire sans hiérarchie d’importance, mais en visualisant de la tête aux pieds pour mieux s’en souvenir.

Vous avez : les oreilles, la bouche, le cou, les seins, le ventre, le dos, les fesses, l’intérieur des cuisses, l’arrière des genoux et les pieds… et les organes génitaux évidemment !

Vous me direz : ça fait 11 ! Mais les organes génitaux je les garde pour la fine bouche parce que c’est évidemment la zone érogène la plus importante, avec laquelle on a le plus d’émois, c’est la zone la plus sensible sexuellement bien entendu.

Mais si je ne mets pas tout à fait cette partie dans les zones érogènes – certains appellent cela la zone érogène primaire les autres étant secondaires – ce que je dirai c’est que dans la chronologie de la rencontre amoureuse on va activer d’abord les zones érogènes dites secondaires, c’est-à-dire périphériques, avant d’aller attaquer le sexe proprement dit.

Donc on ne va pas y aller comme ça, comme des bourrins, il y a des possibilités d’être un peu plus subtil. Pour cela, on va utiliser les 10 zones érogènes dont je viens de parler.

Les avants-préliminaires

Ces zones érogènes vont donc être utilisées dans les préliminaires afin de se préparer, mais à vrai dire surtout de préparer Madame qui a besoin d’un peu plus de temps pour faire monter son désir.

À moins qu’elle fasse partie de la première catégorie, ces femmes hyper-faciles qu’à peine on leur touche les tétons qu’elles s’accrochent aux rideaux !…

Mais normalement, la femme a besoin de temps pour entrer dans son désir afin de l’activer.

Ces zones érogènes sont donc très intéressantes. Certaines sont cachées sous les habits alors que d’autres sont accessibles en tout temps : les oreilles, la bouche, le cou qui vont être activés lors des premiers moments de la rencontre amoureuse, avant même de se retrouver dans le lit, quand on est encore habillé, et donc dans le début des préliminaires.

J’ai envie de faire une petite parenthèse ici pour parler de ce que j’appelle les avants-préliminaires. Ce qui se passe avant même qu’on se rencontre, lorsqu’on est pas ensemble et que chacun est au boulot par exemple. C’est donc avant de se retrouver et cela peut-être quelques heures avant ou même quelques jours avant, mais où l’on peut déjà initier des préliminaires psychologiques.

On peut bien sûr se téléphoner ou profiter de l’outil extraordinaire qu’est le SMS. Au début on s’envoyait des textos, mais rapidement ceux-ci se sont transformés sextos, c’est-à-dire des courts messages que l’on va s’envoyer l’un à l’autre pour laisser entendre à son ou sa partenaire qu’au moment où on va se retrouver, cela va « chauffer ».

Voici donc les avants-préliminaires. Cela peut être par message ou par d’autres moyens. Quand vous rentrez du boulot, il y aura peut-être les enfants dont il faudra s’occuper et vous ne pourrez pas vous sauter dessus tout de suite. Vous pourrez donc opter pour tout un tas d’attitude « érotique » qui pourront être très subtiles.

Cela va des regards soutenus ou entendus aux petits sourires, des allusions aux jeux de mots, etc. Tout cela constitue déjà des préliminaires amoureux. C’est la parade chez les animaux et chez nous c’est cela, tous ces petits gestes et attentions qui nous portent l’un vers l’autre. C’est ainsi que l’on peut commencer activer les choses.

Des préliminaires adaptés à l’autre

Quand on s’approche de l’autre, quand qu’on se retrouve, on va commencer activer les premières zones érogènes, celles qui sont accessibles facilement, puis les secondes qui demandent à se déshabiller. À ce moment-là, on peut le faire délicatement et en douceur ou on peut le faire à « l’arrache »… et avoir la jupette et le pantalon qui volent dans tous les coins de l’appartement afin d’accéder aux autres zones érogènes.

Alors maintenant, j’aimerais ajouter ceci : il y a une grosse différence entre les hommes et les femmes que j’aimerais souligner. Une différence qu’il est très utile de connaître et de mémoriser pour l’utiliser. Et cette grosse différence c’est que : ce qui me plaît à moi, c’est ce que l’autre n’aime pas !… et inversement.

Sauf exception, un homme aime qu’on lui saute sur les organes génitaux. Il adore ça, qu’on l’attrape, qu’on l’astique, qu’on le chope et qu’on y aille sans détour.

Pendant longtemps, comme j’aimais ça, je pensais que les filles aimaient ça aussi. Simplement parce que souvent on manque de connaissances. Donc, j’y allais aussi comme ça de manière un peu hardie. Mais les femmes détestent ça !

Et inversement, comme elle déteste ça et qu’elles aiment qu’on prenne le temps, qu’on y aille gentiment, qu’on caresse du bout du doigt, etc… elle pense qu’on aime la même chose, donc elles nous font pareil… et nous, ça nous énerve ! On se dit : mais vas-y, attrape-là, quoi !

Voilà donc qui est très intéressant et qui est constitué de notre complémentarité yin et yang dont j’ai déjà pu parler précédemment et qui fait qu’on a des particularités. Mais il est tout de même intéressant de les connaître pour pouvoir les utiliser.

Donc, Messieurs qui adorez qu’on vous saute sur la bite, allez-y « tranquillos » avec les dames parce que c’est ça qu’elles aiment… et vous Mesdames, vous qui aimez qu’on fasse des manières et qu’on prennent notre temps, c’est parfait et c’est très bien pour vous, mais comprenez bien que c’est autre pour nous et sautez-nous dessus !

Évidemment, tout cela demande à être équilibré, mais c’est très important de prendre conscience de cela, d’y réfléchir et de l’expérimenter pour pouvoir l’intégrer tout simplement et entamer des préliminaires que vont présager de beaux moments amoureux.

Ce sont ces différences d’attitude qui vont marquer les préliminaires et accompagner notre exploration des zones érogènes de l’un et de l’autre.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Secrets d’alcôve : pour tout savoir sur le sexe

Secrets d’alcôve : pour tout savoir sur le sexe

Vous pensez déjà tout savoir sur le sexe ? Peut-être. Mais il est toujours possible d’en apprendre d’avantage pour encore mieux s’éclater au lit.

C’est la raison de la conférence “Secrets d’alcôve” qui a fait sa première le 11 février 2016 à St-Prex (entre Lausanne et Genève). D’autres lieux et d’autres dates viendront pour me permettre de partager avec vous tout ce qui fait le bonheur des amants dans un lit.

Découvrez quelques extraits de ma conférence dans cette vidéo qui en présente les idées essentielles.

Si vous préférez la lecture, voyez la transcription texte un peu plus bas.


La conférence intégrale étant assez longue, je l’ai découpée en chapitres spécifiques que vous pourrez visionner comme bon vous semble au moyen des liens ci-dessous.

Partie 1 : L’état d’esprit des bons amants
Partie 2 : Zones érogènes et préliminaires
Partie 3 : Se libérer des problèmes sexuels

Les autres chapitres viendront s’ajouter prochainement.


e-book "Les 7 secrets d'une sexualité épanouie"

 

 

 

 

RECEVEZ votre e-book GRATUIT
TOUT DE SUITE

 

OUI :Découvrez les 7 secrets d'une sexualité épanouie

OUI :Recevez des conseils inédits par e-mail ...

OUI :Soyez plus heureux dans votre lit !

En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui pourrait en découler si je le souhaite. Pour connaître et exercer mes droits, et notamment pour annuler mon consentement, je me réfère aux Conditions Générales d'Utilisation .

Transcription texte de la vidéo

Secrets d’alcôve (extraits)

Pour commencer je vais me présenter, je m’appelle Philippe Fragnière et je suis érotic-coach depuis maintenant un peu plus de 10 ans. Erotic-coach qu’est-ce que ça veut dire ? C’est un terme que j’ai inventé, ça veut dire que c’est love coach, coach amoureux, coach sexuel, coach en relation.

C’est en tout cas le résultat d’une réflexion importante, le résultat aussi d’une vie, de ma vie, qui m’a amené à m’intéresser de plus en plus et de manière très profonde, quasi obsessionnelle, à ce sujet.

Le bon état d’esprit pour tout savoir sur le sexe

Si on a une vision du sexe un peu négative, rébarbative, limitante ou limitée, on ne va pas arriver à s’épanouir complètement dans la sexualité. Cela paraît évident et ça l’est, pour pouvoir se lâcher, s’éclater au lit, il va falloir se libérer d’un certain nombre de carcans, de conventions, et de constructions mentales, qui sont beaucoup sociales.

Ce bon état d’esprit serait donc d’être complètement libéré, complètement ouvert par rapport à la rencontre amoureuse, par rapport à ce qu’on a envie de ressentir physiquement, charnellement et émotionnellement dans un lit avec quelqu’un.

Ce bon état d’esprit des amants amène à ce que j’appelle l’attitude érotique, cette attitude érotique dont je parle souvent sur mon site Internet, sur lequel je développe toutes ces idées que nous allons voir aujourd’hui. Cette attitude érotique est une sorte de conscience d’être un être sexué, un être de désir, un être appelé au plaisir et qui s’épanouit dans le partage du plaisir.

L’attitude érotique est donc un état de conscience. Quand on a conscience de cela, ça nous donne une certaine manière de bouger, de nous tenir, de regarder, de sourire et de charmer peut-être, d’être taquin.

C’est une forme de liberté qui permet de sentir que l’érotisme est partout. Une conscience du plaisir, qui est sexuelle bien entendu, mais qui est également plus large que ça, une sorte d’érotisme de la vie, une manière de prendre du plaisir dans les choses et à voir dans les gens le potentiel érotique. Et tout ce que cela permet d’émerveillement d’être capable de ressentir cela.

Quatre types d’hommes et de femmes

Face à ces femmes il y a donc quatre types d’hommes, qui en fait leur correspondent. Il y a les mecs rapides, qui sont très émotifs et très excité. Généralement cela se produit quand on est jeune ou quand on est immature, ou que l’on reste immature sur le plan sexuel. On est emporté simplement par les désirs, par les pulsions du corps. C’est un corps qui marche bien quand il fonctionne comme cela, mais effectivement la maturité sexuelle permet de mieux le contrôler pour pouvoir accéder au deuxième cas de figure pour les hommes.

Ce deuxième type d’homme arrive à normalement se contrôler, c’est-à-dire qu’il peut mieux gérer son excitation et son corps pour parvenir à tenir une certaine durée, un certain temps pour accompagner sa partenaire dans le plaisir. Donc, quelqu’un qui est un peu moins exalté, qui sait mieux gérer son exaltation pour mieux accompagner sa partenaire.

Ensuite, vous avez (et ça c’est un peu la perle) les hommes qui arrivent à complètement contrôler leur éjaculation. Nous verrons un peu plus loin comment ils s’y prennent, mais ils arrivent à contrôler cette éjaculation afin d’entrer dans leur désir, leur excitation et leur plaisir tout en maîtrisant cela.

C’est la perle pour les femmes, mais il n’y a pas beaucoup d’hommes qui arrivent à ce point. Moi je suis toujours en train d’essayer et de m’améliorer… parce qu’on peut toujours s’améliorer.

Et puis, il y a le quatrième cas de figure pour les hommes (comme chez les femmes), ceux qui n’arrivent jamais à l’orgasme. C’est comme si c’était quelque chose d’impossible pour eux. Ces hommes-là peuvent peut-être être acteur porno par ce qu’ils peuvent bander pendant des heures, mais ils n’accèdent jamais au plaisir.

Là aussi, il y a souvent des traumas qui se cachent derrière, des choses sur lesquelles on peut travailler. Il y a des thérapies qui existent, la mienne c’est l’hypnose, mais il y a d’autres thérapies possibles pour s’occuper de ça. Dans ce genre de cas, quand on est dans le « jamais », c’est qu’il y a un truc qui coince et il est toujours intéressant d’y travailler.

Secrets d’alcôve et zones érogènes

… mais les organes génitaux je les garde pour la fine bouche ! Ils forment évidemment la zone érogène la plus importante, celle avec laquelle on a le plus d’émois. C’est la zone sexuelle la plus sensible sexuellement, forcément, mais si je ne la mets pas tout à fait dans les zones érogènes, c’est qu’elle est particulière.

Certains appellent cela la zone érogène primaire, les autres étant secondaires. Je dirais que dans la chronologie du rapport amoureux, on va activer en premier les zones secondaires, c’est-à-dire périphériques, avant de s’attaquer au sexe. Donc on ne va pas y aller comme ça, comme des bourrins, et qu’il y a des possibilités d’être un peu plus subtil. Pour ça on va utiliser les zones érogènes, donc les dix points énumérés précédemment…

Le sexe tranquille

… c’est aussi la voir Tantra, aujourd’hui on découvre toute la mode du slow sex, qui est une grande mode aux États-Unis depuis une année ou deux. On nous dit : faites l’amour lentement, calmement, faites l’amour zen, etc. Évidemment, si on est moins excité ça dure plus longtemps… mais on est moins excité !

Pour moi, l’amour c’est l’excitation ! L’amour c’est un élan, un enthousiasme. Si on fait ça cool, zen… bien sûr, on peut. Je ne dis pas que c’est nul de faire ça, mais moi j’ai de la peine à le voir comme ça…

Secrets d’alcôve pour contrôler son éjaculation

… l’objectif c’est d’arriver à contracter les muscles du périnée, comme dans un entraînement : contracter–relâcher–contracter–relâcher, pour qu’à un moment donné vous soyez capables de serrer les muscles du périnée comme je sers le poing.

Quand l’excitation monte et que l’éjaculation s’approche, vous pouvez à ce moment-là serrer les muscles du périnée et refouler l’éjaculat dans la prostate. Vous attendez quelque peu et vous pouvez remettre le couvert…

Clitoris, plaisir vaginal et point G

Le clitoris. Ce que j’aimerais dire là-dessus, c’est qu’une femme va beaucoup apprécier qu’on s’en occupe, mais chacune va avoir son style. Certaines femmes aimeront qu’on y aille très délicatement alors que d’autres préféreront qu’on y aille plus franchement… une fois qu’elles sont excitées bien sûr.

Certaines aiment qu’on y aille lentement, d’autres qu’on aille vite. Certaines apprécient un rythme régulier d’autres préfèrent qu’on change de rythme, etc. Dans ce domaine, il faut un peu chercher comment l’autre fonctionne, parce qu’il n’y a pas de règle absolue. La seule règle est d’expérimenter et d’observer.

À un moment donné, on va pouvoir s’occuper de ce qui se passe à l’intérieur du vagin Madame. Et à cet endroit, retrouver deux points intéressants à stimuler.

Le premier et le point G qui se trouve à 2 cm de profondeur (à peu près à un demi doigt) sur la paroi antérieure du vagin, donc du côté du ventre.

On va trouver à cet endroit une petite zone, de la taille d’une pièce d’un euro, légèrement allongée, une petite zone qu’on appelle le point G. On reconnaît ce point G, parce qu’il n’a pas la même texture que le reste des parois vaginales. On sent au toucher une texture légèrement granuleuse, comme la surface d’une fraise ou la peau d’une orange.

Il faut savoir que le point G ne fait pas l’unanimité chez tout le monde. Il y a des gens qui ne jurent que par ça, alors que d’autres disent que ça n’existe pas. Pourquoi ? Parce que c’est une zone qui demande à être activée pour se développer.

Si une femme n’a jamais eu l’occasion d’activer cette zone, grâce à ses partenaires ou à travers les plaisirs solitaires la masturbation, ce sera une zone endormie. Quand on ira chercher là, elle ne va rien sentir.

Plus on ira stimuler et activer cette zone, plus elle va se développer et devenir sensible. C’est la raison pour laquelle pour certaines femmes le point G sera hyper important et pour d’autres moins.

Voilà qui vaut la peine d’aller explorer cette zone. Le point G pourra gagner en sensibilité au fur et à mesure qu’on aura su s’y attarder.

Tout savoir sur le sexe de l’homme

La fellation est une pratique très appréciée des hommes… et des femmes qui aiment ça évidemment… après, il y a différentes croyances autour de cela, comme je le signalais au début de cette conférence, des croyances qui mènent certaines femmes à penser que c’est humiliant ou dégradant de se trouver à genoux devant un homme pour lui faire une gâterie.

Mais je laisse ici chacun se libérer de ses propres conditionnements pour atteindre sa propre liberté. Iil y a beaucoup de plaisir à explorer dans cette pratique pour autant qu’on sache comment s’y prendre.

Il y a quelques points importants que j’aimerais relever. Le pénis de Monsieur va fonctionner toujours de la même manière. Avec l’érection, il y a une gaine de peau qui va coulisser le long du pénis pour couvrir et découvrir le gland. Le gland est la partie la plus sensible du pénis, mais pas forcément la plus agréable à stimuler lors de la fellation.

Ce qui est le plus agréable pour l’homme, et ça c’est vraiment physiologique, et c’est cela qu’il faut comprendre, c’est que quand le pénis entre dans le vagin il entre pour faire un bébé ! Ça, c’est dans notre cerveau reptilien. Et le maximum de plaisir, c’est quand on est au fond, là où il y a le plus de chance que les spermatozoïdes atteignent l’ovule.

Ceci est vraiment important à comprendre et c’est pour cela que les hommes adorent la pénétration vaginale… parce qu’ils sont véritablement programmés pour y trouver le plus de plaisir, quand ils vont pénétrer jusqu’au fond.

Lorsqu’on n’est pas dans la pénétration vaginale mais qu’on est dans la stimulation manuelle ou buccale, il s’agit de reproduire au moyen de la main ou de la bouche le mouvement de retrait de la peau vers l’arrière. Lorsque le pénis pénètre dans le vagin, la peau se retire vers sa base. Plus l’homme est au fond, plus la peau tire sur l’arrière.

Reproduisez ce mouvement, et vous aurez un homme heureux…

Tout savoir sur le sexe et ses positions

En terme de positions, la première est la position du missionnaire. Alors, vous me direz peut-être que c’est un peu rébarbatif… Mais cela n’est pas pour rien que c’est la position la plus importante, en tout cas dans notre culture. Parce que c’est la position dans laquelle on se trouve le plus dans l’union.

C’est une position dans laquelle madame se trouve complètement abandonnée, elle est sur le dos jambes ouverte et se trouve complètement offerte. Monsieur va être dessus, mais il sera presque en position de prière, à genoux, comme dans une posture de dévotion, que l’on pourrait imaginer symboliser par cette position.

Et surtout, il y a un contact général du corps tout entier. C’est-à-dire que l’homme va être sur sa partenaire. Il va l’enrober, lui donner son poids. Quant à elle, elle va ressentir ce poids et cette puissance. Ils vont être très proches l’un de l’autre.

On peut s’embrasser, on peut se regarder dans les yeux, on peut se dire des mots doux à l’oreille et entendre la respiration de l’autre. Parce qu’on est tout près. On est collé avec les ventres, avec les poitrines, avec les bras.

Madame enrobe Monsieur avec ses cuisses, avec ses bras, avec son vagin. Il y a un accueil incroyable. Elle est « énorme » cette position. En tout cas, à moi elle me fait toujours beaucoup d’effet émotionnel.

Levrette et excitation “animale”

Une autre position phare de la relation sexuelle, c’est la position de la levrette. Ici, Madame est à quatre pattes, Monsieur derrière elle. Il la pénètre par l’arrière, a priori dans le vagin, mais c’est aussi une très bonne position pour la pénétration anale, je reviendrai plus en détail sur ce sujet.

La levrette est une position très importante parce que très excitante pour la plupart des gens, hommes ou femmes. Parce que c’est une position plus « animale ».

En premier lieu, on perd le contact visuel, donc on est plus dans son propre plaisir que dans le partage. On se trouve un peu dans une petite forme d’égoïsme temporaire dans laquelle chacun va se concentrer sur son propre plaisir.

L’homme va profiter de cette croupe magnifique qu’il va enfiler avec joie et la femme va se sentir prise.

Il est temps ici de faire une petite parenthèse sur les rôles de l’homme et de la femme. Cela va faire partie également de cette qualité d’intensité qui va permettre de véritablement s’éclater au lit.

Ce que je vais dire ici n’est pas toujours bien entendu ni toujours bien vu, mais je vais le dire quand même.

L’homme va avoir le rôle de prendre les choses en main. Dans la relation sexuelle, c’est à l’homme de diriger les choses et à la femme de suivre ce mouvement. L’homme va donc prendre et imposer. Il va imposer sa puissance, son désir.

Lorsque je dis « imposer » il faut s’entendre sur le sens : il n’est pas en train de la violer, il est en train de lui faire l’amour. Mais pour bien lui faire l’amour, il faut que c’est énergie un peu brut, un peu animale, soit présente.

Il va donc prendre ce rôle. Pour ma part j’ai mis des années à accepter ça. Je me disais : je ne peux pas faire ça, je la respecte, c’est un être humain… et je n’osais pas lui mettre une claque aux fesses… Je n’étais simplement pas mature sexuellement. J’avais trop de conditionnements et d’idéaux, j’étais trop dans cette histoire de « la madone et la salope ».

Pour revenir à cette maturité sexuelle, l’homme va donc prendre. Et pourquoi il va se permettre de prendre ? Parce qu’il a conscience que la femme aime être prise. L’homme va donner des ordres, la femme va obéir. Ce qui ne veut pas dire que ça ne peut pas être l’inverse, mais il y a cette énergie : « je te prends / tu me prends ». Et cette énergie sort très fortement dans la position de la levrette. Beaucoup de gens s’accordent cette énergie uniquement dans cette position-là.

Tout pour s’éclater au lit

Pour résumer tout ce qui a été dit : ce qui est important c’est avant tout cet état d’esprit qui permet d’admettre à quel point « j’aime le sexe » et de comprendre à quel point l’autre aussi aime le sexe. À quel point c’est sain, c’est bon, à quel point ça sert, à quel point c’est utile au couple. À quel point c’est merveilleux de pouvoir accueillir cette sexualité de manière complètement naturelle et libre.

Dans cet état d’esprit libre, il s’agit de varier les plaisirs, les situations et les positions pour augmenter la richesse de cet échange.

C’est important de prendre conscience à quel point on prend du plaisir au plaisir de l’autre et pas seulement à son propre plaisir. C’est véritablement une échange de plaisirs. Et le plaisir est dans l’échange. Nous ne sommes pas de personnes en train de se masturber ensemble mais on est plutôt dans quelque chose qui nous unit.

Et pour bien vivre tout cela, il faut aussi un certain nombre de connaissances. C’est cela dont nous avons parlé ce soir. Il faut aussi une certaine expérience. Si on est complètement novice… s’il y a ce soir dans la salle une personne qui a peut-être 18 ans et qui n’a eu que deux ou trois amoureux, ou amoureuses, elle peut simplement se réjouir qu’avec le temps, l’expérience et la pratique, tout cela va se développer d’une manière absolument invraisemblable et magnifique.

Et pour que tout cela fonctionne vraiment bien il faut aussi que l’on accepte ce côté animal et, en même temps, ce côté romantique. Comme si on était construit de choses différentes qui ont toute leur valeur.

On peut avoir cette passion romantique qui nous amène à être si tendre avec l’autre, et cette sorte de pulsion animale qui nous amène parfois à être si « brutal », dans une espèce de violence érotique, de violence tendre, dans laquelle on peut laisser s’exprimer cette partie de nous… animale et reptilienne.

Et que c’est la variation de tous ces éléments qui va nous permettre d’entrer dans un échange complet. Et cet échange complet, il va être encore augmenté par une intensité émotionnelle, que l’on vit naturellement quand on est amoureux et qu’on vient de se rencontrer, mais qu’il va falloir créer à partir d’un certain moment, quand les hormones s’estompent et s’endorment un peu… et que le couple se confronte à sa propre durée dans le temps. Cette charge émotionnelle, cette intensité d’échange, il va falloir la créer…

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00

Secrets d’alcôve pour être un bon coup

Secrets d’alcôve pour être un bon coup

Si vous avez envie d’être un bon coup (ou de devenir encore meilleur), il peut être utile d’étudier les secrets d’alcôve, ces connaissances qui se transmettent au cœur de l’intime et qui permettent d’aborder le sexe dans les meilleures conditions.

Nombreux sont celles et ceux qui font l’impasse sur l’étude de la sexualité, considérant le sexe comme une chose évidente et spontanée qui ne nécessite aucune préparation. On a tendance à voir la relation sexuelle comme une activité instinctive, au même titre que manger ou dormir.

Pourtant, s’il est possible de manger uniquement pour se nourrir, on peut aussi préférer la gastronomie et les mets raffinés. Si l’on peut dormir pour récupérer malgré les insomnies dues au stress, il est aussi possible d’apprendre à se détendre pour profiter d’un meilleur sommeil.

Alors que copuler ne demande rien d’autre que de suivre les pulsions de son corps, faire l’amour est un art qui requiert des compétences plus raffinées. Il faut être à l’aise avec son propre corps et connaître celui de l’autre, maîtriser les jeux du désir et savoir comment atteindre la jouissance.

C’est cette connaissance de l’art de l’amour que je me propose de partager avec vous lors de ma prochaine conférence :

Secrets d'alcôve

Tout le monde s’accorde à penser que si on a une passion pour un sujet donné, on gagnerait à l’étudier dans les moindres détails afin d’y trouver un maximum de plaisir.

Si vous êtes fan de cuisine, vous lirez de nombreux livres de recettes et suivrez peut-être quelques cours spécialisés. Si vous voulez devenir musicien, vous étudierez sans doute la vie des grands compositeurs et ferez des gammes chaque jour.

Peu importe le sujet qui nous passionne, que ce soit l’alpinisme, le shopping de mode ou la pêche à la mouche, nous aurons à cœur d’en connaître la matière, les outils et les possibilités qui s’offriront à nous. Pourquoi ne faisons-nous pas cela avec notre sexualité ?

En tant qu’art, la sexualité requière toute notre attention. Mais elle est toujours soumise aux tabous de notre société. En 2016, on craint toujours d’être jugé si on s’intéresse d’un peu trop près aux rapports intimes et au plaisir qui s’y rattache.

Faire des bébés n’est pas la question. N’importe qui y parvient facilement. Mais être un bon coup en tant que partenaire sexuel est une autre question. C’est un défi qui va engager notre sensibilité et nos compétences, telles qu’elles peuvent être transmises dans les secrets d’alcôve.

Ce qui vous empêche d’être un bon coup

Tout le monde rêve d’une sexualité épanouie qui permet un partage profond avec la personne qu’on aime. Pourquoi donc ne prenons nous pas la peine d’étudier la question plus à fond ? Il y a comme une gêne à assumer le plaisir que l’on trouve dans son lit.

Malgré les apparences, nous ne sommes sans doute pas aussi libérés que nous voudrions le laisser croire. La frustration affective et sexuelle touche encore une grande partie d’entre nous.

Se renseigner sur la sexualité fait encore peur à beaucoup de monde. On ne comprend pas toujours pourquoi c’est si important, ni les avantages que cela peut apporter au couple.

La plupart du temps, une méconnaissance du sujet, des émotions déstabilisantes ou une difficulté à se remettre en question donnent le ton en ce qui concerne la sexualité.

On évite de se pencher sur la question parce qu’on a peur d’être jugé par son entourage, d’être confronté à ses propres fragilités ou d’être débusqué dans ses difficultés.

On peut aussi craindre d’entendre des propos dérangeants, d’avoir à modifier ses croyances ou sa façon de faire, de manquer de temps et d’énergie. On redoute de ne pas savoir se laisser aller ou encore d’y trouver un plaisir qui bousculerait notre morale…

On se dit parfois : «À quoi bon en savoir plus ?» «De quoi aurais-je l’air ?» «On ne va tout de même pas m’apprendre à faire l’amour !» «Je suis trop timide ou trop vieux, c’est trop tard !»

S’éduquer à la sexualité, par la lecture, les conférences ou les recherches sur le Net, est une manière de se développer personnellement tout en se faisant plaisir.

Tout le monde peut améliorer sa relation sexuelle et accéder ainsi à l’épanouissement de son couple.

Secrets d’alcôve : la conférence

La conférence que je vous propose a pour but de démystifier la sexualité, de briser les tabous et de vous encourager à une expérience intime toujours plus joyeuse et unificatrice dans le cadre de votre relation amoureuse.

Vous pourrez y satisfaire votre curiosité et découvrir quelques astuces très utiles aux plaisirs complices.

Vous pourrez ainsi parfaire et actualiser vos connaissances, élargir votre horizon sensuel et tenter de nouvelles manières de faire pour améliorer votre vie personnelle, amoureuse, intime et sexuelle.

Vous pourrez même poser des questions sous couvert d’anonymat grâce à de petits papiers qui seront recueillis dans un chapeau.

J’aborderai les sujets les plus courants relatifs à la sexualité et les questions qui concernent la plupart d’entre nous, tout en offrant des pistes de résolution à nos problèmes les plus fréquents.

Comment développer un état d’esprit favorable pour être un bon coup ? Que faut-il comprendre des différences et des similitudes entre les hommes et les femmes ? Que faire avec ses fantasmes ? Comment utiliser les zones érogènes, contrôler son corps, atteindre l’orgasme ?

Quelles sont les meilleures astuces pour mieux gérer l’éjaculation précoce ou la perte de désir ? Comment faire un cunnilingus, une fellation ou une pénétration anale réussie ? Quels sont les positions idéales pour un maximum de plaisir ?

Comment sortir de la routine pour véritablement s’éclater au lit ? Jusqu’où peut-on aller dans les jeux d’adultes, la domination, la soumission et les pratiques inhabituelles ?

Il y a bien des secrets d’alcôve à découvrir pour se révéler être un bon coup au lit. Mais si tout cela est déjà très utile avec un/une partenaire de passage, c’est encore plus important dans la complicité du couple. Parce que le couple se nourrit avant tout de sa propre intimité.

« Secrets d’alcôve » est une conférence qui traite de tout cela. Elle se tiendra le 11 février à 20 heures, à la cave du Château de St-Prex (entre Genève et Lausanne).

Pour y participer, vous pouvez vous rendre sur la page Facebook dédiée « Secrets d’alcôve ». Vous y trouverez d’autres détails et pourrez y faire votre réservation.

Les secrets d’alcôve représentent la base des connaissances qu’il faut acquérir pour être un bon coup au lit. Travailler là-dessus est à mes yeux le plus beau cadeau que l’on peut faire à l’autre, ainsi qu’à soi-même et à son couple.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

00